La voiture électrique ne nous sauvera pas

Un article intéressant du site The Conversation (en anglais) nous apprend que les personnes qui se déplacent quotidiennement à vélo émettent 84 % moins de CO2 que les autres (dans le cadre de leurs déplacements quotidiens) et que les émissions de CO2 du vélo sont environ dix fois inférieures à celles d’une voiture électrique (et environ 30 fois inférieures à celles d’une voiture à combustible fossile). Pour s’attaquer aux crises du climat et de la pollution atmosphérique, il faudrait donc réduire au plus vite tous les transports motorisés, y compris les voitures électriques. Devinez pourtant vers qui se tourne toute l’attention médiatique ou politique pour résoudre la crise climatique et environnementale? Lire la suite…

Les automobilistes coûtent vraiment trop cher à la société

Une nouvelle étude publiée fin avril 2021 par la direction générale du Trésor, qui dépend du ministère de l’Economie, démonte une nouvelle fois le mythe de l’automobiliste « vache à lait. » En réalité, les automobilistes coûtent trop cher à la société, car ils ne couvrent en moyenne que 36% des coûts qu’ils font supporter à la société selon l’étude de Bercy. Lire la suite…

Amsterdam interdit la publicité pour les voitures à essence et diesel dans le métro

Amsterdam aux Pays-Bas est la première ville au monde à interdire la publicité pour les voitures à essence et diesel dans son métro. L’interdiction s’applique également aux vols aériens à bas prix et aux produits fonctionnant à l’énergie fossile. À partir d’aujourd’hui, les publicités sont interdites dans 40 stations de métro. Lire la suite…

#Dieselgate

La chaîne de télévision franco-allemande Arte propose en ce moment un documentaire de 86 minutes sur le Dieselgate, qui traite de l’affaire Volkswagen, un scandale industriel et sanitaire lié à l’utilisation par le groupe Volkswagen, de 2009 à 2015, de différentes techniques visant à réduire frauduleusement les émissions polluantes de certains de ses moteurs diesel et essence lors des tests d’homologation. Lire la suite…

Une transition en trompe-l’oeil

Une bonne partie des aides débloquées par le gouvernement dans le cadre du plan de relance a bénéficié à des entreprises et des secteurs très polluants, à commencer par celui de l’automobile (prêt de 5 milliards d’euros à Renault, plan de soutien de 8 milliards d’euros au secteur et plusieurs milliards via le plan de relance) et celui du transport aérien (prêt de 7 milliards à Air France et plan sectoriel). Lire la suite…

Impact de la pollution de l’air sur la mortalité Covid

Depuis le début de la crise COVID-19, plusieurs études ont établi une claire relation entre la pollution de l’air et le virus (considérant à la fois le nombre de cas et la gravité). Une étude internationale s’est attachée à évaluer l’impact de la pollution de l’air sur la mortalité du COVID-19. Selon ses conclusions, 21% des décès du COVID-19 en Belgique seraient imputables à la mauvaise qualité de l’air.  Lire la suite…

Rendre la ville aux piétons

Le premier mode de déplacement en ville, c’est la marche. Il est gratuit, écologique, ouvert à tous: enfants et personnes âgées, parents avec poussettes ou personnes handicapées, riches et pauvres, etc. Evidemment, il ne pollue pas. Lire la suite…

Les chevaliers du devoir

La gendarmerie est en charge de la sécurité routière. C’est un rude métier, que le gendarme doit accomplir avec une calme sévérité. On croit toujours que les gendarmes sont des monstres impitoyables, mais il suffit d’accompagner le maréchal des logis-chef Gotlib dans l’accomplissement de son devoir pour comprendre qu’être gendarme, c’est aussi avoir un cœur. Lire la suite…

Charte Air-Energie-Santé

Chaque jour environ 15 000 litres d’air transitent par nos voies respiratoires. Contrairement à l’eau potable que nous buvons, nous ne pouvons malheureusement pas choisir l’air que nous respirons. Lire la suite…

Le code de la route prévoit l’immobilisation des véhicules polluants

La solution est trouvée pour retirer de la circulation en ville les véhicules polluants, en particulier ceux à moteur diesel, motorisation particulièrement délétère qui équipe encore plus des deux tiers des véhicules particuliers ainsi que la quasi-totalité des véhicules utilitaires et poids lourds en circulation en France: il suffit de se référer à l’article R318-1 du code de la route qui prévoit l’immobilisation des véhicules émettant des « fumées, de gaz toxiques, corrosifs ou odorants, dans des conditions susceptibles d’incommoder la population ou de compromettre la santé et la sécurité publiques ». Lire la suite…