Vers l’embouteillage permanent

Selon l’AEI (Agence Internationale de l’Energie), les transports représentent actuellement la moitié de la consommation mondiale de pétrole et près de 20% de la consommation mondiale d’énergie, dont environ 40% est utilisé dans les transports urbains seuls. L’AEI s’attend à ce que la consommation d’énergie des transports urbains double d’ici à 2050, en dépit des nouvelles technologies et des améliorations concernant les économies de carburant.

Le taux stupéfiant de cette augmentation va créer de nombreux problèmes, en particulier en ce qui concerne le bruit des transports, la pollution atmosphérique, la congestion, le climat et les impacts économiques, ce qui pourrait coûter des milliards de dollars par an à l’échelle mondiale.

Même l’AEI, qui n’est pas une structure particulièrement « écologiste », prédit un doublement du nombre de voitures en circulation à l’échelle mondiale d’ici 2050, ce qui annulera selon elle les avancées dans les « technologies vertes ». Autrement dit, vous aurez beau multiplier les « innovations » technologiques plus ou moins contestables (voiture hybride, voiture électrique, biocarburants, etc.), la simple augmentation constante du nombre de voitures aboutira à une consommation globale d’énergie et à des émissions de CO2 toujours en hausse…

En particulier, l’AEI prévoit des émissions de CO2 qui devraient augmenter globalement de 70 pour cent pendant cette période.

La Chine devrait être en grande partie responsable de cette augmentation. On s’attend à ce que les distances parcourues en Chine en voiture passent de moins de 1,5 milliard de km en 2010 à environ 9 milliards de km en 2050.
Et les nouvelles sont particulièrement mauvaises pour les conducteurs chinois. Déjà, la Chine a dépassé les USA en matière de ventes de voitures en 2009. Depuis cette date, il se vend désormais tous les ans plus de voitures en Chine qu’aux USA.

La photo ci-dessus représente l’heure de pointe sur le pont Guomao à Pékin le 11 juillet 2013.

Huit villes chinoises (Tianjin, Shenzhen, Hangzhou, Chengdu, Shi Jia Zhuang, Chongqing, Qingdao et Wuhan) ont déjà prévu d’imposer des limites aux ventes de voitures pour limiter la pollution, mais l’association chinoise des constructeurs automobiles est déjà en train de combattre ces projets, en disant qu’ils vont plus nuire à l’économie qu’ils ne vont aider à résoudre le problème de la pollution.

En fait, tout se passe comme si l’automobile était en train de creuser sa propre tombe. Ce ne sont probablement pas les écologistes qui arrêteront la folie automobile, ni même la crise économique ou une hypothétique prise de conscience climatique ou énergétique, mais plus sûrement les voitures elles-mêmes qui finiront bloquées dans un embouteillage permanent.

tennis-sur-autoroute.jpg

On en parlait ici même en octobre dernier, les embouteillages en Chine atteignent désormais un tel point de non-retour que les Chinois ont pris l’habitude de passer le temps en promenant leur chien ou en faisant du tennis…

Car en Chine, on ne parle pas seulement d’embouteillages à l’heure de pointe du matin ou du soir, on parle d’embouteillages qui peuvent durer plus de 10 jours sans discontinuer, les gens essayant tant bien que mal de s’organiser pour continuer à vivre au bord de la route…

En la matière, le mieux est de citer un spécialiste, à savoir Bill Ford, Président de Ford et arrière petit-fils d’Henry Ford, qui déclarait au Wall Street Journal’s le 03/03/2011:

«Le nombre de véhicules dans le monde, aujourd’hui de 800 millions, pourrait croître pour représenter entre deux et quatre milliards de voitures et camions en circulation d’ici le milieu de ce siècle. Où iront tous ces gens ? Où est-ce que toutes ces voitures vont aller ? (…) La réponse ne consistera pas à bâtir des routes, parce qu’il n’y aura pas assez de place. Comment va-t-on pouvoir permettre à la nourriture de circuler lorsque tout le trafic sera bloqué en permanence ? Comment les ambulances pourront-elles remplir leur mission?»

Ce qui nous guette, c’est donc la paralysie totale et permanente, le Grand Embouteillage de Comencini. On veut nous vendre toujours plus de technologie dite « propre », à coup de voitures électriques ou autres hybrides, mais quel sens cela a-t-il si la consommation d’énergie et les émissions de CO2 continuent malgré tout d’augmenter pour en arriver au bout du compte à un blocage total du trafic?

Pour finir, voici une image qui résume magnifiquement l’étendue du problème. La photo a été prise dans la ville de Xi’an, dans la province chinoise de Shaanxi, mercredi dernier.  Elle a été placée sur Weibo, le Twitter chinois et représente un joli cas d’embouteillage de carrefour. Les utilisateurs de Weibo appellent ça un « Mahjong Gridlock » en référence au célèbre jeu.

Maintenant, essayez d’imaginer comment sortir de tout cela?

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

15 commentaires sur “Vers l’embouteillage permanent

  1. Laurent

    Des embouteillages qui durent 10 jours !!! …On en fait des kilomètres à pied en 10 jours.

  2. tichit

    L’essor de la classe moyenne asiatique est une catastrophe programmée.
    Il nous faudra combien de planète pour satisfaire tout le monde?

  3. Jean-Marc

    ce n est pas l essor de la classe moyenne, qui est obligatoirement une catastrophe en soit,

    c est la façon générale dont cet essor se traduit dans la hausse de certains types de produits destructeurs pour la planète

    Car rien ne les prédispose à consommer obligatoirment 3 fois plus de viande que quand ils étaient pauvres, à consommer des laitages (inconnus jusque là), ou à acheter une voiture
    (« rien » de biologique*, même si la pub, les films/séries occidentales, la pression socio-culturelle actuelle, … y contribuent, actuellement,..);

    ils pourraient aussi dépenser plus d argent en éducation, en soin, en économie pour le chômage/la maladie/la retraite (ce n est pas géré par l’état… encore pire qu’aux USA)].

    * au contraire… niveau biologique, les asiatiques ne sont pas fait pour consommer des laitages :
    ils ont une déficience en lactase, nécessaire à la digestion du lait, des flancs et d ‘un certain nombre d autres laitages (mais pas nécessaire pour les yaourts et fromages, comme ils sont « pré-digérés » par les bactéries du yaourt ou caillette pour les fromages, dont le fromage blanc)

  4. Le cycliste intraitable

    Les restrictions sur le nombre d’automobiles sont déjà effectives à Pékin, Shanghai, et peut-être déjà Canton. L’attribution se fait selon différentes méthodes, qui relèvent quelquefois de la loterie… au sens propre.

    À Shanghai, le prix minimum d’une immatriculation dépasse les 80 000 RMB, soit 10 000 €. À Pékin, où déjà 5 millions de voitures circulent, un million de ménages attendent de pouvoir faire immatriculer leur voiture, à raison de 20 000 par mois.

    Ces systèmes de contrôle des immatriculations, s’ils ont le mérite d’exister, ne suffisent pas pour éviter les bouchons monstrueux qui se forment dans les grandes villes. Le mécontentement de la population désireuse de se déplacer en voiture commence à faire monter la tension. Les systèmes d’immatriculation en ligne sont régulièrement hackés.

    J’avais lu dans un guide de voyage sur la Chine que la location de voitures n’est pas du tout dans les mœurs, et personne ne semble croire en l’autopartage, solution au dilemme des autorités chinoises. Mais, là encore, la Chine pourrait nous surprendre.

  5. Jean-Marc

    « Mais, là encore, la Chine pourrait nous surprendre. »

    tout à fait :

    comme celà a été dit sur un autre sujet..
    la capacité humaine d adaptation rapide face au changement est grande.

    ainsi, plus personne ne prend de paquebot transatlantique, et il a fallut moins d’une 20aine d année pour que, en europe, le véhicule particulier à moteur à explosion déclasse la traction animale (atelage et montée).

    (en 14-18, les taxi parisiens réquisitionnés pour la Marnes sont une rareté : le basculement du transport animal vers le moteur à explosion s’est fait dans l entre 2 guerres)

    ainsi, ils vont dans le mur à très très grande vitesse (embouteillage permanent, pollution faramineuse*, demande de pétrôle supérieure à la production)

    => donc, à un moment, le gouvernement et/ou la population va devoir réagir :

    les responsables politiques/entrepreneurs ne peuvent pas se déplacer uniquement en hélico, donc ils ne supporteront pas longtemps l embouteillage permanent
    => j’imagine très bien qu’ils vont décréter des quartiers entiers (voire des autoroutes), où seules certaines personnes auront le droit de rouler en voiture (les grands patrons, les grands politiques, …).
    Que ces quartiers restent ouverts à tous (à pied/vélo) où carrément soit fermés par une enceinte, tel la cité interdite, ou de nombreuses zones résidencielles aux USA.

    ils ont deja interdits des quartiers entiers aux 2RM à essence (les élec. restent autorisés),
    et interdits d autres quartiers (les quartiers riches)… aux… vélos….

    donc interdire certains véhicules dans certaines rues… ils savent le faire ^^

    * pollution pas seulement due au transport,
    mais aussi aux centrales et usines :
    dans de plus en plus de grandes villes chinoises, on ne voit plus le soleil : on le devine derrière un « nuage » de polluants atmosphèriques.
    les maladies respiratoires et les allergies explosent… et ce n est pas un peu de corne de rhinocéros, ou un autre placebo, qui vont améliorer les choses…

  6. gabdujap

    pour répondre à Jean-Marc en chine la plupart des quartier résidentiel aisés sont déjà fermés par des enceintes avec Gardes 24H/24,restaurant et club de sport à l’intérieur.

  7. Nicolas

    L’embouteillage arrivera aussi au vélo si une pratique du tout vélo ce met en place.
    Bon certes dans une moindre mesure étant donnée la place utile du véhicule, mais un bouchon quand même.

  8. Pédibusdutheil

    Le côté pédagogique de l’engluement et de l’empoisonnement atmosphérique ne peut qu’être favorable aux projets de réseaux de transports publics de qualité.

    Reste la mise en place de péages cordons pour financer ça… mais le rétro populisme risque de faire faire du stop and go (voir l’échec du référendum à Manchester: http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=FLUX_091_0045 pour ceux que ça intéresse je peux fournir l’article complet).

  9. Marion

    Merci ! Je me sent un peu moins seule à la lecture de ce genre d’article, qui résume assez bien mon point de vue sur le sujet, en mieux documenté . . .
    Comment sortir de tout cela ?
    Un petit supplément de conscience collective, un soupçon de créativité individuelle, et tout serait possible !
    Avec tout mon soutient pour ce site qui me réconforte presque à chaque lecture . ^-^
    Marion

  10. Vincent

    > L’AEI s’attend à ce que la consommation d’énergie des transports urbains double d’ici à 2050, en dépit des nouvelles technologies et des améliorations concernant les économies de carburant.

    L’AEI est-elle au courant que…

    1. nous sommes déjà plus ou moins arrivé au pic de production de pétrole, et que la consommation des nouveaux gros convives que sont la Chine et l’Inde va nous rapprocher encore plus rapidement de la chute de la production

    2. de par l’insuffisance des batteries, les voitures électriques sont encore loin de pouvoir remplacer les voitures thermiques, et qu’elles vont de toute façon nécessiter d’importants investissements (réseau élecrique à adapter, nouvelles centrales – a priori nucléaires puisqu’il faut produire sans CO2 et qu’il n’existe pas de bonne solution pour stocker l’électricité intermittente des éoliennes et panneaux solaires)
    ?

    Les vingt ans qui viennent vont êtres intéressants.

  11. MarcDSMarcDS

    @Nicolas

    « L’embouteillage arrivera aussi au vélo si une pratique du tout vélo ce met en place. »
    Sauf que c’est précisément cette pratique-là qui existait en Chine et qui est en train de se faire remplacer par le tout voiture!
    Il n’y a pas que la place prise par le véhicule, il y aussi le nombre de km parcourus avec ce véhicule qui entre en ligne de compte. Et ce nombre de km est évidemment bien plus important avec une voiture qu’avec un vélo.

  12. Struddelstruddel

    Quand un pays arrive droit dans le confort, il lui faut un certain temps avant qu’il en ait tellement profité qu’il se rende compte qu’il est peut être temps de se remettre en question.

    Et encore, tous ne se remettront pas en question (combien se complaisent dans cette situation en occident) et parmi ceux qui le feront, tous n’agiront pas nécessairement.

    La prise de conscience se fera quand les gens n’auront simplement plus le choix, pour l’instant ils l’ont, donc peu importe les emmerdeurs écolo à vélo ou à pieds, on a tous le droit à son p’tit confort, après tout on a travaillé pour l’avoir.

    Pour la planète, on verra dans 1000 ans, y a le temps.

  13. Jean-Marc

    Pour répondre à mon commentaire du 6 sept.,
    la chine vient de réagir, fasse à la pollution massive de l air.

    Mais pas en agissant sur le transport routier (qui est la cause principale de l AUGMENTATION de la pollution de l air, en chine, ces dernières années),
    mais en agissant sur les industries, en particulier les industries lourdes, dont les industries de l’énergie fonctionnant au charbon
    (qui sont la principale cause de la pollution « de base », la majeure partie de la pollution actuellement, même si en croissance moindre que les transports)

    ainsi, il est prévu de fermer des centrales au charbon

    c.f. une partie des infos ici :
    http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-chine-s-attaque-a-la-pollution-atmospherique-dans-ses-grandes-villes_401054.html

    le pb : selon le sous-titre, c est des « propositions de mesures »

    Donc la route semble encore longue, avant que la chine soit détrônée de son nouveau trône de pays et ensembles de villeS les plus pollués au monde…


    « Pékin, qui a vu une baisse de sa fréquentation touristique de près de 15% au cours de la première moitié de l’année »

    Et oui.. être la ville la plus polluée au monde n attire pas les touristes .. (quels ingrats..)

    La France, donc le 1er secteur économique est le commerce (plus de 10% de notre économie), ne devrait surtout pas l’oublier :

    Nous polluer, c est mauvais pour la santé de nos citoyens, mais en plus, c est mauvais pour notre économie, pour nos revenus…

    Donc, même si on se moque de l’état de notre pays, de nos citoyens, économiquement, c est important de limiter la pollution dans le pays
    (algues vertes et autres conséquences de l agriculture industrielle ultra carnée issu du soja et maïs d’importation, diesel et autres conséquences du tout routier et tout diesel, déchets nucléaires,…)

    Rappel :
    la france est la championne du monde des motorisations diesel, les pires qui soient niveau cancers des voies respiratoires, ceci, venant des particules fines de moins de 3µm *.
    En particulier, les diesel récents, commun rail + filtres à particules, qui sont les PIRES niveaux particules fines inf. à 3µm

    * PF3 ?
    question :
    j ai lu qu’il était question de PF10 et PF2.5, pas de 3 ? c est quoi cette histoire ?

    réponse :
    c est la différence entre la biologie, et la physique,
    entre la physiologie humaine, et la disposition de matériel de laboratoire :

    l humain est sensible à 3 types de particules :
    – les plus de PF10, qui ont une action sur la peau… qu’on va négliger
    – les PF10, qui n entrent que dans les voies supérieures, et donc font « peu » de degats (zone de contact limitée + taille peu pénétrante : donc moins de degats, au niveau de ce qu’ils atteignent)
    – les PF3, qui entrent dans les alvéoles pulmonaires… et là, c est la cata complète… les dégats s apparentent à l amiante…
    (mais en moins pire sur le très long terme, car elles sont +/- biodégradables, contrairement à l amiante)

    En labo, les fournisseurs nous proposent des filtres 10 ou 2.5 (ou d autres tailles), les 3µm ne sont pas un standard…
    cependant, physiologiquement, c est ce qui compte (peut-etre qu’un fabricant en produira des pas cher, bientôt ?)

    le risque, si on ne s occupe que des 2.5,
    c est que les motoristes, s arrangent pour faire des particules juste un peu plus grosses… afin d être homologués dans les prochaines réglementations plus restrictives, qui limiteraient les PF2.5;
    et donc, diminuent les <2.5, mais que celà induise, par repport, par la combustion moins poussée, une hausse des 2.5<PF<3 non mesurées…
    et donc, qu'ils soient autant, voire plus dangereux, mais que celà ne soit plus mesuré…

Les commentaires sont clos.