Une COP26 au service du lobby automobile

La COP26 a lieu en ce moment même à Glasgow au Royaume-Uni et une nouvelle fois, on se rend compte que ces évènements médiatiques où le gotha politique et économique mondial se réunit depuis plus de 25 ans pour disserter sur la destruction du climat ne servent qu’à aggraver les choses. Car, on ne peut même plus dire que les COP ne servent à rien; en fait, c’est pire, elles aggravent la situation du strict point de vue du réchauffement climatique.  Lire la suite…

Voitures électriques : retour vers le futur?

Voici un article de Frédéric Moreau qui explique pourquoi les voitures électriques ne seront jamais « propres. » Traducteur français de l’Amérindien Jack D. Forbes (Christophe Colomb et autres cannibales, aux éditions Le Passager Clandestin) et membre d’un collectif pour la gratuité des transports en commun à Lorient, Frédéric Moreau se présente comme un militant pour l’écologie. Lire la suite…

La route la plus chère du monde

Pour une fois qu’on est les premiers au Monde, cela vaut bien un article. On apprend en effet que la Nouvelle Route du Littoral (NRL) à la Réunion sera probablement, si elle aboutit un jour à quelque chose, la « route la plus chère du monde… » Un bien triste record au prix pharaonique pour les contribuables, mais aussi pour la biodiversité et en particulier le riche écosystème du récif corallien des Lataniers. Lire la suite…

Une transition en trompe-l’oeil

Une bonne partie des aides débloquées par le gouvernement dans le cadre du plan de relance a bénéficié à des entreprises et des secteurs très polluants, à commencer par celui de l’automobile (prêt de 5 milliards d’euros à Renault, plan de soutien de 8 milliards d’euros au secteur et plusieurs milliards via le plan de relance) et celui du transport aérien (prêt de 7 milliards à Air France et plan sectoriel). Lire la suite…

Prolifération

Je les entends. Il fait encore noir en cette matinée hivernale. Ce bruit, quasi permanent, nous rappelle leur présence, omniprésente, inquiétante. De ma fenêtre, je les devine, par leurs lueurs perceptibles au loin. Assez loin, du moins, pour que je ne sente pas leur odeur. Lire la suite…

Lettre aux ingénieurs du véhicule autonome

A l’occasion de la publication de Lettres aux humains qui robotisent le monde : merci de changer de métier (éditions de la dernière lettre, 2020), de la chercheuse et journaliste Celia Izoard, nous republions la lettre qui ouvre ce recueil. Une adresse qui interroge la responsabilité du développement et du déploiement technique sur la société et qui va bien au-delà des enjeux du seul véhicule autonome.  Lire la suite…

L’animal le plus mortel pour l’homme

L’animal le plus mortel pour l’homme n’est pas le serpent, le requin ou le loup. Ce n’est pas non plus le moustique qui tue pourtant environ 725.000 personnes chaque année. Le monstre motorisé qu’est la voiture est en fait de loin le tueur numéro 1, responsable de la mort d’environ 1,3 millions de personnes dans le Monde chaque année. Lire la suite…

L’homme a mangé la Terre

Ce documentaire de Jean-Robert Viallet réalisé en 2019 retrace l’histoire de deux siècles de progrès ahurissants. Deux siècles d’industrie, d’inventions, de développement économique, d’évolution de nos modes de vie et de nos modes de consommation qui ont fait basculé la Terre dans une nouvelle ère géologique qui porte le nom d’Anthropocène. Lire la suite…

La déraison de la croissance (des transports)

Les transports, tout particulièrement internationaux, sont une illustration de l’aberration de notre logique actuelle de fonctionnement. Il s’agit d’une des activités les plus polluantes et les plus consommatrices d’énergie. Et un terrain exemplaire de ce que pourrait être une autre politique. Avec une hausse du produit national brut (PNB) par tête de 3,5 % par an (progression moyenne pour la France entre 1949 et 1959), on aboutit à une multiplication de trente-et-un en un siècle et de neuf cent soixante et un en deux siècles! Croit-on vraiment qu’une croissance infinie est possible sur une planète finie? Lire la suite…

Le camion aménagé: un bonheur non négociable?

Notre monde tourne autour de la bagnole: travail, loisirs, courses, mobilité du quotidien ou des vacances, seul, en famille ou avec les amis, on y écoute la musique qu’on veut, confortablement installé dans notre petite bulle. On y est tellement bien, et tellement habitué, qu’on oublie en général les conséquences du fait de se déplacer individuellement dans une tonne de métal. A Grenoble et sa cuvette, comme dans toutes les villes où le tout-voiture a régné pendant des décennies, la bagnole reste omniprésente, dans les rues, dans les pratiques et dans les imaginaires, avec son cortège de nuisances. Malgré des efforts pour diminuer la pression automobile, bien rares sont celles et ceux qui envisagent de se passer de bagnole. Ne pas en posséder serait sacrifier une partie de sa liberté, de son bonheur et se vouer à une mise au ban de la société. La mode des camions aménagés, très en vogue parmi les jeunes parents grenoblois, illustre le chemin à parcourir, dans les mentalités et dans les pratiques, pour arriver à une ville, et une vie, sans voiture… Lire la suite…