Diesel et santé publique : retour sur un scandale d’État

La grande majorité du parc automobile français est aujourd’hui équipée de moteurs diesel, malgré les conséquences détestables du gazole sur la santé publique et les coûts faramineux que cela engendre pour la société. À qui la faute ? Depuis les années quatre-vingt, responsables politiques, industriels et professionnels du transport n’ont eu de cesse d’encourager le développement du diesel, tandis que le potentiel fortement nocif — voire cancérogène — de ses émissions était connu dès les origines, et que les études à charge ont continué à s’accumuler. Plus récemment, le gouvernement a annoncé un futur alignement des prix de l’essence et du gazole. Faut-il y voir – enfin – un changement de cap après trente années d’erreurs? Lire la suite…

Les bienfaits de la libéralisation du rail

Les principaux médias officiels de la presse écrite ou audiovisuelle l’ont assez rabâché récemment: il faut li-bé-ra-li-ser le transport ferroviaire! Ce qui, pour tous les éditocrates de TF1 à BFM en passant par RTL ou Europe 1, veut dire: bienvenue dans le monde merveilleux de l’ouverture à la concurrence et de la privatisation des services publics! Lire la suite…

Armes chimiques, parlons-en !

En avril 2018, les journalistes médusés informaient les téléspectateurs français qu’une « attaque chimique perpétrée par le régime syrien » avait eu lieu contre des populations civiles de la ville de Douma, dernier bastion islamiste du secteur de la Ghouta orientale en périphérie de Damas… Pour les puissances militaires occidentales définissant les « axes du bien et du mal » à la surface de la Terre depuis le premier partage du monde durant la Grande Guerre, il y a eu la faute grave du fameux « franchissement d’une ligne rouge, » justifiant en punition une frappe conventionnelle. Une centaine de missiles sanctions furent donc tirés par les Etats-Unis, la France et l’Angleterre. Lire la suite…

L’Esprit du Capitalisme (4/4)

Le Big Bang Atomique père de l’Apartheid

En 1948, l’année même de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, un régime de type nazi avec les mêmes standards idéologiques racistes et ségrégationnistes se met en place en Afrique du Sud. Le politologue Franco-Africain Apoli Bertrand Kameni mène l’enquête et pose une question simple : « Pourquoi le régime de l’Apartheid naît-il en Afrique du Sud en 1948 ? » Lire la suite…

L’Esprit du Capitalisme (3/4)

« Big Business avec Hitler »

La collaboration d’une transnationale occidentale avec une entreprise criminelle reconnue comme telle par les dites « grandes démocraties du monde libre » est-elle une exception confirmant la règle ou au contraire la règle avec de rares exceptions ? Y-a-t-il des antécédents dans l’histoire ? Et sont-ils suffisamment démonstratifs pour écarter les hypothèses de l’exception, de l’égarement ou de l’accident ? La réponse est oui aux deux questions. Lire la suite…

L’Esprit du Capitalisme (2/4)

Le Capitalisme du désastre

Nous sommes à la recherche de l’esprit du capitalisme pour montrer qu’en définitive le choix de LafargeHolcim de traiter avec une entreprise criminelle, loin d’être une aberration, relève plutôt de la normalité dans le cadre des lois économiques du libéralisme fut-il devenu scientifique, néo- ou ultra-libéral. Lire la suite…

L’Esprit du Capitalisme (1/4)

Première trace sur la piste : LafargeHolcim

« Fichiers javellisés », esprit du capitalisme es-tu là ?

Tout est allé très vite pour le poids lourd du béton, LafargeHolcim, ses tractations avec le groupe islamique en Syrie ont fini par paraître suspectes et le cimentier s’est retrouvé traîné devant les juges en France… Chose pour le moins étrange, l’entreprise a semble-t-il été prise par surprise dans cette procédure judiciaire. A-t-elle été trahie ? L’enquête le révélera, peut-être… Lire la suite…

De la cyclo-lecture

Pour rendre plus accessibles les traces, les récits et les débats de nos devanciers, les Vélocio, Carlo Bourlet, Capitaine Perrache, Pierre Giffard, Abel Ballif, et autres pionniers du vélo… Voici des textes dont le format html permet d’être lus avec un appareil de lecture glissé dans une poche ou une sacoche. Lire la suite…

En quoi l’histoire du vélo nous éclaire t-elle sur la société française ?

Le vélo est aujourd’hui solidement ancré dans notre quotidien, au carrefour du loisir, du transport et du sport. La trajectoire prise par le vélo n’est pas linéaire, et témoigne des grands mouvements économiques, sociaux ou politiques du XXème siècle. Alors comment l’histoire du vélo reflète t-elle l’évolution de la société française ? Lire la suite…

La 628-E8 d’Octave Mirbeau

La 628-E8 est un récit d’Octave Mirbeau paru chez Fasquelle en novembre 1907. Objet littéraire non identifié, ce récit de 416 pages est dédié au constructeur de l’automobile de Mirbeau, l’Angevin Fernand Charron. Sa voiture Charron C.G.V. de 1902 est justement immatriculée « 628-E8 ». Lire la suite…

Le développement durable a échoué

Personne n’en parle, mais 2017 est l’anniversaire des 30 ans du développement durable. C’était en 1987, avec la publication du rapport Brundtland, qui présentait officiellement le développement durable comme un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. Trente ans après, la fumisterie a vécu. Lire la suite…

OR NOIR La grande histoire du pétrole

Matthieu Auzanneau est l’auteur du blog « Oil Man, chroniques du début de la fin du pétrole, », publié par Le Monde depuis 2010. Journaliste spécialiste des questions à la croisée de l’économie et de l’écologie (Le Monde, Arte, « Envoyé Spécial », Terra Eco, etc.), il est en charge de la prospective au sein du Shift Project, groupe de réflexion sur la transition énergétique. Son ouvrage majeur de 882 pages intitulé « Or Noir – La grande histoire du pétrole » a été publié en version poche. Lire la suite…

Aux origines de la décroissance

En juillet 2014, le journal La Décroissance publiait un dossier spécial intitulé « Géants d’hier, néant d’aujourd’hui. » En une, ce titre était illustré par des portraits de Simone Weil, Léon Tolstoï et George Orwell, opposés à ceux de Luc Ferry, Jacques Attali et Caroline Fourest. Les pensées de vingt-huit auteurs majeurs pour le mouvement d’idées auquel appartient le journal étaient présentées dans un cahier central stimulant qui invitait à (re)découvrir leurs œuvres et à s’y plonger. Ce numéro a fait date, à tel point qu’il s’est vite retrouvé épuisé. Quelque temps après, afin de donner une pérennité à ces textes forts appréciés, les éditions québécoises Écosociété ont sollicité La Décroissance pour les republier sous la forme d’un livre. L’échappée et Le Pas de côté, complices et déjà co-éditeurs de deux titres construits autour du journal, Vivre la simplicité volontaire et Le Progrès m’a tuer, se sont joints au projet… Lire la suite…