« Bombes climatiques »

On connaissait déjà le scandale écologique des voitures hybrides, on découvre aujourd’hui que les voitures hybrides rechargeables sont de véritables « bombes climatiques. » Selon l’ONG Transport & Environnement qui a étudié les émissions de trois SUV, mêlant moteur thermique et électrique, les voitures hybrides rechargeables pourraient rejeter jusqu’à douze fois plus de CO2 que ce qu’annoncent les constructeurs.

L’ONG Transport & Environnement n’y va pas par quatre chemins et annonce la couleur dès le titre de sa dernière étude de 93 pages: « L’Europe fonce-t-elle vers un nouveau « dieselgate » ? »

En cause, les voitures hybrides rechargeables qui sont actuellement en plein essor à l’échelle européenne. Prenez deux « tendances » du marché automobile, à savoir les SUV (abréviation de l’anglais « sport utility vehicle » que l’on peut traduire par « véhicule utilitaire sport ») et la « mode » de l’électrique ou autre hybride et fusionnez-les dans un nouveau concept: le SUV hybride rechargeable, toujours plus gros, toujours plus lourd, toujours plus cher, avec deux motorisations, thermique et électrique, parce que la planète le vaut bien !

Transport & Environnement a étudié, en conditions réelles de circulation, les émissions de CO2 de trois modèles-phares, en l’occurrence des SUV de cette catégorie. Et les écarts constatés entre, d’une part, le niveau de carbone rejeté dans l’atmosphère tel qu’il est affiché par les constructeurs et, d’autre part, les données enregistrées lors des tests laissent pantois. La différence entre théorie et monde réel se monte à + 28 % au mieux. Mais, dans certaines conditions, la divergence bondit jusqu’à trois fois, cinq fois, voire douze fois plus qu’annoncé.

Selon le journal Le Monde, ces trois modèles sont, d’après leur homologation, censés émettre entre 32 et 71 grammes de CO2 par kilomètre parcouru. Dans la réalité, ils atteignent entre 164 et 254 grammes de CO2 par km quand la batterie est tombée à zéro. Et surtout, ils peuvent atteindre de 216 à 385 grammes de CO2 par km dès lors qu’ils passent en mode recharge de la batterie. De vraies « bombes climatiques! »

Vous êtes un bagnoliste invétéré à gros pouvoir d’achat et amateur de grosse bagnole, mais vous voulez vous donner bonne conscience avec une voiture dite « écolo » présentée dans les publicités à la télé comme le top de l’écologie « connectée » pour sauver la planète? Pas de problème, achetez un bon gros SUV des familles à double motorisation thermique/électrique!

Cela rappelle étrangement un épisode des Simpson où Homer se rend chez un concessionnaire automobile pour acheter une voiture électrique (car elle est fournie avec un cadeau). Dialogue:
– Homer: Bonjour, j’aime vachement votre planète alors je veux acheter une de vos voitures électroniques.
– Le concessionnaire: C’est rassurant de voir des gens qui font des efforts pour réduire l’effet de serre.
– Homer: Les fesses de qui?

A ce niveau-là, on se demande s’il s’agit encore de naïveté ou carrément d’hypocrisie… Ou alors, naïveté du point de vue des automobilistes et hypocrisie du côté des constructeurs de voitures. En effet, cette explosion des ventes de SUV hybrides rechargeables (+ 263 % en France entre janvier et octobre 2020 par rapport à la même période de 2019) est, vu les prix des véhicules en question, particulièrement lucrative pour les constructeurs. On est très loin du « génocide des SUV » annoncé par certains…

En outre, les ventes de ces véhicules permettent aux constructeurs de baisser leur niveau moyen théorique d’émissions de carbone et leur fournissent une arme-clé pour atteindre leurs objectifs européens en matière de CO2… Ce qui est particulièrement piquant quand on sait, maintenant, que tous les chiffres d’émissions de COannoncés par les constructeurs sont mensongers!

De la même manière, ces véhicules présentés comme « écolo » sont même éligibles au mécanisme dit de bonus ou superbonus… On finance donc grassement avec de l’argent public la mise sur le marché et les ventes massives de ces « bombes climatiques. »

« Le véhicule hybride rechargeable est une chimère » conclut Diane Strauss, directrice pour la France de Transport & Environnement… tout comme la voiture électrique?

13 commentaires sur “« Bombes climatiques »

  1. vincent

    Info intéressante,

    J’aime bien notre société actuelle qui veut que quand on constate un problème on tape sur un point précis plutôt que de le traiter globalement…

    ça me rappelle l’attaque récente d’un commissariat de police et la réponse de notre ministre de dire « on va interdire les feux d’artifice !! » WTF

    Cet article nous parle en long en large et en travers du SUV. Le problème est-il réellement le SUV ? On sait tous qu’il a des défauts etc comme bien d’autres choses sur cette Terre, mais est-ce le fond du Problème.

    Non

    Là encore ce que l’on constate c’est que de gros groupes automobile qui se brassent des milliards mentent effrontément, voire trichent, etc pour faire du pognon sur le dos de la planète. et que c’est homologuer tranquillou par des organismes indépendants etc… c’est ême valorisé par l’Etat avec l’agent des contribuables !!

    C’est idem pour les poids lourds et l’Adblue, on critique papy avec son nouveau diesel adblue mais les gros groupes de TIR qui font des millions et millions de bornes par an, eux, mettent des « émulateurs » (en gros un boitier électronique qui shunte l’adblue) et sa passe crème et on leur dit rien …

    Donc, oui on peut s’en prendre à l’utilisateur du SUV, c’est à la mode.

    Mais l’enquête est-elle réellement neutre. De l’hybride rechargeable il en existe en citadine, en compact en berline, en SUV etc. pourquoi 3 SUV ? et rien d’autres…

    Moi, perso, je suis défendeur de l’environnement et je me dis demain je fais une enquête impartiale pour défendre la cause : je prends la citadine HR la plus vendue en Europe, la compact la plus vendue, la berline, le SUV, le monospace etc et je regarde…

    Là, que va se dire l’utilisateur lambda d’un SUV : « OK l’enquête prends 3 suv et les autres ?! Suis-je le seul hybride rechargeable sur cette Terre ? » Où est l’objectivité et d’en conclure… « rien à b… de cette enquête orientée de bobo des villes.  »

    Comme  l’aurait dit Churchill : je ne crois que les statistiques que j’ai moi-même falsifiées.

    La preuve : moi le 1er et bien que n’étant pas fan de voitures, je me le dis : cette enquête est orientée dès son postulat de départ…

    L’enquête serait multi-modèles : de suite on n’ouvre pas la porte à la critique…

     

    A plus

  2. Vartruk

    Et les constructeurs continuent à publier des résultats séduisants sur le papier, sans aucune honte, alors qu’ils sont probablement les mieux placés pour savoir que leurs test anti-pollution sont forcément bidons, mais pas grave, la fuite en avant se poursuit, en fabriquant des voitures toujours plus lourdes, plus hautes, moins aérodynamiques, bref tout l’inverse de ce qu’il faudrait faire, n’importe quel technicien R&D en est conscient mais peu importe, ça se vend bien et cher! Et ensuite on triche, on camoufle, on détourne, tout en se plaignant que les critères anti-pollution sont de plus en plus dur à atteindre !

    Tout est fait pour que la bagnole occupe une place centrale dans la vie des gens, peu importe l’énergie utilisée, la pollution engendrée, de toute façon la plupart des gens ne se pose même pas la question des externalités négatives. L’allégorie avec Simpson est hilarante!

    On voit bien que quoi qu’il arrive, la bagnole sera toujours défendue, le « dieselgate » n’a servi à rien, volkswagen vend toujours autant de bagnoles, d’autres scandales peuvent arriver, pas besoin de procès la défense est déjà trouvée « on fait de notre mieux, en attendant achetez nos bagnoles pour qu’on puisse développer à fond la voiture électrique qui elle sera propre, enfin surtout propre pour nous, constructeurs ».

    La bagnole est et restera, c’est vraiment l’objet fétiche de notre monde qui courre – ou plutôt qui roule… à sa perte.

    Le jour ou ça sera vraiment le désastre, comme dans tous les bons (ou mauvais) films catastrophes, on verra sans doute des kilomètres de bagnoles pleines à craquer, avec des paniqués aux volants, qui tenteront de fuir, sans savoir ou aller…

  3. Vartruk

    L’enquête est certes orientées, mais comme bon nombres d’enquêtes en fait(d’un bord ou de l’autre), pourquoi faire des enquêtes sur ça dans le fond, puisqu’il y a une certitude établie: La bagnole est indispensable.

    Et les constructeurs/multinationale le sont tout autant, même quand ça va mal, on subventionne à outrance – pendant que les dirigeants délocalisent toujours plus, loi du marché oblige nous dit-on!

    Et on continue à nous publier des résultats séduisants sur le papier, sans aucune honte, alors qu’ils sont probablement les mieux placés pour savoir que leurs test anti-pollution sont forcément bidons (c’est pareil pour la conso au kilo) d’autant plus sur de telles voitures, mais pas grave, ça se vend bien et cher c’est surtout ça qui compte ! C’est ce que les gens veulent ma bonne dame on ne fait que répondre aux besoin du marché, c’est pas nous qu’avons créé le besoin et qui l’entretenons ma bonne dame, j’vous jure!

    La fuite en avant se poursuit… En fabriquant des voitures toujours plus lourdes, plus hautes, moins aérodynamiques, bref tout l’inverse de ce qu’il faudrait faire (n’importe quel technicien R&D en est conscient mais peu importe!) pas étonnant que ça pollue au moins autant sinon plus – et là on parle que de la pollution à la sortie du pot d’échappement mais avant c’est sans doute pire!

    Et ensuite on triche, on camoufle, on détourne, tout en se plaignant que les critères anti-pollution sont de plus en plus dur à atteindre !

    On voit bien que quoi qu’il arrive, la bagnole sera toujours défendue, le « dieselgate » n’a servi à rien, volkswagen vend toujours autant de bagnoles, d’autres scandales peuvent arriver, pas besoin de procès la défense est déjà trouvée « on fait de notre mieux, en attendant achetez nos bagnoles pour qu’on puisse développer à fond la voiture électrique qui elle sera propre, enfin surtout propre pour nous, constructeurs ».

    Tout est fait pour que la bagnole occupe une place centrale dans nos sociétés et dans la vie des gens, peu importe l’énergie utilisée, la pollution engendrée, de toute façon la plupart des gens ne se posent même pas la question des externalités négatives. L’allégorie avec Simpson dans l’article est hilarante!

    La bagnole est et restera, malheureusement, avec ou sans pétrole, c’est vraiment l’objet fétiche de notre monde qui courre – ou plutôt qui roule… à sa perte.

  4. Lydie

    Ne faudrait-il pas que la puissance publique qui laisse mettre sur le marché des véhicules hors normes se mobilise pour assurer l’avenir de la planète? Arrêtons les beaux discours et passons aux actes en refusant d’acquérir ces épaves sur 4 roues, en montrant l’ineptie de posséder les chars à bras, et leurs inadaptations par rapport à l’avenir de notre société. La COVID bouscule et ce n’est qu’un commencement sur un avenir qui se profile très différent de ce que nous connaissons. La vérité nous explosera à la face rapidement si nous restons sur cette ligne de conduite. La lâcheté des uns nous coûte très cher collectivement. Les gouvernants ont un comportement qui nous conduit dans le mur et le phénomène s’accélère. La crise économique se dessine pour un très proche avenir et elle mettra certainement à terre beaucoup de monde ce qui supprimera les velléités d’utiliser des objets qui massacre les hommes et notre l’environnement. L’issue ne paraît pas très réjouissante à cause de la grande médiocrité de nos sociétés. T

     

  5. Gédéon

    C’est intéressant de voir que souvent très souvent on parle de l’émission des voitures lorsqu’elles roulent mais en fait personne ne parle de l’émission de Co2 et toutes les autres consommations liées à leur construction !

    C’est pire que tout et je n’entend pas les voix des écolo s’élever contre les politiques incitant à changer sa vieille voiture contre une neuve.

    Les voitures, une fois construites doivent être utilisées jusqu’au bout pour être moins polluantes. Ben oui.

    Lisez « En voiture Simone ! Pourquoi ma vieille voiture pollue moins qu’une neuve » de Lucien Willemin.

    Bon ok le mieux c’est de ne pas en avoir du tout et de rouler à vélo. Facile pour certains mais pas pour tous (santé, campagne…). Mais déjà si on limitait au max nos déplacements et si on entretenait correctement notre vieille caisse au lieu de la jeter pour en acheter une neuve parce les constructeurs automobiles nous disent de le faire, il y aurait un progrès.

    Je ne veux même pas parler des SUV qui sont polluants et hyper dangereux pour les autres usagers. Dans un pays où tout est normé pour protéger tout le monde, je ne comprend pas pourquoi ces véhicules sont autorisés. Les crash test ne doivent être fait que pour protéger les conducteurs. En plus ceux qui conduisent les SUV ne sont souvent pas les plus malins, ce qui rajoute au danger par dessus le marché.

    Bref

    Voilà

    Bicyclettement

     

     

  6. Pédibuspedibus

    l’énergie grise ne saurait camoufler les noirs desseins…

     

    mon vieux Gédéon, foin de tartufferies… la musique adoucirait les moeurs… ? ah si Boby Lapointe était encore de ce monde… !

    sûr qu’on se bidonnerait grave avec une chanson qui tournerait autour de « caisse », « caisseux », « encaisser » et toute la ribambelle imaginable de mots en rapport avec la chose…

    en attendant, faute de te voir avant lontemps quitter Ste-Gnognole, voici « Ta Katie t’a quitté »… :

    sauter la pub siouplait… :

    https://www.youtube.com/watch?v=a7P8dcPsfyE

  7. Prolo

    @Gédéon : « si on entretenait correctement notre vieille caisse au lieu de la jeter pour en acheter une neuve parce les constructeurs automobiles nous disent de le faire, il y aurait un progrès. »

     

    Les constructeurs utilisent la pub pour leurs nouvelles merdes afin de nous y inciter.

    Si la pub marche pas, l’état distribue notre argent aux constructeurs automobiles : prime à la casse.

    Et pour les derniers récalcitrants, l’europe a une arme ultime : le durcissement sans fin du contrôle technique.

     

  8. jol25

    Ca me fait penser à un collègue qui a changé de voiture (accidentée et RSV : encore un truc pour débarrasser les « vieux » clous d’ailleurs, les dégâts techniquement étaient de la tôle, rien de grave) : il se félicitait que sa nouvelle voiture plus récente, mais d’occasion, ne consomme pas plus que l’ancienne (à gabarit équivalent).

    Et donc je lui demande la puissance de l’ancienne et de la nouvelle : 110CV et 130CV. Sa voiture consomme moins, mais comme elle est plus puissante elle consomme autant.

    Les ingénieurs s’évertuent à améliorer les rendements énergétiques, pour aboutir à des véhicules plus lourds et/ou plus puissants, qui éradiquent le gain.

  9. Pédibuspedibus

    ah ça mon vieux Bernard c’est pas mal :

    une bagnole sur deux en ville, coupée à hauteur des vitres : on remplit de compost pour faire pousser du maïs, que les riverains arrosent avec leurs eaux grises, histoire de faire la causette avec le/la voisin(e)…

    et entre on pose les vieilles guimbardes grillagées pour élever la volaille…

    si après ça nos rues ne ressemblent pas à celles d’un village…

     

    bon tant pis pour les végans, s’ils sont pas végétaliens ils iront se faire cuire de belles omelettes… quant aux autres ce sera du poulet rôti dans la cuisinière à bois, au combustible de récup savamment géré…

    ici à bordo-bordel c’est la Garonne qui sert à me chauffer pour une bonne part, avec tout le bois flotté qu’on peut tirer des berges… pour la polyculture élevage sur la dépouille de Ste-Gnognole j’en cause à Pierre Hurmic, dès que je vois qu’il est disponible…

    boaaaaa

  10. AxelosAxelos

    Merci pour cet article intéressant.

    J’ai toujours été sceptique vis-à-vis de ce type de véhicule dit hybride, ayant eu un début d’éclaircissement sur leurs impacts (mais effectivement les SUVs ne sont pas représentatifs de l’entièreté de ce type de véhicule), mes réserves se confirment.

    Globalement, on sait aujourd’hui que la complexité de la technologie (que l’on appelle couramment l’évolution technologique) est au final néfaste pour notre environnement. Pas forcément à l’usage même si c’est le cas ici, mais surtout dans la production et la revalorisation -quand cela est possible- de cette technologie. En soi le cycle de vie de l’objet.

    Cette manipulation perpétuelle à nous faire croire que ces nouvelles générations de véhicules, hybrides, 100 % éclectique, Éthanol (production agricole dédié pour générer cela), et futur dioxygène « vert » ne sont et seront que des technologies à fort impact, direct ou indirect, qui ne résoudront en rien la problématique du véhicule motorisé individuel.

    Je suis certain qu’aujourd’hui, les vl les moins polluants ne sont que les micros citadines essences sans option, car mécanique simple, peu d’enrobages plastiques (garnitures), peu d’électronique, etc.

    Axel.

  11. Vartruk

    Axel, je ne peux que vous conseiller si ce n’est déjà fait le très bon livre de Phillipe Bihoux « L’age des low tech » (ou même son premier livre sur la raréfaction des métaux) il y explique avec pragmatisme en quoi la voiture est l’exemple même de la fuite en avant, sous couvert de « progrès »; toujours plus d’alliages complexes, toujours plus d’électroniques, toujours plus compliqué à recycler, toujours plus couteux, bref toujours plus énergivore et à contre courant des difficultés de notre époque…

    Dernièrement j’ai été « roulé » par un collègue avec une DS7, s’est bardé d’électronique à n’y rien comprendre, la plupart ne servant strictement à rien (sièges arrières réglables électroniquement, les rétroviseurs qui se plient tout seul avec des leds dessus….), j’ai voulu lui faire écouter un CD, ben y a plus de lecteur CD, et apparemment c’est comme ça sur toutes les nouvelles bagnoles, le lecteur CD est sans doute considiéré comme une relique du passé par les constructeurs… Alors c’est une anecdote parmis d’autres (je ne dis pas que le CD c’est une panacée), mais c’est un peu ironique de notre époque, « le progrès » ne consiste plus vraiment à nous libérer d’une contrainte, ou à répondre à un besoin, mais à en créer de nouveaux, pourvu que ce soit vu comme une progrès!

    La voiture est la parfaite illustration de ce progrès « pathologique » j’ai envie de dire, que ce soit l’hybride, l’électrique, ou encore la voiture autonome qu’on cesse de nous rabacher comme étant « l’avenir », quand on sait les infrastructures nécessaires pour y parvenir (5 ou 6G avec maillage parfait, IA à gogo, capteurs et caméra sur chaque carrefour, chaque route…), c’est stupéfiant de bêtises, mais on y va quand même..

    Notre monde est malade du « progrès », on ne peut plus concevoir comme un progrès, quelque chose qui consisterait à revenir sur un fait établi, et ce même quand il en va de l’environnement et donc de notre santé. Ici on parle de voiture, mais on peut aisément faire un parallèle avec l’agriculture qui est malade du modèle productiviste, les paysans souffrent, on n’arrive plus à s’extraire du modèle intensif (industrialisation et pesticides à outrance…) pourtant en France, on a les terres, le climat, les moyens financiers et humains pour changer; mais ceux qui veulent changer ne sont pas aidés ou le font aux prix d’efforts considérables, comme ceux qui ne veulent plus prendre leurs voitures…

  12. mat b

    Vartruk, j’ai une 2008 assez récente, une des rares voitures disponible en essence dans la région (leboncoin.fr). Elle n’avait pas trop roulé avant et n’ a pas beaucoup roulé depuis. On l’utilise pour mettre toute la famille et quelques bagages. Bref, au bout de notre périple de 140 km das un hameau de Dordogne, on repart le lendemain matin  en prévision de visiter Lascaux. au bout de 300 m bip bip bip, les signaux deviennent rouge. Problème moteur s’affiche.  Je ne m’en fais pas trop et je continue mon chemin à l’ancienne. Puis, l’accélérateur répond moins bien, je m’arrête et j’entends la ventilation à fond. Contraint, on glisse vers un garagiste qui me recommande d’aller chez Peugeot Sarlat à 15 km, que la voiture y  arrivera sans problème. Au final, simple problème électronique du système censé me prévenir d’un problème moteur que je n’ai jamais eu, 105 euros et une journée de foutu dans un bled pourri rempli de bagnoles. Encore heureux, j’ai appelé Lascaux qui nous ont remboursé gracieusement nos places sous caution de reprendre des places plus tard. Ce qu’on a fait

Les commentaires sont clos.