La morale version Batho

Pour se rendre à Clermont-Ferrand au 37ème congrès sur la mobilité de demain, la ministre de l’environnement Delphine Batho prend… l’avion. Un des moyens de transport les plus polluants pour l’air. Air qu’elle a pourtant pour mission de protéger. Respire a calculé les émissions de polluants pour cet aller-retour aisément évitable si elle avait pris le train.

Un avion, propulsé au kérosène détaxé et qui n’a pas la chance d’être pourvu d’un filtre à particules, émet en très grande quantité du monoxyde carbone, des Composés Organiques Volatils, des oxydes d’azote, du dioxyde de souffre et des particules fines. Pour connaître les émissions gazeuses des avions, il suffit de se rendre sur le site du Ministère de l’environnement à la rubrique Direction Générale de l’Aviation Civile.

Delphine Batho emprunte le vol AF7432 à 9:15 au départ d’Orly en direction de Clermont-Ferrand et repart le soir par le vol AF7439 de 18:50. Elle parcourt ainsi environ 800 kilomètres aller/retour. Selon nos calculs, rapportés à un passager et pour un trajet de 800 kilomètres, Mme Batho a émis :

  • 147 000 microgrammes de monoxyde de carbone,
  • 24 000 microgrammes de COV,
  • 22 000 microgrammes de COV non méthanique,
  • 270 000 microgrammes de NOx,
  • 24 500 microgrammes de SO2,
  • 12 300 microgrammes de particules fines.

Soit au total 500 grammes de polluants tous aussi dangereux pour la santé les uns que les autres. Pour mémoire, la France est hors la loi depuis le 28 février 2013 parce qu’elle ne respecte pas les normes « terrestres » sur les particules fines et elle sera bientôt hors la loi sur le dioxyde d’azote.

Rappelons que des épisodes de forte pollution sont actuellement en cours en France.

Pas obligée de respecter la charte du gouvernement pour un trajet qui prendrait plus de 3 heures en train (ici 3h30), la Ministre de l’environnement qui parle de dérèglement climatique dans Libération, se sent sali par M. Cahuzac dans le Figaro et doit (enfin) quitter son logement social évoqué sur Rue 89, devrait plutôt montrer l’exemple sur la qualité de l’air, sujet qu’elle a à sa charge et pour lequel son engouement reste encore à démontrer.

Respire

PS: l’intitulé du congrès est Mobilités de demain : se déplacer moins, mieux, autrement. Organisé par France Nature Environnement
PS 2 : Pour le calcul, la source des émissions est ici, à partir de la page 10.
PS3: la surveillance des avions en IDF

Respire

A propos de Respire

Association Nationale pour la Prévention et l'Amélioration de la Qualité de l'Air

22 commentaires sur “La morale version Batho

  1. laurent

    Je partage ta colère.
    Mais d’une manière ou d’une autre, nous utilisons directement ou indirectement à notre profit du kérosène détaxé. Est-ce que tous les lecteurs de Crafree ont banni la voiture -diesel ?- ou l’avion ?

    Je pense de plus en plus que c’est trop tard, que c’est foutu. Que font les USA premier pollueur de la planète ? Rien. En Europe, on gesticule mais rien ne se passe. Nous sommes comme les habitants de l’Ile de Pâques devant leur dernièrer arbre…On sait mais on ne fait rien. On continue.

    Ne devrait-on pas plutôt se demander comment nous allons gérer les flux de population quand les mers vont mordre sur notre espace terrestre? Où va-t-on accueillir les Bangladais sous les eaux ?

  2. kw

    C’est du même acabit que Cahuzac, sauf qu’aucun média n’en parlera, personne ne s’indignera, la justice ne s’en mêlera pas. C’est pourtant plus grave, même si une justice un jour s’empare du problème les coupables ne pourront jamais payer leur amende en monnaie air pur !

  3. alain

    Laurent:
    Personne n’accueillera les personnes du Bangladesh. Pour te donner un exemple, l’Inde construit un mur géant sur sa frontière pour laisser crever le Bangladesh.
    Pour le moment, ce mur est poreux mais…

    Nous sommes assis sur un baril de poudre qui n’attend plus qu’une petite flamèche et tout va s’enflammer. La soit disante « intelligence humaine » n’était qu’un artefact. Se croyant des humains, nous ne sommes en réalité que des animaux à la plus basse échelle car rares sont les animaux qui s’autodétruisent.

  4. Jean-Marc

    @ Laurent :
    les déplacés climatiques existent,
    mais ils ne filent quasi pas en france, en angleterre, ou aux USA :
    Très, très majoritairement, ils vont juste à coté :

    soit au sein du même pays (exode interne, des zones sinistrées vers des zones plus vivables), soit dans les pays limitrophes.

    Celà se passe en ce moment en asie et en afrique, pour des millions de personnes.

    Comme le rappele Laurent, actuellement, des murs se construisent.
    Ils s’en est même jamais construit autant…

    la chute du mur de berlin est presque anecdotique…
    USA-mexique
    israël-palestine
    Inde-bangladesh
    J en oublie surement, de part le monde,

    et ceci, sans parler des murs à la frontière de l’UE :

    c.f.http://www.courrierinternational.com/article/2011/01/12/le-mur-contre-les-clandestins-est-indispensable

    espagne-maroc (mellila et ceuta)
    et le projet de mur grèce-turquie

  5. Jean-Marc

    Tiens, pour ne pas parler que du noir (un Bateau dans un avion);

    une bonne nouvelle de la part du parlement (celà arrive ^^) et d’EELV :

    Les lanceurs d alerte sont enfin protégés :
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/04/03/le-parlement-adopte-la-loi-sur-les-lanceurs-d-alerte_3153116_3244.html

    « Déposé en octobre 2012 par les sénateurs d’Europe Ecologie – Les Verts (EELV), le texte veut éviter que les lanceurs d’alerte soient victimes de discrimination professionnelle « pour avoir relaté ou témoigné, de bonne foi », à leur employeur ou aux autorités, « des faits relatifs à un danger pour la santé publique ou l’environnement » dont ils auraient eu connaissance par leurs fonctions. »

    (suite :
    De la dénonciation du Mediator par la pneumologue Irène Frachon au renvoi du toxicologue André Cicolella de l’Institut national de recherche et de sécurité après qu’il a sonné l’alerte sur les dangers des éthers de glycol, les exemples ne manquent pas de combats solitaires de chercheurs ou de citoyens contre l’institution.

    Lors du passage devant l’Assemblée nationale, les députés ont ajouté au texte sénatorial une définition de l’alerte : « Toute personne physique ou morale a le droit de rendre publique ou de diffuser de bonne foi une information concernant un fait, une donnée ou une action, dès lors que la méconnaissance de ce fait, de cette donnée ou de cette action lui paraît dangereuse pour la santé ou pour l’environnement. »

    Dans les entreprises, un droit d’alerte est accordé au représentant du personnel au Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), et celui-ci doit être informé spécifiquement des alertes lancées et des suites données. Les députés ont ajouté qu’en cas de litige sur le bien-fondé ou la suite donnée à l’alerte par l’employeur, le représentant du personnel au CHSCT pourra saisir le préfet. « Une culture de l’alerte est bien créée dans l’entreprise, mais l’alerte n’est pas gérée en son sein », s’est félicité M. Dantec. )

  6. StruddelStruddel

    « Mais d’une manière ou d’une autre, nous utilisons directement ou indirectement à notre profit du kérosène détaxé. Est-ce que tous les lecteurs de Crafree ont banni la voiture -diesel ?- ou l’avion ? »

    Disons que ça dépend bien souvent de la possibilité et de la vraisemblance du trajet.

    Paris Clermont-Ferrand en train c’est pas démesuré et c’est largement faisable, prendre l’avion pour ce trajet c’est comme prendre sa voiture pour aller à son boulot à 15 bornes.

    En revanche, quand je vais voir ma famille qui habite à Buenos Aires, je pourrais tenter le bateau, mais le rapport congés posés/temps passé avec ma famille ne me semblerait pas tellement optimisé …

    Mais pour rejoindre l’aéroport, j’y vais en navette + train.

  7. Theron

    Tiens, à propos des lanceurs d’alerte : j’avais prévenu les verts de plusieurs détournements de fonds publics à Toulouse concernant le vélo. Résultat ils ont fait les autruches et j’ai dû collé dans toute la ville des affiches quelques mois plus tard. Maintenant je suis devenu l’une des bêtes noires des verts locaux mais 1 boîte a fermé grâce au passage du patron en correctionnelle (90.000€ au moins détournés chez SOS Vélo à L’Union), 2 autres ont pris un redressement fiscal grâce aux affiches collées sur l’hôtel des impôts (Maison Du Vélo et La Glanerie). Mais pour l’asso dont je m’occupe avec pleins d’autres gens (Velorution !), le local est redevenu un squat car le bail a été supprimé brutalement au milieu de l’été, les récups à la police municipale ont été supprimées, sans prévenir et sans motif ; il n’y a eu aucun appel d’offre pour les récups en déchetteries (attribuées arbitrairement à l’une des 2 asso…) alors qu’on les demande depuis 10 ans. Plus tout un tas de petites choses qu’on voit ou qu’on découvre bien tard… Allez LesVerts, la prochaine fois c’est l’expulsion !

  8. matthieu

    juste un petit truc… comment arrive t on à 500g ? parce que moi, j’ai beau refaire le calacul, je trouve 570 mg …

  9. Jean-Marc

    @ Mat.
    Si on se réfère aux chiffres donnés dans l article
    (chiffres que je ne les ai pas vérifié), il y a eu une erreur dans la somme, effectivement :

    499.8 mg de polluants divers, pas 500g.

    mais le chiffre en soit n a que peu de valeur…
    sauf quand on connait les ordres de grandeurs, et si on le compare à un voyage équivallent fait avec un autre mode de transport.

    (dans l absolu,
    sans tableau de pollution explicatif,
    permettant de voir les pollutions de divers modes de transport, sur une distance équivallente,
    A priori, sans référenciel, je n ai aucune idée pour savoir si 5 µg par voyage est une grosse pollution, ou si 5 tonne d’équivallent CO² est une petite pollution…).

    Ce qui compte, ici, c est combien de fois plus elle a polluée et/ou combien elle a plus polluée, par rapport au même voyage en train normal ou en TGV.

    Ce que ne dis pas l article :'(

    Remarque :

    Malheureusement, les calculs de pollutions n’ont pas été fait dans cet article;
    Heureusement, celà fait longtemps qu’ils ont été relayés sur Carfree :
    http://carfree.fr/index.php/2005/10/25/vers-la-sobriete-energetique/

    => entre un avion court-courrier et un bus, en production de GES (2eme graphisme), l avion pollue 4 fois plus.

    Or, le bus n est pas le TEC terrestre le moins polluant, loin de là…
    [ainsi, en équivallent coût, selon les polluants (pollution de l air ou production de GES) le bus pollue 2 à 4 fois plus que le Tram c.f. http://carfree.fr/index.php/2009/03/13/couts-externes-des-transports/
    Or le tram, avec des arrêts rapprochés, donc des phases d accélérations/déccélérations plus fréquentes + un habitacle passager plus petit, donc une efficacité énergétique reportée à moins de gens, pollue plus par passager que le train]

    Outre la pollution,
    L’avion consomme plus /gaspille plus les ressources énergétique aussi,
    c.f. le 1er tableau :
    l avion court courrier consomme 6 fois plus que le TGV ou le train rapide !

  10. Jean-Marc

    En fait, si on va à la source de « carfree…vers la sobriété énergétique »,
    on trouve le site de J-M Jancovici :
    http://www.manicore.com/documentation/sobriete.html

    sur cette page, plus complète que l article, on a les pollutions avion-TGV en équivallent CO²/ km.voyageur :

    http://www.manicore.com/documentation/sobriete_graph18.gif

    soit… 7 à 8 fois moins de polluants pour l’avion que pour le TGV.

    (normal, l avion pollue plus que le bus,
    qui pollue plus que le tram,
    qui pollue plus que le TGV…
    mais celà fait, malgré tout, une différence énorme…)

    Remarque, au passage :
    Si on ne s’occupe plus des passagers, mais du fret, des marchandises, le rapport est encore plus marqué :

    http://www.manicore.com/documentation/sobriete_graph17.gif
    Fret : émissions de gaz à effet de serre par mode motorisé, en grammes d’équivalent carbone par tonne.km

    Ainsi, une loi en faveur du fret ferrovière et fluvial, contre le fret routier, et fortement contre le fret aérien, serait une excellente façon, pour qu’elle se rachète.

  11. TOUTGRATOS

    Et je suppose qu’elle a pris une bagnole avec escorte pour rejoindre le congrès… Pour prendre son avion à Orly, elle prend le métro?

    bah, c’est humain, une bonne petite balade tous frais payés, pas trop besoin de réfléchir, rentrer à la maison le soir. Je présume que pour l’égo d’un ministre (Français), c’est mieux de continuer à prendre l’avion, d’avoir des escortes, parler devant des micros pour ne rien dire, les petits fours, c’est très important.

    Bref, une journée de plus perdue pour l’Ecologie.

    Plutôt que d’aller à un congrès où en général ils parlent beaucoup mais font peu, elle ferait mieux d’aller voir aux Pays-Bas comment ils font 14 millions de déplacements par jour en vélo pour 17 millions d’habitants. C’est beaucoup plus concret. Mais ça doit être trop simple pour qu’elle s’y intéresse. Et on peut supposer qu’écouter des présentations sur la voiture électrique c’est nettement plus valorisant pour un ministre…

    En fait, nos écolos sont à l’Ecologie ce que Cahuzac était à la fraude fiscale!

  12. laurent

    Prendre le train ? Pas si sûr que cela soit si bien. Le train fonctionne au nucléaire essentiellement. Ce nucléaire que nous allons piller entre autre au Niger. Combien l’achetons-nous ? A qui profite cet achat ? Le Niger est en bas du classement IDH, les terres arables y sont insignifiantes, la fécondité est énorme… Quant au risque nucléaire…La radioactivité est-elle pire que les particules fines ou les gaz à effet de serre ?
    Je ne sais plus. Nous avançons tête baissée par et avec le progrès. Nous perdons notre bon sens d’humain, nous n’avons plus de projet de société.
    Savons nous faire autre chose que croître ?

  13. Jean-Marc

    Contrairement à l’avion,
    le train est un moyen économique, un moyen à grande efficacité énergétique, par rapport à la charge et au volume transporté.

    Après, si on considère que le nucléaire civil est le pire risque;
    il est tout à fait possible de faire marcher des trains à autre chose que de l’électricité nucléaire :

    on peut faire fonctionner les trains électriques avec de l’électricité de provenance non nucléaire, et on peut même utiliser des trains non électriques :

    Des (vieux) trains diesel existent encore en france, et des trains au charbon existent encore dans de nombreux pays.

  14. Ochiaberi

    Bonjour,

    Alors, le train au charbon, c’est pas vraiment économique en énergie ni en pollution… quant au TGV qu’elle aurait sans doute utilisé si elle avait pris le train, si on prend en compte la pollution liée au nucléaire, c’est sans doute aussi polluant que l’avion.
    Mais peut-être qu’elle aurait tout simplement pu éviter d’y aller à ce congrès la ministre non ?
    En réalité, je n’ai pas de chiffres mais je pense qu’une part importante des déplacements supérieurs à 30km peuvent être évités et une grande majorité de ceux inférieurs à 30km peuvent être effectués avec des moyens de transport très peu polluants. Comme pour les déchets, un bon déplacement est un déplacement annulé, surtout qu’avec tous les moyens modernes (qui consomment du nucléaire mais moins que le TGV), on peut facilement faire de la présence à un congrès.

  15. laurent

    Oui, mais si je préfère le moyen le plus économique à savoir la marche à pied au moyen le plus polluant à savoir l’avion.
    A quoi va servir cette économie ?
    Mon compte en banque sera plus élevé. Que vais-je faire de cet argent excédentaire ? Et si je n’en fais rien, ma banque saura elle en faire quelque chose…
    Mon compte carbone sera plus faible. Mais ma place d’avion que je n’ai pas réservée sera pris par un autre…La nature laisse rarement une niche libre dès lors qu’il y a des ressources…
    Il faudrait en fait ne rien faire ou en faire le moins possible…En est-on capable ?

  16. Jean-Marc

    « Mais ma place d’avion que je n’ai pas réservée sera pris par un autre… »

    de façon exceptionnelle, SSI l avion était plein à 100% avec ta place, et que tu la laisses, c est possible, oui…

    Mais, dans 99,99%, l avion n est jamais plein :
    l’argent de ton billet permet de faire gagner plus d argent à des sociétés utilisant des moyens ultra polluants : tu favorises ainsi ces modes ultra polluants.

    On est responsable de la façon dont on utilise son argent :

    On peut choisir de le dépenser dans des voyages en avions, dans de la viande de boeuf, ou pire, de veau, dans des produits jetables (telephones par ex…) made in china;

    ou on peut choisir de dépenser son argent dans des produits plus respectueux de l environnement et de la condition sociale;

    Comme des vélos d occases (réparé par une assoc de ré-insertion); des fruits, légumes, oeuf et viande de poulet + dinde venant d’une AMAP bio, des produits durables sans électronique (faut-il un taille-haie électrique, alors qu’un taille haie-manuel, avec une grosse pince-perroquet et une scie à bois pour les plus grosses branches; de même pour la tondeuse; en sachant qu’en plus, pour les insectes polinisateurs, c est bien de ne pas trop tondre : faucher 2 fois par an suffit, sur une prairie fleurie).

    Après, en n achetant moins de neuf, et en n achetant plus rien dans les super/hyper, tu risques de découvrir, que tes produits de meilleure qualité, locaux et/ou d occase, te reviennent moins cher que le neuf conçu pour ne pas durer

    (une étagère en bois massif d Emmaüs dure bien plus, pour un prix très résonnable, par rapport à une étagère en bois aggloméré d ikéa).

    Donc le pb, en achetant durable, local, d’occase… c est que tu risque de te retrouver avec TROP d argent…

    Mais là, il existe des solutions :
    entre les dons à diverses associations (dont des dons en nature, sans déduction : pourquoi ne pas offrir du paquet de bon café bio et equitable à une assoc de quartier, pour qu’ils ne boivent plus du café robusta à moins d’1€ le kilo de chez aldi, mais non dégueulasse, et non respectueux de l environnement et des conditions sociales?)
    Ou, en cas de trop importantes rentrées d argent, pourquoi ne pas s’intéresser plus à soi, à ses amis, à sa famille, plutôt qu’à son boulot ? :

    passer d’un travail à 100% à 90, voire 80% (1 jour sur 15 ou 1 jour par semaine de libre, hors vacances…), voire même moins.

    En sachant que le coût des voitures, en moyenne dans les ménages français, dépasse les 20% de revenus (on est plutôt autour de 25%), si bien que se passer de voiture, en passant à un travail à 80%, permet, toutes autres choses étant égales, d avoir le même niveau de vie.

    p.s. lien alimentation :
    http://www.manicore.com/documentation/serre/assiette.html
    en particulier le graphe 5, ou mieux, le même en bio, le graphe 6 :

    résumé
    le veau est bien pire que le boeuf/mouton/agneau, bien pire que le porc, pire que le poulet, pire que les oeufs 3FR (industriels en batterie), pires que les oeufs 2FR, pires que les oeufs 1FR, pires que les oeufs bio élevés en plein air (0FR),

    Bien que les fruits et légumes sont -globalement- très largement moins pire que la viande,
    le riz est pire que le blé (pates/pain), pire que les pommes de terre, pires que les PdT bio.

  17. laurent

    « on peut choisir de dépenser son argent dans des produits plus respectueux de l environnement et de la condition sociale  »

    Tu y crois ? Le monde marchand dupe tout le monde même les consommateurs les plus aguerris. Commerce équitable, c’est pour moi un oxymore. Je n’y crois pas. C’est du marketing pour les écologistes. Tout est fait pour nous étourdir et nous faire acheter le plus souvent possible. Tous les moyens sont bons !

    Pour l’avion que je prends souvent – ah l’affreux !- je peux t’assurer que c’est toujours plein ! Internet dépense plus d’énergie que l’avion…Au secours !

    Qu’est-ce qui te prouve que le bio est bio ? Qui vérifie ? Les commerçants bio seraient-ils des saints ?

    J’ai rencontré une fille sérieuse qui s’est fait embaucher temporairement dans une assoc humanitaire humanitaire. On lui a dit texto que le donateur était un con.

    « Ou, en cas de trop importantes rentrées d argent, pourquoi ne pas s’intéresser plus à soi, à ses amis, à sa famille, plutôt qu’à son boulot ? »
    Quelle famille ? Le monde marchand et son abondance a réussi à la déliter. Combien de gens seuls ?

    Moi, je ne sais plus quoi faire. J’espère qu’il arrivera une énorme catastrophe écologique dans le pays le plus pollueur de la planète.
    Quel malheur aussi que la planète se réchauffe ! Si elle se refroidissait,
    je pense que ce serait plus facile de mobiliser les gens…

  18. LomoberetLomoberet

     » la place d’avion que je n’ai pas réservée sera prise par un autre… »

    C’est un bon argument à l’échelle instantanée.
    Mais avec rétrospective, on peut se demander si ce type d’argument n’est pas le résultat d’un conditionnement voulu par les marchands de pétrole, d’avions et de toute sorte de produits dérivés.

    Dans les années 70 – 80, beaucoup de français (dont j’étais à ma grande honte) ont tenu ce raisonnement vis à vis de TEC en achetant et en abusant de la voiture individuelle et on peut aujourd’hui mesurer l’étendue des dégâts qu’a engendré ce raisonnement.
    Le réseau ferré français (qui était une merveille unique au monde en 1914) s’est réduit comme peau de chagrin. Les lignes de bus se limitent maintenant à quelques dessertes urbaines et aux transports scolaires. Les services se sont éloignés des gares et des centres-ville.
    Les vieux, les malades et les femmes enceintes doivent parcourir de longues distances pour accéder au service public (qui se délite).
    La plupart des français (et des habitants des pays industrialisés) sont persuadés que la voiture est indispensable pour vivre normalement.

    Si 10, 20 ou 50 % des gens à niveau de revenu correct cessent de prendre l’avion pour un oui ou pour un non, il est vraisemblable que le transport aérien subira le même sort que le réseau ferré français dans les années 70 – 80 et que le réseau fluvial français (qui est encore dans un état de délabrement plus élevé)

    Si 10, 20 ou 50 % des français abandonnent leur voiture, leur moto, leur quad ou leur 4×4, les supermarchés de périphérie, les zones commerciales excentrées, les services éloignés subiront le même sort que le réseau ferré et le réseau fluvial, et la vie redeviendra supportable pour les petites gens et les français contemplatifs.

  19. Tom34

    LOL, bien vu !

    La ministre de l’environnement prend l’avion (Paris -> Clermont-Ferrand -> Paris pour participer au congrès « Mobilités de demain : se déplacer moins, mieux, autrement. »

    Ca mérite une brève dans le Canard Enchaîné !

    A+
    TOM.

  20. bikeman

    La Mme Batho nous mène en bateau, comme tous les autres politicards… Elle ferait mieux de se mettre au télétravail…
    Je crois que c’est la solution la + écologique et + économique qui soit!

Les commentaires sont clos.