Greenpeace investit des stations service Total dans 11 villes françaises pour dénoncer l’exploitation des sables bitumineux

greenpeace-stations-total

À 50 jours de la conférence de Copenhague sur le climat, Greenpeace dénonce partout en France un criminel climatique et environnemental : le groupe Total. Les bénévoles des groupes locaux de Greenpeace ont investi des stations essence de la compagnie dans onze villes de France (Paris, Lyon, Marseille, Nancy, Bordeaux, Rennes, Strasbourg, Lille, Toulouse, Perpignan, Grenoble), ce matin à partir de 10h. L’opération vise à informer le grand public et les clients de Total sur l’activité menée par le groupe pétrolier français sur les sables bitumineux : distribution de tracts, banderoles, visuels géants dénonçant la « destruction durable » et montrant l’impact sur l’environnement de la manière la plus sale et la plus chère de produire du pétrole, un crime à quelques semaines de la conférence de Copenhague. Lire la suite…

Greenpeace occupe la raffinerie Total du Havre pour dénoncer un crime climatique

total-destruction-durable

Une trentaine de militants de Greenpeace ont pénétré à 7h15 ce matin sur le site de la raffinerie de Total de Gonfreville-l’Orcher, située près du Havre. Ils ont déployé trois banderoles : la première sur une énorme citerne, les deux autres sur les cheminées principales de la centrale énergie du site, hautes de 75 mètres. Ces banderoles dénoncent un «crime climatique» et proclament que «Total invente la destruction durable». Lire la suite…

atomobile.CO2

Après l’énergie positive de BMW, c’est au tour de Renault de promouvoir, au travers d’une publicité faussement écologique, des concepts-cars tout électriques qui ne rejetteraient pas, selon le constructeur, de CO2. Utilisant un raccourci pour le moins osé entre voiture électrique et véhicule n’émettant pas de CO2, Renault omet de façon bien opportune d’évoquer le bilan carbone du kWh électrique, qui en période de pointe de consommation avoisine les 600 à 900 g/CO2 par kWh. Lire la suite…

BMW: Publicité positivement démagogique

pubbmw-adf89

En date du 07 septembre dernier, au travers de cinq pleines pages d’un grand quotidien du matin, le constructeur automobile BMW a tenté d’égailler un secteur économique plutôt morose en affichant comme slogan principal « la joie selon BMW ». Toujours selon ce constructeur allemand, « la joie est une énergie positive ». Une fois encore et malgré les engagements des professionnels de la publicité, l’industrie automobile est prise en flagrant délit de blanchiment écologique en utilisant un concept, « l’énergie positive », qui ne peut objectivement pas caractériser une automobile qui rejette 232 grammes de CO2 par km et consomme 9,7 litres au 100 km en conduite normalisée et hors climatisation. Lire la suite…

Le CO2, c’est écologique! (Selon l’industrie pétrolière)

co2-nature

Il y a de quoi avaler son café de travers : H. Leighton Stewart et Corbin J.Robertson Jr., tous deux impliqués dans l’industrie du pétrole et du charbon aux Etats-Unis, ont investi 1 million de dollars dans la réalisation d’une publicité vantant les mérites… du CO2. Objectif de la campagne diffusée dans le Montana et au Nouveau-Mexique : inciter les électeurs à contacter leur sénateur afin de convaincre ce dernier de voter non au projet de loi visant à classifier le CO2 parmi les polluants et à limiter à terme ses émissions. Lire la suite…

Éloge de la lenteur : ralentissons la ville !

Le mouvement « Cittaslow », Citta Lenta, Slow City – explication d’un concept de ville alternative. En 1986 est fondé en Italie par Carlo Petrini le mouvement « Slow Food », qui lutte contre l’uniformisation des goûts, la mauvaise qualité de la nourriture accélérée par la mondialisation et la « culture » Ma Do. À Paris, cette même année, est officiellement constitué le mouvement international Slow Food avec la rédaction d’un Manifeste signé par les délégués de 15 pays. Lire la suite…

Après le GreenWashing, les constructeurs nous font le coup du « PédoWashing »

pedorenault

Au fur et à mesure que la société française prend conscience de l’égoïsme de se déplacer en voiture individuelle, nos concessionnaires inventent des parades pour aller chercher plus loin des ressorts émotifs encore plus intimes pour les forcer à acquérir leurs modèles.

Après le greenwashing qui exploitait le sentiment universel de la défense de la nature, c’est à l’innocence enfantine qu’ils s’en prennent. Je trouve odieuse cette façon de masquer la liste sans fin des nuisances automobiles individuelles par la mise en scène de la spontanéité puérile. Lire la suite…

Arbre et voiture

arbre-et-voiture

Une voiture endommagée et un arbre « coupable » abattu.

Encore un arbre abattu dans la ville de Tours. Une de ses branches est tombée et une voiture a été endommagée. Le délit a été constaté, la culpabilité de l’arbre a été immédiatement établie. La justice a été exemplaire et expéditive.
Sous les ordres de l’état major municipal, la milice jaune fluorescente de la ville a procédé en urgence à l’unique solution envisageable. L’arbre coupable a été abattu. Par cette procédure énergique, la « menace latente » liée à la présence d’arbres a été annihilée. « On ne lésine plus sur la « sécurité des voitures » dans la ville de Tours » ! Lire la suite…

Semaine sans voiture du 16 au 22 septembre

semaine_sans_voiture_sticker1

Une semaine sans voiture vise à expérimenter dans le monde une semaine de fermeture de la ville aux voitures. Cette semaine est pour les piétons, les cyclistes et les transports en commun l’occasion de s’approprier l’espace urbain. Initialement fixées au 22 septembre au niveau européen, les journées sans voiture font à présent partie d’une initiative plus large appelée Semaine sans voiture. Lire la suite…

Un Jardin de la France en béton armé (3)

ikea-tours

Résumé : Urbanisme et Totalitarisme

Cette série d’articles est partie d’une question simple : pourquoi, dans un contexte général de crise écologique on continue à abattre des arbres dans la ville de Tours? En janvier 2009 une allée de 65 platanes centenaires est abattue, puis on découvre qu’il ne s’agit pas d’un événement isolé mais d’un programme d’abattages systématisés.

La réflexion menée à partir de ce fait incompréhensible vise à montrer les mobiles cachés et les intérêts économiques soutenus par la politique municipale : création d’un bassin de chalandise, spoliation de la population, confirmation de l’emprise de la circulation automobile sur la ville, privatisation de l’espace public, fonctionnalisation économique des habitants comme « usagers » d’une « ville supermarché »…

Le texte est long, mais se présente sous forme de tableaux pouvant être lus de manière individuelle après l’introduction. Lire la suite…

Entre TER et Mer

entre-ter-et-mer

Comme chaque année, le TER Nord-Pas de Calais et le Conseil Régional vous proposent de partir cet été à la mer ou à la campagne pour seulement 1€ l’aller/retour. Les deux opérations TER Mer et TER Vert sont destinées aux porteurs de la carte Grand’TER et aux 4 personnes qui l’accompagnent. Le porteur de la carte a la possibilité d’acheter jusqu’à 5 billets. Le prix du billet est de 1€ par personne, il est valable une seule journée (aller-retour sur la même journée), bus jusqu’à destination compris. Lire la suite…

Le vélib est-il vraiment à nous ??

Madame, Monsieur, Je vois depuis quelques temps votre nouvelle campagne d’affichage en ville, sur le thème : « Vélib’ est à vous, protégez-le » , et je souhaiterais faire quelques remarques sur le sujet.

Je pense que cette publicité est mensongère : les Vélib’ ne sont pas à nous, ils appartiennent à l’entreprise JC Decaux qui nous permet de les louer. Les associations cyclistes avaient proposé lors de la phase d’étude des solutions indépendantes, gratuites ou non. Celle de JC Decaux est l’une de celles qui permettaient le moins à l’utilisateur de se sentir responsable du vélo qu’il loue. J’insiste sur le fait que le client loue un vélo sous contrat, et non pas qu’il l’emprunte. Lire la suite…