La pollution de l’air met en danger le fœtus en altérant le placenta

La littérature scientifique regorge d’études démontrant les effets délétères de la pollution de l’air sur le développement du fœtus et de l’enfant. On savait déjà qu’une exposition aux particules fines pendant la grossesse augmente le risque de donner naissance à des bébés de petits poids. Plusieurs travaux suggèrent désormais qu’elle pourrait aussi être à l’origine d’un fonctionnement dégradé des poumons ou de troubles neuro-développementaux. Lire la suite…

Déplacements quotidiens: le vélo bien meilleur pour la santé

S’ajoutant au consensus scientifique sur le fait que l’activité physique allonge l’espérance de vie, une grande étude datant de l’année dernière a suivi les déplacements au travail de plus de 250000 Anglais pendant 5 ans. Les résultats ont apporté quelques surprises: si il semble normal que les déplacements à vélo améliorent la santé, les bénéfices observés sont en fait extrêmement forts! Lire la suite…

Combien de cigarettes fumez-vous en respirant l’air en ville?

Pour de nombreuses personnes, comparer la pollution atmosphérique au tabagisme est plus frappant et significatif que de citer le nombre de décès annuels. Deux chercheurs, Richard A. Muller et Elizabeth A. Muller ont calculé la valeur approximative de la conversion entre pollution de l’air et consommation de cigarettes, de sorte que les gens puissent penser à la pollution de l’air en termes d’équivalent cigarettes. Le seul but de ce calcul est d’aider les gens à comprendre les effets de la pollution de l’air sur la santé. Lire la suite…

Le point de vue des économistes atterrés sur la SNCF

Les économistes atterrés, qui sont une association de chercheurs, universitaires et experts en économie opposés à « l’orthodoxie néo-libérale », viennent de publier une note d’une vingtaine de pages sur les débats actuels concernant la SNCF et le transport ferroviaire. Lire la suite…

Les Mengele de l’automobile

Il sera dit qu’on ne touchera jamais le fond. Le Dieselgate, c’est-à-dire le scandale sur les moteurs truqués de l’industrie automobile, vient de franchir un nouveau pallier dans l’horreur. Certains constructeurs de voitures ont délibérément gazé des singes et des êtres humains pour tenter de prouver que les gaz d’échappement de leurs voitures étaient inoffensifs. Lire la suite…

Conduire rend con

Conduire une voiture plus de 2 heures par jour aurait un effet négatif sur nos performances intellectuelles, selon une récente étude britannique. Conduire régulièrement trop longtemps serait donc non seulement mauvais pour le cœur, mais aussi pour le cerveau, expliquent les chercheurs de l’université de Leicester, en Angleterre. Lire la suite…

Quand l’automobile pollue aussi les sols

Depuis 2014, Natureparif co-encadre et co-finance une thèse CIFRE portant sur l’évaluation de la qualité écologique des sols en Île-de-France, avec l’Institut d’écologie et des sciences de l’Environnement de Paris, dirigé par le professeur Luc Abbadie. Ce travail mené par Ludovic Foti a conduit à un plan d’échantillonnage unique de 180 prélèvements de sols urbains et ruraux dans les pelouses et les bois de la région parisienne. Lire la suite…

Les bienfaits de la ville dense remis au goût du jour par un géographe suisse

De « l’effet barbecue » aux vertus de l’urbanité…

Sébastien Munafò, pas inconnu sur les ondes de Carfree, coauteur d’un rapport (fin 2012) sur la pratique automobile – et les constructions cognitives qui lui sont liées – dans les agglomérations suisses, ayant fait l’objet d’un article ici en 2013 – pourrait-il constituer un sérieux contrefeu face à l’entreprise de réactivation de l’idéologie de la ville automobile chez les prescripteurs de visions superficielles du monde? Lire la suite…

La pollution des moteurs diesel a des effets sur les fœtus sur 2 générations

Les pics de pollution aux particules fines sont de plus en plus fréquents et intenses, et des données épidémiologiques montrent que les femmes enceintes exposées ont plus de risques d’avoir des bébés de faibles poids, entraînant aussi des risques de développer certaines pathologies comme le syndrome métabolique. Les premiers résultats d’un projet de recherche* coordonné par l’Inra montrent chez l’animal que l’exposition maternelle chronique aux gaz d’échappement de moteur diesel muni de filtre à particules (comme pour les voitures vendues en Europe) pendant la gestation entraine des effets délétères sur la croissance et le métabolisme des fœtus en première et deuxième génération. Les scientifiques établissent aussi pour la première fois que des nanoparticules de diesel inhalées sont capables de traverser la barrière placentaire et d’atteindre le sang fœtal. Lire la suite…