Le camion aménagé: un bonheur non négociable?

Notre monde tourne autour de la bagnole: travail, loisirs, courses, mobilité du quotidien ou des vacances, seul, en famille ou avec les amis, on y écoute la musique qu’on veut, confortablement installé dans notre petite bulle. On y est tellement bien, et tellement habitué, qu’on oublie en général les conséquences du fait de se déplacer individuellement dans une tonne de métal. A Grenoble et sa cuvette, comme dans toutes les villes où le tout-voiture a régné pendant des décennies, la bagnole reste omniprésente, dans les rues, dans les pratiques et dans les imaginaires, avec son cortège de nuisances. Malgré des efforts pour diminuer la pression automobile, bien rares sont celles et ceux qui envisagent de se passer de bagnole. Ne pas en posséder serait sacrifier une partie de sa liberté, de son bonheur et se vouer à une mise au ban de la société. La mode des camions aménagés, très en vogue parmi les jeunes parents grenoblois, illustre le chemin à parcourir, dans les mentalités et dans les pratiques, pour arriver à une ville, et une vie, sans voiture… Lire la suite…

AlterTour 2020 – Dépêchons-nous de prendre le temps…

Vous avez remarqué ? Plus ça va, plus on court ! On court après le temps au travail, pour voir nos amis, notre famille, et même dans nos engagements associatifs, on finit par courir. Et comme on passe trop de temps assis devant des écrans fades, pour compenser on met des baskets… et on court! La vraie urgence, on la connaît pourtant: elle est environnementale, elle est sociale, elle est locale et elle est globale. Faut-il alors rejoindre la grande course à l’efficacité? Toujours plus, toujours plus vite? Lire la suite…

Appel national pour la gratuité des transports publics locaux

A l’occasion des deuxièmes rencontres internationales des transports publics gratuits à Châteauroux, la Coordination nationale des collectifs pour la gratuité des transports publics a lancé un appel pour interpeller et mobiliser dans la perspective des prochaines élections municipales.  Lire la suite…

SANS TITRE… de transport

La gratuité des transports en commun (TC) est aujourd’hui l’objet de vifs débats: les études sur la faisabilité se multiplient (Sénat, Paris, Île-de-France, Clermont-Ferrand, Grenoble, etc.) et fait l’objet de nombreux articles. L’objectif de la plupart des études et des articles est de démontrer que la gratuité est peu efficace, d’un coût élevé, une incitation au mésusage en s’appuyant souvent sur quelques études bien choisies. Mais, il suffit de gratter un peu le vernis des discours pour mettre en évidence le caractère idéologique de cette opposition, fondé sur des logiques libérales. Car ce qui pose problème, c’est l’idée de gratuité et les difficultés à la financer sans sortir de l’austérité. Lire la suite…

La pollution de l’air met en danger le fœtus en altérant le placenta

La littérature scientifique regorge d’études démontrant les effets délétères de la pollution de l’air sur le développement du fœtus et de l’enfant. On savait déjà qu’une exposition aux particules fines pendant la grossesse augmente le risque de donner naissance à des bébés de petits poids. Plusieurs travaux suggèrent désormais qu’elle pourrait aussi être à l’origine d’un fonctionnement dégradé des poumons ou de troubles neuro-développementaux. Lire la suite…

Palmarès du vélotaf

Au détour d’une publication de l’INSEE consacrée au vélotaf (fait d’aller au travail à vélo), on découvre le classement des communes de 100.000 habitants ou plus en la matière. A vrai dire, il faut bien chercher l’information, car elle fait partie de ce que l’INSEE appelle les « données complémentaires » et qui prennent la forme d’un simple tableur, dans lequel il faut naviguer jusqu’à l’onglet présentant ce qui constitue de fait le palmarès français du vélotaf. Lire la suite…

TGV : perdre sa vie à gagner du temps

Voici une protestation des Amis de Bartleby contre l’inauguration récente de la Ligne à Grande Vitesse entre Paris et Bordeaux (à lire dans le document ci-dessous: « TGV : gagner du temps et perdre sa vie »). Une nuisance à 9 milliards d’euros, destinée à faire gagner 54 minutes aux nuisibles (entrepreneurs, technocrates, universitaires, touristes, etc.) afin d’accélérer leur œuvre de destruction du milieu: 2 heures 04 minutes, au lieu de 2 heures 58. Soit 160 millions d’euros par minute gagnée et 5300 hectares ravagés. Leur temps, c’est nos vies, notre argent. Lire la suite…