L’embouteillage mondial

«Le nombre de véhicules dans le monde, aujourd’hui de 800 millions, pourrait croître pour représenter entre deux et quatre milliards de voitures et camions en circulation d’ici le milieu de ce siècle. Où iront tous ces gens ? Où est-ce que toutes ces voitures vont aller ? (…) La réponse ne consistera pas à bâtir des routes, parce qu’il n’y aura pas assez de place. Comment va-t-on pouvoir permettre à la nourriture de circuler lorsque tout le trafic sera bloqué en permanence ? Comment les ambulances pourront-elles remplir leur mission?»
Bill Ford, Président de Ford et arrière petit-fils d’Henry Ford, Wall Street Journal’s ECO:Nomics conference le 03/03/2011

Karl

A propos de Karl

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions de transports collectifs

10 commentaires sur “L’embouteillage mondial

  1. Tassin

    J’adore les pistes de solution évoquées. La TECHNOLOGIE !! Des GPS pour contourner les bouchons etc.
    Révélateur de l’incapacité à se remettre en question et à envisager d’autres solutions que celles employées à l’heure actuelle. Comme si le problème principal n’était pas la politique du tout-voiture tout simplement.

  2. Flower

    Affligeant.
    En effet, après lecture de l’article, Monsieur Ford arrière petit fils, propose une solution de réservation de place de parking à distance pour que les voitures n’aient plus à tourner pour trouver une place… et on vivra où s’il y a plus que des parkings dans les villes??

  3. MinouMinou

    Voyons Tassin, la solution est simple : c’est le progrès qui va nous sauver du progrès qui va nous sauver du progrès qui va n…

    Après « le monde est un grand village »… « le monde est un grand parking »… Bientôt : « le monde est un grand pneu qui poursuit sa trajectoire infinie dans l’univers de la croissance économique éternelle »

  4. Joshuadu34joshuadu34

    @ Flower :

    Ben nous, on s’ra dans nos cavernes avec nos bougies… Arf, pardon, mais ça fait du bien !

    Quand aux ambulances, les mourant n’auront qu’à prendre les transports en commun plutôt que d’em….der nos braves Ôtomobilistes… De toute façon, à la vitesse ou ça va et vu la progression de la fonte des glaces, on sera bientôt tous en bateau, alors… Enfin, tous, sauf les 2 milliards (enfin pour l’instant) de crève la faim qui nous ferons pas chier dans NOS bouchons vu qu’ils ont déjà pas les moyens de s’acheter à bouffer (salops ! Ils font tout pour détruire l’emploi dans le secteur automobile, ceux là, aussi)

    Je m’excuse, ce commentaire est un peu con, mais malgré tout, j’arrive pas à la cheville de Ford ! Mais comment il fait ???

  5. Le cycliste intraitable

    Le discours est vraiment énorme.
    En anglais, gridlock signifie non seulement bouchon, mais aussi impasse.

    À voir la quantité de subterfuges invraisemblables proposés pour contrecarrer les problèmes de congestion posés par le tout-automobile, il est de plus en plus clair que les constructeurs de bagnoles sentent qu’ils sont dans une impasse et qu’une crise gigantesque va toucher très bientôt le secteur de l’automobile, balayant 50 ans de certitude.

  6. Yôm

    Ne de défend pas Joshua, mon commentaire n’est pas plus fin mais a le mérite de générer une image amusante et généreuse en mon petit esprit:
    M Bill Ford nu et à quatre pattes, un rail abouché à son anus sur lequel 4 milliards de bagnoles s’agglomèrent jusqu’au fond de son rectum.
    La voilà la solution M Ford, dans ton cul tes bagnoles high-tech ou old-school!

  7. Pim

    Ce discours montre pleinement l’impuissance de Ford et des autres. Ils sont dans l’impasse, comme le souligne bien ‘le cycliste intraitable’.
    D’ailleurs, si augmenter le nombre de parking, proposer des places de stationnement, avec ou sans gps etc. permettait de multiplier le trafic par 4 sans la congestion, ca se saurait et il y aurait un prix nobel de l’automobile!
    Avec ce discours, Ford avoue tout : c’est comme s’il avait dit « on est dans la merde, la bagnole c’est fini »

  8. SeptentrionalSeptentrional

    N’oublions pas les centres de contrôles de la « circulation», tout cet appareillage titanesque pour soutenir la fluidité, sinon ça bloque, « du Traffic « divinité québécoise». On dirait que ça non plus ce n’est pas assez.

    Il faut nécessairement toujours plus de cybernétique pour pallier au renoncement à la vie, à la marche, avec des pieds, un corps…

    « Hé ho ! Y a plus de places pour se stationner ! »

    C’est toujours aberrant de les voir déplacer leur véhicule d’un stationnement à un autre à moins de 1 km.

    Dave Tremblay

  9. cycliste alcoolique

    Plus il a de fous du corbillard, plus il y a de cyclistes rieurs.
    Ils me font vraiment marrer avec leur gadgets à deux balles.
    GPS, signal entrant, sortant, caméra de recul, ordinateurs de bord, tout ça pour faire quelques malheureux km par jour tout en étant une plaie dans notre monde, terroriser le moindre piéton, le cycliste … le voir à peine, tourner très difficilement la barre pour laisser une distance de 10 cm, puis freiner comme un abrutis et rester bloquer dans la masse, tel un caillot. Une vraie merde leur vie, et dire qu’ils payent pour ça!!!

Les commentaires sont clos.