Détruire les autoroutes: un projet d’avenir?

Un chercheur australien suggère de détruire des autoroutes: « Détruisons des autoroutes pour construire des rails. » C’est en ces mots que le professeur en développement urbain durable de l’Université Curtin en Australie, Jeff Kenworthy, a partagé sa vision face aux problèmes de congestion urbaine. Présent au Sommet ÉcoCité2011 de Montréal le jeudi 25 août, ce dernier a fait valoir, études à la main, qu’en enlevant des voies automobiles, beaucoup de congestion disparaît.

Bien sûr, très peu de gens laisseront de côté leur voiture pour un réseau d’autobus, mais plusieurs seraient prêts à faire le saut pour un système de trains à en croire le chercheur. Selon lui, les systèmes de rails sont donc essentiels à la création d’écocités durables et efficaces.

M. Kenworthy assure que « les trains et les autobus ne sont pas en confrontation l’un contre l’autre, mais contre les voitures« . D’après les études qu’il a menées, dans les villes qui possèdent un système de rails important, l’utilisation de l’autobus est plus forte. En fait, les deux vont de pair. « Il faut un bon réseau d’autobus pour desservir les régions qui ne peuvent être servies par le rail« , croit-il.

Alors, la destruction des autoroutes est-elle une simple provocation ou une solution d’avenir? Suite à cette proposition du chercheur australien, certains spécialistes français du Certu (Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions) sont montés au créneau pour dire en substance que la destruction des autoroutes était un projet « irréalisable ». (Source: 20 minutes)

Ce retard français dans la vision de la ville du futur est non seulement dommageable et dénote d’un manque total d’imagination de la part d’une caste d’ingénieurs routiers qui ne connaissent que l’augmentation du trafic automobile comme perspective de développement, mais il repose en outre sur une double erreur qui montre à quel point un organisme technique comme le Certu se fourvoie:

– Tout d’abord, le paradoxe de Braess a montré que l’ajout de capacité supplémentaire à un réseau routier se traduit fatalement par l’augmentation de la congestion et des temps de parcours. La raison tient à la complexité des conséquences produites par tous les conducteurs essayant d’optimiser leurs itinéraires. Car les automobilistes ne sont pas des molécules d’eau qui s’écoulent de manière fluide dans une tuyauterie, mais des êtres humains qui tentent d’anticiper ce que font ou pas les autres automobilistes pour optimiser leurs parcours. Et en l’occurrence, il semblerait bien que les molécules d’eau soient plus « intelligentes » que les automobilistes, car aucun plombier n’a encore vu de système dans lequel ajouter un tuyau d’évacuation boucherait des éviers…

Inversement, la réduction de la capacité routière peut permettre de réduire la congestion… Car si vous fermez par exemple une grosse infrastructure routière comme une autoroute, une part non négligeable des automobilistes choisira alors des alternatives non routières pour éviter les embouteillages: transports en commun, vélo, marche, etc.

autoroute-seoul-avant-apres

Séoul (Corée du Sud) : transformation d’une autoroute en rivière (2002)

– Ensuite, la destruction des autoroutes n’est pas « irréalisable » pour la simple et bonne raison que cela a déjà été fait ailleurs! Il faudrait quand même que le Certu se documente un peu mieux avant d’être aussi péremptoire. Cela s’est fait entre autres, aux Etats-Unis, avec le Harbour Drive à Portland, l’Embarcadero Freeway et la Central Freeway de San Francisco. Egalement, cela s’est fait pour la Cheonggyecheon highway à Seoul (Corée du Sud) qui a été détruite pour être remplacée par… des rivières et des parcs!

Or, il apparaît que cette destruction d’autoroute permet à la fois d’améliorer le trafic et d’embellir la ville!

C’est pourquoi, dès 2008, nous proposions ici même d’en finir avec les autoroutes urbaines.

L’autoroute Cheonggyecheon highway à Seoul aujourd’hui… Vous pouvez imaginer le périphérique parisien comme cela?

Source: http://gaiapresse.ca/

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

11 commentaires sur “Détruire les autoroutes: un projet d’avenir?

  1. Le cycliste intraitable

    Si les ingénieurs du CERTU ont une guerre de retard, alors nos élus en ont deux et une bonne partie de nos compatriotes trois. Il n’y a qu’à voir ce que beaucoup pensent des double-sens cyclables…

    L’affirmation de Kenworthy est pour le moins contre-intuitive. Il est difficile de simuler le comportement des usagers si deux voies d’autoroute sont remplacées par des rails pour trains ou trams, mais il existe des retours d’expérience. On en aura bientôt un à Paris avec les voies sur berge.

    En revanche, ce qu’il oublie, c’est que le transport ferroviaire, si économe grâce à l’adhérence roue-rail, a du mal à franchir en toute sécurité des rampes ou des pentes à plus de 3 ou 4 %.

    Or un grand nombre d’autoroutes ont des pentes plus fortes, et théoriquement 10 % est envisageable avec quelques aménagements, l’adhérence pneu-asphalte le permet. On peut cependant mettre des BHNS sur des voies express dédiées…

    Attendons que nécessité fasse loi.

  2. apanivore

    A part sur leur déclaration au sujet de la destruction d’autoroutes, je soutiens globalement les positions du CERTU. En matière d’aménagements cyclables par exemple elles sont tout à fait valables et appuient les revendications des cyclistes urbains de manière « officielle » face à l’immobilisme des élus locaux.
    Donc tout n’est pas à jeter dans ce que ces ingénieurs racontent et leur avis, quand il s’agit d’une recommandation et non d’une simple réponse journalistique irréfléchie, ferait mieux d’être écouté plus souvent. Et pas par monsieur tout le monde, mais par les décideurs qui trop souvent savent à peine que le CERTU existe.

  3. Jean-Marc

    le cycliste intraitable.

    +1 sur ton 1er paragraphe (1-2-3 guerres de retard).

    Pour la suite, sur la pente… bah, la transformation d’une autoroute en voie ferrée est plus indicative d’une tendance à suivre que d’un vrai projet à réaliser sur telle ou telle autoroute (pour l instant).
    Mais, au cas où celà serait decidé quelque part, ce serait possible après quelques aménagements, malgré de « fortes » pentes :
    les funiculaires réussissent à monter des pentes de plus de 30%, de même que les vagons de grands8 ou autres radeaux de rivières sauvages des parcs d attractions :

    De même que, pour les bateaux, on a sû créer le plan incliné d arzviller (l ascenseur à bateaux), on peut aussi créer un tapis roulant permettant au train de monter des pentes trop fortes (avec blocage des roues si nécessaire).
    L’avantage du tapis roulant, par rapport à un train / funiculaire / train : c est qu’on reste dans le même véhicule, simplement, on est fortement ralenti lors du passage de la cote.


    Apanivore :

    Oui, bcp de bonnes recommandations… mais aussi quelques mauvaises, comme la recommandation d’interdire les voies du tram aux vélos, car il y a des rails « dangereux » (alors qu’il suffit d aménager des entrées/sorties et quelques endroits de franchissements, ainsi qu’une voie vélo dans la voie du tram, à 25 cm ou plus des rails).

    Comme si un rail était plus dangereux que certaines sorties de pistes « cyclables » sur trottoir, avec barrières, et chicanes infranchissables…

    (apprendre qu’il faut traverser perpendiculairement lors de l entrée-sortie sur la voie du tram, et rouler à contresens du tram, pour le voir arriver et avoir un temps de croisement court, serait plus utile)

  4. Lecteur

    1 J’ y ai souvent pensé et même déjà construit visuellement les hypothèses ( devenir & paysage ) ceci sera l’inévitable évolution

    2 néanmoins
    a ) d’abord bien séparer autoroutes australiennes
    le sens donné dans ce pays motorway , subway
    pays que je ne connais pas
    ( je n’ai pas pris l’avion pour le visiter , comme un de vos rédacteurs fréquents )

    avec l’aspect des autoroutes françaises
    rien à voir entre l’autoroute des Titans ,dans les Alpes
    et de l’asphalte plat dans le désert du Quuensland
    ceci conditionne tout
    b ) de même rien à voir entre , en fait une route large en centre-ville
    dessins de Corée que vous avez cités dans un article

    et une vraie autoroute de 400 ou 600 km
    ———
    3 ) le problème est donc différent
    mettre des rails dans les rues plates d’une ville

    ou
    changer 800 km d’une autoroute


    4 ) en général , sur le même trajet ( ex Paris Lyon ) il y a une autoroute MAIS DEJA AUSSI UNE VOIE FERREE !!!

    5 ) il est donc inutile de transformer en voie ferrée , celle-ci existe déjà

    6 ) la voie ferrée a DEJA CHOISI LE BON TRAJET
    relief cours d’eau pentes

    7 ) l’autoroute a souvent a CERTAINS ENDROITS un trajet inadapté
    au train
    les rails arriveraient sur un CUL-DE-SAC de zones infranchissables
    exemple le fameux VIADUC ( et non ferroduc) de MILLAU , tant vanté
    je poursuis sur un second commentaire

  5. Lecteur

    suite commentaire
    c’est là le grand problème déjà bien vu par ‘ le cycliste intraitable »
    les tracés sont incompatibles entre relief des routes et des rails

    et il y aurait donc doublon
    —-
    8 ) les ponts autoroutiers sont inadaptés au passage des trains certainement résistance différente ( résonance , effondrement )
    9) après le peak-oil il faudrait donc
    a ) défaire casser des ponts , évacuer les matériaux
    b ) remodeler la route dévier creuser une montagne entière
    c ) mettre une partie en train à crémaillère puis rechanger de train
    d ) trouver fric petrole matériaux pour celà

    9 ) les points de départs et d’arrivée des autoroutes ne collent pas avec les gares
    en général naissance de l autoroute en SORTIE de ville , banlieue ,rocade et non en gare centrale
    idem pour l’arrivée

    10 donc bcp de difficultés

    11 enfin remplacer bagnole par train
    C EST AUSSI DU TRAFFIC
    C EST AUSSI DE L ENERGIE CONSOMMEE
    les trains , bus , bien que moins consommateurs
    avancent-ils
    —- à l’eau pure
    —– à l’air
    , —– à l’herbe ???
    toujours cette confusion
    12 si l’on passe en situation de non soutenabilité des routes
    l’on sera AUSSI en situation de baisse pour bus & rails
    ils font tous partie de la même société de la même époque
    technologique et sont liés entre eux comme cul et chemise
    par des milliers de liens techno , économiques , sociaux

    13 de même par exemple que l’autoroute urbaine transformée de corée
    le problème final n’est pas cette route transformée
    c’est l’existence de cette VILLE certainement non viable sur le long terme

    14 les autoroutes termineront certainement de façon diverses
    non dirigée
    —–
    pour certaines je les vois retransformées en terres agricoles , forêts
    ( pour épuisement de la pollution pendant 100 ans ) carrières de matériaux ( ferrailles ) friches etc….

    merci

  6. Tassin

    @ Lecteur :

    Oui c’est évident qu’on parle ici des autoroutes urbaines.

    Les autoroutes « classiques » sont construites comme les lignes de LGV : elles ne desservent pas les centre-villes et sont donc parfaitement inadaptées au train.

  7. FRANCE

    Détruire les autoroutes… : Enfin un projet sensé ! Depuis le temps qu’on détruisait les voies ferrées pour les remplacer par des autoroutes ce ne serait qu’ un juste retour des choses.

  8. Vincent

    Vu le taux de connerie qui règne en France et sa proportion de feignasses, les gens préfèreraient crever que d’abandonner leur voiture ou ne serait-ce qu’imaginer un monde qui ne tourne plus autour de cette carcasse puante, extension magistrale de leur petite personne et moyen d’expression de leur bêtises et individualisme.

  9. Jean-Marc

    une solution évidente : vous devriez lire, vous documenter, puis réfléchir sur ce que vous avez lu; au lieu de sortir des « solutions évidentes » bourrées, mais alors là complètement bourrées, de « bon sens ».
    Par exemple, lisez ce texte, les commentaires, et les liens dans les commentaires :
    http://carfree.fr/index.php/2011/06/29/il-ny-a-pas-trop-dhumains-il-y-a-trop-dautomobilistes-paul-aries/
    (si vous ne vouliez pas parler de voiture ni d’autoroute sur ce sujet -ce qui se comprend, car il n’a rien à voir avec ces sujets- vous auriez pû utiliser un troll de diversion un minimum réel, comme la sur-consommation de viande)

Les commentaires sont clos.