Chronique d’un échec à grande vitesse

Qui a entendu parler de l’initiative citoyenne européenne pour généraliser le 30km/h dans les zones urbaines et résidentielles de nos villes et nos villages? Vu le nombre total de pétitionnaires, apparemment pas grand monde.

C’est un naufrage. Au bout d’un an, la pétition européenne qui devait recueillir un million de signatures pour pousser la commission européenne à légiférer sur l’abaissement de la vitesse autorisée en agglomération à 30km/h a totalisé un peu plus de 35.000 signatures en ligne, auxquelles il faut ajouter environ 8.500 signatures papier, soit un total d’environ 44.000 signatures.

L’initiative citoyenne européenne (ICE) est un nouveau concept issu de la révision du traité de l’union européenne en 2009 (Article 11 paragraphe 4). Selon ce principe, les citoyens européens peuvent agir sur la législation européenne et lancer leurs propres propositions dans tous les domaines législatifs européens qui sont de la compétence de l’Union Européenne.

Pour cela, il faut recueillir en moins d’un an, au moins un million de signatures, provenant d’au moins 7 États membres; en outre, dans chaque État membre, il faut atteindre un nombre spécifique de signatures. Pour finir, il faut que chaque signature soit vérifiable, ce qui exclut d’emblée tous les systèmes habituels de signature de pétitions en ligne où on peut signer plusieurs fois, en changeant d’email, de connexion ou d’ordinateur. Dans le cas présent, pour signer, il fallait fournir son numéro de carte d’identité ou de passeport.

Précision utile: le fait d’obtenir un million de signatures ne garantissait même pas la mise en place d’une nouvelle législation; cela garantissait juste que la proposition soit « étudiée » par la Commission européenne…

Pour la France, les résultats sont tout aussi décevants, environ 3.750 signatures à l’heure où j’écris ces lignes.

Pourtant, cela avait bien commencé. L’idée de départ semblait à la fois simple, de bon sens et porteuse : Une vitesse limitée à 30km/h en agglomération partout en Europe.

Un site internet européen avait été créé, http://fr.30kmh.eu/, dans toutes les langues européennes (c’est même encore possible de signer jusqu’à ce soir minuit). Dans les pays, des conférences de presse organisées par de multiples associations étaient mises en place pour lancer la démarche et l’appel à signatures.

Ainsi, en France, plusieurs associations – Droits du piéton, la Fédération Nationale des Usagers des Transports (FNAUT), la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB), France Auto Partage et Rue de l’Avenir – s’étaient mises ensemble pour relayer l’Initiative Citoyenne Européenne « 30km/h – redonnons vie à nos villes ! ».

Et puis, plus rien ou presque… il semble que le compteur de pétitions a vivoté ensuite à son rythme durant toute l’année 2013 et on arrive aujourd’hui, à la veille de la fin de la pétition, avec ce résultat catastrophique.

Pour ce qui concerne Carfree France, on a parlé de l’Initiative Citoyenne Européenne à trois reprises, les 29 novembre 2012, 29 janvier 2013 et 2 février 2013.

Alors, pourquoi un tel échec? Certains diront que c’est lié à la procédure somme toute assez compliquée destinée à recueillir les signatures, et ils auront probablement raison. Quoi qu’on en dise, il n’est pas forcément facile de laisser ses numéros de carte d’identité ou de passeport en ligne sur internet, même à un site a priori sécurisé.

Ceci dit, avec 3.750 signatures en France, on touche vraiment le fond. Cela veut dire que même les 5 associations françaises associées dans la démarche n’ont pas réussi à faire voter leurs propres adhérents, qui doivent bien dépasser largement ce nombre en tout! En fait, on a fait à peine mieux que la Belgique (3.458 signatures), pourtant 6 fois moins peuplée que la France!

Après, on peut aussi discuter les modalités de ce qui est présenté comme une grande avancée démocratique, à savoir la possibilité laissée aux citoyens européens de proposer leurs propres projets de loi. Il semblerait que les garde-fous soient bien verrouillés, car recueillir un million de signatures en moins de 365 jours, dans au moins 7 pays européens différents, tout en respectant des quotas de répartition par pays, semble relever de l’exploit impossible.

Sauf que d’autres initiatives de ce type ont réussi leur coup, montrant ainsi que c’était possible. Par exemple, l’initiative citoyenne européenne Right to water (droit d’accès à l’eau) a recueilli plus de 1,8 millions de signatures. Un de nous, sur la protection juridique de l’embryon humain, a obtenu 1,7 millions de signatures. Stop Vivisection, pour l’abolition de l’expérimentation animale, a obtenu quant à elle 1,1 millions de signatures.

Enfin, on ne peut pas ne pas aborder la question de l’objectif de cette initiative. Est-ce que le 30km/h en ville répond vraiment à une attente des citoyens européens? Au vu des résultats, on peut penser que non.

On peut aussi se dire que beaucoup d’européens (au moins un million) souhaiteraient la mise en place de cette initiative, mais qu’ils n’ont tout simplement pas été mis au courant d’un tel projet. Car, mis à part quelques articles sur internet et une conférence de presse confidentielle, on ne peut pas dire que ce projet a bénéficié d’une couverture médiatique optimale.

Combien de sujets aux 20 heures? Combien d’articles en première page des grands quotidiens nationaux ou régionaux? Néant.

Mince, j’oubliais, il y a plus important que ce projet européen concernant tout le monde, la vie de tous les jours et la circulation quotidienne de centaines de millions d’européens. Il y a les innombrables faits divers et autres sujets passionnants qui remplissent les médias officiels rémunérés en partie par la manne de la publicité automobile.

Dormez tranquille, les voitures pourront continuer à rouler à 50 km/h en agglomération, les gens pourront continuer à mourir et la vie en ville sera toujours un parcours du combattant pour les piétons, les cyclistes, les personnes âgées et les enfants.

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

36 commentaires sur “Chronique d’un échec à grande vitesse

  1. picard

    A paris beaucoup de rues sont passées à 30 km/h.. Mais ça ne change pas grand chose finalement: un peu moins de bruit? de pollution? C’est pas facile de se rendre compte.. Ca ne règle pas le problème de la place (pour se garer et circuler), du danger, de la laideur… Non je pense qu’il faut piétoniser des rues entières pour qu’on voie une petite différence! De toute façon ce qui va changer la donne c’est l’approvisionnement en pétrole: « Ne serait-ce que pour maintenir la production au niveau atteint en 2012, l’industrie pétrolière devra d’ici à 2020 développer environ 34 Mb/j (million de barils /jour) de capacités supplémentaires »!!
    http://petrole.blog.lemonde.fr/2013/11/13/petrole-la-route-est-droite-mais-la-pente-est-raide-dit-lagence-internationale-de-lenergie/

  2. Vincent

    > Enfin, on ne peut pas ne pas aborder la question de l’objectif de cette initiative. Est-ce que le 30km/h en ville répond vraiment à une attente des citoyens européens? Au vu des résultats, on peut penser que non.

    En même temps, il a fallu un paquet de temps et d’efforts politiques aux Pays-bas et au Danemark pour mettre fin au tout bagnole et rendre la ville aux piétons/vélos.

    « How the Dutch got their cycling infrastructure »
    http://bicycledutch.wordpress.com/2011/10/20/how-the-dutch-got-their-cycling-infrastructure/

    Il est dommage que les autorités françaises ne fassent toujours rien de significatif dans ce domaine alors que les importations de pétrole coûtent chaque année plusieurs dizaines de milliards d’euro qui seraient mieux dépensés ailleurs.

  3. Epicture

    Un article très bien construit. Personnellement, et bien que je sois depuis longtemps un inconditionnel du vélo, cela fait peu de temps que je me documente en ligne sur la mobilité urbaine. Je n’étais pas non plus engagé dans aucune asso de vélo jusqu’à très récemment. Je dois donc avouer ne pas avoir été au courant du projet de pétition en ligne…
    Il s’agit me concernant d’un manque de communication. Mais même en étant au courant, j’imagine aisément que fournir son numéro de CNI en ligne oblige à être sacrément militant… Je ne suis donc pas étonné par le résultat.
    Évidemment, seules certains tronçons de rues mis à 30km/h ne servent pas à grand chose. La marche étant le principale moyen de locomotion humain (le plus naturel en tout cas), il faut qu’elle devienne la norme et l’usage de la voiture l’exception. L’usage du vélo se greffe ensuite assez facilement sur les réseaux piétonniers.
    Les arguments du 30km/h semblent être trop théoriques… Il faut montrer aux gens, leur prouver devant les yeux. Ils l’ont fait en Allemagne, ça marche. Par contr,e une chose: les Pays-Bas sont à moins de 1% de signatures par rapport au seuil demandé. Pourquoi ? Ils n’en ont plus besoin chez eux ?

  4. Struddelstruddel

    Assez d’accord avec PICARD, réduire à 30 c’est bien mais ce n’est pas suffisant : j’habite dans une petite ville périurbaine entièrement à 30 mais sans aucun aménagement, et même si c’est beaucoup plus vivable que si tout était à 50, je me sens moins en sécurité qu’à Nantes et ses rues à 50 avec aménagements cyclables et plateaux piétons.

    Mais je suis moins d’accord sur le fait que ça n’apporte pas grand chose, la circulation est bien plus apaisée que dans la plupart des villes 50.

    Mais même à 30, la voiture est toujours reine.

  5. PédibusPédibus

    A notre échelle tentons de rebondir en s’organisant pour relayer ce genre d’opération dans chaque ville?
    Mais je tempère aussitôt en reconnaissant que pour l’instant ma proposition relève de l’incantation « yakafaucon »…

  6. Pim

    malgré le nombre grandissant de zones 30, vous en voyez beaucoup vous des voitures qui respectent le 30? Connaissez vous dans votre entourage une seule personne qui a été verbalisée pour un excès de vitesse en zone 30?
    Malgré cela, je leur reconnais plein d’avantages, en particulier le double sens cyclable (quand celui ci n’est pas officiellement interdit par arreté municipal).

    sinon dans la lutte anti-vélo, courrierinternational a publié un bien joli article. http://www.courrierinternational.com/article/2013/11/13/a-bas-les-cyclistes

  7. Struddelstruddel

    Je vais citer Jean-Marc :

    « Ce n’est pas parce que certains ne respectent pas les vitesses qu’il ne faut pas les modifier si c est nécessaire.

    Quand les villes étaient à 60, Certains Ne Respectaient Pas, quand elles sont passées à 50, C N R P… MAIS roulaient moins vite que les CNRP du temps du 60, et quand certaines zones sont à 45, 30 ou 20, CNRP, mais roulent moins vite qu’en zone 50. »

  8. Epicture

    @PIM: Merci pour le lien vers l’article Courrier International. En effet c’est du joli. Au début on se dit que c’est du second degré, mais sur la fin on voit que le gars est vraiment énervé. C’est un peu ridicule ce genre d’élan émotionnel, en plus ça manque de scientifique. C’est quoi ça ? « …ceux qui financent les routes (les automobilistes). » On marche sur la tête, je paie mes impôts comme tout le monde. Sans compter que de nombreux cyclistes sont aussi des automobilistes… Que Courrier International reprenne des articles de ce genre à la crédibilité douteuse s’apparente à une faute de journalisme. Mais désolé, je ne suis plus dans le sujet de l’article.

  9. Epicture

    Je rajoute juste une petite chose. Réduire la limitation de vitesse est utile car cela permet de limiter les libertés des automobilistes et plus prendre sa voiture est contraignant, plus on limite son usage au profit d’autres moyens de déplacements. Mais cela n’est surement pas suffisant et ça s’accompagne d’un aménagement adapté.
    Je pense même que l’aménagement est plus puissant encore. Un exemple: http://www.pss-archi.eu/forum/viewtopic.php?pid=457705#p457705
    Sur ces photos du remarquable travail de Joan Busquets sur l’hypercentre de Toulouse, on peut voir que la différence entre le trottoir et la chaussée est très ténue. Que se passe t-il: les piétons marchent plus librement sur la chaussée, cela se fait de manière inconsciente. De même les voitures ne sont plus « lancées » entre 2 bandes bien nettes, des piétons passent plus souvent: il en découle une impression de danger qui réduit automatiquement la vitesse. Voir d’ailleurs à ce sujet le livre de Nicolas Soulier: « Reconquérier les rues ». Il parle à un endroit de ce rapport inverse entre impression de danger et danger réel: quand l’un augmente, l’autre descend et inversement.

  10. Laurent

    On sent poindre une certaine amertume dans cet article.

    Pourtant, parmi les raisons de l’échec, vous en avez oublié une…

    Les gens ne se mobilisent plus pour les pétitions car ils savent que ce n’est d’aucune utilité.
    Si le Pouvoir souhaite mettre en place une mesure ou une infrastructure, il ne s’embarrasse point de l’avis de la populace, il accomplit sa volonté.
    Certes des consultations peuvent être lancées mais quelque soit l’avis des gens, la volonté du Pouvoir agira à sa guise.
    Quant aux pétitions qui marchent, c’est parce qu’elle sont relayées par le Pouvoir.

    Cela étant, il existe encore des marges de manoeuvre au niveau local pour faire bouger les choses. Emmerder et harceler les élus locaux sur les problématiques vélocipédiques peuvent s’avérer payantes.

  11. busquet

    je lis « .. les gens pourront continuer à mourir … »
    mais … il y a 3000 morts/an de la voiture toutes causes confondues, mais 60 000 par le tabagisme, et 70 000 par l’éthylisme. Par quoi on commence ?
    – Est-ce les velos qui roulent sur les trottoirs en zigzagant entre les piétons qui demandent la limitation à 30km/h ?
    – Suite à la diminution observée de 10 à 25 km/h sur les vitesses moyennes, le temps de trajet domicile/travail a augmenté d’une heure. D’autres ont du déménager vers des locations plus chères. Combien de malades (et de morts) supplémentaires dus à cela ?

  12. Struddelstruddel

    Lutter contre l’abus d’alcool et le tabagisme est incompatible avec la lutte du fléau de la vitesse automobile ? Il faut absolument choisir ?

    Donc si je comprends bien, abandonnons toutes les recherches sur le cancer puisqu’on fait déjà des recherches sur le VIH.

    Ceux qui demandent cette limite sont toutes les personnes qui réclament un sentiment de sécurité au sein de la ville, donc les piétons, les cyclistes, les rollers, les skateboarders, et probablement les cyclistes qui roulent sur les trottoirs, qui bien qu’en tort et répréhensibles, ont le droit à la sécurité également.

    Il y a des gamins qui volent des sucreries au supermarché qui sont contre les armes à feux, je ne pense pas que ça enlève quelconque crédibilité à leur demande de sécurité.

    En ce qui concerne le supposé temps perdu à cause d’une supposée vitesse réduite, pouvez-vous fournir une source qui confirme les propos que vous avancez ?

    Un rappel cependant : habiter plus près de son travail permet de gagner en budget transport ce que l’on perd en budget logement .

    Mon loyer de première couronne dans une ville réputée chère est très certainement plus élevé que la plupart des loyers de la lointaine périphérie nantaise, mais mon budget annuel transport pour me rendre à mon travail est proche de 0 €, or j’ai un salaire inférieur au salaire médian, pourtant je vis très bien.

  13. Jean-Marc

    Houla, belle erreur, Busquet,

    en france, 3000 morts, c est les morts directs de la route (3000 à 3500 actuellement, même si on se rapproche, doucement des 3000)

    les morts indirectes sont estimées à 42 000/an en france

    les problèmes de santé liés à la sédentarité et à l’insuffisance d’exercice doux, dont le manque de muscles gainant (donc le mal de dos), les problèmes articulaires (liés en majeur partie à l’obésité ou au manque d exercice… et l’obésité est elle-même corrélée directement à l usage de la voiture), osseux (ostéoporose) et musculaires dus à une insuffisance de sollicitationS douces et prolongées (demi-fond) sont estimées à… plus de 40 millions de personnes en france….

    tu es hypertendu, obèse, tu as des pb articulaires, tu as mal au dos, tu as de l osteoporose ?
    Penses à en remercier ton manque d exercice physique doux quotidien (plus de 45 minutes par jour de natation, marche ou vélo sont nécessaires pour notre corps).

    (et, niveau respiratoire, tu (ou tes jeunes enfants… plus sensibles de l appareil respiratoire) es asthmatique, tu as des allergies, tu as un cancer… remercie les gaz d échappements et les vapeurs s’échappant des réservoirs/stations services)

    il n’y a pas que la mort : il y a aussi le mal-vivre :
    avoir du mal à se lever de son lit pour atteindre la table,
    OU, au même age (avancé) pouvoir aller chercher son pain en footing…
    c est une toute autre qualité de vie…

    Tant que tu as moins de 35-40 ans, tout te semble normal, sans exercice, ni faire attention à ce que tu manges… mais celà ne dure pas… et la descente est bien plus rapide pour ceux qui ne pratiquent pas d exercice quotidien.
    (les marcheurs et cyclistes « vieillissent », niveau musculaire et osseux, de.. 3 ans tous les 10 ans, si on les compare à la population sédentaire, prise comme témoin)

    L’homme est un coureur de fond :
    l homo sapiens sapiens pratiquait la course à l’étouffée, à l’épuisement :
    il trottait, obligeant sa proie à courir (donc course partiellement anaérobie pour la proie, contre course aérobie pour l’homme : l animal s essouffle et s échauffe, sans pouvoir évacuer toute la chaleur générée par l activité de ses muscles… il a besoin de pauses, où il récupère.. (l homme a juste besoin d eau, quand il a trop transpiré… et il a donc très vite utilisé les panses d animaux-outres portées en bandoulières…) mais le chasseur le piste, et le contraint à reprendre sa course… et ceci, cette succession de course et de repos interrompu trop tôt se poursuit indéfiniment, jusqu’à ce que l animal meure d’hyperthermie).

    Suite à cette chasse ancestrale, pratiquée pendant des millions d années, nous avons été sélectionné comme des coureurs de demi-fond.
    (ce n est pas les 30 dernières années d’usage intensif de l auto, en occident, qui a modifié, au fils des générations (pardon.. de LA génération), notre patrimoine génétique en profondeur, afin de sélectionner les descendants les plus adaptés à la sédentarité… )

    Grâce à sa station debout et à ses glandes sudoripares, nous sommes capables de trotter quasi indéfiniment à 6-8km/h;
    de trotter autour de 50km par jour.

    (en fait, ces dernières années, la course à l’étouffée est, par de plus en plus de spécialistes de la préhistoire, considérée comme aussi, voire plus importante, que le pouce opposable ou la parole, dans l’évolution de l Homme)

    Nous ne sommes pas fait pour le sédentarité, qui nous ronge, petit à petit…

    rappel : le stress, l afflux massif d adrénaline, est là pour nous permettre soit de fuir en courant, soit de combattre…
    mais dans tout les cas, d avoir une activité musculaire intense.
    Et pas de taper plus vite sur un clavier d ordi, ou d’appuyer plus rageusement sur une pédale d accélérateur :

    l adrénaline induit une dépense énergétique…
    si elle n a pas lieu, s’il n y a pas l exercice physique derrière qu’elle a préparé… ce n est pas bon pour nous.

    « Suite à la diminution observée de 10 à 25 km/h sur les vitesses moyennes, le temps de trajet domicile/travail a augmenté d’une heure »

    ???

    étude(s) le prouvant stp ?

    pour ma part, je peux te sortir l étude sur l autoroute près de chez moi, l A31, l autoroute (hors IDF) la plus utilisée de france :
    son passage de 130 à 110 km/h max a amélioré les temps de trajets, en fluidifiant les trajets, en réduisant fortement le nombre et la grandeur des bouchons.

    Mais çà, c est hors ville, donc hors sujet par rapport au 30km/h

    En ville, la vitesse moyenne d’une voiture en zone 50 est de… 16 à 18km/h
    en zone 30, elle est doit être de… 15 à 17 km/h… voire de 16 à 18km/h

    Celà limite juste les vitesse max, en réduisant le nombre de création de bouchons (pour un nombre donné de véhicules, les changements de vitesses favorisent la création de bouchons)


    sur la corrélation entre obésité et automobile :

    http://carfree.fr/index.php/2011/05/24/la-responsabilite-de-lautomobile-dans-le-developpement-de-lobesite/

    étude de Sheldon Howard Jacobson, publié le 11 mai 2011 :

    Cette étude porte sur -l’éventuelle- corrélation entre l’obésité et l’usage fréquent de l’automobile :

    Les résultats observés sont… une corrélation de 99 % entre l’utilisation de la voiture et le taux d’obésité de la population, une corrélation mesurée à partir de statistiques portant sur les années 1985-2007.

  14. Struddelstruddel

    De JEAN-MARC « Mais çà, c est hors ville, donc hors sujet par rapport au 30km/h

    En ville, la vitesse moyenne d’une voiture en zone 50 est de… 16 à 18km/h
    en zone 30, elle est doit être de… 15 à 17 km/h… voire de 16 à 18km/h »

    Tout juste, c’est vrai que j’ai donné un exemple de trajet hors ville, mais en ville la vitesse max n’a absolument aucun impact sur la vitesse moyenne, la preuve, j’arrive souvent bien avant certains amis en partant du même endroit quand on se donne rendez-vous dans un troquet en hyper centre alors que je monte rarement à 50 en ville …

  15. busquet

    J’habite en zone péri-urbaine, à 20 km de mon lieu de travail. En deux ans, j’ai vu mon temps de trajet (en voiture, il n’y a PAS d’alternative, tous les grands banlieusards te le diront) passer de 25 minutes, à 45 minutes, parce que la vitesse moyenne a diminué de 20 km/h (et je traverse des agglomérations dons suis aussi concerné par l’éventuelle limitation à 30 km/h). Je pense à ceux qui avait 1h de voiture (et eux aussi n’avait pas d’alternatives) et qui sont passés à 1h30 ou 2h (soit 3 à 4h aller-retour). Ce n’est certainement pas en allant à pied qu’il vont améliorer leur santé, ni leur « bien vivre ». A moins d’être parmi les rares qui peuvent aller à pied à leur travail. Quant à la sécurité des piétons et des vélos, quand je vois ce que certains peuvent faire (traverser n’importe où, n’importe comment, ou se faufiler entre 2 voitures), je ne crois pas que cela soit un problème de vitesse en ville des voitures.
    Je crois que faire attention aux autres, automobilistes ET cyclistes ET piétons, serait plus efficace. Et ça aiderait pas mal le « bien-vivre ».
    Au fait, j’ai 60 ans, ma santé va bien, merci. Je n’ai pas de mal de dos chronique, ne suis pas obèse, et je fais 8h de sport par semaine. Ah oui, je fais souvent mes courses à pied (j’ai la chance de pouvoir le faire). Ce que je ne pourrais pas faire si je passais 4h dans les transports.
    Un dernier point, les vitesses moyennes ont diminué, mais les vitesses excessives (c’est à dire inadaptées aux conditions locales) n’ont pas elles diminuées. Il y a toujours autant de morts sur la déviation autour de mon village.

  16. Struddelstruddel

    Je connais au moins une vingtaine de « grands-banlieusards » au fin-fond du 78 et 77 qui n’utilisent pas de voiture et qui habitent en moyenne à 25 km de leur travail.

    Partant de là, tu te bases uniquement sur tes aprioris et non sur la réalité, il n’y a donc rien à ajouter.

  17. Jean-Marc

    En deux ans, j’ai vu mon temps de trajet [domicile-travail]([que moi, personnellement, Busquet, je fais] en voiture [..]) passer de 25 minutes, à 45 minutes […]

    Je ne sais pas de quel coin tu es,
    mais, effectivement, encore actuellement, de plus en plus de monde s installe de plus en plus loin*
    si bien qu’ils viennent gonfler le flot des voyageurs pendulaires… et donc participent à la création de bouchons ou de ralentissements.

    Dans tes 45minutes de trajet, le matin, combien fais-tu à la vitesse max ?
    et combien, du fait du nombre extraordinaire d autre usagers de la voiture/du camion, fais-tu à une vitesse inférieure à la vitesse max légale autorisée ?

    L automobiliste crée les bouchons, crée l enfer pour les autres automobilites :
    la pub TV, avec une autoroute vide, où on roule à la vitesse qu’on souhaite… c est rien que de la pub, rien à voir avec la réalité…

    (j ai été automobiliste pendant de nombreuses années, je connais : as-tu été, pendant plus de 2 ans, un cycliste quotidien, faisant au minimum 10km par jour x 6 jours ? sinon, ton estimation de ce qui est faisable ou non à vélo, risque de ne pas avoir une valeur suffisement probante… mais tu serai surpris de tout ce qu’il est possible de faire à vélo, une fois qu’on a passé les 2 mois de trajet quotidien nécessaires à décrasser ses muscles et voire des changements notables; et surtout une fois passé les 6 mois nécessaires pour s’être sculpté pour ses déplacements)

    Je suis allé à Paris il y a moins de 2 mois : le périph (limité à 80, pas encore à 70) à moins de 40km/h, c est si pyttorresque…
    un monde qui n a pas évolué en 30 ans…

    Dire que 4 fois plus de monde, au même endroit, se déplacent plus vite et plus efficacement sous terre….

    Mais bon, ces « termites », ces « cafards » sous-terrains ne sont que -chacun- de rares 100aines de milliers d’exceptions…

    * celà continue à progresser…
    mais la progression est de plus en plus faible :
    le pic va bientôt être atteinds, dans les années à venir,
    juste avant un effet inverse, avec un retour vers les centres villes :
    les plus riches ont deja entrepris de le faire,
    mais pas encore la majorité de la population

    (déjà, les prix des lieux lointains ont bien plus diminué, depuis 2008, que les lieux proches : cette chute des prix à entretenu l’éloignement de certains, des classes moyennes/moyenne inférieure, croyant faire une bonne affaire d acheter sur 30 ans une maison à perpette, plutôt que de louer un appart au centre de tout…
    mais la fin de ce modèle d’étalement extra-urbain touche à ses limites… que tu as bien résumé, Busquet :
    c est long et chiant de vivre nulle part…surtout qu’on s’éloigne de plus en plus, au fur et à mesure que les endroits plus centraux en ont marre d être pris pour des autoroutes, et compliquent ses traversées ne leur apportant que des désagréments (pour rester poli…)

    (d ailleurs, c est un facteur d insatisfaction perpétuelle :
    6 ans après avoir eu une jambe coupée ou avoir déménagé en péri-urbain, la personne qui a eu la jambe coupée à mieux surmonté sa crise, bien plus aiguë, et est statistiquement plus heureuse que la personne qui vit depuis tjrs en péri-urbain (si qq’un retrouve le lien vers cette étude sur le bonheur, qu’il la donne))

  18. Struddelstruddel

    Et sinon pourquoi ne pas habiter plus près de son lieu de travail, bêtement ? Ce n’est pas une question d’argent puisque des milliers de smicards vivent dans Paris même qui est la ville la plus chère de France.

  19. Pédibuspedibus

    Un indicateur qui ne trompe pas sur l’absence de maîtrise du phénomène de périurbanisation en France : la part relative de la couronne dans les aires urbaines qui augmente toujours entre les recensements de 1999 et 2008…

    Cette zone, la plus périphérique, évolue le plus rapidement : elle est engendrée quasi exclusivement par la mobilité individuelle motorisée…

    Les lois SRU et Grenelle 1 et 2 sont complètement impuissantes puisqu’il n’existe aucun dispositif de gouvernance au-delà du périmètre de l’intercommunalité, qui ne couvre pas plus de la moitié aux deux tiers de l’aire urbaine. L’usine à gaz des interSCoT risque de ne pas faire davantage progresser la situation…

  20. busquet

    Cher Struddel
    je crois que tu ne connais pas bien la vie des banlieusards. C’est rare que dans les couples, les 2 travaillent au même endroit ! Donc ne peuvent déménager près de leur lieu de travail.
    Par ailleurs je réponds à la question de Jean-Marc sur ma vitesse :
    Sur mon trajet, les portions limitées à 90 sont en fait roulées à 70 du fait des usagers qui « prennent des marges », et en ville c’est rarement plus de 35. Dans les « zones à 30 », cela oscille autour de 20. Soit 100% du trajet ralenti du fait de la limitation effective en deça de la limite légale. Je tremble de connaître le temps de trajet si toutes les agglomérations (villes et villages) étaient limitées à 30 km/h.
    PEDIBUS, tu parles de la loi SRU. Sais-tu que dans nos villages de 2000 habitants, la loi SRU impose de construire 300 logements sociaux PAR VILLAGE et que, malgré les efforts de la mairie, les constructeurs de logements sociaux ont réussi péniblement à en construire 10 en 5 ans ! Du coup les communes vont surement quitter l’intercommunalité. C’est pas au point tout ça et pas du tout pyttorresque (pardon pittoresque).

  21. Struddelstruddel

    Busquet « je crois que tu ne connais pas bien la vie des banlieusards »

    Voilà c’est sûrement ça, le fait que j’ai moi-même habité en Seine-et-Marne pendant presque 10 ans pour la banlieue éloignée façon RP, à La Maxe (banlieue de Metz) pendant 3 ans pour la banlieue façon désert provincial où il ne se passe rien, à Seyssins pour la banlieue montagneuse grenobloise, et aujourd’hui en très proche banlieue nantaise pour la banlieue de première couronne montre à quel point je ne connais rien à la « vie des banlieusards ».

    Et chaque fois, on s’est débrouillé pour avoir un emploi le plus proche possible de notre lieu d’habitation : ce n’est pas parce qu’on ne veut pas (quelles que soient les raisons), que c’est impossible, il faut arrêter avec cette idée.

  22. Jean-Marc

    « C’est rare que dans les couples, les 2 travaillent au même endroit ! Donc ne peuvent déménager près de leur lieu de travail. »

    Première phrase vraie,
    conclusion fausse :

    suffit de déménager à distance raisonnable (pour la faire à pied ou à vélo) d’un des 2 emplois (le plus stable : celui de fonctionnaire ou de CDI; mais pas celui en intérim, en CDD ou de VRP, ou de SAV ou audits chez les clients)

    Ainsi, un seul moyen de transport reste nécessaire

    Parenthèse :
    « Pyttoresque » est bien plus pittoresque que « pittoresque »

  23. PédibusPédibus

    Mon cher Busquet la loi SRU ne concerne-t-elle pas uniquement les communes de plus de 3500 habitants (hors IDF) appartenant à un EPCI de plus de 50.000 hab., et avec un quota de 20% de logements sociaux…?

    300 logements par « village » il me semble que même Ceaucescu n’y est pas arrivé quand la Roumanie marinait sous sa férule..

  24. Jean-Marc

    « Au fait, j’ai 60 ans, ma santé va bien, merci. »

    Tant mieux pour toi,
    mais, à l échelle d’un pays, de la santé publique, ce n est pas un individu qui compte, mais les résultats globaux, statistiques, sur l ensemble de la population.

    Quelques liens utiles, sur la voiture ou le vélo/l exercice physique et la santé
    (bon, je n ai pas mis la spécificité française, avec le diesel, qui nous permet d être particulièrement mal plaçé pour tout ce qui touche aux maladies respiratoires et aux cancers des voies aériennes; de même, plusieurs de ces liens datent un peu : depuis, d autres études ont pû être faites… qui, en général, ont toutes données des chiffres plus élevées : les 1eres études ignoraient ou négligeaient certains points, que les suivantes prennent de plus en plus souvent en compte) :

    http://carfree.fr/index.php/2012/07/23/la-sedentarite-automobile-aussi-mauvaise-pour-la-sante-que-le-tabac/

    http://carfree.fr/index.php/2009/03/09/asthme-de-lenfant-la-pollution-automobile-de-nouveau-en-cause/

    http://carfree.fr/index.php/2010/06/24/documents-relatifs-a-lactivite-physique-la-sante-et-les-politiques-a-mettre-en-oeuvre/

    http://www.sur-la-toile.com/article-17626-L-exercice-physique-fortifie-le-systeme-immunitaire-pendant-et-apres-le-cancer..html

    Si celà t intéresse, je peux aussi te sortir l avance sur l éveil et l intelligence des enfants allant en vélo à l école (2 études différente : l’une qui trouve que les filles allant à l école en vélo ont de meilleurs résultats scolaires; l autre, sur d autres critères, disant que celà marche pour les filles, mais aussi les garçons) :
    la santé physique est bien; mais la santé mentale et le développement intellectuel ne sont pas non plus à négliger.

    – la raison politique… car il ne faut pas se voiler la face, nous vivons dans un monde global, où nos actions (surtout si des millions d autres les font aussi) ont des conséquences :

    l encouragement des dictatures :
    http://carfree.fr/index.php/2012/03/13/les-voitures-tuent-la-liberte/

    l’avenir qu’on se prépare, en fonction de notre plus ou moins grande dépendance au pétrôle :
    http://carfree.fr/index.php/2009/11/18/pour-la-paix-et-la-democratie-lachons-la-voiture/

    – l efficacité énergétique :
    http://carfree.fr/index.php/2010/02/06/le-velo-est-le-meilleur-vaccin-contre-la-grippe-automobile/
    en joules/passager/kilomètre :
    Bicyclette = 130
    Marche = 480
    Autobus urbain = 2 400
    Motocyclette = 2 800
    Automobile = 5 300

    40 fois plus d énergie dépensée (et non auto-produit… tout de l’importé à des dictatures ou assimilables), pour transporter la même charge utile…

  25. Jean-Marc

    Le 19 novembre, j ai fini un commentaire par :

    (d ailleurs, c est un facteur d insatisfaction perpétuelle :
    6 ans après avoir eu une jambe coupée ou avoir déménagé en péri-urbain, la personne qui a eu la jambe coupée à mieux surmonté sa crise, bien plus aiguë, et est statistiquement plus heureuse que la personne qui vit depuis tjrs en péri-urbain (si qq’un retrouve le lien vers cette étude sur le bonheur, qu’il la donne))

    En fait, ma mémoire m a trahis/j ai menti involontairement :

    ce n est pas une jambe mais un bras
    et le retour à la normale n est pas 6, mais d’un peu moins de 3 ans :

    http://thefuturebuzz.com/2013/09/24/your-commute-is-likely-a-cause-of-unhappiness/

    et le graphe résumant l’histoire :
    http://thefuturebuzz.com/wp-content/uploads/2013/09/Screen-Shot-2013-09-24-at-1.54.24-PM.png

    D ailleurs, les USA, du fait de leur étalement urbain bien supérieur à celui de l europe, sont moins adaptés au vélo que l’europe (sauf Portland sur la cote Ouest (plusieurs articles intéressant sur carfree, mot-clé « Portland »), ou les villes de la mégalopole de l’Est).
    Mais on y trouve aussi des familles sans voiture…
    Et pas seulement à Détroit…
    (plusieurs articles sur Carfree… mot-clé « Détroit »)

    Un témoignage, parmi d autres :
    http://www.nytimes.com/2013/01/27/nyregion/commuting-40-miles-to-work-on-a-bike-with-thermals-and-fleece.html?_r=2&

    [40miles x 2, soit 64km x2… sans doute par un gauchiste anticapitaliste décroissantiste… la preuve, il travaille à… wall street, à JPMorgan (oui… j aurai préféré un agriculteur bio… mais celà montre que la culture du vélo urbain quotidien se répand dans les différentes couches de la société)]

  26. Jean-Marc

    Quelques autres infos santé :
    http://carfree.fr/index.php/2011/04/12/la-pollution-automobile-double-le-risque-daccouchement-premature/
    http://carfree.fr/index.php/2008/12/16/la-gravite-des-accidents-de-la-route-est-sous-estimee-par-les-pouvoirs-publics/

    et d autres infos, spécialement pour Busquet, qu’il sache qu’il ne représente pas la généralité des gens et des salariés, en france :
    http://www.planetoscope.com/automobile/114-nombre-de-kilometres-parcourus-les-francais.html
    « Le temps de déplacement quotidien moyen a légèrement progressé de 54,7 à 56,3 minutes et la distance de 23,1 à 25,2 km. »
    25km en 56min, soit un peu plus rapide que du 25km/h
    => très faisable à vélo… à la fois la distance, mais même à cette vitesse.

    surtout que c est pour les français… (dont retraités et étudiants)

    mais qu’en est-il pour les travailleurs, pour les salariés ?
    réponse :
    http://carfree.fr/index.php/2008/09/09/la-moitie-des-salaries-travaillent-a-moins-de-10-kilometres-de-chez-eux/

    => au moins la moitié des salariés pourraient aller au travail à pied, à vélo, en fauteuil roulant ou en véhicule dérivé, à propulsion humaine
    (en sachant que 15 ou 20km ne sont pas bien difficiles…)

  27. richard

    je suis velotaffeur et à l’aise avec l’informatique
    j’ai essayé de signer la pétition puis abandonné..
    la procédure est trop lourde et complexe, il ne faut pas chercher plus loin le manque de réponse 😉

    Une campagne Avaast aurait été plus rapide et efficace ?

  28. busquet

    Bonjour Jean-Marc, et bravo champion,
    50 km de velo tous les jours jour (25 dans chaque sens), surtout avec les pentes >8% de la région, moi je ne sais pas faire et je ne suis surement pas le seul. Alors la remarque « très faisable à vélo » est … à revoir.

    Saint-Exupéry écrivait dans le Petit Prince, pour être obéi, il faut donner des ordres raisonnables. Les militaires disent « quant un chef donne un ordre sachant qu’il ne sera pas respecté », c’est lui le fautif. La limitation à 30 km/h entrerait dans ce cadre. Il n’y a qu’à voir les riverains des zones à 30 qui l’ont demandé pour une bonne moitié d’entre eux (pour ne pas avoir à apprendre à leurs enfants à ne pas jouer sur la chaussée?), mais ne la respectent pas eux-mêmes.

    Maintenant si tu veux militer pour l’entretien adéquat des RER en région parisienne, pour le triplement des dessertes des bus et la quasi-gratuité des transports en commun, je te suivrai. En plus ce serait financièrement profitable au pays.

  29. Struddelstruddel

    Si tu sais faire, à moins que tu n’aies un handicap physique ou que ton travail ne soit épuisant physiquement (ce qui peut parfaitement être le cas).

    Ma femme l’a fait pendant qu’elle était enceinte et qu’elle allait voir une amie quotidiennement qui habitait à 20 km et elle n’a rien d’une grande sportive ni d’une championne, et tout le monde était très étonné (évidemment, vers la fin, ce n’était plus possible).

    Tout le monde est très étonné car peu de monde a essayé ce genre de distances sur la durée pour se rendre compte que ça n’avait en fait rien de sorcier et que ça devient une routine parfaitement assimilable.

    Mais les gens sont comme ça, ils imaginent, ils se font des montagnes, ils prennent peur, et ils décrètent que c’est infaisable, sans même avoir essayé.

    Mais c’est effectivement beaucoup plus difficile quand on a passé sa vie à se faire transporter plutôt qu’à être actif dans ses déplacements, car l’absence d’activité entraîne la difficulté de l’activité (je ne vise personne, je parle de façon générale).

    Mais dans l’absolu, l’idéal est évidemment d’habiter le plus près possible de son travail (cela permet de rentrer manger chez soi tous les midi par exemple)

Les commentaires sont clos.