Vélo et déconfinement: Le guide express des aménagements cyclables provisoires

Le Cerema (centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) propose un guide court et pratique pour les collectivités qui souhaitent favoriser la pratique du vélo et tester des aménagements cyclables provisoires.

En France, il est possible de multiplier par quatre la pratique du vélo utilitaire, voire par huit grâce aux vélos à assistance électrique, et ce sans avoir besoin de bouleverser nos activités ni d’avoir la condition physique d’un coureur du Tour de France.

C’est une bonne nouvelle, car les atouts du déplacement à vélo sont certains:

– le vélo est un mode de transport du quotidien permettant la distanciation physique nécessaire à la lutte contre le virus, si les aménagements cyclables sont suffisamment bien dimensionnés;

– le vélo est un mode de transport capacitaire, environ quatre à six fois plus que l’automobile à espace disponible équivalent, ce qui permettra d’absorber au mieux le report attendu depuis les transports collectifs;

– le vélo permet également de répondre à d’autres enjeux comme l’urgence climatique ou encore la sédentarité, la pollution locale, la congestion en milieu urbain.

Mais pour révéler ce potentiel cyclable, convaincre les automobilistes et usagers des transports collectifs de se mettre en selle afin de laisser l’usage de ces modes à ceux qui ne peuvent vraiment pas faire autrement, il faut créer les conditions les plus favorables possibles à l’usage du vélo.

Toutes les composantes du système vélo doivent être maximisées: remise en selle pour ceux qui en ont besoin, mise à disposition de vélo en état de fonctionnement, services d’entretien mais aussi un développement massif d’infrastructures de circulation et de stationnement. Améliorer les conditions de circulation des cyclistes via la création d’aménagements cyclables, c’est également renforcer la sécurité des cyclistes en leur fournissant un espace dédié, à l’écart de la circulation des motorisés. De plus, cela permet d’améliorer les conditions de circulation des piétons qui ne verront pas les (néo) cyclistes tenter de circuler sur les trottoirs.

Ce document a été co-construit avec les collectivités, les associations et les services de l’état. Il ambitionne de donner des préconisations techniques à destination des collectivités pour réaliser des aménagements cyclables dans ce contexte inédit.

Les solutions techniques proposées sont nourries par les nombreuses évaluations d’aménagements réalisées par le Cerema. Elles ont pour particularité de pouvoir être mises en place très rapidement et de manière réversible. Elles pourront par la suite être pérennisées, modifiées ou supprimées. Réglementairement, rien n’est plus simple que de créer ou de supprimer des aménagements temporaires, un simple arrêté suffit le plus souvent. C’est une formidable opportunité pour repenser nos aménagements urbains, mais aussi et surtout négocier au mieux la phase de retour à des activités habituelles qui se présente avec le déconfinement.

Ces recommandations formalisées par le Cerema à la demande du Ministère de la Transition écologique et solidaire dans ce document, sorte de « guide express », sont publiées dans des délais contraints et dans l’urgence d’apporter des premières réponses concrètes. Illustrées par des schémas et cas pratiques, elles facilitent le passage à l’action et la mise en oeuvre opérationnelle des projets. Ces recommandations sont susceptibles de faire l’objet de compléments et d’évolution en fonction des nouvelles mesures qui pourront être prises par rapport au covid-19.

Télécharger le guide gratuit sur le site du Cerema

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

7 commentaires sur “Vélo et déconfinement: Le guide express des aménagements cyclables provisoires

  1. Yan

    Certes, mais n’oublions pas que ce ne sont pas les recommandations et autres guides d’aménagement cyclables qui manquent… Le certu, par exemple, a édité d’excellents documents pour les collectivités mais bon les collectivités hein…!

    La pratique du vélo est certes entravés par le véritable déficit d’installations sûres et pratiques (stationnement avant tout!), mais surtout surtout cet urbanisme tentaculaire  n’en facilite pas l’usage (5, 10, 15 km pour aller au boulot c’est pas jouable à plus forte raison pour commencer)…

  2. Bernard

    Bonjour

    @Yan, il y a énormément de déplacements

    qui n’atteignent pas 10, 15 km, loin s’en faut,

    qui ne sont pas que « pour aller au boulot »,

    qui ne sont pas uniquement à destination des immeubles de bureau du centre ville,

    mais qui pourtant se font en voiture.

    C’est là qu’est le gisement de déplacements en vélo.

  3. Olivier

    Assez d’accord avec Bernard, je veux bien entendre que pour les victimes (parfois volontaires) de « l’urbanisme tentaculaire », certaines distances soient impraticables en vélo, mais j’habite en plein centre-ville, et je vois bien que la voiture y est également le réflexe alors qu’il est beaucoup moins probable que ce soit uniquement pour des trajets de plus de 5 kms.

  4. Hernan

    Le Cerema a publié également un guide intitulé : « Accompagner le déconfinement  : quels aménagements  pour les piétons? » (voir leur site). Car il faut aussi penser aux déplacements des piétons. « Gagner de la place » pour respecter les règles de distanciation, cela voudrait (doit vouloir?) dire par exemple, pour les élus : Aux abords des écoles, des commerces de centre-bourg, oser (enfin!!) supprimer quelques places de stationnement, apaiser (enfin!!) la circulation, etc. etc.

    Mais comme dit @Yan, ce ne sont pas les guides qui manquent. Pour que ces recommandations soient suivies, comment faire ? … est-ce qu’il ne serait pas question encore une fois, je dis ça au hasard… de courage politique ?

  5. Pédibuspedibus

    Mais comme dit @Yan, ce ne sont pas les guides qui manquent. Pour que ces recommandations soient suivies, comment faire ? … est-ce qu’il ne serait pas question encore une fois, je dis ça au hasard… de courage politique ?

    Ah qu’il serait bon de fabriquer du surmenage chez les juges administratifs, en saisissant partout – et les occases son nombreuses… – en référé le tribunal administratif de son ressort pour tout ce qui cloche, mais surtout tout ce qui continue de clocher, avec les bagnoles toujours stationnées sur le trottoir…

    Allez donc faire de la distanciation physique, même avec les minizups qui vont pas manquer de pulluler avec phébus qui va revenir dard-dard… heu dare-dare voulais-je dire… :

    quand une rue comporte un trottoir-parking on concentre alors le flux piéton sur l’autre… ?

    ou alors on descend sur la chaussée… ?

    quand on sait qu’aucun bagnolard n’est jamais à moins de (limite de vitesse autorisée + 20 à 50km/h) c’est la quasi assurance de revenir un jour à cloche-pied au même endroit, si on sort pas les pieds devant de l’hosto…

     

    Il faudrait bien qu’à un moment donné on recense les bonnes volontés sur ce site pour lancer une école du contentieux administratif… Aucune idée de la démographie carfriste, mais il me semble qu’on pourrait se compter par centaines, plus ou moins disponibles certes…

    Pas moyen en ce moment, de mon côté, de bouger les assos locales – dont celle censée s’occuper des piétons… – pour aller au conflit contre le maire sortant, en sérieux ballotage face au prétendant écolo. Tout se passerait comme si tout ce petit monde se trouvait pétrifier dans le petit système local…

    Allez le Macélou, un p’tit effort siouplait, pour lancer l’école des scribes à cette époque du possible retour à « comme avant »…

  6. ikook

    On peut avoir autant de guides et de recommandations qu’on veut: tant que les français raisonneront avec leur boite à 4 roues…
    – Le 1er jour du déconfinement, le trafic auto a repris ses habitudes et s’est même accentué de jour en jour. Les vélos qui devaient être la révolution du déconfinement, on ne les voit pas vraiment !
    – Dimanche dernier, j’ai été faire une balade dans la campagne avec des amis: qu’à t-on vu? des bagnoles, encore des bagnoles, toujours des bagnoles et dans les zones pavillonnaires des villages, des gens qui passaient la tondeuse ou d’autres dans le consumérisme de la piscine en plastique et du parasol chinois qui nous regardaient passer comme si on était des extraterrestres.

    En fait, rien n’a changé du tout. Tant qu’il y aura du pétrole…. Mais VICTOIRE !!! l’ASPO annonce que nous avons passé le pic global du pétrole (tous types d’extraction) en 2018…

  7. Pédibuspedibus

    attention Ikook, depuis que Trumpette se shoote à la chloroquiquine il voit clair… :

    ce con nous prévoit un gigantesque astéroïde bourré de graphite, schiste et autres carbis bonbon… et ça pourrait bien être vrai…

     

    boaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Les commentaires sont clos.