Merci les bonnets rouges !

Le mouvement des bonnets rouges piloté par le MEDEF et la FNSEA avait réussi l’année dernière à suspendre le projet d’écotaxe, prélevée sur les poids lourds qui polluent sur les routes françaises. Or, le produit de cette écotaxe devait servir entre autres à financer de nombreux projets de transports en commun, voire même des projets destinés au vélo. Aujourd’hui, on découvre la liste de tous ces projets à l’arrêt pour cause d’abandon de l’écotaxe.

Outre le fait que la suspension de l’écotaxe fait perdre de l’argent à l’Etat qui doit payer des dédommagements à la société privée chargée de la percevoir, on parle de plusieurs centaines de millions d’euros, ce sont également de très nombreux projets de transports en commun et donc les contrats de plan Etat-Régions qui sont aujourd’hui en suspens.

Évidement, de très nombreux élus de droite sont également contre l’écotaxe, vous pensez bien, un mouvement piloté par le MEDEF et la FNSEA, on est dans la même ligne idéologique! Au passage, ces élus, qui cherchent désespérément à faire oublier le scandale du financement occulte de l’UMP, ont sans doute oublié que l’écotaxe faisait partie des mesures décidées par le Grenelle de l’environnement… quand ils étaient au gouvernement!

Mais que voulez-vous, les élections municipales approchent! Le bonnet rouge a un bulletin de vote et il ne vote pas vraiment rouge…

Sauf que les bonnets verts aussi vont voter aux municipales et eux, ils souhaitent que la TVA sur les transports en commun reste à 5% car il s’agit d’un mode de déplacement particulièrement écologique par rapport à l’automobile.

Pas de chance, on aura la double peine: augmentation de la TVA et donc des tarifs des transports en commun et arrêt des nouveaux projets de transports en commun! En gros, il ne reste plus qu’à se mettre à la bagnole

En effet, France Info révèle la liste d’une centaine de projets de transports en commun qui devaient être financés en partie par les 450 millions de recettes prévus par l’écotaxe, aujourd’hui à l’arrêt.

Et il y a de tout, des lignes de tramway à Marseille, Strasbourg ou Nantes, des lignes de bus à Lille, Annecy ou encore Laval… En grande majorité, ce sont des créations, extensions ou aménagements de ligne de bus (52 au total).

Mais il y a également 16 lignes de tramway (nouvelles comme à Amiens, à Angers ou des prolongements comme à Grenoble) et deux lignes de métro (en banlieue lyonnaise et à Toulouse). Il y a aussi des funiculaires ou des téléphériques urbains comme celui de Brest, ainsi que des navettes fluviales comme dans l’agglomération boulonnaise. On trouve aussi deux projets de tram-train à Aubagne et en Lorraine et même six projets de parkings vélo sécurisés à Lille, Boulogne, Annemasse, Tours, etc.

On dit donc merci aux Bretons, merci aux élus de droite, merci au MEDEF et à la FNSEA, merci aux bonnets rouges!

Voir la liste des projets de transports en commun à l’arrêt pour cause de suspension de l’écotaxe:
http://www.youscribe.com/catalogue/tous/actualite-et-debat-de-societe/medias/les-projets-de-transport-suspendus-au-sort-de-l-ecotaxe-2404406

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

33 commentaires sur “Merci les bonnets rouges !

  1. Pim

    Hier, j’avais lu un article de FNE sur le meme sujet : http://www.fne.asso.fr/fr/nos-dossiers/transports–mobilite-durable/eco-redevance/ecotaxe-poids-lourds.html

    Ceci dit, je me fais l’avocat du diable 2 minutes, et rappelle qu’en bon bagnolard, je ne vois pas pourquoi une taxe pour les poids lourds, qui sera répercutée sur le prix de mes fraises d’Espagne transportées par camion jusqu’à mon supermarché préféré en périphérie bétonnée, donc qui me sera indirectement imputée, devrait servir à financer des projets de transports pour bobos écolos ou pour pauvres.

  2. alain

    On peut aussi voir la chose autrement:
    On impose une taxe sur les camions pour financer des projets grandioses dans les villes françaises. Mais où sont les projets qui retirent les camions des routes pour les mettre sur les trains?

    L’écotaxe pour financer des parkings vélo à Tours? Quelle connerie. ToursPlus n’a donc pas les moyens de le faire sans ecotaxe? Alors qu’elle affecte 750000 euros pour la création d’un virage de Nascar aux parcs des expos.

    Au moins, les suisses quand ils votent des écotaxes, ils les affectent à la suppression des voitures et des camions en affectant les sommes acquises au train. Nous pas. C’est pour cela que je ne suis pas pour les ecotaxes types françaises. Si c’est pour taxer les camions, les laisser rouler encore et encore et faire des tramways qui bouzillent tout sur leur passage, en détruisant les arbres et en provoquant de la spéculation financière, tout en engraissant les poches des pontes locaux et de leur amis, moi, çà ne me satisfait pas du tout.

  3. aurelien

    L’éco taxe permettrai de limiter les camions même s’il n’y à pas redistribution directe, si cela peut faire grimper les prix de certains produits injustement bas, certains consommateurs pourront se tourner vers des produits locaux qui sont aujourd’hui « trop chers » et iront les acheter en transport en communs, à pied ou à vélo ! Quand les consommateurs achèteront la pollution générée par ses produits ils seront peut être un peu plus intéressés par le développement durable. Mais il est vrai qu’une commune devrait pouvoir faire l’effort de construire un parking à vélo même sans l’écotaxe, faut pas non plus déconner et se trouver des excuses.

  4. Vincent

    Le problème de l’éco-taxe, c’est que les transporteurs n’ont pas d’alternative valable:
    – il n’y a pas assez de lignes de train, et de créneaux horaires suffisant pour passer la majorité du transport de marchandises des camions vers le train
    – pas de solution non plus pour transporter les marchandises de la gare jusqu’aux entrepôts/détaillants/clients.

    Pour ce qui est de la Suisse, il faut prendre en considération que c’est un pays plus riche et plus petit, et que son expérience n’est peut-être pas transposable ailleurs.

    De toute façon, le renchérissement du pétrole va nous obliger à changer, mais ça serait en effet bien d’anticiper plutôt que l’argent parte encore plus vers les producteurs de pétrole.

  5. Pédibuspédibus

    Écotaxes, péages cordons urbains et objectifs obligatoires nationaux de périmètres de stationnements payants à décliner dans les PDU ( invention, vœux personnels pour ces derniers) : autant de projets qui resteront dans les cartons et qui risqueront de n’intéresser que les archéologues si l’opinion FN continue sa transgression marine…

    Dommage! On va continuer à déplorer le manque d’ambition des élus, qui vont facilement légitimer une révision à la baisse de leurs promesses de TCSP. Et nous aurons droit au marché florissant des ersatz avec notamment du BHNS à la place du tram et la formule triomphante in fine :  » le BHNS victime de son succès » pour ne pas dire « nous n’avons pas été assez audacieux au départ, donc ça sera harengs en caque même aux heures creuses! »

    Allez voir du côté du quadrant sud est nantais avec leur « busway », et encore sans doute à l’époque existait-il des promesses de participation de l’Etat!

    Donc non seulement la réinternalisation de la daube on s’en passera – pas seulement le lavage des gaz d’échappement diesel et autres filtrés dans l’habitacle à travers la paroi alvéolaire atomobiliste (automobiliste en solo), procédé à breveter segueudeugueu… – avec l’écotaxe en particulier, , mais l’alternative TC on s’assiéra dessus, à condition encore de trouver des sièges de libres à l’arrêt bus…

  6. RonuickRonuick

    @Alain : les « Autoroutes ferroviaires » sont en développement (enfin), après celle des Alpes, puis celle entre Luxembourg et le sud de la France.
    Il s’agit de celle entre Calais et le Luxembourg, pour capter le trafic transmanche.
    Prochaine étape, l’axe atlantique, sachant que La Vie du Rail montre le matériel utilisé (le Wagon Lohr UIC de la société alsacienne Lohr, qui avait créé le Modalohr) avec un gabarit… suisse.

    Aux dernières nouvelles ces projets d’autoroutes ferroviaires ne vont pas souffrir dans l’immédiat de ce report imbécile de la taxe.

  7. Alain

    Ronuick:
    Je n’ai pas dit que rien n’existait. Je déplore juste que comme le souligne Vincent, on ne peut pas dire que les alternatives à la route soient suffisamment développés pour avoir un report des camions vers autre chose.
    Alors, on invente une taxe (l’écotaxe) et ensuite? On récolte un bout de l’argent (le plus gros s’en va dans la poche d’une société italienne) et on fait avec le peu qui reste tout un tas de projets grandioses dans les villes mais pas grand chose dans le report des camions.

    Pendant que le peu d’argent de l’écotaxe file dans les projets grandioses de certaines villes, ces mêmes villes se servent de leur propre argent pour continuer dans des projets automobiles ou nuisibles.

    Cf: Tours. Friand de l’argent de l’Etat pour un parking vélo sécurisé dont personne n’a jamais entendu parlé dans la ville, les projets grandioses fusent: construction de tours proche de la gare et en haut de la rue nationale, de parkings souterrains qui vont avec, d’abbatages d’arbres, de projets de finir le périphérique, soutien à RyanAir massif, argent filé pour des spectacles polluants (moto-show/nascar…).

    Ah là là, sans l’écotaxe, comment feraient les projets écologiques?

  8. Laurent

    Tous ces projets d’infrastructures couteux sont à enterrer par contre la taxation des transports est à approfondir . En effet le bétonnage crée de l’activité qui crée du transport alors que renchérir le cout du transport devrait favoriser la relocalisation et les transports gratuits (pieton, vélo).
    Nos édiles sont en train de provoquer la faillite de l’état pour mieux brader ce qui reste de services publics à la prochaine crise financière. Si ils avaient le soucis de l’intérêt de tous les français à long terme ils donneraient priorité au désendettement public.

  9. Pédibuspédibus

    Votez Laurent!

    3€ par litre de gazoline dès maintenant pour renflouer l’Etat!

    Et des péages cordons urbains autour de toutes les agglomérations à PDU pour financer les rénovations de trottoir afin de respecter les exigences de la loi 2005 sur l’accessibilité de l’espace public, financer les TCSP, financer les pistes cyclables…

  10. JAOUEN

    Dommage que cet article soit trop partial et politisé…

    La principale revendication des « Bonnets Rouges », après la suppression de l’écotaxe, est bien de « Décider, Vivre et Travailler en Bretagne ».
    Si ce n’est pas l’éloge de la relocalisation, si ce n’est pas l’attaque directe au consumérisme primaire qui fait importer ses fraises du Maroc et d’Espagne à grands coups de camions, je n’y comprends plus rien !

    Si l’on relit les 11 doléances exprimées par le mouvement dernièrement (http://www.ouest-france.fr/bonnets-rouges-onze-revendications-phares-pour-la-bretagne-1988576), on trouve en 2de et 3ème positions :
    -Le développement des infrastructures et des modes alternatifs de transport
    -Le développement des énergies renouvelables,

    Ca va donc dans le bon sens d’enlever des camions des routes, de limiter les émissions de gaz pas gentils.

    C’est facile de taper sur les Bonnets Rouges, mais quelle est la part exacte du montant de l’écotaxe qui aurait servi au financement des nombreux projets mentionnés ?
    Sur les 450 millions de recette prévus pour l’écotaxe, combien exactement pour tel tram, tel parking à vélo, tel bus ? Le tableau fourni en lien serait plus intéressant s’il y avait cette info en face de chaque projet.

    Plus que l’écotaxe, je pense qu’appliquer le même taux de taxe sur l’essence et le gazole ferait déjà un peu d’effet. L’état français continue de subventionner des véhicules qui polluent plus.
    Arrêtons cette gabegie, arrêtons de subventionner des moyens de locomotion dispendieux, qui consomment toujours plus d’énergie et rejettent toujours plus de pollution.
    Avant de prélever plus, donnons moins à ceux qui n’en ont pas besoin.

    That’s my 2 cents.

  11. CarfreeCarfree

    C’est bizarre, dès qu’on n’est pas d’accord avec quelqu’un, on l’accuse d’être trop « politisé ». Il fût un temps, par exemple à l’époque de la démocratie athénienne, où il était particulièrement noble d’être « politisé ». Désormais, le terme est devenu une insulte, ce qui fait le jeu des puissants et des pouvoirs en place. Car, dès lors, toute contestation de l’ordre en place est forcément « trop politisée » et donc discréditée… Très fort, on ne peut plus rien dire, et on doit désormais accepter tout comme des moutons, ou plutôt des cochons bretons…
    Pour les bonnets rouges, c’est assez drôle de voir défendre ici la relocalisation et la « lutte contre le consumérisme primaire » de la part de gens qui ont érigé en modèle un système ultra-productiviste de surconsommation et de destruction de l’environnement…

    Au passage, il faut dire aux bretons quelque chose d’important car ils semblent n’avoir pas compris grand chose au principe de l’écotaxe: le but de l’écotaxe est justement de faire payer les transports en camion longue distance, comme les fraises du Maroc par exemple… Plus les camions font de kilomètres et plus ils paieront, c’est bien une lutte contre les délocalisations ou les importations longue distance. Et le pire, c’est que ça protège même le contre-modèle breton puisque les circuits courts seront moins pénalisés que les circuits longs…

    Après, tu nous dis: « arrêtons de subventionner des moyens de locomotion dispendieux, qui consomment toujours plus d’énergie et rejettent toujours plus de pollution. » Euh, je crois que tu n’as vraiment rien compris à l’écotaxe… Son principe est justement de limiter les subventions accordées aux moyens de locomotion dispendieux, qui consomment toujours plus d’énergie et rejettent toujours plus de pollution, à savoir les camions! Car ces camions utilisent des routes gratuitement (et les détériorent au passage), ce qui s’assimile à une forme de subventionnement du transport routier polluant. Avec l’écotaxe, on fait payer les camions pour l’usage de ces routes…

    Quand on lit ton message, on comprend mieux pourquoi les bretons se font manipuler par le MEDEF et la FNSEA…

  12. JAOUEN

    Ce n’est pas un défaut d’avoir des opinions et de les confronter à celles des autres : la politique n’est pas néfaste en elle-même… C’est le mot « trop » que tu as oublié dans mon commentaire : « trop partial et [trop] politisé ». C’est par l’excès que cet article pêche, dommage !
    Pour preuve : ton commentaire qui mentionne à nouveau le MEDEF et la FNSEA alors que je n’y fais aucunement allusion dans mon commentaire. Qu’ai-je écrit qui révèle à coup sûr que les Bretons se font manipuler par ces deux entités ?

    Allez ! On souffle un bon coup et on va boire un verre ? ;-D

    Avec l’écotaxe, le bois que je mets dans ma cheminée sera plus cher : pas de soucis pour le vendeur puisqu’il reportera l’INTEGRALITE du surcoût sur la facture du client (pas fou le vendeur!). Et ce sera valable aussi pour les fraises du Maroc ou de Plougastell !
    Dans sa mise en œuvre, l’écotaxe est donc un impôt supplémentaire réclamé à tous ceux qui achèteront sans aller eux-mêmes chez le producteur. Valable aussi bien pour le citoyen écolo qui roule à vélo que pour le bobo qui a du mal à garer son 4×4 en ville. C’est cela qui n’est pas juste… surtout quand on mentionne « éco » dans le nom même de la taxe.

    A Caen, il y a eu une idée d’étendre les activités portuaires en créant une navette maritime entre Le Havre et Caen pour dégager le flux des camions. Elle a été mise en stand-by parce que les riverains du port avaient peur du bruit…
    Visiblement, la navette refera probablement surface cette année : 200 à 300 camions en moins par trajet ! C’est plutôt ça qu’il faut défendre plutôt que des portiques chers à installer et à entretenir…
    De même qu’il serait bon de favoriser le fret ferroviaire… 😐

  13. CarfreeCarfree

    Ça commence mal, tu n’as même pas lu mon commentaire… Si tu le lis, tu constateras que je n’ai rien oublié du tout…

    Et il n’y a aucun excès dans cet article, seulement la triste vérité. Le seul excès, c’est qu’il va à l’encontre de ce que tu penses et comme tu penses sans doute « être dans la normalité », tout discours qui va à l’encontre de ce ce que tu penses te paraît forcément excessif.
    Personnellement, ce sont tes commentaires que je trouve excessifs et tout particulièrement « politisés », dans la mesure où ils défendent une politique extrémiste soutenue par le MEDEF et la FNSEA, à savoir le maintien coûte que coûte du contre-modèle de développement économique breton basé sur le productivisme et la pollution généralisée des cours d’eau et du littoral.

    Et je n’ai jamais dit que tu mentionnais le MEDEF ou la FNSEA alors je vois pas où est la soi-disante « preuve » que tu brandis? C’est l’article ainsi que mon propre commentaire qui mentionnent ces deux organisations extrémistes. Car, effectivement, je ne pense pas que tu vas revendiquer le fait ouvertement d’être manipulé par ces structures, même si au bout du compte, c’est exactement le cas…

  14. Mirkorne

    N’était-ce pas le but premier de l’écotaxe que de financer le type de projet que vous mentionnez?

    Enfin rapporter aux kilomètres, les fraises de Plougastel devraientt revenir moins chères aux Brestois que les fraises du Maroc sur le plan de l’écotaxe puisqu’elles n’auront à traverser que le Pont de l’Iroise!

  15. JAOUEN

    Allez, j’en rajoute une couche parce que je ne vois pas vraiment où ‘CARFREE’ veut en venir :
    « Personnellement, ce sont tes commentaires que je trouve excessifs et tout particulièrement « politisés », dans la mesure où ils défendent une politique extrémiste soutenue par le MEDEF et la FNSEA, à savoir le maintien coûte que coûte du contre-modèle de développement économique breton basé sur le productivisme et la pollution généralisée des cours d’eau et du littoral. »

    Merci de bien vouloir m’expliquer (ce sera sûrement utile à d’autres) en quoi mes commentaires postés sur ce site défendent le maintien coûte que coûte du productivisme et de la pollution généralisée des cours d’eau et du littoral.

    Ce que j’ai dit :
    – j’ai parlé de relocalisation (décider, vivre et travailler dans un périmètre moins éclaté, c’est une bonne chose, non ?)
    – j’ai rappelé les doléances des Bonnets Rouges, notamment pour d’autres modes de transport et des sources d’énergie renouvelables
    – j’ai rappelé que c’est le consommateur final qui règlera la note de l’écotaxe
    – j’ai indiqué que des alternatives aux camions peuvent exister, mais devraient être encouragées et stimulées pour être opérationnelles car les habitudes de confort sont difficiles à faire bouger (ou monopole pour le fret ferroviaire)
    – j’ai indiqué que le tableau serait plus intéressant s’il était complété par une ligne indiquant, pour chaque projet cité, quelle part de la recette écotaxe allait y être affectée

    Si tu préfères que la discussion continue par mail, pas de soucis… Tu as mon adresse (même si je n’ai pas la tienne), mais j’aimerais vraiment avoir une réponse à comment tu arrives à la conclusion que je suis pour le productivisme et la pollution des cours d’eau. 😉

  16. Jean-Marc

    Ce qui est « amusant »,
    c est les fermeture de plusieurs abattoirs de poulets et de porcs en bretagne et pays de la Loire AVANT la mise en place des portiques :

    (je ne parle pas d avant l industrialisation de l agriculture bretonne)

    dans les années 70
    les porcs et poulets étaient élevées industriellement en bretagne et pays de la loire, tué sur place, et vendu, en france, mais aussi un peu partout (les poulets doux ou louet vendu en arabie saoudite grâce à l aide Feoga, l aide à l export)

    récemment, certains ont constaté qu’élevés des porcs en roumanie,
    ou les élevés en france, les mettre sur des camions, les faire abattre en allemagne (grâce à des polonais, tchèque, roumain, payés 2E de l heure), mettre la viande dans des camions, revenait moins cher que de les abattre en france…

    en fait, c est grâce au prix extrêmement bas du transport routier en europe, que de nombreux abattoirs et même éleveurs ont mis la clés sous la porte, ou fermé certains de leurs centres, ces 3 dernières années.

    En fait, en brûlant les portiques, ils garantissent un prix du transport routier planché.. donc ils garantissent plus de chômage dans l agriculture d élevage industriel bretonne et des pays de la loire…

    Se battre pour se garantir plus de chômage… sont fort ces bretons…

    (par contre, pour les patrons et actionnaires des boites de transformations, qui font venir leur viande de plus en plus d ex-europe dz l Est, en particulier de roumanie, c est vraiment bcp bcp plus rentable… ils peuvent dire merci aux benêts rougeots)

    Le moins-disant social (et qualitatif) gagne forcément, quand le principal critère d achat est le prix…

    Vivre les lasagnes boeuf au minerai de chevaux impropres à la consommation humaine
    Si on recherche tjrs les prix, on réussis à avoir le produit correspondant au prix qu’on paye…

  17. Alain

    Carfree:
    Je ne pense pas que l’écotaxe voulait remettre en cause les trafics longue distance: les autoroutes payantes n’étant pas impactées par l’écotaxe. Les transporteurs longue distance prennent les autoroutes, pas les départementales.

    L’écotaxe, c’était une lubie pour faire plaisir au verts, qui sont plus dans l’orthodoxie dogmatique que dans l’écologie.

    J’ai parlé avec plusieurs verts de cet écotaxe. Ils étaient contents parce que c’est pour mettre les camions sur les trains. Ben, oui, mais problème… A St Pierre des corps, y’a une grosse gare, y’a pleins de voies, mais elles sont pleins d’herbe. Bref, mettre des camions sur des rails qui n’existent plus, bien vu l’aveugle.
    Et puis quand on souffre en plus d’une autoroute urbaine avec des défilées de camions (je ne saurais pas les compter à la minute tellement qu’il y en a) et qu’on se dit: « eux rouleront toujours », l’écotaxe, on se demande bien si c’est pas un attrape couillon.

    Fait autrement, peut-être oui, mais fait comme çà, surement non.

  18. CarfreeCarfree

    Tout à fait d’accord avec toi Jean-Marc, une fois de plus, tu as l’art d’expliquer les choses pour qu’elles deviennent limpides…

    Quant à Jaouen, comment dire, il faut que je t’explique en quoi tes commentaires défendent le modèle breton du productivisme et de tout ce qui va avec (surconsommation, pollution, etc.)? Quand on ne veut pas comprendre, c’est dur…

    Pourtant, c’est assez clair je pense, Jean-Marc l’a expliqué, le mouvement des bonnets rouges souhaite en premier lieu (et avant toutes les pseudo-mesures mises en avant par la suite) maintenir un cout du transport routier bas pour continuer le business as usual, c’est-à-dire produire massivement du poulet ou du cochon industriel qui détruit l’environnement et l’exporter aux quatre coins de la france et même du monde car on retrouve ensuite du poulet breton sur les marchés de Dakar qui coûte moins cher que le poulet local et qui asphyxie les petits agriculteurs locaux…

    Je vais te le dire autrement, tu t’es fait enfumé par les bonnets rouges. Tu nous parle de revendications sur la relocalisation ou les alternatives aux camions. Mais pourquoi ne pas citer les quatre revendications fondatrices des bonnets rouges (sur le lien que tu nous as donné)?
    -La suppression définitive de l’écotaxe poids lourds
    -La fin du dumping social
    -La fin de l’avalanche de normes et de contraintes administratives
    -La relocalisation des décisions en Bretagne.

    La première revendication est très claire, c’est même la raison d’être du mouvement. La seconde, elle ne mange pas de pain, tous les salariés sont contre le dumping social. La troisième, je l’aime bien, la « fin des normes et des contraintes » on sait ce que cela veut dire, surtout pour le MEDEF… Cela veut dire, mois d’impôts, moins d’état et plus de libéralisme et de capitalisme. Bref, du bon vieux poujadisme… En outre de quelles normes on parle? De celles sur les rejets de nitrates ou des phosphates dans les rivières par exemple? On voit très bien ou le mouvement des bonnets rouges veut en venir: laissez-nous faire avec notre modèle productiviste polluant et arrêtez de nous faire chier avec vos normes qui empêchent de polluer tranquille… Et la quatrième, la relocalisation des décisions en Bretagne, celle là c’est la meilleure! Il faudrait quand même rappeler que depuis les lois de décentralisation 80% des décisions politiques impactant le local sont décidées au niveau local, c’est-à-dire en Bretagne… Après, je sais très bien aussi qu’une bonne partie du mouvement des bonnets rouges est soutenu par les indépendantistes bretons… A vrai dire, mon point de vue sur le sujet est clair: je suis favorable à l’indépendance de la Bretagne, une région qui coûte très cher à la France (comme la Corse). Je serai tenté de dire, débrouillez-vous, vous n’aurez pas d’écotaxe, mais il faudra aussi vous débrouiller aussi pour tout le reste et je ne pense pas que la Bretagne soit un territoire, comment dire, économiquement viable…

    Quant à Alain, je crois comprendre ton point de vue, qu’on retrouve un peu sur tous les sujets: si je résume, quelle que soit la mesure, elle est forcément imparfaite, donc ne faisons rien? Franchement, tu as peut-être raison, c’est un débat de fond, une mesure vaut-elle le coup d’être défendue même si elle est imparfaite et ne donne pas entièrement satisfaction? Je pense que oui, peut-être parce que je suis un incorrigible optimiste. Après, je serai tenté de dire que toute mesure est critiquable, mais que proposes-tu de mieux qui soit applicable (je ne parle pas de choses impossibles dans la configuration actuelle)?

    En fait, il n’y a pas de solution simple. Tu parles par exemple du fret. Pourquoi le fret ne se développe-t-il pas malgré les pseudo engagements démagogiques de la « transition écolo » ou autre transition énergétique? De mon point de vue, pour un faisceaux de raisons distinctes:
    – le transport routier est largement subventionné, il ne paye pas pour les dommages environnementaux qu’il cause. En ce sens, l’écotaxe permettrait de se rapprocher du coût réel du transport routier en donnant un prix plus juste aux yaourts qui parcourent des milliers de km.
    – en france, on a une sncf chargée du fret qui gère également des compagnies de transport routier comme Geodis… C’est pas un peu schizophrène comme position?
    – et surtout, je pense que les politiques et les décideurs ont un gros problème avec le fret ferroviaire: tant que ce sera géré par des cheminots sous statut « protégé », ils auront toujours peur que de grosses grèves bloquent totalement le trafic de marchandises. Dit autrement, imagines par exemple que le trafic de conteneurs entre le Havre et Marseille soit à 90% transporté sur des trains par le biais d’autoroutes ferroviaires. Le jour où tu as une grosse grève des cheminots, plus rien ne passe et les répercussions économiques peuvent être énormes… C’est pourquoi, je pense que les politiques veulent d’abord casser le statut des cheminots pour les remplacer par des précaires, genre des roumains ou des polonais comme pour le transport routier, des gars avec des contrats à deux balles qu’on peut virer comme on veut. Avec eux, pas de risque de grève…

  19. alain

    Carfree:
    J’ai dit que l’écotaxe est imparfaite parce qu’elle est une opération de comm’ et de taxes.
    Dans les pays du Nord, on fait des trains et ensuite on taxe les camions pour les monter dans les trains.
    En France, on taxe les camions, on ne les empêche pas de prendre les autoroutes, et avec l’argent récolté, on fait (un peu) de train, et (beaucoup) de tramways.

    Si tu trouve cela bien, tant mieux. Moi pas.

    Qu’est-ce que je propose? En ces pics de pollution, je proposerais d’interdire la voiture et les camions. Mais, on préfère laisser couler et interdire aux enfants de sortir dehors à la récréation.

  20. CarfreeCarfree

    Alain: on ne va pas refaire le débat sur le tram ici, je sais que tu es contre le tram, ce n’est pas mon cas. Oui, je trouve ça bien de taxer les camions et de financer (entre autres) des lignes de tram avec cet argent…

  21. Mirkorne

    @Alain
    Les transporteurs longues distances ne prennent peut-être pas les départementales, mais les nationales et autres 2×2 voies gratuites, certainement. D’ouest à l’est et du nord au sud, faites moi confiance on peut traverser la France sur de magnifiques routes bien entretenu aux frais du contribuable.

    Or, bizarrement c’est sur ces axes que les portiques étaient postés. En tant que contribuable, je préfère que ce soit les transporteurs qui paient l’entretien des routes plutôt que mes impôts… même si vous allez me rétorqué qu’en tant que consommateur je payerai malgré tout l’addition.

  22. Pédibuspédibus

    Vivement que les Helvètes fassent leur Anschluss : Car Postal pour tous nos chefs-lieux de canton, vrais réseaux de tram dans toutes nos villes et Francs chuisses pour sortir du dogmatisme monétariste de Engueulez-la la Mère Quelle…

    Sauront ceux-là les garder les portiques…
    A coups de hallebarde électro fornique s’il le faut…

    Restera juste à s’occuper des archaïques du TCS*, mais avec la bibine y aura sûrement de négocier et de les envoyer voiturer ailleurs…

    *Automobile club suisse : http://www.tcs.ch/fr/

  23. Jean-Marc

    http://www.liberation.fr/terre/2014/03/04/une-association-chiffre-a-100-000-euros-de-l-heure-la-suspension-de-l-ecotaxe_984438?xtor=rss-450

    « Une association chiffre à 100 000 euros de l’heure la suspension de l’écotaxe
    La mesure aurait permis de réunir plus de 150 millions d’euros depuis le 1er janvier si elle n’avait pas été suspendue, selon les calculs de France Nature Environnement. »

    (c etait deja dans le lien de PIM,
    mais tlm ne clique pas forcément sur tous les liens ^^)

  24. Alain

    Bien sur qu’on ne va pas refaire le sujet du tram. Mais alors pourquoi une écotaxe devant mettre fin aux camions longue distance les met si peu sur les trains? Pourquoi devrait-elle financer les projets pharaonique des élus (tram/téléphérique…)? Pourquoi les autoroutes sont hors du projet?
    Les camions de transit (ceux qui vont de l’espagne vers le nord de l’Europe et inversement) ne prennent pas les nationales. Ils filent non-stop sur l’A10 24/24h. Ceux là qui polluent à outrance ne paieront pas l’écotaxe.
    A l’inverse, un camion partant d’Italie vers les pays du Nord aura obligation de monter sur un train pour une bonne partie du trajet.

    Ecotaxe française? Détournement d’argent public vers un groupe de BTP italien. Projets grandiloquents pour les villes socialistes. Continuation de la pollution des autoroutes.On peut y trouver quelques excuses pour être pour. Mais si tu vis près d’une autoroute, alors tu comprends vite que çà ne changera rien.

  25. Jean-Marc

    Détournement d’argent public vers un groupe de BTP italien.

    çà s est vrai, d ailleurs, c est une innovation du créateur de l exotaxe (Nicolas Sarkozy et le gouvernement Fillion)

    « Projets grandiloquents pour les villes socialistes »
    çà s est faux… c est même n’importe quoi…

    un projets d’impôt prélevé de façon privé inventé par sarkozy (système qui auraient d ailleurs dû être retoqué par le conseil constitutionnel…. mais le conseil a « oublié » de s en occuper…)
    et qui serait spécialement conçu pour les villes socialistes…
    IL est fort Sarko…
    Alain, si on te décrypte,
    tu nous annonces donc que Sarko aurait donc prévu de re-trahir bientôt ?
    Trahir Chirac, Devedjian, Pasqua (ou, dans la vie privée, Jacques Martin pour Cécilia, puis Cécilia pour Carla)
    et trahir tous les français politiquement en s’écrasant devant Merkel, et financièrement, et s’écrasant devant les investisseurs américains et qatari, devant les marchés, ne lui a même pas encore suffit ?
    tu nous annonces qu’il va devenir socialiste?

    (précision :
    la sacem, et d autres revenus privés récoltés de façon privés ne sont pas nouveaux;
    là, Sarko a (ré-)inventé l impôt public récolté par des privés… comme c’était le cas avec le système des fermiers généraux, abolis à la révolution française, car permettant trop de dérives et de détournements…)

    Précision : les autoroutes sans concession sont soumisses aux portails… contrairement à ce que tu affirmes :

    seules les autoroutes SANS péage en sont exceptées :

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006071570&idArticle=LEGIARTI000020039009&dateTexte=

    Chapitre II : Taxe nationale sur les véhicules de transport de marchandises.
    Section 1 : Champ d’application.

    Article 270
    * Modifié par LOI n°2013-431 du 28 mai 2013 – art. 18

    I. ― Le réseau routier mentionné à l’article 269 est constitué par :

    1° Les autoroutes et routes situées sur le territoire métropolitain et appartenant au domaine public routier national défini à l’article L. 121-1 du code de la voirie routière, à l’exception :

    a) D’une part, des sections d’autoroutes et routes soumises à péages ; « 
    […]

    Pour visualiser les routes visées, voici la carte officielle :

    http://cartelie.application.developpement-durable.gouv.fr/cartelie/voir.do?carte=Bande_Decret_ScanIGN&service=DGITM

  26. Pédibuspédibus

    L’écotaxe « reportée », si on veut faire concret dans un comparatif, c’est l’équivalent de la perte d’un réseau de 5 ou 6 lignes de tram par an, avec le concept low cost de Besançon et des lignes de moins de 10 km pour ne pas irriguer inutilement la zone peu dense…

    ça veut dire encore qu’avec cette ressource on offrirait en moins de dix ans un réseau de TSCP lourd de type tram ou tram train à toutes nos unités urbaines de plus de 200.000 habitants. Et ici réseau voudrait dire complément ou création, toujours pour avoir au moins 5 ou 6 lignes, à la suisse ou à l’allemande…

    Non on n’a pas envie de changer de système en France. C’est toujours la même vieille rengaine de France Gall : « Tout pour la bagnole… » « Tout par camion… »
    Et on en crève ou en crèvera de leurs PM 2.5, pire que l’amiante ou d’autres saloperies…

  27. alain

    Tu as tout à fait raison, pedibus.
    Nous mourrons des PM2.5. C’est mon cas. Mais, je dois sans doute être plus bête que je ne suis. CAR:
    A Tours, on a dépensé des centaines de millions d’euros dans un tram qui devait « réduire la pollution ». Le tram est fait, la pollution est toujours là, encore bien qu’avant.
    Je n’ai sans doute pas compris que dans mon refus « obscène » de l’écotaxe, il y avait cecii:
    Taxons les camions et faisons des tramways et des lignes de bus (à haut niveau de service, tant qu’à faire des bus, autant qu’on se la pète..). Que faisons des camions qui payent et qui continuent de rouler? Euh. On les met sur les trams et dans les bus? Que nenni. On les laisse difffuser les PM2,5.
    entre temps, les citoyens payent, les maires peuvent faire leur vastes projets délirants, une société italienne s’engraisse les pattes, les policiens nationaux sont contents: ils ramassent plus de sous, le monde ne change pas, on l’a repeint juste un peu plus vert avec de l’argent.
    Et dire que des indiens disaient que l’homme blanc n’a pas compris que l’argent ne se mange pas..

  28. Pédibuspédibus

    Alain je ne vais pas te faire une réponse en miroir :

    – je dirais plutôt « je me range à ton avis concernant le danger de la motorisation diesel et de l’inaction coupable des sociétés, de leur superstructure comme des individus qui les composent, et je n’en chercherai pas les diverses complaisances et « raisons » explicatives »;

    – je dirais plutôt  » j’abonde dans ton sens pour toutes les initiatives spectaculaires publicisant une action en réalité a minima, ici un TCSP ne répondant que trop partiellement aux besoins de mobilité par d’autres modes de déplacement que la motorisation individuelle, dispensant sans doute d’aller plus loin en réalisant un réseau de TCSP lourd – et non du BHNS à cause de faiblesses constitutives qu’il serait long d’expliquer ici… -, sans doutes aux dépens des pratiques automobiles pour l’usage actuel de l’espace public, dans l’agglomération tourangelle comme dans d’autres villes, ce qui explique sans doute la faible consistance de la volonté politique que nous dénonçons… »

    Pour le cas d’espèce tourangeau permets-moi cet écart dilettante, avec quelques propositions qui pourraient peut être atténuer la pression motorisée locale, et figurent sans doutes déjà dans les projets édilitaires ou parmi les contre propositions des acteurs associatifs et individuels:

    – tirer parti de l’étoile ferroviaire pour du tram et tram train en faisant la guerre d’usure à la bureaucratie infecte des SNCF, RFF et autres usines à gaz qui foutent des restrictions ubuesques sous prétexte de maintenances et contraintes techniques plus ou moins bancroches, visibles (et risibles) uniquement en France ; prendre garde à ne pas répéter les erreurs nantaises de ne pas « interopérer » entre réseau de tram et réseau ferroviaire historique (!)

    – lutter contre l’idéologie de l’ersatz du BHNS en prenant appui précisément sur le contre exemple nantais et le « busway » saturé, inadapté et scandaleusement sous dimensionné et finalement sur facturé au vu de la nécessité de le remplacer à terme par du tram…

    – proposer du BHNS (!!!) sur la 3ème voie de ton réseau d’autoroutes, urbaines ou nationales, éventrant ton agglomération, quand elle existe (A10), justifiant facilement la limitation des mobilités routières qu’on juge à bon droit ici peu « vertueuses »…

    – « pousser à la roue » en vantant les réseaux de tram suisses et allemands en réclamant 5 ou 6 lignes à moyen terme : que les modérateurs du site me communique ton mél avec ton accord pour que je puisses te fournir un n° intéressant de la revue Annales de géographie de décembre dernier sur la chose:

    LE TRAMWAY ENTRE POLITIQUE DE TRANSPORT ET OUTIL DE
    RéHABILITATION URBANISTIQUE DANS QUELQUES PAYS
    EUROPéENS: ALLEMAGNE, ESPAGNE, FRANCE ET SUISSE
    Rubén C. Lois González et al.
    Armand Colin | Annales de géographie
    2013/6 – n° 694
    pages 619 643
    http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=AG_694_0619

    @+

  29. Jean-Marc

    « Que faisons des camions qui payent et qui continuent de rouler? Euh. On les met sur les trams et dans les bus? Que nenni. On les laisse difffuser les PM2,5. »

    En les faisant payer, c est une petite incitation à un repport vers d autres moyens, moins polluants, plus économes en énergie et moins chers (bien q bcp moins subventionnés).

    Mais bien sûr, la suppression de la détaxe de 20 cts par litre de gasoil (détaxe du gasoil par rapport à l essence) serait bien plus efficace…

    Mais entre, d un coté, 1 000 camions passant sur l autoroute de contournement d’une agglo,
    et de l autre, les 100 000 voitures, camionnettes et camions qui s y baladent, qui pollue le plus la ville (donc l endroit où il y a une forte concentration d humains, que cette pollution peut impacter) ???

    Le combat contre les PM 3, contre les maladies dues au traffic, se joue surtout en ville, là où il y a le plus de véhicules et le plus de « cibles » à polluer, de poumons, de personnes.

    Là, les solutions sur connues (bien que non appliquées, en france, depuis qu’on est passé en alerte pollution aux particules fines…) :

    – fermer certaines routes (les ruelles en particulier) au trafic auto (grâce à un plot pneumatique, montant, en entrée ou au milieu de cette rue, la transformant en une impasse, ou 2 demi-impasses; plots installé-là bien avant, pour avoir une soilution dispo en cas de besoin… la politique, c est censé être prévoir, et proposer des solutions…),
    – arrêter les feux (celà permet une réduction de la vitesse, et -bien mieux- une chute des accélérations et freinages brutaux, donc de la SUR-pollution de chaque véhicule)

    après, il y a des actions bcp moins efficaces, qui ont été +/- utilisées ici ou là :

    – les TEC gratuits
    – les VLS gratuits
    – les voies autorisées seulement aux voitures avec 2 personnes ou plus à bord (utilisé aux USA, pas en france)

    précision : les TEC et VLS gratuits n incitent que très peu au report,
    car, ils valorisent un peu l usage des TEC et VLS… mais sans inciter à moins utiliser sa voiture :
    donc l automobiliste n a aucune raison de ne pas utiliser sa voiture… il espère juste que d autres automobilistes vont le faire, donc qu’il subira moins de bouchons…

    [les pires mesures… dont certaines ont été utilisées en france :
    les parkings auto gratuits ou les taxi gratuits : favoriser l usage d’une voiture (personnelle par les parking, ou louée pour les taxi) pour sous-disant aider à réduire l utilisation de voitures et leur pollution… manque juste l élec gratuite pour les voitures élec, pour compléter la liste des mesures les plus crétines…]

  30. alain

    Pedibus:
    Ton programme est bien joli, mais 5 à 6 lignes de tram, ca va couter bonbon dans les impots. Mais là n’est pas le pb finalement:
    Lors des pics de pollution qu’on vient de connaitre (où on a finalement parlé des PM10), dans mon quartier, j’ai personnellement regardé les taux de NOx (dioxyde d’azote)… La norme sanitaire est de 40 microgrammes par m3, je suis monté à 165, enfin, je… disons, c’est monté à 165.
    et le pic de pollution, ca me fait presque rire puisque dans mon quartier, c’est au minimum 6 mois sur 12. Même si y’a vraiment pas de quoi rire.

    Que faudrait-il faire? Attendre quelques années les travaux de 5 ou 6 lignes de tramway alors que la 1ere ligne a repoussée une grande partie des autos vers mon quartier? Attendre que l’écotaxe qui ne s’appliquera pas aux autoroutes produisent un effet quelconque? Attendre de mourir de cette pollution dont tout le monde se fout, parait être la seule solution.

  31. Jean-Marc

    « Que faudrait-il faire? « 
    Il y a des solutions, et tu les connais…

    à TOI de décider si tu préfères faire partie du pb
    (achat en 24h chrono, ou sur des site internet, pour augmenter le nombre de camions; utilisation de la voiture pour des trajets de moins de 10km; achat de produits de l agriculture industriel (les engrais participent au bruit de fond des PM10); installation en zone rurbaine)

    OU si tu préfères faire partie de la solution
    [utilisation du vélo ou d autres modes actifs, achat en local (amap) et d aliments non issus de l agriculture industriels (agriculture paysanne et/ou bio), achat dans des enseignes locales qui font des commandes groupées; installation en zone urbaine]

    Le pb,
    c est que les solutions sont connues… mais qu’on peut juste agir à son échelle :
    nous, en tant que simples citoyens, ne pouvons imposer aux autres le choix de solutions, plutot que le choix de problèmes…

    (par contre, les autorités le peuvent, comme elles viennent de le faire en IdF, avec la circulation alternée, ou avec la transformation d’une rue ouverte à la circulation auto, en une rue autorisée -la journée- seulement aux modes actifs)

    Bien sûr.. celà peut sembler dérisoire, vu la situation…
    mais nous n avons pas bcp d autres possibilités…
    Agir concrètement, plutôt que de faire des plans sur la comète…

  32. Alain

    Bonjour Jean-Marc,

    Constat fait hier soir avec ma femme: malgré nos actions, quel est le bilan en 14 ans de vie à l’endroit où l’on vit:
    – toujours plus d’avions au dessus de nos têtes.
    – Toujours plus de camions, toujours plus de voitures.
    – Toujours plus d’urbanisation qui détruisent le peu d’espace qui reste.
    – Toujours autant de bruit, toujours plus de pollution.

    Je ne fais plus parti du pb depuis bien longtemps, mais le pb n’a pas disparu, il a même empiré.

  33. Jean-Marc

    et malheureusement, celà risque de continuer :

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/03/18/hausse-des-immatriculations-de-voitures-dans-l-ue_4384787_3234.html#xtor=RSS-3208
    « Automobile : hausse pour le sixième mois de suite en UE »

    Mais bon… chacun ne peut agir qu’à son échelle…
    (échelle étendue par ses relations + son activité politique et associative)

    Mais, quand j entend un « écolo » proner de la voiture élec… qui est avant tout une voiture, qui ne permet pas de mettre en avant des solutions de remplacements, mais bien de rester dans la même logique, celà risque encore de prendre des (dizaines d’ ?) années…

Les commentaires sont clos.