L’air est plus pollué à l’intérieur de votre voiture que l’air qui est à l’extérieur

Le Nouvel Observateur – 15.10.2007

Une étude menée à Rouen démontre que l’air de l’habitacle des voitures est plus pollué que l’air extérieur

Les résultats d’une étude unique en Europe menée dans l’agglomération de Rouen démontrent que l’air de l’habitacle des voitures est plus pollué que l’air extérieur, a-t-on appris lundi auprès du Groupe de recherche en toxicologie des polluants atmosphériques, aérothermochimie, santé et environnement (Topaase).

Cette étude commandée par l’Association française de sécurité sanitaire, de l’environnement et du travail (AFSSET) était destinée à calculer le taux de particules et d’oxyde d’azote auquel sont exposés les conducteurs et passagers d’une voiture.

Du 1er mai au 14 juillet dernier, un véhicule équipé de capteurs a sillonné les routes de l’agglomération de Rouen, effectuant 7.000 kilomètres, et a analysé la pollution émanant du sillage du véhicule qui précède.

« Et les résultats sont stupéfiants », selon Jean-Paul Morin, docteur d’Etat à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), coordinateur de l’étude. « L’étude montre qu’en voiture, nous sommes exposés à deux polluants majeurs, des particules d’hydrocarbures et du dioxyde d’azote qui provoquent des gènes respiratoires et des troubles cardiaques chez les personnes sensibles ».

La réglementation sanitaire européenne prévoit qu’il ne faut pas dépasser 230 microgrammes/m3 de dioxyde d’azote. « Or, lorsque la voiture est insérée dans le trafic, ce taux dépasse les 400 microgrammes/m3 », selon le chercheur.

Pire, lorsque le conducteur suit de près un camion ou un bus, qu’il est dans le sillage de son pot d’échappement, ce taux grimpe jusqu’à 1.700 microgrammes/m3.

Les résultats obtenus par la voiture laboratoire ont été comparés avec ceux relevés par les capteurs de pollution du réseau Air Normand, des capteurs installés sur le parcours que la voiture prenait quotidiennement.

« Et là encore, les résultats confirment que l’air est plus pollué dans l’habitacle de la voiture qui est dans le sillage des véhicules en circulation que sur le trottoir. Une mère de famille qui pense que son enfant est plus protégé dans le siège auto que dans la poussette se trompe ».

Les auteurs de cette étude transmise aux constructeurs automobiles préconisent pour l’heure de ne pas suivre de trop près le véhicule qui précède.

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/

Voir aussi : Le Journal du Dimanche et LCI.fr

Professeur Pignon

A propos de Professeur Pignon

Docteur en cyclopédie, spécialiste des maladies automobiles