Vous êtes un des deux cyclistes de la ville

Les élections municipales de mars 2020 constituent un moment clé pour la désignation dans votre ville d’un maire réellement favorable au développement du vélo et des transports collectifs et partisan de la limitation de la voiture en ville.

Nous l’avons vu récemment, on sent actuellement et depuis quelques mois un frémissement en ce qui concerne la pratique vélo dans de nombreuses villes françaises. Malgré l’absence encore trop générale d’aménagements cyclables de qualité, il y a de plus en plus de cyclistes dans les rues. Comme très souvent, les citoyens sont en avance sur les élus.

Beaucoup de maires sont en effet encore bagnolophiles. Autrement dit, ils pensent que les gens les ont élu pour faire circuler toujours plus de voitures et que les cyclistes sont ultra-minoritaires et que ce n’est donc pas la peine de faire des aménagements cyclables pour eux.

C’est en gros ce qu’avait déclaré l’année dernière Philippe Saurel, président de la métropole de Montpellier: « Beaucoup de gens utilisent le tramway, et faire des infrastructures pour les vélos, pour quelles soient utilisées par deux personnes, ce n’est peut-être pas l’idéal. »

Il ne l’avait pas vu venir, mais cette déclaration montrant la manière dont beaucoup d’élus perçoivent le vélo avait fait le tour du Web. L’association locale Vélocité lançait en effet le hashtag #Jesuisundesdeux sur les réseaux sociaux et faisait un carton. Depuis, Philippe Saurel a repris les discussions avec l’association vélo locale, il a débloqué 15 millions d’euros pour la circulation à vélo et il s’est même rendu à Copenhague pour s’inspirer d’une capitale qui compte plus de bicyclettes que de voitures.

On en est encore bien souvent là. Beaucoup de maires, et de candidats aux élections municipales de 2020, pensent encore que vous êtes en gros deux cyclistes seulement dans votre ville et que donc, ce n’est pas la peine d’investir dans le vélo.

Les élections approchant, il est peut-être temps de se rappeler au bon souvenir des candidats aux élections municipales. Et pour cela, tous les moyens sont bons, en particulier ceux qui font le « buzz » sur Internet: réseaux sociaux, blogs, photos montrant la réalité des aménagements cyclables actuels, etc. Bien entendu, les bonnes vieilles méthodes marchent aussi: courrier ou lettre ouverte aux candidats, adhésion à votre association locale vélo, interpellation des candidats dans les réunions publiques sur les thèmes du vélo et des transports publics et sur la limitation de la voiture en ville.

Avec ses petits moyens, Carfree France peut aussi vous aider. Nous avons plus de 7000 abonnés sur Carbook et près de 5000 abonnés sur Twitfree, on peut aussi participer à votre buzz!

Faites comprendre aux candidats aux élections municipales de 2020 qu’il y a plus que deux cyclistes dans votre ville!

Et si vous voulez agir dès à présent en pédalant, participez à la grande convergence du vélo dimanche 10 novembre 2019. Cet événement, c’est « Tous à vélo », opération nationale à l’initiative de Vélocité Montpellier. En local, c’est le 1er anniversaire de #JeSuisUnDesDeux et ses 1500 vélos réunis sur le parvis de la mairie de Montpellier. De nombreuses villes françaises y participent également: Brest, Grenoble, Lyon, Strasbourg, Nantes, etc. Renseignez-vous auprès de votre association vélo locale.

C’est l’opportunité de faire du vélo un véritable enjeu des élections municipales de Mars 2020.

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

11 commentaires sur “Vous êtes un des deux cyclistes de la ville

  1. Pédibuspedibus

    https://www.20minutes.fr/bordeaux/2633299-20191021-bordeaux-maire-interroge-pertinence-contresens-cycliste-certaines-rues

    on a, à bordo-bordel, un bouseux ripoublicain, kronkrounétocompatible, qui voudrait revenir sur les aménagements cyclables…

    aux ordres de l’automobile club il a dû tenir compte des craintes des bagnolards équipés de belles berlines rutilantes, à la carrosserie au brillant fragile lors des croisements avec les clous…

    ou alors les représentants des SUV-qui-pneu-la-planète-on-s’en-branle y ont fait part de leur grande frustration de ne pas pouvoir appuyer autant qu’il leur plairait sur le champignon en zone 20 ou 30… :

    alors que les dites-zones voient systématiquement bafouées les règles de limitation de vitesse…

     

    Bref, craignons fort que les prochaines échéances locales voient reconduire les bourgmestres les plus bagnolards en faisant perdre un temps très précieux aux sociétés urbaines à l’échelle de la terre entière… :

    les modes de vie de la zone OCDE contribuant massivement au réchauffement climatique, directement et indirectement.

  2. jol25

    Le contre-sens cyclable est le défaut, pas l’exception : code de la route

    -zone 30 : section ou ensemble de sections de voies constituant une zone affectée à la circulation de tous les usagers. Dans cette zone, la vitesse des véhicules est limitée à 30 km/ h. Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes, sauf dispositions différentes prises par l’autorité investie du pouvoir de police. Les entrées et sorties de cette zone sont annoncées par une signalisation et l’ensemble de la zone est aménagé de façon cohérente avec la limitation de vitesse applicable.

    Ce n’est pas la première remise en question, avec déjà une réponse officielle: http://www.senat.fr/questions/base/2018/qSEQ180303549.html

    Simplement, plusieurs choses:

    ignorance du code de la route
    non respect des vitesses
    tolérance en France des forces de l’ordre (zones 20-30 : jusqu’à 50km/h, « ça va »)

    Dans les commentaires de l’article cité :

    les cyclistes du moment qu’il y a une flèche avec un vélo ils ont l’impression d’être prioritaires alors qu’il n’y a la place que d’une voiture et si on ne peux pas laisser passer ils insultent et vous tamponnent le rétro …c’est le monde a l’envers !!

    Et bien non, monsieur le bagnolard… C’est le code de la route tout simplement; Ce n’est pas le bénéfice de la taille ou du poids: le véhicule le plus encombrant doit céder le passage. Ou alors ce monsieur est ambulancier 🙂

    Article R414-2
    Dans tous les cas où l’insuffisance de la largeur libre de la chaussée, son profil ou son état ne permettent pas le croisement avec facilité et en toute sécurité, les conducteurs de véhicules dont le gabarit ou dont le chargement dépasse 2 mètres de largeur ou 7 mètres de longueur, remorque comprise, à l’exception des véhicules de transport en commun en agglomération, doivent réduire leur vitesse et, au besoin, s’arrêter ou se garer pour laisser le passage aux véhicules de dimensions inférieures.

     

    Dans les mêmes cas, tous les usagers doivent réduire leur vitesse et, au besoin, s’arrêter ou se garer pour faciliter le passage d’un véhicule d’intérêt général faisant usage des avertisseurs spéciaux autorisés pour sa catégorie.

     

    Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir aux dispositions du présent article est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe.

     

  3. Prolo

    @jol25 :

    L’article que tu cites concerne les véhicules les plus encombrants :

     » les conducteurs de véhicules dont le gabarit ou dont le chargement dépasse 2 mètres de largeur ou 7 mètres de longueur »

    La majorité des voitures de tourisme sont en dessous de ces dimensions. Plus de 2 x 7 mètres, c’est un camion.

  4. jol25

    Certes, je suis d’accord, mais la règle de fait est : le plus gros laisse passer le plus petit, et pas l’inverse. Donc dans la logique… Il n’y a pas de règle spécifique aux cycles par rapport aux autres véhicules, donc cet article est en général cité pour régir cette situation aussi (n’en déplaise aux motorisés).

  5. jol25

    On peut ajouter : https://www.securite-routiere.gouv.fr/reglementation-liee-la-route/croisement-et-depassement

    Si la largeur de la route ne permet pas le passage de deux véhicule qui se croisent, en raison de la taille ou du chargement de l’un d’eux : les conducteurs doivent réduire leur vitesse et, si besoin, s’arrêter ou se garer pour laisser le passage au véhicule plus petit.

    (en pente, c’est différent, ok)

    Egalement : https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000037411312&cidTexte=LEGITEXT000006074228&dateTexte=20180919

    III.-Sa vitesse doit être réduite :

    1° Lors du croisement ou du dépassement de piétons y compris ceux ayant quitté un véhicule ou de cyclistes isolés ou en groupe ;

    Mais bon, dans les faits, en tant que cycliste, je ne me taperai pas un choc frontal à 2t sous prétexte que je suis dans mon droit 🙂

  6. noel

    Les vrais enjeux ne sont ils pas de:

    Demander à chaque candidat qui se présente des engagements précis sur les actions, les aménagements qu’ils sera en capacité de réaliser comme les vélos bus, le vélo taf, le vélo école, le vélo tourisme, le vélo livraison, les zones 30; la systématisation du double sens cyclable etc

    Sur les aménagements quelle visions et cohérence dans un plan cyclable qui offrent le plus grand intérêt pour tous est il en capacité de produire? Le vélo ne peut pas être déconnecté de la mobilité pour tous et du transport durable.

    Quel niveau financier ce candidat est-il en capacité de mobiliser pour développer la pratique du déplacement doux?

  7. AAlain

    Les Gilets Jaunes (du moins ceux qui acceptent de discuter) prétendent au contraire que les élus en font trop pour les vélos et autres modes de déplacement doux pour bobos dont « personne n’a rien à foutre » (dixit).

     

    Alors, qui croire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.