La guigne

M. Pierre Duffraies, voyageur de commerce, demeurant à Maisons-Alfort, fut atteint, il y a deux ans environ, d’une maladie noire qui dégénéra bientôt en monomanie du suicide. Lire la suite…

L’Authomicide-Club

Quoique n’ayant point la prétention d’être relié par des fils télégraphiques ou téléphoniques spéciaux à tous les pays de l’Univers, le Pêle-Mêle tient à honneur de tenir son innombrable clientèle au courant de tous les faits nouveaux qui la peuvent intéresser. Et c’est dans ce but qu’il publie aujourd’hui le compte rendu in-extenso de la première séance d’un nouveau cercle que des esprits véritablement novateurs viennent de fonder dans la Ville-Lumière. Lire la suite…

Vive la barbarie sur France Télévision !

Certains commentateurs s’offusquent actuellement du déroulement du « Dakar » en Arabie saoudite du 5 janvier au 17 janvier 2020. Selon eux, il s’agirait même du « Dakar de la honte » au prétexte que cette épreuve de spectacle motorisé se déroule dans un pays, l’Arabie saoudite, connu comme étant une théocratie sanguinaire. Mais c’est justement la place idéale pour le Dakar! Pour une fois, le spectacle motorisé qu’est le Dakar peut faire communier ses propres valeurs, « pétrole, réchauffement climatique, violence et mort » avec celles de l’Arabie saoudite. Lire la suite…

Le vélo reste la solution alternative la plus rapide en ville

Alexis Frémeaux, président de l’association Mieux se déplacer à bicyclette (MDB), principale association de cyclistes quotidiens en Île-de-France, observe une évolution des pratiques depuis quelques mois et une très forte hausse des demandes des « vélos-taffeurs » à l’occasion des perturbations importantes dans les transports en commun depuis le 5 décembre. Lire la suite…

Éloge de la gratuité

Le projet de revenu universel suscite l’enthousiasme de certains, dans leur immense majorité animés par un souci d’équité et de générosité. Mais leur ambition repose-t-elle sur des fondations solides dès lors qu’elle postule l’idée d’une « crise du travail », laquelle suggère qu’une partie de plus en plus importante de la population ne trouvera plus à s’employer ? La croissance de la productivité s’établissant à un niveau historiquement faible depuis la fin de la seconde guerre mondiale, on pourrait au contraire conclure que les humains n’en ont pas fini avec le labeur. Ne vaudrait-il pas mieux asseoir sa réflexion sur l’identification d’une autre crise: celle de la marchandisation? Lire la suite…

L’oiseau d’Amérique

Au vingt-cinquième siècle, l’humanité s’éteint doucement, abreuvée de tranquillisants et de drogues prescrits en masse par les robots qu’elle a elle-même programmés à cette fin. Le monde repose désormais sur les épaules de Robert Spofforth, l’androïde le plus perfectionné jamais conçu, qui possède des facultés inouïes… sauf, à son grand regret, celle de se suicider. Mais l’humanité moribonde se fend d’un dernier sursaut. Paul Bentley, petit fonctionnaire sans importance, découvre dans les vestiges d’une bibliothèque l’émerveillement de la lecture, depuis longtemps bannie, dont il partagera les joies avec Mary Lou, la jolie rebelle qui refuse ce monde mécanisé. Un robot capable de souffrir, un couple qui redécouvre l’amour à travers les mots, est-ce là que réside l’ultime espoir de l’homme? Professeur de littérature à l’université de l’Ohio, Walter Tevis (1928-1984) publie « L’homme tombé du ciel« , son premier roman, en 1963. Après un long silence, il revient à l’écriture en 1980 avec « L’oiseau d’Amérique« , comparé à sa publication au « Meilleur des Mondes » d’Aldous Huxley et à « Fahrenheit 451 » de Ray Bradbury. Lire la suite…

#UberCestOver

C’est l’histoire d’une start-up de la nouvelle technologie, Uber, censée révolutionner la mobilité et « faire le bien » et qui se retrouve aujourd’hui montrée du doigt en raison des multiples agressions sexuelles et autres viols qu’elle permet. Lire la suite…