Les voitures sont en train de ruiner nos villes

Voici une traduction d’un article du New York Times écrit par Justin Gillis, qui travaille à la rédaction d’un livre sur les changements climatiques et Hal Harvey, qui est le directeur général de la société de recherche Energy Innovation.

Les voitures sont en train de ruiner nos villes
Justin Gillis et Hal Harvey
New York Times, 25 avril 2018

Nous vivons peut-être une nouvelle ère de miracles. Le mois dernier, Los Angeles a décidé de ne pas ajouter de voies de circulation à une autoroute, un changement inattendu dans une ville qui a cru à tort pendant des années que plus de voies signifiait moins d’embouteillages.

Peu avant cela, la plus haute cour d’Allemagne a statué que les voitures diesel pouvaient être interdites dans les centres-villes pour assainir l’air. L’Allemagne est le pays où la technologie diesel a été inventée – et Volkswagen, le plus grand constructeur automobile du monde, a investi massivement pour développer les voitures diesel avant d’être pris en flagrant délit de mentir sur leurs émissions.

Ces événements se sont produits à près de 10.000 kilomètres l’un de l’autre, dans différents contextes politiques, mais ils sont liés. Le public et quelques-uns de nos dirigeants politiques les plus audacieux se rendent compte que nous ne pouvons tout simplement pas continuer à bloquer davantage de voitures dans nos villes.

Un siècle d’expérience nous en a appris la folie. Trois pathologies émergent. Tout d’abord, chaque voiture devient l’ennemi des autres. La voiture que vous détestez le plus est celle qui est juste devant vous et qui ne bouge pas. Au fur et à mesure que les voitures s’accumulent, les temps de trajet et la pollution augmentent.

Deuxièmement, après un certain point, plus de voitures font de la ville un endroit moins agréable pour les promeneurs, les cyclistes et les gens qui prennent les transports en commun pour se rendre à leur destination. Les voitures empêchent les enfants de s’amuser dans les rues, gâchent les après-midi tranquilles en lisant sur un banc et les terrasses de cafés sur le trottoir. Nous abandonnons donc notre espace public, nos conversations de voisin à voisin et finalement notre mobilité personnelle pour la prochaine voiture, et la suivante.

Et puis il y a le fait étrange, aussi contre-intuitif qu’il soit, que la construction de plus de routes ne guérit pas vraiment la congestion et peut même l’aggraver. Le problème, comme les experts s’en sont rendu compte dès les années 1930, c’est que dès qu’on construit une autoroute ou qu’on ajoute des voies à une autoroute, les voitures se présentent pour remplir la capacité disponible. Le phénomène est si bien compris qu’il porte un nom : la demande de trafic induite.

Nous avons demandé à Inrix, une entreprise qui recueille des données routières sophistiquées, d’analyser deux projets d’autoroutes relativement récents aux États-Unis : l’élargissement à 1,6 milliard de dollars de l’Interstate 405 à Los Angeles et l’élargissement à 2,8 milliards de dollars qui a fait de l’autoroute Katy à Houston, une section de l’Interstate 10, la plus large au monde, avec 26 voies de part et d’autre.

Après l’élargissement de l’I-405, les données montrent que les temps de déplacement ont empiré aux heures de pointe du matin et du soir. L’élargissement de l’autoroute Katy a donné des résultats légèrement meilleurs, avec une amélioration de la navette nocturne, bien que l’effet ait été faible dans les voies en direction ouest. Le trajet du matin s’est aggravé dans les deux sens.

Les responsables de ces projets feront sans doute valoir qu’avec la croissance du trafic dans son ensemble, les autoroutes seraient dans un état encore pire si elles n’avaient pas été agrandies. Pourtant, ces résultats ne sont pas très encourageants pour des sommes d’argent public aussi énormes. Nous pensons que les milliards consacrés à ce genre de projets pourraient être mieux dépensés pour l’entretien des routes et des ponts que nous avons déjà.

La bonne nouvelle, c’est que de plus en plus de villes décident d’arracher le contrôle de leurs rues à la tyrannie de l’automobile – et de mettre les gens et les autres modes de transport sur un pied d’égalité avec l’automobile.

Cela fait maintenant 15 ans que Londres a mis en place une taxe de congestion qui décourage de nombreux conducteurs d’entrer dans le centre-ville. Dans un cycle vertueux, l’argent va à de meilleurs transports en commun et plus de pistes cyclables. Des discussions législatives préliminaires sont en cours pour essayer la même chose à Seattle et dans certaines des villes les plus congestionnées de Californie. New York vient de refuser un tel plan pour la deuxième fois en dix ans, mais l’idée ne va pas mourir – la ville en a trop besoin.

Dans les villes surpeuplées d’Asie, les gens n’ont pas le droit d’avoir une voiture simplement parce qu’ils en veulent une. Les résidents de Shanghai doivent acheter aux enchères des plaques d’immatriculation qui ont coûté jusqu’à 13 000 $ (environ 11 000 euros), et les résidents de Pékin doivent participer à une loterie pour obtenir une plaque. De telles mesures peuvent sembler extrêmes, mais elles sont sensées dans un pays qui a enduré un embouteillage de 100 kilomètres en 2010 et dont le déblocage a pris 11 jours.

Au moment où nous écrivons ces mots, nous pouvons sentir la bile monter chez certains conducteurs. Les Américains ont un tel sentiment de droit aux voitures que toute tentative de les limiter peut provoquer une bagarre, comme New York l’a découvert.

Pourtant, la vérité, c’est que les gens qui conduisent dans une ville surpeuplée imposent des coûts aux autres. Il ne s’agit pas seulement d’une mobilité réduite pour tous et d’un espace public dégradé, mais aussi de graves coûts de santé. Les crises d’asthme sont déclenchées par les minuscules particules de suie invisibles que les voitures émettent. Des recherches récentes montrent qu’une taxe de congestion à Stockholm a réduit la pollution et a fortement réduit les crises d’asthme chez les enfants.

En fin de compte, la décision d’abandonner si complètement nos rues publiques au profit de l’automobile, aussi raisonnable qu’elle ait pu paraître il y a des décennies, a presque ruiné la qualité de vie dans nos villes.

Nous ne révélons pas de grands secrets ici. Les urbanistes savent tout cela depuis des décennies. Ils savent que le fait d’enlever des voies pour ajouter des pistes cyclables et élargir les trottoirs peut calmer la circulation, rendre un quartier plus agréable – et, en passant, augmenter les ventes dans les commerces le long de cette rue plus agréable. Ils savent que l’imposition de péages à prix variable peut donner lieu à des voies d’autoroute qui sont rarement bloquées.

Mais les planificateurs avaient peu d’influence car leurs patrons – les politiciens de la ville et de l’État – se recroquevillaient devant les exigences des conducteurs. Ce que nous pourrions voir, enfin, c’est un changement dans l’humeur du public, une prise de conscience que le simple fait de construire plus de voies n’est pas la solution.

Cet intérêt pour les idées nouvelles est une ouverture pour les maires et les gouverneurs. Les plus intelligents se débarrassent de leur obéissance à l’automobile et réfléchissent à la façon de créer des rues et des systèmes de transport qui fonctionnent pour tout le monde.

Justin Gillis est un chroniqueur d’opinion. Hal Harvey est le directeur général de la société de recherche Energy Innovation.

Source: https://www.nytimes.com/2018/04/25/opinion/cars-ruining-cities.html

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

2 commentaires sur “Les voitures sont en train de ruiner nos villes

  1. abil59

    26 voies de part et d’autre à Houston. Que de place gachée pour loger des gens, avoir une agriculture raisonnée ou une vie urbaine agreable. Tu m’étonnes après que les americains soient les plus obèses du monde.

    On me demande souvent pourquoi je fais pas d’effort de parler anglais bien que je parle d’autres langues que le français. L’aménagement du territoire à l’anglo-saxonne qui me hirisse fait parti des raisons… encore pire qu’en France (c’est dire!)

     

Les commentaires sont clos.