De la bande adhésive sur les voitures qui dépassent la ligne

Est-ce la naissance d’un nouveau mouvement citoyen destiné à freiner l’arrogance et l’omnipotence de l’automobile dans l’espace public? Certains proposent sur Twitter d’apposer de la bande adhésive sur les voitures qui dépassent les lignes matérialisant le stationnement ou les bandes cyclables.

Le stationnement des prédateurs n’a trop souvent aucune conséquence. L’idée est de montrer de manière pédagogique aux conducteurs qu’ils franchissent une ligne avec du ruban de masquage simple (celui que les peintres utilisent). Vous faites ensuite une photo de votre oeuvre et vous la publiez sur Twitter avec le hashtag #TapeOnCars !

Il s’agit probablement d’une démarche qui a de l’avenir, car on constate une inflation de voitures toujours plus grosses qui ont tendance à s’étendre sur l’espace public. On pourrait parler d’ailleurs de Carspreading comme on parle de Manspreading pour désigner une posture adoptée par certains hommes dans les transports en commun, consistant à s’asseoir en écartant les cuisses et en occupant alors plus que la largeur d’un siège.

En apposant de la bande adhésive réversible sur les voitures indélicates, vous leur rappelez visuellement qu’elles outrepassent leurs droits et empiètent sur un espace qui n’est pas le leur…

Source: https://twitter.com/TapeOnCars

7 commentaires sur “De la bande adhésive sur les voitures qui dépassent la ligne

  1. Pédibuspedibus

    quant aux bagnoles  « assises » sur le trottoir il faudrait complètement les enrubanner, faute d’avoir sous la main un agent de la police municipale pour l’enguirlander… ?

    ça risque de faire cher le rouleau d’adhésif…

    et une bonne p’tite recette de peinture DIY -faites le par vous-même – avec des ingrédients pas chers, voire gratis, pour en foutre plein la vue à ces jean-foutre, en commençant par le pare-brise, ça vous dirait… ?

    exemple : huile de friture usagée de récup + plâtre de démolition + argile colorée du coin… ?

     

    pour se rassurer un pneu, si on se fait piquer puis traîner devant les tribunaux il faut évoquer l’état de nécessité, du fait de la carence d’action des maires*… bon courage quand même…

     

    *https://www.legifrance.gouv.fr/codes/id/LEGISCTA000006180977/2020-09-30/

     

     

  2. Jean Haas

    Gare à l’escalade ! Nos vélos, garés dans la rue, sont extrêmement vulnérables aux représailles.

    Encore une fois, ne pas confondre « victoire » et « prise de guerre » !

  3. vincent

    Salut,

    Autant signaler un comportement anormal par une scotch, une annonce sur le parebrise etc me semble la bienvenue. Par contre, les idées à la base de platre, huile etc… je ne valide pas du tout. tout comme les pneux crevés etc.

    Comme le dit Jean, ne pas faire aux autres ce que l’on ne veut pas se voir faire… et entre nous des vélos garés à la n’imp on en voit aussi moult…

    Le monde n’est pas truffé que d’horribles monstres il ne faut pas l’oublier, il peut aussi y avoir des personnes de bonne foi qui n’ont pas prétée attention et leur signaler est suffisant sans avoir à leur bousiller leurs biens.

     

    a plus

  4. Pédibuspedibus

    OK Vincent :

    on restera donc dans le performatif… pour l’instant, en espérant toutefois que les maires se bougent ou que les préf. ou les juges administratifs les fassent bouger…

     

    alors Vincent, te sens-tu d’attaque pour envoyer le p’tit courrier au proc. de ton département… ? lequel ferait-il partie de ceux où ce magistrat est assez sensibilisé aux questions environnementales, sur la question de la pub de Land Rover…? (http://carfree.fr/index.php/2021/03/22/les-balades-de-land-rover-au-milieu-des-rivieres/)

    @+

  5. Prolo

    Je suis d’accord avec vincent..

    Des fois je peste contre les gens qui s’étalent sur les parkings et mordent allégrement sur la place d’à côté. Et puis faut bien que je me gare, alors si c’est la seule place, je me faufile un peu contre lui, mais pas trop, et puis tant pis.

    Et quand je reviens à ma voiture, il est parti, et c’est moi qui suis un peu de travers et qui mord sur la ligne.

  6. Pédibuspedibus

    bah… glaviot ou peinture à l’huile de friture épuisée, le point commun c’est la biodégradabilité et la gratuité…

    sauf qu’il va falloir drôlement se râcler les alvéoles et le reste, pour en mettre plein la vue au bagnolard, si l’on vise son pare-brise avec le glaviot, dans le cas de figure horripilant du stationnement sur trottoir ou équipements cyclables…

     

    bon, bon, de toute façon me voilà gourmandé efficacement par notre ami Vincent :

    on restera tranquille et on ne touchera pas à nos belles carrosseries… la déconstruction de nos imaginaires n’est de toute façon pas suffisamment avancée ;

    mais en attendant de laïciser convenablement nos sociétés, d’atteindre la masse critique des défroqués de Ste-Gnognole on en crève de cette passion et la porte pour leur garantir le salut semble de plus en plus étroite…

Les commentaires sont clos.