ECARTS DE CONDUITE « confession d’un chauffard »

Christophe Cablat est photographe et proche de la vie sans voiture. Il a été éduqué jeune dans la culture de la bagnole puis progressivement il s’est éloigné de ce monde pour se rapprocher de l’abstinence totale grâce au vélo, à ses pieds et aux transports collectifs.

Un travail sur sa vision de l’automobile est présenté sur le site du collectif LE PRESSOIR dont il est l’invité ce mois-ci: Aloha

Il a en effet été invité par le collectif de photographes Héraultais LE PRESSOIR pour présenter son travail photo intitulé ECARTS DE CONDUITE sur leur site internet :
http://association.lepressoir.over-blog.com/pages/INVITES-4024537.html

Ce travail a débuté il y a deux ans après un accident de voiture et il continue sur la durée comme la plupart de ses travaux.

Son site internet: www.cablat.com

AutoMinus

A propos de AutoMinus

Rédacteur de Carfree France, spécialiste des questions psychologiques de l'automobile, en particulier concernant le 4x4, les courses de formule bourrin, le paris-dakar, les courses de quad, la moto et toutes les conneries motorisées qui polluent la vie

4 commentaires sur “ECARTS DE CONDUITE « confession d’un chauffard »

  1. Guillaume F

    bonjour,

    je ne trouve pas le dossier photo « écarts de conduite » sur votre blog.
    Pourriez-vous nous transmettre le lien « direct » ?

    Merci d’avance.

    Sincères salutations,

    Guillaume F.

  2. Jean-Marc

    Même pb que Guillaume : je n ai d’abord pas trouvé, puis finalement trouvé écarts de conduite.

    Explication : quand on va sur le lien direct ou qu’on lance une recherche sur le pressoir, l’image d entrée sur le site le pressoir apparait, et si on clique dessus, on arrive sur la premiere page du blog.
    (on peut boucler à l’infini -73 selon mes tests)

    En fait, il ne faut pas clicker sur l’image Le Pressoir pour entrer sur le site, mais juste scroller : la page trouvée se trouve en dessous de l’image d’entrée dans le blog… invisible pour ceux qui ne font pas gaffe aux ascenseurs.

Les commentaires sont clos.