Le mode de vie impérial

Lorsqu’il a été publié pour la première fois en allemand en 2017, le livre d’Ulrich Brand et Markus Wissen intitulé « Le mode de vie impérial – La vie quotidienne et la crise écologique du capitalisme » a attiré une grande attention et a été discuté dans les médias grand public, tout en alimentant, dans le même temps, un débat intense au sein de la gauche universitaire allemande. Ces multiples réactions ne sont pas le fruit du hasard, mais proviennent de la nature provocatrice et novatrice de l’ouvrage. Les auteurs affirment que le mode de vie dominant dans le Nord global dépend, dans une large mesure, de l’exploitation des personnes et des ressources naturelles dans le Sud global. Autrement dit, le fait que nous (en tant qu’habitants du Nord) puissions jouir d’un niveau de vie relativement confortable repose sur une longue histoire d’épuisement de la nature et de préservation de mauvaises conditions de travail dans d’autres parties du monde. Lire la suite…

Le socialisme ne peut arriver qu’à vélo

La phrase qui donne le titre à cet article n’est pas d’Anne Hidalgo, mais de José Antonio Viera-Gallo, juriste et homme politique chilien né en 1943. Viera-Gallo a été sous-secrétaire à la justice pendant la présidence de Salvador Allende (1970-1973). Lire la suite…

La France cyclable

Pendant très longtemps, la France, comme la plupart des pays occidentaux, a connu une massification de l’automobile individuelle, avec tous les problèmes induits (pollution, accidents de la route, insécurité routière, détérioration de l’environnement, etc.). En 2022, suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie et à la crise énergétique qui en a découlé, la France a radicalement changé de perspectives pour se transformer en pays cyclable.  Lire la suite…

2 euros le litre de carburant, ce n’est qu’une étape

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le prix du carburant n’arrête pas d’augmenter, pour atteindre et désormais dépasser les 2 euros/litre, que ce soit pour l’essence ou le diesel. Quoi qu’en disent les médias, ce n’est pas qu’une mauvaise nouvelle. Cet événement doit être l’occasion de repenser la société fondée sur le tout bagnole, de relocaliser l’économie, de privilégier les transports en commun et le vélo… Lire la suite…

Très « chère » voiture

Dans un article de la revue Nature, les chercheurs Mark A. Andor, Andreas Gerster, Kenneth T. Gillingham et Marco Horvath montrent que le coût d’utilisation d’une voiture est beaucoup plus élevé que ce que l’on croit, ce qui freine l’adoption de modes de transport plus écologiques. Les propriétaires de voitures sous-estiment en effet le coût total de leur véhicule. En donnant cette information aux consommateurs, on pourrait encourager le passage à des transports plus propres et réduire les émissions. Lire la suite…

Une société sans voitures

Le texte suivant est paru dans le numéro de septembre-octobre 2016 de la Revue Nouvelle, dans un dossier coordonné par Thomas Ferretti et John Pitseys, intitulé «Less is more. Que faudrait-il abolir dans notre société?», autour du thème de l’utopie. Il était demandé aux auteurs d’imaginer un monde dépourvu d’une des caractéristiques dominantes de notre monde social vécu. Voici, sur un registre très fictionnel, le texte livré par François Schreuer. Lire la suite…

Voitures et cigarettes

Une boîte métallique coûteuse et hautement sophistiquée et quelques feuilles séchées enveloppées dans du papier blanc. À première vue, elles n’ont pas grand-chose en commun. Mais quand on réfléchit à la nature de la voiture et de la cigarette, et à leur évolution historique, les parallèles sont remarquables. Lire la suite…

L’équité dans une société dépendante de la voiture

Voici un rapport datant de 2011 et réalisé au Royaume-Uni par une commission officielle du développement durable sur le thème des inégalités liées au transport. Le rapport, dont le titre est Fairness in a Car Dependent Society (L’équité dans une société dépendante de la voiture), constate de manière générale que les groupes vulnérables non seulement se déplacent moins que les autres personnes, mais qu’ils supportent une plus grande part des coûts liés aux déplacements des autres, notamment la pollution atmosphérique, le bruit, les dangers de la circulation, les blessures et la criminalité. Lire la suite…

Les voitures sont-elles vraiment notre plus grande erreur?

Bien sûr. Mais permettez-moi de nuancer un peu. Je ne parle pas de la plus grande erreur de l’homme. Et je ne considère pas les faiblesses humaines ou les faiblesses innées comme des erreurs. Ce dont je parle, c’est du choix rationnel que nous faisons, en ce moment même, de consacrer nos ressources physiques, notre temps et notre énergie créatrice à faire une chose plutôt qu’une autre. Lire la suite…

L’habitude compulsive de l’automobile

La dépendance à la voiture des habitants des villes contemporaines est une préoccupation majeure pour les décideurs politiques, qui ont souvent du mal à convaincre les gens d’adopter des modes de transport plus durables. Or, de récentes découvertes en neurosciences ont montré qu’un large éventail de comportements peuvent devenir habituels et, par conséquent, résistants au changement. Nous présentons ici le potentiel d’une collaboration entre les neurosciences et la géographie humaine visant à mieux comprendre les habitudes qui déterminent les déplacements quotidiens. Lire la suite…