BMW Greenwashing Tour

Dans la boite mail de Carfree France, on reçoit parfois de petites pépites. Ainsi, nous avons été récemment les « invités privilégiés » d’une conférence de presse donnée par BMW pour parler de ses « recettes de vie en ville » et de la façon dont le constructeur de voitures allait « révolutionner l’automobile en associant plaisir de conduire et développement durable« .

A vrai dire, nous avons reçu un premier mail il y a quelques semaines et nous l’avons mis directement à la poubelle sans même lire les pièces jointes. Ce premier mail nous informait que « compte-tenu du nombre limité de places à la conférence« , il fallait confirmer notre participation au plus tôt.

Un constructeur de voitures qui nous invite à une conférence de presse, cela peut paraître surprenant, mais l’agence de communication qui gère le mailing a du penser que Carfree France voulait peut-être dire un truc du genre « libérons les voitures ». Ou, plus prosaïquement, l’intention de BMW étant de présenter des modèles de voitures électriques et hybrides, le sujet pouvait nous intéresser, vu que nous sommes un site qui doit être pour eux plus ou moins « écolo »…

Cela en dit long sur les conceptions de ces gens-là: des constructeurs de voitures se mettent à faire des voitures électriques et hybrides et ils ont l’impression d’être devenus des « écolos ». C’est quand même assez cocasse, les mêmes qui dénonçaient les écolos à l’époque où ils produisaient de bonnes vieilles bagnoles au pétrole veulent désormais laver plus vert que vert…

L’histoire aurait pu en rester là, mais surprise, nous recevons il y a quelques jours de nouveau un mail, quasiment le même, nous invitant encore et toujours à la même conférence de presse où BMW compte « exposer sa vision d’une mobilité individuelle éco-responsable« .

Au deuxième mail, cela commence à devenir du spam, mais passons. Le plus drôle, c’est que ce second mail nous informe une nouvelle fois que « compte-tenu du nombre limité de places à la conférence« , il fallait confirmer notre participation au plus tôt…

Tiens tiens, pour un nombre de places limitées, l’agence de communication n’est pas avare d’invitations. On se dit alors que l’agence de communication a peut-être du mal à remplir son « nombre de places limitées« … Peut-être même que la conférence de presse de BMW destinée à révolutionner l’automobile n’intéresse pas grand monde?

Franchement, pour s’abaisser à envoyer deux invitations de suite à un pauvre petit site comme le notre qui affiche en haut de sa page « la vie sans voiture(s) », il faut vraiment que BMW soit aux abois.

Alors, pour le coup, on s’est intéressé aux pièces jointes et on a voulu en savoir plus sur cette si fameuse conférence de presse « aux nombres de places limitées« .

Et on n’a pas regretté le voyage, un véritable déluge de greewashing éco-irresponsable. Il apparaît que BMW réalise actuellement « une tournée mondiale dans 7 mégalopoles » pour présenter ses nouveaux concepts. On ne sait pas si la « tournée mondiale » se fait en avion électrique, mais en tout cas il s’agit de parler de « voitures électriques » et de « voitures hybrides ».

Mais commençons par le titre:

Après Tokyo, Rome, New York, le BMW i Tour fait étape à Paris et expose sa vision d’une mobilité individuelle éco-responsable. BMW i, la marque « née électrique », présente ses « recettes de vie en ville » dans un étonnant jardin potager réalisé par le Chef Alain Passard, sur le toit du Palais de Tokyo ».

Tout est presque dit, on va parler de « mobilité individuelle éco-responsable » dans un « jardin potager« , le tout « sur le toit du Palais de Tokyo« . Je vous laisse apprécier l’aspect incongru qui consiste à mélanger voitures électriques et jardin potager sur le toit du Palais de Tokyo… Peut-être que le message subliminal à comprendre tient dans le fait que les voitures électriques de BMW permettront de cultiver des légumes dans un air sain et non pollué, ce que ne permettaient pas les voitures à pétrole… de BMW?

Mais voyons maintenant la suite. BMW va nous présenter sa « vision de la mobilité de demain, respectueuse de l’environnement« . Cela semble confirmer le postulat précédent. La vision de la mobilité de demain selon BMW sera « respectueuse de l’environnement« , sous-entendu pas comme la mobilité d’aujourd’hui de BMW qui elle, n’est pas « respectueuse de l’environnement« .

Ensuite, on apprend que le constructeur BMW est très « impliqué dans ses recherches sur les modes de déplacement éco-responsables« . Diantre, je ne savais pas que BMW finançait la recherche fondamentale sur le vélo ou la marche à pied!

Que nenni ! Selon BMW, un « mode de déplacement éco-responsable« , c’est en fait… une voiture électrique, voire hybride: « un projet novateur qui va changer votre regard sur la ville« . Celle-là, je l’adore. Imaginez votre regard actuel sur la ville: des bagnoles partout. Maintenant, imaginez votre regard sur la ville dans le futur proposé par BMW: des bagnoles partout (mais électriques et hybrides)! C’est sûr, cela va changer notre regard sur la ville…

Venons-en maintenant au cœur du projet de BMW qui consiste à « révolutionner l’industrie automobile en associant plaisir de conduire et développement durable ». C’est sans doute un nouveau concept, le « plaisir durable »… qu’ils ont piqué à Porsche qui avait déjà réalisé une publicité remarquée en son temps dont le slogan était: « Tous nos modèles développent un plaisir durable… » (les Allemands ont beaucoup d’humour).

Alors c’est quoi une révolution automobile pour BMW? C’est d’abord une « usine approvisionnée à 100% en énergie renouvelable« , puis des voitures « composées de matériaux respectueux de l’environnement : cuir tanné avec des extraits de feuilles d’oliviers sans produits chimiques, inserts d’eucalyptus issu de forêts responsables et certifiées FSC, plastique recyclé, fibres végétales (kenaf), etc. » A ce niveau-là, il n’y a plus grand chose à dire, on en devient presque muet. Peut-être auraient-ils pu ajouter le volant en peau de mouton biologique ou les airbags en fromage de chèvre AOC du Larzac?

Après cet intermède écologique, BMW revient quand même assez vite à sa préoccupation principale, à savoir le business. Après nous avoir annoncé que son modèle de voiture électrique « ne rejette pas de CO2 en utilisation courante« , ce qui est normal puisque le CO2 est émis au niveau de la centrale à charbon, au gaz ou au fuel produisant l’électricité, BMW nous rassure tout de suite en précisant que tout ceci « n’enlève rien à la performance et au plaisir de conduire si caractéristiques des voitures BMW« , en particulier « avec des accélérations remarquables (0-100km/h en 7.6s)« . L’automobiliste est rassuré, toutes ces conneries écologistes n’affecteront pas les performances de la voiture…

Mais BMW ne se contente pas de produire une voiture électrique « particulièrement à l’aise en ville« . Le constructeur allemand propose aussi « la voiture de sport du futur : un design marquant au service de l’aérodynamisme, des performances exceptionnelles (0-100km/h en 4.6s, vitesse maximale 250km/h) et une motorisation hybride combinant moteur électrique et moteur thermique pour une puissance de 354 ch« .

Ouf, on avait peur! BMW n’abandonne pas le pétrole tout à fait et surtout, va continuer à faire des voitures de courses pour rouler dans la circulation au milieu des vélos et des piétons. Respect du climat oblige, la vitesse maximale de la voiture sera limitée à 250 km/h… On dit merci à BMW.

Face à un tel déluge de nouveaux concepts, et comme on est sérieux sur Carfree France, on s’est dit qu’on allait quand même creuser un peu le sujet en allant sur le site internet de BMW. Et là, j’avoue qu’on s’est pris une claque. Dès la deuxième phrase, toute la portée philosophique du projet de BMW nous a sauté aux yeux: « Avec BMW i, BMW Group adopte une approche holistique« .

Ne me demandez pas ce que signifie « holisme« , mais on peut dire que ça en jette. BMW n’est pas un simple constructeur de voitures adoptant une approche capitaliste, c’est un constructeur de voitures adoptant une approche holistique. D’ailleurs les voitures elles-mêmes sont peut-être aussi holistiques en plus d’être électriques? J’imagine alors une conversation type entre deux automobilistes: « T »as vu le dernier modèle holistique de BMW, c’est quand même moins ringard que la dernière voiture électrique de Renault! » Ou alors, cet autre automobiliste parlant à sa femme: « Chérie, je prends la Béhème holistique pour aller chercher le pain! »

Trêve de balivernes, selon Wikipédia, « dans certains cas, les termes holisme, holistique, holiste tentent de faire partager une croyance en une totalité qui dépasse l’expérience humaine limitée et peuvent secondairement servir de buzzword pour tenter de justifier des positions peu étayées. »

Et que veut dire « buzzword »? Un buzzword est un terme ou une expression de jargon qui est utilisée, pendant une certaine période, comme slogan pour désigner une nouveauté (technologie, produit, concept, etc.) et pour attirer l’attention sur cette nouveauté. Son utilisation donne l’impression qu’il s’agit de quelque chose d’important et à la mode ainsi qu’une impression de compétence auprès du public.

Selon Stephen Barrett et Victor Herbert, « les promoteurs du charlatanisme sont habiles dans l’usage de slogans et de mots à la mode. Durant les années 1970, ils ont popularisé le mot « naturel » comme un mot magique dans la vente. Durant les années 1980, le mot « holistique » est devenu populaire. Aujourd’hui, le mot à la mode est « alternatif » (ou médecine alternative ou douce). »

C’est cruel pour BMW, en matière de charlatanisme, ils en sont restés aux années 1980…

Ps: Cet article n’est pas sponsorisé par BMW, mais comme on parle d’eux, on veut bien recevoir de leur part à titre de rémunération une voiture BMW (merci de la mettre directement en vente sur le boncoin.fr et de nous envoyer le chèque)

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

5 commentaires sur “BMW Greenwashing Tour

  1. Laurent

    Quelques extraits tirés de « la France travaille trop éloge du jeune rentier » (de feu Jacques Marseille):

    « Dans une BMW bloquée sur le périph comme tous les matins, Pierre laborieux a deux soucis en tête… »
    « la BMW achetée par souci d’identification au modèle culturel du cadre performant ? dérisoire.  »

    En 1989, l’auteur y expliquait comment en renonçant à la consommation ostentatoire et en simplifiant son mode de vie le français moyen économe pourrait s’arrêter de travailler, c’est plus difficile aujourd’hui ,mais à l’heure où l’on parle de retarder encore l’âge de la retraite,passer de la BMW au vélo vous permettrait de partir significativement plus tôt.

  2. LomoberetLomoberet

    Gu’esse gu’ils faisaient entre 1939 et 1945 chez BMW ?
    Des cholies betites motos et side-cars (R75) bour bermettre aux Waffen SS d’aller distribuer des betites bastilles aux chentils betits enfants polonais et russes (marque Mauser 98, les bastilles !)
    Ach, BMW est doujours aussi philantrope !

Les commentaires sont clos.