Le vélo reste la solution alternative la plus rapide en ville

Alexis Frémeaux, président de l’association Mieux se déplacer à bicyclette (MDB), principale association de cyclistes quotidiens en Île-de-France, observe une évolution des pratiques depuis quelques mois et une très forte hausse des demandes des « vélos-taffeurs » à l’occasion des perturbations importantes dans les transports en commun depuis le 5 décembre.

Pour lui, Paris vit une « petite révolution du vélo ». Le président de l’association Mieux se déplacer à bicyclette (MDB) observe avec attention l’évolution progressive de la pratique du vélo dans la capitale.

Quelle évolution de la fréquentation des pistes cyclables constatez-vous aujourd’hui ?

Depuis la rentrée, et l’ouverture de nouvelles pistes cyclables sécurisées, la fréquentation est forte. Cette inflation, que je constate au quotidien, correspond à celle enregistrée par les 56 compteurs installés par la Ville [+54% de trajets vélos entre septembre 2018 et septembre 2019, ndlr] avec des augmentations très significatives depuis le 5 décembre.

Notre association observe également une explosion des demandes de « vélo-taf » (vélo travail) pour les trajets de la banlieue vers Paris sur notre carte interactive covelotaf.

En une heure, à Paris, on peut parcourir une distance de 15 km à vélo: c’est la solution alternative aux transports en commun la plus rapide en ville.

Quel public fréquente les aménagements cyclables ?

Les pistes sont à la fois empruntées par des habitués du vélo et, de plus en plus, par de nouveaux cyclistes. Les nouveaux aménagements sécurisés profitent pleinement à ces deux profils d’utilisateurs. Et le potentiel de nouveaux deux-roues reste très important.

Votre association organise des bourses aux vélos. Quelles sont les attentes des utilisateurs ?

A la dernière bourse aux vélos, le 30 novembre, de nombreuses personnes essayaient d’abord de trouver un vélo d’occasion en prévision des perturbations dans les transports. Les Parisiens et Franciliens passent aussi à la Maison du vélo (près de la place de la Bastille) pour savoir quel deux-roues choisir, quels équipements sont nécessaires, comment trouver le bon itinéraire… Et rouler en toute sécurité.

La carte Covélotaf et l’appli Géovélo

MDB a créé une carte interactive pour mettre en relation des cyclistes confirmés avec des débutants. Les premiers accompagnent les seconds sur leurs premiers trajets : un moyen de découvrir les itinéraires les plus directs et les plus agréables, et de rassurer ceux qui craignent de pratiquer le vélo en ville.

Par ailleurs, l’application GPS Géovélo vous guide tout au long d’un itinéraire en vous proposant un chemin adapté à votre pratique du vélo, à vos souhaits et à vos besoins (du plus sécurisé au plus rapide).

Source: paris.fr

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

14 commentaires sur “Le vélo reste la solution alternative la plus rapide en ville

  1. Bibinato

    Ajoutons qu’à la Maison du Vélo, côté rue Jacques Coeur, l’Atelier Vélorution Bastille anime des sessions d’auto-réparation trois fois par semaine, les cyclistes deviennent ainsi plus autonomes avec l’entretien de leur vélo, que ce soit pour de petites réparations courantes ou des modifications plus importantes : pédaliers, cintres, roues, axes, etc… Toutes les pièces issues de la récupération de vélos endommagés sont à prix libre !

     

     

     

  2. Ikook1

    Ce n’est pas 15 jours de grève des transports qui font une politique du vélo. A chaque grande grève, les parisiens prennent leur vélo et quand la grève est finie, ils l’abandonnent.

    La France du vélo, c’est du vélo de y’a 40 ans et si possible avec un entretien une fois tous les 10 ans pour le moins cher possible, et les vélos BTwin de notre grand capitaliste Decathlon.

    9 vélos sur 10 finissent dans le garage parce que bon, faut pas déconner, le français va pas se faire chier à faire du vélo quand il fait froid et quand il pleut.

    Je vais me faire des ennemis.. mais les ateliers d’autoréparation de vélos, il font quoi sinon recycler des vélos de supermarchés où rajouter des pièces de y’a 30 ans sur des vélos de y’a 30 ans? Tout cela est bien bancal. Mais bon, il est vrai que c’est pas écolo de jeter un vélo, alors qu’avoir un iphone dans sa poche….. Ils sont où les ateliers d’autoréparation de téléphone?

  3. Ikook1

    Pour MatB:

    Apprends à réparer ton téléphone grâce à Youtube.. Plus d’humains, pas de contact.

    Je ne savais pas qu’internet était un atelier d’autoréparation…. Internet…. ce vaste espace libre devenu au fil des ans ce gros espace de commerce qui détruit le commerce de proximité, le contact et le conseil.

     

  4. Le cycliste intraitable

    J’ai hâte que la grève se termine, non pour reprendre les transports en commun car je n’ai rien changé à mon habitude d’aller au travail à vélo, mais pour observer dans quelle proportion la hausse des déplacements à vélo, entamée à la pire période de l’année, se maintiendra.

    Et si la conjonction de la grève et de l’avancement d’un réseau cyclable était l’aube d’un changement durable de la circulation dans Paris ?

    Précision que les 4/5 du réseau express prévu par la mairie est réalisé, à la fin du mandat on en sera à 6/7 car ne manquera que le tronçon entre Saint-Michel et Porte-d’Orléans. Et sans doute quelques intersections mal traitées…

  5. Mat B

    @Ikook1

    En fait, la question est : Faut il vivre avec son temps?

    Ou alors: Est il bénéfique de se sentir anormal dans une société en dérive?

    En admettant un oui à la deuxième question, il faut se demander si le poids de cette démarche ne serait pas un peu trop lourde à porter au quotidien (?) et que parfois il faut savoir se résoudre à la première question.

    Le tout avec parcimonie, bien entendu.

     

  6. Ikook

    Mat B:

    Peux-tu me dire ce que c’est que vivre avec son temps?

    Croire que l’écologie c’est :
    – ne pas jeter un vélo (qui est composé d’alu et d’acier donc recyclable à l’infini).
    – changer de portable tous les 3 ans et poster la photo de son vélo sur Instagram

    J’ai eu une fois cette discussion avec quelqu’un qui me disait qu’un vélo, çà ne se jetait pas et quand je lui ai demandé si il pensait la même chose de son Iphone, il m’a répondu que ce n’était pas la même chose.

  7. Bibinato

    Certains ateliers vont bien plus loin que la remise sur roues de vieux vélos, ils réutilisent les chambres à air, les pneus, le métal, pour fabriquer d’autres objets, ou les cèdent à des artisans ou des associations qui en font bon usage. On ne parle donc pas de recyclage, mais de ré utilisation de matériaux. Je ne sais pas si le recyclage de vieux débilophones est aussi performant, mais ce n’est pas le sujet.

    On se pose la question de savoir si les cyclistes de circonstances vont continuer à pédaler lorsque la grève des transports sera derrière nous. A Paris, en tout cas, l’augmentation du nombre de cyclistes s’est accélérée avec la mise en place de pistes cyclables traversantes, larges, sécurisées, et phénomène nouveau et prometteur, on voit à présent des enfants à vélo seuls dans Paris, chose inimaginable il y a encore 5 ans (à part les petites canailles qui piquaient déjà des vélibs et font maintenant les mariolles sur des VAE Uber). Pour certain.e.s parisien.ne.s toujours pressé.e.s, connaitre les temps de parcours à vélo est primordial aussi.

    Ne pas se décourager à la première crevaison ou au premier frein qui lâche, c’est ce que les ateliers vélo d’auto-réparation aident à obtenir.

    N’oublions pas les vélos-écoles pour adultes, qui permettent à des personnes n’ayant pas eu l’occasion de monter à vélo dans leur enfance de rattraper leur retard.

  8. Mat B

    ikook,

    Vivre avec son temps, c’est savoir utiliser (à bon escient?) tous les outils à disposition à son époque. Prendre des abrutis qui utilisent n’importe quel savoir faire, autant recherché soit il, pour décrédibiliser ce savoir faire est une attitude rétrograde. J’en profite de mon passage sur ce site pour rappeler que la voiture est une invention formidable, c’est  notre utilisation à outrance qui est pourrie

  9. Ikook

    Mat B:

    je vais vivre avec mon temps, mais voilà, je me pose une question… Si je regarde « mon oncle » ou « playtime » de Jacques Tati, je me demande de quel côté je dois aller. Ah, finalement, j’ai trouvé la réponse: j’avais oublié « Jour de fête »…. Vivre avec son temps, c’est « faire comme les américains »… Bref, polluer, consommer, aller vite….

    Donc, je cours demain à la banque prendre un prêt et hop:

    Une grosse maison (que j’utiliserai à bon escient: chauffage à 23), une voiture (un suv mais que j’utiliserai à bon escient, c’est promis), un jet-ski (on sais jamais, çà peut servir…), 2 téléphones un samsung et un apple pour pas faire de jaloux), un petit forfait data à 20Go (pour mes photos sur Instagram), mes courses au supermarchés mais comme faut vivre avec son temps par commande en Drive et quelquefois par Amazon Prime (mais pas souvent), une tranche de jambon de temps en temps (faut être un peu vegan aussi….) et pas bio (le bio, c’est une invention des bobos parisiens). Ne jamais lire (c’est plus vraiment à la mode) et écouter DjaDja (mais à bon escient c’est à dire pas trop fort).
    Et puis, bien sûr ne pas oublier de passer chez Decathlon pour m’acheter un Btwin que j’irais faire réparer dans un atelier d’autoréparation parce que les réparateurs vélos, c’est tous des voleurs de commerçants qui vendent des vélos en alu chinois… Et comme je vis avec mon temps et que je suis pour la démocratie, pas question de soutenir la méchante dictature chinoise..
    Penser aussi à l’écran géant dans le salon pour regarder le JT et les publicités pour savoir quoi acheter pour vivre avec son temps.

  10. Mat B

    Vas y Ikook medite là dessus

    Va t’en fou, ça ne tourne pas rond dans ta tête.

    Monseigneur, ça tourne en rond dans la votre

    (un truc qui ressemble plus ou moins à Shakespeare)

    Salut

  11. Ikook

    Mat B:

    Finalement, je n’ai pas eu le temps d’aller à la banque mais j’ai rajouté d’autres projets pour vivre avec mon temps:
    La neige ne tombe plus comme avant alors je vais aller voir un courtier pour acheter des actions d’une société de canon à neige. Ca va me permettre de capitaliser des sous pour ma retraite et puis çà me permettra de voter Macron en 2022 par reconnaissance pour avoir détruit un système de retraite d’un autre âge. On est plus au XXième siècle quand même…
    et puis tant qu’à faire je vais aussi placer des actions dans des sociétés de robotique et de drone parce que c’est pile dans l’air du temps.
    J’avoue que nous vivons un temps formidable: on fait des économies d’insecticide vu que y’a extinction des insectes. C’est toujours çà de pris pour me payer un voyage de 3 jours à Marrakech par RyanAir.

    Et puis, surtout, ce qui est le plus formidable de vivre avec son temps, c’est qu’on peut passer des heures entières la tête baissée sur son portable même quand il n’est pas allumé ou que y’a pas de notification à l’écran. C’est ce que je trouve de plus magique à vivre avec son temps: devenir un zombie.

    https://philitt.fr/2019/11/12/holderlin-et-la-revolution-francaise-quand-la-beaute-sauvera-le-monde/

  12. Bibinato

    Dans autoréparation, il y a auto, qui n’est sans doute pas assez clair, mais qui signifie que vous ne faites pas réparer votre vélo, mais que vous le réparez vous même, guidés par des bénévoles expérimentés. Si vous menez vraiment le genre de vie décrit par Ikook, il y a assez peu de chance que vous fréquentiez  une telle association. Ce sont plutôt des personnes qui hantent aussi les Repair Café, les boutiques Emmaüs, les Disco Soup, et toutes autres initiatives qui tentent assez modestement de lutter contre le gaspillage, l’obsolescence programmée, le consumérisme outrancier…

  13. Seb.

    Qui sont ces nouveaux cyclistes ? Des automobilistes qui n’ont pas pris leur voiture car le trafic était trop dense à cause des grèves ? Des usagers de transport en commun privés du moyen habituel par lequel ils se rendaient au travail ?

    Je penche pour la seconde de ces hypothèses. En ce cas, la grève terminée, il n’y aura pas moins de voiture en circulation qu’avant la grève.

Les commentaires sont clos.