Pour leur rendre justice, réécrivons les articles qui relatent les morts de piétons ou de cyclistes victimes d’automobilistes

La « voiture » qui a percuté un enfant de 4 ans dans le titre, devient un « automobiliste… en état de choc » dans le corps de l’article. Personne n’a tué personne. Seul un enfant est décédé. Et l’automobiliste est en état de choc.

Cette rhétorique est systématique dans tous les médias à chaque relation d’un meurtre (accidentel ou non) d’un piéton ou d’un cycliste par un automobiliste. L’honneur automobile est sauf, les médias y veillent. Et l’opinion publique va juger la mère qui n’a pas surveillé son enfant. On ne va tout de même pas supprimer les bagnoles pour laisser jouer les enfants dans la rue!

C’est pourquoi il faut réécrire les articles qui relatent les morts de piétons et de cyclistes sur la route, pour rendre justice aux victimes.

Voir la version réécrite après le lien avec l’original:
https://www.ouest-france.fr/bourgogne-franche-comte/doubs-25300/doubs-un-enfant-de-quatre-ans-decede-apres-avoir-ete-percute-par-une-voiture-7796244?fbclid=IwAR1bPT_s8Po0nl4iFAfcFEQUe6bAq9ONAhxJ_L2oDwkdQG4nPHm4WyV68sQ

Doubs – Un automobiliste tue un enfant de quatre ans en le percutant avec une voiture.

Un automobiliste a percuté un petit garçon de quatre ans avec une voiture à Lougres (Doubs) Mercredi 1er juin 2022 à 18H. Dans la foulée, l’enfant est mort en soirée à l’hôpital de Besançon, situé à 80 km de l’accident. Faute d’établissement de soins à proximité à cause d’un aménagement du territoire dévolu à l’automobile, il a fallu dépêcher un hélicoptère pour l’y emmener.

D’après les infos de France Bleue, la mère du petit garçon serait sortie de chez elle pour rattraper son chien qui traversait une route autorisée à la circulation automobile. Son fils l’aurait suivie mais l’automobiliste aurait considéré que l’enfant comprendrait le danger avant de se décider à arrêter son véhicule. Ne sachant plus où donner de la tête à cause de sa vitesse excessive, pourtant conforme au code de la route, et se rendant compte qu’il ne pouvait faire passer son véhicule, trop gros, entre le chien et l’enfant il aurait choisi de percuter l’enfant, le confondant avec le chien. D’après les premiers éléments de l’enquête, l’automobiliste roulait trop vite, avec un véhicule trop lourd pour s’arrêter en cas d’urgence. Le coeur du garçonnet ne battait plus à l’arrivée des secours mais c’est seulement à l’hôpital qu’on a formulé son décès. Le conducteur, confus de découvrir qu’il était devenu un meurtrier, a été rassuré par les pompiers. 

Image: Walter Molino

7 commentaires sur “Pour leur rendre justice, réécrivons les articles qui relatent les morts de piétons ou de cyclistes victimes d’automobilistes

  1. Joffrin

    Bonjour,

    j’ai des liens divers, comme :

    https://www.lefigaro.fr/faits-divers/un-conducteur-mis-en-examen-et-ecroue-pour-avoir-tue-une-pietonne-en-fuyant-la-police-a-paris-20220531

    Un peu similaire (fuite), l’accident de Samer, on tombe dans du Dickens en version motorisée :

    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/accident-de-samer-18-mois-de-prison-pour-la-mere-d-une-fillette-morte-lors-d-une-cavale-20220602

    Un gosse est paralysé à vie dans l’accident. Ici, on peut se demander si, depuis Dickens, il y a une ‘richesse’ qui a été créée (‘whealth of nations’).

    Visiblement, la mère, ça ne la touche pas plus que ça : donc la route c’est darwinien, c’est naturel.

    Il y a un vrai problème ici ; et on va se cogner l’éternel complexe : Arendt, suivie par Milgram, suivi par Browning, suivi par d’autres ; donc tout est dans la tête, aucun problème, RAS.

    Avec en prime, bien entendu, Gerald Bronner et Jean-Pierre Dupuy en embuscade. Donc, c’est pas simple (pauvre Illich : après le marxisme, on se cogne le illichisme avec Latouche, Dupuy, Paquot et autres ; mais, traditionnellement, la France est un pays peuplé d’escrocs).

    Un autre cas bien connu ici, qui est plus symbolique, en ce sens qu’il fait écho au fameux auto-collant « fuck you Greta » :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Attaque_à_la_voiture-bélier_à_Charlottesville.

    Je préfère encore la France, le pays des escrocs, des fripons, que les USA, le pays des cinglés.

  2. Joffrin

    2022 – 88 : la grand mère qui fait le Paris Dakar est née en 1934 ; c’est donc pas un(e) ‘boomer’ au sens strict ; dans les deux mortes, un(e) ‘boomer’ (67 ans, née en 55), mais pas l’autre, 84 ans (finir comme ça, c’est con) ; peut-être qu’il ne faut pas trop accorder de sens strict au mot : la passion de la voiture c’est aussi ancienne que la voiture, mais ça n’est pas entré dans la culture facilement – à ce sujet, j’ai le livre de Thiesset, qui reste la référence, à ma connaissance :

    http://carfree.fr/index.php/2015/08/31/ecraseurs-les-mefaits-de-lautomobile/

    Le livre porte sur la manière dont le journalisme rend compte de l’envahissement de l’espace public par la voiture, on est donc dans le sujet ; mais il faut aussi rendre compte de la manière dont la presse, et en particulier Le Figaro, a vendu la voiture aux gens, a forgé l’opinion pour l’industrie, et c’est le sujet précisément : l’imbrication entre industrie et médias (bienvenu chez les escrocs). Transformer la voiture en spectacle, en imaginaire. Le rétropédalage est donc nécessairement difficile.

  3. zaph

    de plus en plus incongru.

    Voici comment la PQR relate la collision par l’arrière d’une cycliste à Annecy .

    « ….Selon les premiers éléments, cycliste et conductrice circulaient dans le même sens quand la voiture et la roue arrière du vélo électrique se sont percutés, faisant lourdement chuter sur la chaussée la cycliste projetée sous l’effet du choc. »

    On savait que les cyclistes faisaient n’importe quoi mais maintenant si même le matériel s’y met …

  4. Joffrin

    Ils lisent probablement religieusement Bruno Latour (ou Razmig Keucheyan, moins tendance). Version Latour : la voiture et le vélo sont des ‘actants’, et c’est le sociologue qui décide que les acteurs ont décidé qu’il en était ainsi (vous suivez ?) ; le sociologue construit juste l’idée que les agents construisent leur monde et rien de plus (lui, il ne se salit pas les mains, il ne fait rien, ne construit rien, c’est donc bien pratique) ; donc ces objets ‘agissent’ (c’est pas beau ça ! et pour une chambre à gaz, c’est pareil probablement) ; il n’y a pas de faits précis mais une ‘controverse’ ; qui a tort ? Qui a raison ? Ben ça dépend : il faut ‘traduire’ ça et trouver un ‘consensus’ qui va dépendre de l’agencement de ‘réseaux’ (des réseaux mais pas des classes sociales, faut pas abuser quand même), pour produire une ‘entre définition’ (et dans la chambre à gaz, c’est mi mort, mi vivant, comme le chat quantique) ; bref, c’est ‘fabriqué’, c’est ‘construit’, c’est ‘consensuel’, c’est juste un ‘champ de bataille’, tout comme la ‘nature’ au fond (bon, on comprend vite qui est le vainqueur à la fin). La ‘nature’ ? C’est juste une convention : ça n’existe pas. Logiquement : sauf si vous décidez courageusement que ça existe (ah merde, faut reprendre le problème alors ?) ; ici, il suffit de trouver un philosophe – un peu gauchiste éventuellement et grassement rémunéré pour critiquer le ‘constructivisme’ latourien – qui va mordicus vous persuader du contraire. Et le tour est joué. Quoi : vous pensiez au départ naïvement qu’une voiture avait juste percuté un vélo ? Que ça n’a rien de naturel ? Que la voiture est un fléau ? Trop simple ! Vous n’êtes pas à la mode, vous ne comprenez rien à la sociologie post moderne ou post structuraliste, ou bien tendance ‘gauche radicale’ un peu suisse sur les bords. Lui, le cognitiviste Keucheyan, il va juste chercher à vous montrer comment consommer : vos ‘besoins’ ne sont pas ‘bons’, sont ‘faux’, sont ‘artificiels’ (!), c’est dans votre tête quoi. Il sait lui, pardi : il est diplômé, il connaît les besoins qui sont ‘naturels’ probablement, mais il conteste la notion de ‘nature’. Allez comprendre. Comme il est grassement rémunéré par le contribuable, il n’a aucune difficulté à satisfaire ses propres besoins de philosophe, qui sont juste les bons, qui sont ‘naturels’, pas comme les vôtres tas de gueux. Préparez-vous à la ‘sobriété’ donc : ça va ‘décroître’ (pour les pauvres principalement, question de ‘réseaux’ ?). Bref : quand c’est pas construit, c’est cognitif (au choix) ; dans un cas comme dans l’autre, c’est juste dans votre tête et vous êtes juste nuls en fait, tout ça c’est de votre faute. Tout ça (constructivisme, anti constructivisme cognitiviste…), c’est pour vous vendre de l’innovation au frais du contribuable, ce qui va régler le problème, bien sûr. C’est pas beau la sociologie des sciences (combinée à de l’économie politique et à sa pseudo critique) ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

15 − 6 =