Pontevedra, la ville où le piéton est roi

Les voitures seront-elles demain interdites en ville ? De plus en plus de municipalités prennent des mesures en ce sens. Reportage en Espagne, à Pontevedra, 82 000 habitants. Là-bas, le piéton est devenu roi et les sceptiques du début sont aujourd’hui convaincus.

On avait déjà parlé de Pontevedra en 2014. Aujourd’hui, le journal de 13 heures de France 2 fait un reportage sur « la ville où le piéton est roi. »

Depuis vingt ans, cette ville du nord de l’Espagne s’est donnée un objectif révolutionnaire: chasser les voitures de l’espace public. À Pontevedra, le nombre de véhicules a été divisé par dix. Alors, dans une ville de 82 000 habitants, comment le piéton est-il devenu roi ? Ramon Lopez habite en périphérie de la ville. Pour aller faire ses courses dans le centre, ce retraité prend la voiture. Aux abords de Pontevedra, il a dû adapter sa conduite. S’il veut rentrer dans la ville, le cœur historique, il doit laisser sa voiture sur l’une des 2 000 places de stationnement gratuit tout autour de Pontevedra. Ramon Lopez est donc devenu progressivement piéton, et y a pris goût, notamment grâce à un plan qui indique les distances à parcourir à pied pour se rendre d’un point à un autre de la ville.

Les émissions de CO2 ont diminué de 60%

Ici, il n’y a pas de zone strictement interdite à la circulation, mais rien n’est fait pour que l’automobiliste se sente le bienvenu. La chaussée est sur un même niveau, il n’y a pas de différence entre la route et le trottoir, et le piéton est absolument prioritaire partout. Les résidents peuvent entrer dans la ville en voiture à condition de se diriger vers un stationnement privé. Les véhicules considérés comme essentiels peuvent également circuler: les taxis, les urgences ou encore les livreurs, qui ont des places réservées pour décharger la marchandise.

En cas de besoin, les automobilistes peuvent tout de même stationner en ville, mais 15 minutes maximum. Pour faire respecter cette règle, la police municipale a une arme redoutable: une voiture équipée d’une caméra à qui rien n’échappe. À Pontevedra, l’amende est très salée: 200 €. Avec ces mesures, les émissions de dioxyde de carbone ont diminué de 60% depuis 1990. Pontevedra se classe désormais parmi les rares villes qui respectent les limites de pollution fixées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le JT

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

4 commentaires sur “Pontevedra, la ville où le piéton est roi

  1. Bernard

    Mais au fait,  comment se déplacent les habitants de Pontevedra qui n’habitent pas ce grand  (1,65 km2 ) centre, dense et piétonnisé, ou à proximité ? Ils représentent dirais-je environ la moitié de la population.

    Les vidéos montrent des habitants des faubourgs arrivant en voiture dans de grands parkings relais : pas environnementalement idéal, ça. 🙁

    Le réseau de bus parait assez famélique. Y a t’il des axes cyclables ?

    Une comparaison avec d’autres agglomérations européennes de taille voisine, en Suisse ou Hollande, reste à faire

  2. vince

    Il faut bien commencer par quelque part, vider les centres villes des monstres inutiles là où tout le monde peut marcher ou se déplacer facilement est quand même le plus évident.

    Ca ne suffit pas à transformer le monde je suis d’accord, en Hollande la voiture est encore très présente et le pays est encore sillonné d’autoroutes.

     

     

     

  3. Pédibuspedibus

    https://www.casimages.com/i/190228091548116881.png.html

    https://www.casimages.com/i/19022809231551097.png.html

     

    Pontevedra n’est pas dans la liste des villes/agglos de l’European Plattform on Mobility Management… Et la consultation des mouvements de trains de la gare « Universidad », à 21h00, sur Gougoule maps ne donne que deux durs… Gougoule ne donne pas non plus de traces d’arrêts de bus urbains, ou d’autocars régionaux…

    Donc oui, au-delà du confetti piétonnier cité, on peut parler de décor de Potemkine à l’échelle de la région urbaine de Pontevedra pour les déplacements et la politique publique locale de ce secteur. Quant à l’offre autoroutière et routière expresse elle apparaît pléthorique.

  4. Alex Berry

    Nous venons de visiter la ville et nous avons adoré. La ville que nous avons le plus aimée en Galice. Nous avons aussi aimé La Corogne et Saint-Jacques de Compostelle.

Les commentaires sont clos.