Quand l’automobile pollue aussi les sols

Depuis 2014, Natureparif co-encadre et co-finance une thèse CIFRE portant sur l’évaluation de la qualité écologique des sols en Île-de-France, avec l’Institut d’écologie et des sciences de l’Environnement de Paris, dirigé par le professeur Luc Abbadie. Ce travail mené par Ludovic Foti a conduit à un plan d’échantillonnage unique de 180 prélèvements de sols urbains et ruraux dans les pelouses et les bois de la région parisienne. Lire la suite…

Paris entièrement sans voiture en 2017

Après le succès de la « Journée sans ma voiture » 2015 et 2016, la Ville de Paris renouvelle l’événement cette année, en élargissant le périmètre à tout Paris. Cette «Journée sans ma voiture» qui aura lieu le dimanche 1er octobre 2017 de 11h à 18h manifeste avec force une des priorités de la Ville: rendre l’espace public moins pollué, plus agréable et plus apaisé. Le 1er octobre, en favorisant les mobilités douces et en réinventant notre façon de vivre la ville le temps d’une journée, la place de la circulation automobile sera significativement réduite. Lire la suite…

Le vélo sous la pluie

« Je ne fais pas de vélo parce qu’il pleut trop souvent et que je ne veux pas être mouillé. » Qui n’a pas déjà entendu cette phrase de la part d’automobilistes? Les cyclistes quotidiens savent pourtant qu’il est relativement rare d’être mouillé à vélo. Plusieurs sources montrent qu’en moyenne un trajet à vélo sur 10 seulement est concerné par la pluie. Lire la suite…

2754 automobilistes

Ce qu’il y a de bien avec le micro-lobby « 40 millions d’automobilistes », c’est qu’ils n’ont vraiment pas peur du ridicule. Comme nous l’avons vu récemment, ils affirmaient déjà en 2014 que « la qualité de l’air n’a jamais été aussi bonne qu’aujourd’hui ». Aujourd’hui, ils racontent sur Twitter que la piétonnisation des voies sur berge à Paris est responsable de la dégradation de la pollution. Lire la suite…

Je suis cycliste et je vous emmerde !

Ce livre de Tristan Blanchard est un petit guide destiné à l’usager du vélo pour le sensibiliser au bordel urbain dans lequel il s’est fourré. Quel est ce monstre sanguinaire qui cherche à m’écraser contre le trottoir ? Quel est cet individu inconscient, surgissant de nulle part pour me barrer le passage ? Qui sont tous ces ­énergumènes qui me pourrissent la vie alors que je me rends tranquillement à mon travail sur mon vélo ? Des gens, tout ­simplement. Des citadins qui agissent comme à leur habitude, sans réfléchir et en mettant le bazar partout où ils passent. Car entre l’agressivité des automobilistes et l’inconscience des ­piétons, sans oublier la bêtise des autres cyclistes, le trajet ­quotidien à travers la capitale a vite fait de se changer en ­véritable parcours du combattant. Lire la suite…

Vision cauchemardesque d’une ville sans transports collectifs

Selon une étude de la STM, la société de transports en commun de la région de Montréal, les transports en commun existants dans la métropole québécoise permettent d’«éviter» la présence de 690 000 voitures dans la circulation quotidienne de la région de Montréal. Qu’en serait-il en Île-de-France si, du jour au lendemain, il n’y avait plus de transports en commun (train, métro, RER, bus, tramway)? Lire la suite…