La dictature automobile

Cette affiche nazie de 1936 incite la population allemande à voter pour Hitler en notant ce qu’il a fait pour favoriser la propriété d’automobiles en Allemagne.

La légende: « le Führer a promis de motoriser l’Allemagne. En 1932, 104.000 véhicules à moteur étaient manufacturés, 33.000 personnes ont été employées, et des marchandises avec une valeur totale de 295.000.000 marks ont été produites. En 1935, 353.000 véhicules étaient manufacturés, plus de 100.000 personnes ont été employées, et la valeur des marchandises produites était de 1.150.000.000 marks. Le Führer a donné à 250.000 camarades un travail dans l’industrie automobile et ses fournisseurs. Les allemands: Remerciez le Führer 29 mars! Donnez-lui votre voix!« .

Très souvent, la massification de l’automobile est présentée comme un progrès, une « avancée » émanant des sociétés démocratiques, c’est-à-dire la possibilité donnée par la démocratie à chacun de posséder sa propre automobile. Cette affiche de propagande nazie nous rappelle que les dictatures ne sont pas en reste et que, loin de réserver la voiture particulière à une « élite » ou une nomenklatura, elles promouvaient dès les années 30 l’idée d’une automobile pour tous.

La société Gesellschaft zur Vorbereitung des Deutschen Volkswagens mbH (littéralement SARL pour la préparation de la voiture allemande du peuple) fut fondée en 1937 en Allemagne et développa ce qui deviendra la Volkswagen Coccinelle.

cars propagande
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

En 1938, Hitler décide d’afficher le caractère politique du projet en baptisant la voiture « KdF », du nom d’une organisation nazie. KdF est l’abréviation de Kraft durch Freude, une expression difficilement traduisible mais qui, s’appliquant à une voiture, ne signifie pas « La force par la joie », mais l’automobile dans le plaisir, ou le plaisir automobile…

nazi propaganda kdf
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Les autoroutes du peuple

Autoroute
Affiche de propagande nazie pour le système autoroutier allemand

L’Italie fasciste de Mussolini n’est pas en reste. La première véritable autoroute est réalisée en 1924 sous le régime fasciste; il s’agit d’une autostrade (en italien, autostrada) qui relie Milan à Varèse en Italie, soit 85 kilomètres. Il s’agit du premier projet réalisé à grande échelle de « voies rapides pour automobiles », même si les spécialistes ne leur reconnaissent pas vraiment le statut d’autoroutes.

Mais c’est dans l’Allemagne nazie que les autoroutes prennent réellement leur essor (en allemand, German Reichsautobahn ou Autobahn). En effet, quelques jours après la prise du pouvoir par les nazis en 1933, Adolf Hitler adopta avec enthousiasme un projet de construction d’autoroutes et nomma Fritz Todt comme inspecteur général. Rapidement, plus de 100.000 personnes ont été mobilisées partout en Allemagne dans l’Organisation Todt. A la fin de la seconde guerre mondiale, le régime nazi aura ainsi construit environ 5.000 km d’autoroutes.

Les dictatures avaient construit les infrastructures préparant la généralisation de l’automobile individuelle développée ensuite par les démocraties. La dictature automobile était en place.

Sources:
http://www.calvin.edu/academic/cas/gpa/posters2.htm
http://perso.wanadoo.fr/elie.allouche/biblioRF/siteCours/Allem18a39.htm
http://www.multiworld.org/m_versity/resources/dictionary.htm
http://carfree.fr/index.php/2008/04/01/dictionnaire-en-ligne-de-lautomobile/

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

4 commentaires sur “La dictature automobile

  1. Jean-Marc Sérékianjms

    Très bonne réfèrence historique et objective sur le caractère militaire et totalitaire de l’industrie automobile. La conclusion « subjective » est de dire que le nazisme n’a perdu qu’une bataille en perdant la Seconde Guerre mondiale, puisqu’il survit dans l’après guerre par l’explosion de l’industrie automobile et aussi par l’énergie nucléaiire.
    Je proposerai deux articles sur le sujet à Carfree:
    « Le coktail diabolique à l’origine de la recherche atomique »
     » Le prix de l’essence , le nazisme et le Lévaiathan technocratique »

  2. stoppeur

    Que de démonstrations savantes pour convaincre des citoyens-consomm acteurs du bien-fondé des transports en commun et du côté nocif de la « bagnole-caprice »…!La voiture doit d’abord servir,plus qu’assouvir des capri ces;quant aux PL,qu’en dire?Les élus nationaux restent bien frileux à éla borer des lois simples dans leur texture,qui « boosteraient » une bonne fois pour toutes le mythe de la « bagnole » au cimetière;ce qui,dans la foulée,ou vrirait bien des emplois dans le secteur TC…Comment ne pas avoir encore compris ça,en ne négligeant pas le fait que la population vieillit;qu’elle aura donc grand besoin de transports commodes et pourquoi pas rapides,confo rtables?Quand on veut aller à l’autre bout du globe,est-ce qu’on a un autre choix que l’avion pour voyager(en s’entassant pour quelques heures…)?

  3. marc

    Je crois qu’il n’en a plus pour longtemps à continuer de commettre ses exactions en toute impunité.

Les commentaires sont clos.