Comparatif vélo/voiture/bus

Ce comparatif vélo/voiture/bus nous voulions le faire depuis longtemps. Nous avions pu voir plusieurs comparatifs réalisés à Vannes à Paris et par différents sites comme Carfree ou Econologie. Nous étions convaincus de l’efficacité du vélo en ville puisque nous l’utilisons quotidiennement mais en données chiffrées, quels résultats pouvions nous avoir? Aussi rapide, plus rapide ? Seule certitude, le vélo était plus économique et plus écologique.

Nous avons choisi un parcours utilitaire crédible, d’une zone d’habitation (Les Saugeraies) jusqu’au centre-ville de Maçon (devant l’Univers du livre) soit 3,5 km.

Parce qu’il n’y a pas qu’un type de cycliste, ni un type de vélo et afin d’être le plus juste possible, nous avons fait participer 4 cyclistes différents (cyclistes non sportifs). Nous avons choisi 3 hommes de 30, 35 et 72 ans et une femme de 43 ans, en vélo de course, vtc et vélo électrique.

6 minutes plus tard…

6 minutes plus tard, le 1° cycliste arrive surpris de ne pas voir l’automobiliste déjà arrivé. Le 2° cycliste arrive en 10 minute, le 3° cycliste arrive en 12 minutes, suivi par le 4° cycliste en 14 minutes.

L’automobiliste arrivera en 17 minutes (il a eu la chance de trouver une place de parking tout de suite).

Le passager du bus mettra 22 minutes, désavantagé par un arrêt de bus assez loin du point d’arrivée.

Le vélo s’en tire haut la main. Le parcours compte tout de même une rue longue de 1 km à 50 km/h mais cela n’aura pas suffit à la voiture pour rattraper sa vitesse moyenne de seulement 12km/h (vitesse d’une personne qui fait un footing).

Retrouvez tous les résultats ainsi que la méthode détaillée de ce comparatif sur le site Mâcon Vélo en Ville.

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

23 commentaires sur “Comparatif vélo/voiture/bus

  1. bikefree

    Salut,
    Pourquoi ne pas avoir integré dans ce comparatif ; scooter, scooter électrique, moto légère ?
    le résultat aurait été différent.

  2. COLAS

    Bonjour,

    Vous estimez le coût d’un vélo à 0 et ne comptez que le parking et l’essence pour la voiture or une voiture ou un vélo ont un coût d’achat, d’entretien et d’assurance, coût qu’il faut intégrer dans le coût réel d’un Km parcouru, ce comparatif serait on ne peut plus instructif!

  3. Alex

    Bonjour je suis à l’origine de ce comparatif.
    Je vais répondre aux 2 questions :

    Pourquoi nous n’avons pas intégré les scooters ?
    Déjà le résultat n’aurait pas été différent, le vélo arriverait toujours en 6 minutes et la voiture en 17 minutes. Le scooter est une donné en plus. Le scooter serait arrivé surement en même temps que le 1° vélo, ou même un peu avant ( mais rien de sûr avec les feux en centre ville )
    De toute façon, si l’on veut choisir le moyen de transport qui allie économie, rapidité et écologie c’est le vélo qui gagne.
    De plus nous n’avions pas de personnes possédant de scooter ou de moto.

    Pourquoi ne pas intégrer les coûts d’entretien et d’assurance ?
    Nous avons estimé le cout du déplacement en lui même. Calculer le cout d’une voiture et d’une vélo en comptant son achat et son entretien est très aléatoire. Personnellement je roule avec un vélo peugeot de 1973 trouvé à la poubelle donc il ne m’a rien couté, je fais moi même son entretien. Si je roule en cannondale bad boy à 1200 euros, que je fais l’entretien chez un vélociste, ça n’est pas pareil. De même pour la voiture, l’entretien ( cout de l’heure de main d’œuvre ) et le prix des piéces d’une 106 et d’une BMW n’est pas le même, pareil pour l’assurance selon les options. Nous allions avoir des chiffres peu utiles et trop fluctuants.
    Nous sommes donc resté uniquement sur le coût du déplacement.

  4. Fabrice Escalierjeanjean

    Excellent comparatif. J’habite à Mâcon également.

    On peut préciser également une chose dans ce comparatif : aucune place n’est laissé au vélo à Mâcon.

    Donc c’est un comparatif où tous les véhicules roulent sur la même voie.

    Mâcon c’est le royaume de la Bagnole, du scooter et de la moto (très bruyante et m’as-tu vu de préférence).

    Et c’est pas les 3 pistes cyclables foireuses qui vont relever le niveau !

    Si on devait mettre une note pour la place accorder au vélo dans cette ville : je dirais 2 /10.

    Fabrice

  5. Titoeuf

    Le vélo plus rapide que l’auto c’est pas un scoop ! Mais c’est mieux en le prouvant.

    Mon parcours longe une ligne de tram. J’ai constaté que je mettais le même temps que lui pour effectuer les 5 kilomètres séparant mon domicile de mon lieu de travail. Bien sur , je ne suis pas compétitif en accélération mais moi je ne m’arrête pas tous les 400 mètres!

    En réponse à Colas je préciserai que le vélo n’a pas besoin d’assurance spécifique. Les risques sont généralement couverts par la garantie habitation .

    Concernant l’entretien ; personellement je fais réviser mon vélo une fois l’an chez le vélociste de mon quartier pour une cinquantaine d’euros.

    Je fais moi même le petit entretien (patins, entretien de le chaine, réparation des crevaisons etc..) pour avoir toujours un vélo en parfait état de marche.

  6. Éric

    En réponse à Colas (bis)

    Dans une étude de 2001, Francis PAPON (INRETS) indiquait que les coûts moyens au kilomètre étaient de :
    0,13 EUR pour le vélo
    0,19 EUR pour le piéton (!)
    Ces coûts prennent en compte l’achat, l’entretien, l’alimentation…

    Au niveau du coût de la voiture, nous pouvons raisonnablement admettre que le barème kilométrique servant à calculer les frais réels pour une déclaration d’impôt sont une bonne base.
    Pour continuer dans les hypothèses, basons-nous sur une petite voiture de 4 chevaux fiscaux faisant moins de 5.000 km/an et nous obtenons le coût (barème 2001 bien sûr) de :
    0,40 EUR

    Soit 0,27 EUR d’écart par kilomètre.
    Ça paraît précis, mais comme en plus on ne parle pas des coûts environnementaux, santé, aménagements supportés par la collectivité, ça ne l’est pas tant que ça.
    J’ai pu par exemple lire récemment que vélo vs voiture c’était
    entre 0,5 et 1,0 EUR d’économie pour les risques de maladie cardio-vasculaires doit-on l’intégrer ?

    Tout ça pour dire que le parti pris de Mâcon à vélo de ne parler que du coût immédiat ressenti par l’utilisateur est certes imprécis, mais finalement plutôt bien vu.

  7. CarFree

    Eric, je ne suis pas d’accord avec ce raisonnement. Dans l’étude inrets en question, il est bien dit qu’une grande part du coût pour les piétons et les vélos consiste dans… la nourriture!
    Alors d’accord la dépense d’énergie d’un piéton ou d’un cycliste nécessite de se nourrir en conséquence, mais l’automobiliste aussi doit manger, ce qui n’est absolument pas pris en compte dans le barème kilométrique des impôts! Donc la comparaison n’est pas valable…

  8. Éric

    Exact, mais n’ayant jamais pu lire l’étude complète, je ne sais pas si le coût calculé tient compte du coût global de l’alimentation ou du seul surcoût dû au déplacement.

    Mais bon, j’ai bien dit « ça paraît précis » et le choix du barème des impôts est une approximation surtout motivée par le fait que quand on le cite à un automobiliste, il le connaît et le remet peu en cause. Alors qu’une obscure étude de l’INRETS par un certain Papon…

  9. Gari

    Le coût de la nourriture, ça me fait bien marrer.
    « On mange plus quand on fait du vélo que quand on est en voiture » : ça, c’est vrai dans le meilleur des mondes. Dans nos sociétés, on a tendance à manger 2 ou 3 fois trop. En conséquence, Quand on a le ventre bien rempli, on a du mal à faire du vélo…
    Résultat : je mange pour ma part MOINS lorsque je fais beaucoup de vélo ! L’apéritif + pizza 4 fromages + tiramisu, j’évite quand je dois faire 15km de vélo 🙂

    Cela dit, je ne pense pas que cette étude va faire changer les habitudes des automobilistes : la vitesse ne me parait pas être la première raison pour laquelle ils prennent la voiture, ils ne changeront donc pas si on leur prouve que la vitesse du vélo est supérieure…

  10. Joshuadu34joshuadu34

    comment dit la chanson ? Ah, oui !

    A Paris, à vélo, on dépasse les autos,
    En Vélo, à Paris, on dépasse les taxis

    Ça a quoi, quarante ans ? C’est de plus en plus vrai, mais, malgré l’évidence de la chose, certains n’ont pas compris…

    Tiens, pour ma part, j’ai un autre comparatif : à Béziers, de chez moi à la médiathèque, en centre ville (je précise, j’habite un très vieux mas -plus de 100 ans- aux pièces petites mais suffisantes maintenant que nous ne sommes plus que 2 et aux murs de près d’1 mètre d’épaisseur, ce qui signifie que, aujourd’hui, alors que la température extérieure est de 35°, mon thermomètre intérieur affiche, lui, 27°… et sans clim’… ), mercredi dernier, petite ballade tranquille, sans me presser, j’ai mis 20 minutes… à pieds ! Un mois avant, un pôte viens me chercher en caisse, deux feux rouges et 15 minutes plus tard, on arrive au parking… plein ! On tourne une fois, deux fois, marre, je descent et entre pendant que le pôte finit de trouver un endroit où se garrer. Il me rejoint 10 minutes plus tard, et, si on comptabilise, 15 minutes de trajet, et autant à tourner pour se garer, il lui a fallut 30 minutes là où, à pieds, j’en met 20… sans compter que, pendant ma ballade, j’ai pu bâder, profiter des robes courtes des passantes en cet été chaud, avec plaisir, sourire aussi à quelques unes, alors que pendant le trajet automobilisé, nous aurons évité de justesse un accident pour un refus de priorité, et sommes arrivés plus riches d’un ulcère obtenu par excès de stress…

    Mais bon, ce n’est que de la comptabilité, hein… pour ma part, le temps ne m’est pas compté, je ne porte pas de montre, je ne trimballe pas ma cabine téléphonique sur moi nuit et jour et, surtout, j’évite le stress du temps comptable, du syndrôme de l’homme préssé !

  11. Florence

    Je prends le bus pour aller d’un point à un autre et ne supporte pas les voitures, encore moins depuis que j’ai commencé la conduite que du coup je regrette fortement alors que je savais que je ne voulais pas conduire, juste pour avoir le papier rose mais finalement à quoi ça servirait ?

    Je vis à La Rochelle et quand je suis avec mes parents, la voiture est obligatoire (quand je parle de bus, c’est comme si on m’ignorait) donc imaginez quand il faut aller à Beaulieu ou Angoulins, c’est un cauchemar ! Les gens font n’importe quoi !

    Je ferai le pari avec mes parents, je suis sûr que le bus arrivera avant la voiture à un point donné grâce à des aménagements !

    N’oublions pas, prendre les transports en commun contribuent à l’économie donc à la sauvegarde des emplois voire même à leurs création. Comme à La Rochelle, la RTCR a embauché pas mal de nouveaux conducteurs, bien sûr, ça augmente légèrement les prix mais c’est rien à côté de ce qu’on dépense pour une voiture entre l’essence, les pneus, les travaux à faire, etc…

    Je ne comprend pas l’engouement pour la voiture pour toutes ces personnes qui sont régulièrement coincées dans les embouteillages, moi je ne pourrai pas en faire autant, déjà de caractère nerveux et anxieux, je n’ai pas envie de me rendre folle au volant sinon, c’est la catastrophe !

    Dimanche prochain, je pars à Biarritz en voiture et certains doivent savoir que la route pour y aller est bondée par les voitures, si ça ne tenait qu’à moi, j’irai là-bas en train et j’appréhende énormément la route… Bison futé voit vert ? Moi, je vois toujours rouge voire noire.

  12. Tommilidjeuns

    Florence, c’est pas la voiture qui est dangereuse, c’est le gros con macho assis derrière son volant qu’il faut craindre, car ce n’est qu’un outil comme un autre, à utiliser à bon escient et avec parcimonie, en respectant au maximum tous les autres usagers de la route, voilà tout.
    Trop d’automobilistes (je le suis aussi par nécessité) n’ont pas compris,ou refusent de comprendre, tellement ils sont accrochés à leur bagnole plus qu’à leur bonne femme, les cons…
    En plus j’ai remarqué que quand il fait chaud comme en ce moment, ils sont tellement plus agressifs ces salauds-là.
    L’été, ils aiment se montrer et rouler leurs mécaniques, parader comme des paons, se décapoter,se raybaner et se répandre.
    Moi, j’aime l’hiver, car le moindre verglas remet tout le monde sur le même pied d’égalité, et quand les prétentieux 4X4 vont au fossé, moi avec ma modeste panda de 4 cv je passe partout…

    Fais gaffe à toi et bon voyage.

  13. manu

    Mes chiffres perso après bientôt 1 an de déplacements uniquement en transport en commun ou à vélo. Pour les stats j’ai 37 ans, j’ai une forme moyenne (je ne suis absolument pas sportif) et mon vélo est un VTC de moyenne gamme.
    Trajet domicile-travail: 12 km (en voiture c’est 10 km mais à vélo il faut faire des détours…):
    temps moyen à vélo: 35 minutes
    temps moyen en bus: 40 minutes (pas de changements)
    temps moyen en bus + métro: 40 minutes (multiples changements)
    temps moyen en vélo pliant + métro: 35 minutes

  14. Florence

    Merci, oui c’est vrai que c’est la personne au volant le soucis et non pas la voiture.

    Moi-même, au volant je me sens dangereuse pour les autres surtout avec mon caractère nerveux et anxieux. Un cours de conduite sur deux (étape 2, la plus importante) je suis un vrai danger public au point où la monitrice n’arrêtait pas d’intervenir pendant une heure, bêtise après bêtise. A la dernière heure que j’ai faite, c’était une catastrophe. En rentrant chez moi, j’ai littéralement craqué et j’ai tout simplement dit STOP.

    Sur 29h de cours que j’ai fait, il n’y a qu’une seule heure où j’ai bien conduit : A la validation de mon étape 1. Et puis, je me rappellerai toujours de la fois où la monitrice m’a menacé d’annuler l’étape 1, moi-même je me demandais comment j’ai réussi à valider l’étape 1.

    Je n’éprouve aucun plaisir à la conduite, c’était sympa au début et puis après, je me rends compte du danger que ça représente que ce soit pour moi, pour les autres et la planète.

    Maintenant le soucis, c’est les parents qui ont dit Ok, tu fais une pose mais tu reprends en septembre. Mais pour ma part, il est hors de question de reprendre la conduite. Ils ne comprennent jamais rien à ce que je ressens, ma mère semble avoir oublié dans l’état où j’étais quand je suis rentré chez moi et mon père est fixé sur l’idée que je DOIS avoir le permis, refusant de parler de mes problèmes.

    Je savais que je ne voulais pas conduire, je l’ai fait parce que tout le monde le fait et je me disais, tout le monde a son permis dans la famille alors pourquoi pas moi ?

    Dans ma décision, j’ai l’impression d’être une honte. Honte d’avoir dépenser l’argent de mon père pour rien dans les cours (plus de 1000 € de jeter par la fenêtre), honte de ne pas réussir aussi bien que les autres, honte de ne pas être capable d’aller au bout.

    Moi, je préfère me concentrer sur mes études, je suis en 2e année de licence et je n’ai pas envie de me prendre la tête avec la conduite alors que j’ai des examens à réussir à côté. Je suis sûr que si je n’avais pas commencé la conduite en décembre dernier, j’aurai validé mon 1er semestre mais 3h de conduite par semaine, c’est plus de 3h de moins de travail universitaire.

    Je considère les études beaucoup plus important que le permis et peut-être que réussir mes études vont compenser mon échec à la conduite au yeux de mes parents.

    Le plus dingue, c’est que quand je parle de mon désire d’aller à Pau pour un master dans deux ans, on me parle systématiquement de voiture et de permis. C’est une obsession chez mon père.

    Je sais qu’à Pau, je prendrai le train pour y aller et le bus, la marche pour circuler dans la ville, en plus ça coûte rien à côté de la voiture. L’abonnement annuel de la STAP est à 18,50 €/mois, ou 145 €/an et si on fait les calculs, la voiture revient plus chère si on compte environ 45 €/mois d’essence + l’assurance + les travaux, c’est un budget interminable pour un étudiant.

    Obliger les gens à avoir leur permis et une voiture pour avoir un boulot, je trouve que c’est du n’importe quoi avec tous les moyens de transport qui existent !

    Il faut voir qu’un jeune diplômé qui a un permis, une voiture ne va pas lui garantir un travail à 100 %, je pense que ce qui est important, c’est l’expérience et les études. Le permis est un atout qui ne garantit rien du tout.

    Après, tout dépend du boulot que l’on fait. Moi je veux devenir comptable et je ne crois pas que c’est un permis et une voiture qui va me permettre de trouver un travail dans ce domaine, un atout sans plus à laisser au placard. Je mise sur mes diplômes et mon expérience.

    Voilà, je ne veux pas vous embêter avec mes problèmes mais j’avais besoin que ça sorte. Au moins, je saurai quoi dire à mes parents.

  15. manu

    J’aoute un petit point à ce qu’a dit Florence:
    Avoir le permis pour un jeune diplômé c’est bien. Mais ça sert à quoi? Car même avec un premier job, comment fait il pour payer sa voiture quand il a déjà plus de la moitié de son salaire qui sert à payer son loyer?

  16. Tommilidjeuns

    Te laisse pas faire, le permis c’est vraiment une obsession idiote, tous les parents mettent la pression à leurs mômes en leur disant que c’est pour leur « bien » etc… Aussi quand tu cherches un boulot, on te demande si tu l’as, mais à part si tu veux faire chauffeur-livreur je vois pas trop l’intérêt, si tu bosses pas loin de chez toi ou si t’as des transports en commun. En fait c’est juste pour te faire consommer de la bagnole…
    Mon gamin a 22 ans, il a du passer son permis pour aller au boulot, mais déjà il se rend bien compte que d’avoir une voiture c’est un esclavage, car il s’en fout complètement des bagnoles, tant mieux.
    Quand je vois ces jeunes beaufs qui s’extasient devant les bolides qu’ils vont s’endetter comme des cons pour se payer le dernier modèle à la mode, vraiment çà me rend triste de les voir tomber dans le piège.
    Et pas que pour la bagnole d’ailleurs, les montres, les téléphones, toutes les conneries possibles et imaginables ils les veulent, et tout de suite…
    Encore plus cons que leurs vieux, ils sont.

    Si tu peux t’en passer c’est bien et si de plus en plus de jeunes refusent ce système, c’est le début d’une révolution…Je t’ encourage à tenir tête à tes parents, si tu penses avoir raison.

  17. Tommilidjeuns

    Florence, il n’ y a aucune honte à refuser la connerie grandiose de ce système décadent, c’est des gens comme toi qui doivent absolument changer ce système de merde, que des vieux cons ont contribué à mettre en place, et que des jeunes cons perpétuent allègrement.

    (Mais, beaufs de tous âges, de tous pays, de toutes couleurs et de toutes conditions, c’est de votre faute ce merdier,ouvrez les yeux sur l’état du monde bordel !)

  18. arnaud

    Et bien pour répondre court
    cela fait 8 mois que j’ai échangé ma voiture contre un vélo (1000 euro à l’achat assurance comprise) et je l’ai déjà remboursé, donc je roule gratuit, propre et je suis à l’heure au taf.
    voilà pour tout les furieux de la critique du comparatif UTILE.

  19. arnaud

    Et un petit salut à Alex qui a réalisé cette étude.
    Je me suis équipé d’un petit BadBoy Single speed 2010
    et c’est fort sympatique en ville.

  20. apanivore

    Si le permis est nécessaire pour le boulot, il doit y avoir une loi qui oblige l’employeur à te le payer. En tout cas dans la fonction publique ça se passe comme ça.

    J’ai passé le permis il y a 8 ans, il m’a servi pour mon boulot pendant 4 mois, et encore j’aurais pu m’en passer, on était en équipe alors des collègues pouvaient conduire. Depuis je touche un volant 2 fois par an, Je n’aime pas conduire, mes parents ont arrêté d’insister pour que je conduise un peu quand je viens les voir, je conduis trop mal maintenant !

    Je fais tout en TEC, en vélo ou a pied. Mais à Paris ça n’étonne personne, c’est la norme (plus d’1 ménage sur 2 n’a pas de voiture). ça fait un peu citadin prétentieux mais ceux qui se demandent comment je fais je leur dis de sortir de leur cambrousse de temps en temps ! Bon c’est pas vrai en général je dis rien ou je réponds que je vois pas comment je ferait avec, ça me semble beaucoup plus compliqué que sans.

    Même en vacance ça sert pas beaucoup, je suis allé en Italie récemment et la plupart des touristes avec qui on discutait avaient loué une voiture pour « plus de liberté ». On s’est déplacé en train ou avec des bateaux navettes entre villages sur la côte (sans être obligé de revenir sur nos pas pour récupérer la voiture évidemment !). On se sent quand même plus libre qu’avec un boulet d’1,3 tonne au pied !

  21. Denis

    Bonjour,
    avez vous un tableau comparatif des prix de revient velo/voiture (tenant en compte achat, entretien, utilisation), voire un comparatif incluant le velo electrique.
    NOus organisons une semaine (du 02 au 5 nov 2010) de la sante au travail et pour promouvoir le velo les arguments ecologiques et de bon sens ne sont pas toujours suffisants.

    Merci

Les commentaires sont clos.