Le complot écologiste contre la voiture électrique

claude-allegre

«Depuis longtemps, je défends la voiture électrique et je déplore les retards que nous avons pris, dus largement à l’activisme des écologistes hostiles aux transports individuels. »
Claude Allègre. Le Point du 12 février 2009

Voici une Allègrinade de plus à mettre sur le compte de l’inénarrable mammouth de la géophysique, le haut phénix du changement climatique, qui va trouver une bonne place dans le bêtisier de l’automobile… Cet aveu d’incompétence et de malhonnêteté intellectuelle rappelle une phrase d’un lobbyiste pro-bagnoles dans le documentaire de Paul Moreira “Mourir pour la voiture“: « Ce que les gens comme greenpeace veulent faire, c’est prendre votre voiture et détruire votre vie ».

Mais soyons reconnaissants à Claude Allègre pour toute l’importance qu’il nous donne… Une poignée d’écologistes « extrémistes » a quasiment réussi à faire capoter la voiture électrique! Et pour le moteur à eau et l’énergie perpétuelle, on soupçonne également le rôle néfaste du « terrorisme » écologique? Bref, la théorie du complot revisitée par un tenant de la croissance à tout va et du productivisme débridé.

Il faut dire que Claude Allègre est déjà connu pour ses thèses et ses foutaises concernant le réchauffement climatique. Selon lui, non seulement le réchauffement climatique n’existe pas, mais en plus il serait une bonne chose: « Le froid est plus dangereux pour la santé de l’homme que la chaleur. Surtout pour les plus démunis. » (Le Point, 12 février 2009)

D’une part, il faudrait expliquer à Claude Allègre qu’il n’existe pas d’ écologistes hostiles aux transports individuels, ou alors les écologistes sont aussi hostiles à la pratique du vélo…

D’autre part, si on cherche à expliquer les « retards » pris par la voiture électrique, il faudrait sans doute plutôt aller chercher du côté des constructeurs automobiles qui, après avoir accumulé des milliards de profits tous les ans pendant des décennies, n’ont pas estimé nécessaire de miser un kopeck sur la voiture électrique… La bonne question à se poser est pourquoi? Parce que les profits envisagés n’étaient pas assez importants, peut-être. Ou parce que le concept même de voiture électrique étendu à l’échelle d’un parc automobile de plusieurs dizaines de millions de véhicules ne tient pas la route, probablement.

Mais il faudrait aussi aller voir du côté des politiques et des gouvernements successifs qui encaissent la TIPP depuis des décennies grâce à la bonne vieille voiture à pétrole et qui manquent aussi probablement de courage pour oser dire aux gens que le développement massif de la voiture électrique va nécessiter la construction de dizaines de nouvelles centrales nucléaires uniquement pour faire rouler des bagnoles atomiques

Et tant pis si la voiture électrique est avant tout un mythe technologique et une arnaque écologique. C’est quand même plus simple de taper sur les écologistes. A une époque, on parlait du complot mondial des monarchies pétrolières qui avaient acheté les brevets du moteur à eau… Aujourd’hui, c’est le complot mondial des écologistes contre la voiture électrique. Nous sommes méchants quand même!

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

17 commentaires sur “Le complot écologiste contre la voiture électrique

  1. Pimousse3000

    Chouette la caricature d’Allègre, je l’avais reconnu avant même de lire l’article. NB : sa citation est pas mal non plus!

  2. Philippe Schwoerer

    Autobio n°8 livre (page 26), avec les réserves nécessaires, le fruit des prévision EDF dans le domaine : « Selon les prévisions les plus optimistes, notre pays pourrait compter 1,4 millions de véhicules électriques en 2020. En se basant sur une consommation de 25 kwh/100 km et un kilomètrage annuel de 10.000 km, cela nous donne une consommation totale pour l’ensemble du parc de VE de 3,5 TWh/an. On est très loin des 275 TWh annocés par certains et même des 12 TWh produits chaque année par un réacteur EPr. Toujours selon EDF, en rechargeant la nuit, le réseau électrique français peut alimenter 10 millions de voitures électriques sans qu’il soit nécessaire de produire un Wh supplémentaire. Qui dit vrai ? Doit-on hésiter lorsqu’on sait que 1,4 millions de VE permettraient de réduire dans notre pays les émissions de CO2 de 1,7 millions de tonnes par an, sans compter les polluants… »

    … et j’ajouterais sans compter ceux qui pourraient en plus ne plus utiliser d’automobiles, réduire de façon importante leurs déplacements ou opter pour le covoiturage.

    Je ne peux m’empêcher de faire un parallèle avec ce qui se passe en Allemagne, à Dardesheim exactement, où la ville produit de 30 à 40 fois plus d’électricité d’origine solaire ou éolienne qu’elle n’en consomme. Elle a su résoudre le problème de stockage de manière propre sans avoir à activer un quelconque générateur thermique ou nucléaire. La ville souhaite de ce fait promouvoir le VE dans sa région.

    Source : http://www.enerzine.com/14/6905+la-ville-qui-fonctionne-au-vent-au-soleil-et-a-leau+.html

  3. CarFree

    Comme tu le dis, et comme EDF le dit, il s’agit là des « prévisions les plus optimistes »… Prévisions qui ne sont pas très loin de ce que dit le Canard Enchaîné d’après les Echos: “Pour faire rouler, à l’horizon 2020, 1,5 million de voitures électriques en France, un objectif jugé aujourd’hui réaliste par les constructeurs, il faudrait construire une, voire deux centrales nucléaires supplémentaires” (”Les Echos”, 26/12/08)
    Je remarque au passage que cela correspond également aux prévisions de Philippe Streiff, PDG de PSA Peugeot: «  »La voiture purement électrique ne va représenter que 5 à 10 % du parc automobile à l’horizon de 15 à 20 ans. » (source: http://www.auto-infos.fr/La-filiere-automobile-auditee-par,1492 )
    Par contre, tu es sûr de l’unité TW? Sur wikipédia, 12 TW correspondent environ à la puissance moyenne totale consommée par l’ensemble des activités humaines en 2001: http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9gawatt

  4. Cleripage

    Je répugne à utiliser le mot de « nuisible » qui est une qualification utilisée par les scientifiques comme monsieur Allègre, mais dans son cas ce qualifiquatif lui est parfaitement applicable.
    Je prie le seigneur Monsanto qu’il nous produise un pesticide sélectif qui s’attaque à ce type de vermine.

  5. LomoberetLomoberet

    Un TW c’est un TéraWatt, c’est à dire une unité de puissance correspondant à 1000 GigaWatt, un million de MégaWatt, un milliard de KiloWatt et 1000 milliards de Watt soit entre 10 et cinquante millions de Tas de ferraille à moteur gaspillant de la puissance ensemble
    Pour obtenir des quantités d’énergie, il faut multiplier par le nombre de secondes d’utilisation ! et il y en a un paquet dans une année !

  6. Philippe Schwoerer

    En réponse à Carfree. Le magazine mentionne bien 12 Twh (et non Tw). Il me semble que la nuance Twh/Tw a son importance. Je laisse le soin aux spécialistes en la matière de l’expliquer.

  7. linz

    La confusion entre kW kWh voire kW/h(unité absurde) est fréquente.
    Exemple : Une voiture a typiquement une puissance de 100 kW (133 ch en ancienne unité). Un moteur en régime fixe de 100 kW (générateur de courant par courant) fournit en 1 heure 100 kWh. Incidemment, s’il s’agit d’un diesel de 40% de rendement il consommera 25 litres par heure.

    les multiples classiques sont :
    k (kilo) pour 1000 unités exemple : kg km kW kWh
    M (mega) pour 1 000 000 unités (Mt MW MWh Mo megaoctets)
    G (giga) pour 1 000 000 000 unités (GW Go)
    T (tera) pour 1 000 000 000 000 unités (TW To)
    au delà, avec la même logique on trouve P (penta) E (exa)

    Une centrale nucléaire moyenne a une puissance de 1 000 MW soit 1 GW et peut donc fournir 365*24 : 8760 GWh = 8.8 TWh par an (un peu moins en pratique : nuits peu chargées, arrêts).
    Le parc nucléaire français a, en moyenne, 10 GW inutilisés la nuit. Pendant, disons, 6 heures. Cela fait 60 GWh disponible par nuit. Un véhicule électrique léger urbain (genre Twike ou CityEL) consomme 10 kWh pour 100 km. En comptant les pertes charge-décharge.
    On pourrait donc recharger « gratuitement » chaque nuit 6 millions de tels véhicules parcourant 100 km par jour ! Ou encore 15 millions parcourant 40 km quotidien (14 600 annuel). Avec des « vraies » voitures (mais inutiles à mon avis) consommant 2 à 3 fois plus il suffit de diviser …

    Donc, Philippe Schwoerer a raison : nul besoin de construire des centrales nucléaires pour la voiture électrique.

  8. CarFree

    Merde alors, même les polytechniciens racontent n’importe quoi! Jean-Marc Jancovici doit être un charlatan puisqu’il affirme sur son site: » »Tout électrique » signifie donc, en gros, une augmentation de 50% du parc de centrales en France » (soit environ 30 centrales)
    Source: http://www.manicore.com/documentation/voit_elect.html
    J’ai noté que tu faisais ton calcul pour une estimation de 6 millions de voitures électriques, ce qui représenterait (pour Jancovici) environ 5 centrales supplémentaires… on est loin de l’opération « blanche » ou même de la gratuité que tu évoques…

  9. linz

    Jean-Marc Jancovici a, dans ce texte, émis un bémol d’importance :
    [citation]
    La voiture électrique est donc une idée aussi bonne que le contexte dans lequel elle prend place : électrifier le parc de voitures si celui-ci doit être divisé par 2, utilisé 4 fois moins, composé de véhicules à faible puissance, et alimenté avec de l’électricité produite de manière relativement propre (solaire ou nucléaire) est assurément une solution à étudier.
    [fin citation]
    Et c’est exactement le cas où je me place : véhicule urbain mono ou biplace de, typiquement 200-300 kg, limité à 10 kW et 50-70-90 km/h (selon les zones urbaines ou suburbaines). Destinés à épauler les transports en commun là où ils sont inefficaces.

    Il a probablement d’ailleurs déjà vu mes calculs et ne m’a jamais contredit. Car il ne peut être que d’accord avec eux (nous avons la même culture scientifique, à un degré moindre pour moi).
    D’ailleurs dans ses papiers plus récents il précise bien que ses attaques contre la voiture électrique ne concerne pas les véhicules que je préconise (ce qui inclut également les VAE : vélos à assistance électrique) .

    Je persiste donc (et je pense que Jancovici approuverait) : tous les déplacements urbains ne pouvant être réalisés avec les TEC, l’interdiction des véhicules thermiques en zone urbaine et leur remplacement par une flotte de véhicules électriques adaptés ne nécessiterait aucune centrale supplémentaire,.mais seulement l’utilisation de la capacité électrique nocturne en réserve.

    Allons plus loin : la propriété de tels véhicules serait, le plus souvent, inutile. Un système de location style Velib permettrait de rendre globalement le même service avec 5-10 fois moins de véhicules pour un cout très inférieur. Sachant que ces véhicules tri ou quadricycles peuvent se déplacer seuls (sans chauffeur donc, l’informatique est au point) d’une station pleine à une vide.
    Dernier point : plus de voitures « ventouse » en stationnement, une circulation lente mais fluide et donc économe ..

  10. CarFree

    Votre optimisme technophile fait plaisir à voir, mais je pense qu’il ne peut faire illusion. Je ne suis pas technophobe, j’applique seulement le doute sur tout ce qui est présenté comme une « innovation » et qui est parfois pire que ce qui existait avant… N’oublions pas que nous vivons dans un système capitaliste dont la motivation principale des acteurs économiques est le profit, et non pas le bonheur des gens, la qualité de l’environnement, la sauvegarde de la planète ou la limitation du réchauffement climatique!
    Pour ce qui concerne un système de type Vélib’ appliqué aux voitures électriques, le projet existe déjà, il s’appelle Autolib’ et se présente plutôt mal en terme de viabilité environnementale… Voir ici:
    http://carfree.fr/index.php/2009/04/18/pour-en-finir-avec-autolib/
    De manière plus générale, je pense que votre argumentation ne tient pas vraiment: vous dites que le développement des voitures électriques peut se faire pour des « petites » voitures urbaines qu’on rechargerait la nuit, afin de bénéficier des heures creuses… Dans le même temps, vous nous parlez de systèmes du type Autolib’ (pour la location) qui nécessitent pas définition des recharges en journée, c’est-à-dire durant les heures pleines… Si on développe ces solutions, ainsi que les projets de type Better Place qui consistent carrément à créer des infrastructures de rechargement des batteries partout, il risque d’y avoir des pics de consommation électrique assez difficiles à gérer dans la journée… à moins de construire de nouvelles centrales?
    Plus d’infos ici:
    http://carfree.fr/index.php/2009/05/08/la-fin-de-la-voiture-electrique/

  11. linz

    Désolé, mais c’est vous qui avez cité Jancovici (auteur remarquable par ailleurs) et il écrit en toutes lettres que ce genre de véhicules est une excellente solution ! De plus, vous avez une confiance absolue dans ses calculs. Je me suis contenté de les extrapoler. Où est la faille dan smes calculs ?

    D’autre part je ne suis pas un « optimisme technophile » mais plus simplement un scientifique qui aime bien les chiffres précis.
    Je connais bien le projet Autolib. Pour le moment il est effectivement mal parti. Mais le concept est valide. Par contre, pour pleinement le réaliser il faudrait interdire les véhicules classiques en ville la cohabitation des vraies voitures avec les piétons, vélos, Velib et Autolib étant trop dangereuse.
    Pour la quantité d’électricité nécessaire lors des recharges de jour on peut faire plus « vert » que le nucléaire nocturne : des panneaux photovoltaïques (qui fonctionne plutôt mieux le jour !) et/ou des éoliennes seraient largement suffisants pour alimenter un tel de parc de véhicules. Dont une bonne part serait d’ailleurs de simples vélos électriques. Il suffit de reprendre mes calculs ci-dessus.

  12. CarFree

    Ah tiens, maintenant les centrales actuelles ne suffisent plus et il faut du photovoltaïque ou des éoliennes!!! Arrêtons-là car dans 2 ou 3 commentaires, on en sera aux barrages hydroélectriques et aux centrales au charbon…

  13. linz

    J’émets simplement plusieurs hypothèses. Si chacun possède son véhicule électrique alors la capacité nocturne de l’EDF est suffisante.

    Pour les pays sans capacité nucléaire avec 2 jeux de batteries par véhicule (un en service l’autre en charge) le photovoltaïque est possible. Pour un tel véhicule économique faisant 10 000 km par an et consommant 5 kWh pour 100 km il suffit de 5-8 m2 de panneaux selon la région.
    Quant aux éoliennes, les meilleures actuelles font 4 MW pendant 2000 à 3000 heures par an. Ce qui donne au minimum 8 000 MWh par an. De quoi alimenter, dans les conditions ci-dessus, 16 000 véhicules par éolienne.

    Si les véhicules sont en libre-service il en faut 5-10 fois moins mais il faut alors les recharger dans la journée. Le photovoltaïque est alors judicieux. Ou bien encore il suffit d’avoir 3 ou 4 jeux de batteries par véhicule, toutes rechargées la nuit.

    Sinon, de tels véhicules sont, au final, plus économes et plus pratiques que les transports en commun dés que l’habitat est moins dense.

  14. AntivoituresVélove

    Si je comprend bien LINZ, la voiture électrique c’est miraculeux! La fin du pétrole c’est pas grave, on va faire rouler nos 36 millions de bagnoles grâce aux panneaux solaires et aux éoliennes… Pourquoi les écolos nous cachent-ils cela? Serait-ce alors qu’il y a bien un complot contre la voiture électrique mené par les écolos extrémistes, probablement les mêmes qui nous bassinent avec le réchauffement climatique?

  15. linz

    Je n’ai pas dit que la voiture électrique (genre Bolloré) est LA solution. Au contraire, elle est trop lourde (donc consommatrice de matières premières), trop puissante, trop rapide, trop chère pour la ville et pas adaptée à la route. Bonne nulle part donc.

    Par contre, des véhicules électriques tricycles avec batteries lithium, qui sont en fait des dérivés de vélos (je donnais Twike ou CityEL comme exemple) sont bien mieux adaptés à la ville. Léger (100 à 300 kg, batteries comprises), peu puissant (5-20 kW), lent (50-80 km/h), peu couteux avec une autonomie suffisante (50-100 km) ce type de véhicule est le complément des vélos et des transports en commun, là ou ces derniers sont inadaptés. Leur consommation (électrique et de matières premières) est sans commune avec celle des « vraies » voitures (thermiques ou électriques).
    Comme je l’ai démontré, le remplacement de TOUS les véhicules thermiques en zone urbaine ne nécessiterait pas une centrale de plus.

    Par contre, ces véhicules sont beaucoup moins confortables, ne valorisent par leur propriétaires, sont incapables d’emmener une famille avec ses bagages à 500 km, etc … Dans ce dernier cas, il faut donc aller à la gare (en TEC ou véhicule léger) prendre le train, puis à l’arrivée louer un tel véhicule si les TEC sont insuffisants. Un peu galère …

    C’est la raison pour laquelle les voitures thermiques dominent à l’heure actuelle : elles peuvent tout faire, dans des conditions de confort inégalées.

    La fin du pétrole est donc une chose grave : on va devoir se rabattre sur des « ersatz » de solutions à contre courant du « progrès ». Car ces véhicules légers vont être considérés par nos concitoyens comme une régression (j’ai déjà fait quelques tests parmi mes amis).

  16. mecano

    Voici ce que j’ai lu sur un Wikipédia:
    « L’élévation de la température moyenne du globe entre 1906 et 2005 est estimée à 0,74 °C (à plus ou moins 0,18 °C près), dont une élévation de 0,65 °C durant la seule période 1956-2006 »
    Vous prétendez par ailleurs que nous avons consommé bien plus que la moitié du pétrole (d’ailleur les expert ne savent pas eux même combien il y a de pétrole sur terre, mais les cyclistes oui). Bref selon vos dire en consommant TOUT le pétrole nous allons donc réchauffer la planette de 0.74*2=1.48 malheureux petit degré au maximum.
    Donc les voitures électriques sa sert a rien…

  17. Caubet

    Oui, en fait vous traitez de « foutaises » les thèses qui vous dérangent… En les frappant aussitôt d’infamie, ça permet de ne pas les examiner. Habile ? Mais est-ce si habile que ça, de renoncer à son esprit critique ? Vive la paresse intellectuelle !

Les commentaires sont clos.