L’automobiliste est-il la vache à lait de l’Etat ?

L’automobiliste se considère souvent comme le « payeur de service », la « vache à lait » de l’Etat. Celui qu’on sollicite puis qu’on abandonne dans son coin, sans qu’il revoie jamais la couleur de son argent. Il s’agit là d’un mythe profondément ancré dans le cerveau reptilien de l’automobiliste moyen: avoir l’impression de toujours payer, voire même à entendre certains automobilistes, de soutenir la société à bout de bras!

D’un côté, les automobilistes alimentent les caisses de l’Etat (TVA, taxe de circulation, taxes sur le carburant,…). De l’autre côté, la collectivité doit assumer la construction et l’entretien des infrastructures. Mais aussi les coûts externes engendrés par les voitures, ce que l’on appelle parfois aussi les « externalités négatives » de l’automobile (dégâts de la pollution, du bruit, accidents, soins de santé, …). Les recettes (taxes) suffisent-elles aux dépenses ?

Dans le cas de la Belgique, la réponse est non. C’est l’Etat qui paie pour la voiture et non l’inverse.

En Belgique, en 2004, les recettes de l’Etat liées à l’utilisation de véhicules se sont élevées à 11.486 millions d’euros (tout compris : amendes, taxes,…), selon la Fédération belge de l’industrie automobile et du cycle. Par ailleurs, selon l’Agence européenne de l’environnement (EEA), les coûts externes de la voiture sont, pour la Belgique, de 108 euros pour 1000 personne.kilomètre (p.km). Cette année là, 111,63 milliards de p.km ont été roulés par des voitures sur les routes belges. Ce qui représente 12.056 millions d’euros de coûts externes, soit 570 millions d’euros de plus que les recettes de l’Etat.

L’automobiliste n’est donc pas la vache à lait de l’Etat, il coûte de l’argent à la société et donc au contribuable qui paie sous forme d’impôts un système automobile largement déficitaire.

vache-a-lait

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

8 commentaires sur “L’automobiliste est-il la vache à lait de l’Etat ?

  1. alex

    bonjour
    voila je voudrais dire quelque phrase qui conserne l ormatation du gazoil aucun francais na suivie nos routier pour constester le prix du carburent donc les routiers ainsi que les marins pecheur et les agriculteur on u sactifaction et pour les petits comme nous on paye toujour le tarif plain
    ses pour cela je dit avec franchise
    les routier les agriculteur et les marins sont main dans main
    mai par conptre les francais aucun ne voudrais manifester une journer pour reclamer une baise du carburent
    alors pour concluer mon article je dirais que les francais non pas de couille au cu pour manifester qu une journer

    jespere d avoir des reponse merci encorre

  2. Philippe Schwoerer

    Accélérations en trombe, dépassement avant de tourner et gêner celui qu’on vient de doubler, véhicules occupés par une seule personne, achat de véhicules gourmands et énergivores, petits déplacements inutiles… des preuves que les carburants ne sont pas encore assez chers !

    C’est sans doute dur à entendre pour nombre d’entre-nous, mais ce pétrole qui augmente est sans doute une chance pour notre planète et un cauchemar pour notre confort personnel.

  3. Hervé

    Oui, nous sommes des vaches à lait de l’Etat.

    Ok les automobilistes polluent la planète : Des solutions existent depuis de très nombreuses années, mais elles ne sont pas appliquées pour profiter toujours plus aux lobbies pétroliers tout puissant qui ont l’argent nécessaire (le notre) pour convaincre les autorités de continuer ainsi.

    Oui la vitesse participe à faire des morts sur les routes : Mais l’Etat se moque de nous avec des statistiques non indépendantes qu’il créé lui-même, la prolifération des radars automatiques ne réduisent pas le nombre d’accident, mais augmentent les recettes de l’état, les caisses des sociètés (privées, oui il faut le savoir) qui gèrent les parcs de radars automatiques, les caisses des auto-école qui font payés des stages de récupération de points.

    La sécurité routière, la vraie, faite intéligement oui je suis pour. Des stages de sensibilisations chocs gratuits et obligatoires pour faire prendre conscience des dangers OK, ça fonctionne très bien dans plein de pays et ça réduit les accidents de façon significative, mais faire payer des gens qui travaillent toute la journée afin d’engraisser ce qui profite du système ou engraisser ses dirigeants, je dis non.

    Stop aux radars vicieux (souvent installés non pas dans des zones à risque ou ce serait nécessaire, mais dans des grandes lignes droites ou ça flash beaucoup)

    il suffit de voir les nouveaux radars de passage à niveau, il ne sont pas installés sur ceux qui ont fait le plus d’accidents et qui sont les plus dangeureux, mais sur ce ou il y’à le plus de passage, donc le plus de payeurs potentiel. Et puis si l’Etat voulait vraiment faire de la sécurité routière et réduire les morts, il rempacerait purement et simplement les passages à niveau par des ponts ou des souterrains (même si c’est plus couteux, la vie n’a pas de prix), mais c’est tellement plus facile et juteux d’y installer une pompe à fric sous couvert d’une pseudo sécurité des usagers.

    Je trouve que 90€ (voir 135€) si on paye pas assez vite pour une photo floue et mal cadrée et 1 point de permis en moins pour avoir dépassé la vitesse autorisée de 5 km/H c’est pas de la sécurité routière, c’est de l’essorage de portefeuille.

    Les barèmes des contraventions devraient être revues.
    Trouvez-vous normal par exemple qu’un cytoyen qui bosse toute la journée pour gagner le minimum vitale pour sa famille soit obligé de payer 90€ pour avoir dépassé la vitesse de 5 Km/H. (ça se voit tout les jours)

    Et qu’a côté de cela un gars qui ne bosse pas, qui profite de la société, qui est insolvable mais qui arrive quant même à rouler avec une grosse voiture immatriculé à l’étranger qu’on arriverait même pas à se payer avec un crédit sur 10 ans, ne soit pas inquiété du tout ???

    Ou qu’un autre gars qui gagne 15 000 ou 20 000 € par mois paye la même somme de 90€ (quoi-que souvent ces personnes ont le bras si long qu’elles arrivent même à échapper à l’amende et aux points de permis)

    Trouvez-vous normal que des stationnements qui étaient interdit dans le temps, car soit disant dangereux il y’à quelques années ait été remplacés par des places de stationnement pyantes sans que les rues n’aient été élargies pour autant. (tout à coup c’est plus dangereux, ni même interdit car ça rapporte à l’état).

    Des exemples comme ça j’en ai sans fin.

    Signé un fonctionnaire qui établi des statistiques et qui comme les autres perds des points de permis pour pas grand chose et engraisse les caisses de ses employeurs.

  4. jackard

    OUI nous sommes de vaches à lait , et je pense aen priorité au radar cachés placé dans des endroits bien strategique pour encaisser et surement pas pour sauver des vies .
    Vive les cow boys , vive les radars , vive l’esxtorsion ,vive la racket legal vive la France ………

  5. Pim

    Peut etre que l’automobiliste est la vache à lait de l’état, mais l’état lui est la vache à lait du constructeur automobile…avec tous les milliards qu’il lui offre!

  6. Goodmusik

    Les commentaires des bagnolards parlent d’eux mêmes… Rien à rajouter..

  7. Damien

    Les bagnolards? Arrêtez de rêver, tout le monde ne vit pas dans une grande ville. Les gens qui habitent à la campagne, si ils attendaient le bus oule métro il ne serait pas près de bosser, y’en a pas! Quand aux usagers professionnels de la route, ce sont des bagnolards aussi? Vous croyez quoi, qu’un taxi de province roule tous les jours sur une journée de 18h00 pour s’amuser? Qu’il a une grosse bagnole donc qu’il est riche (la moindre machine outils d’usine en vaut 3 fois le prix, sa voiture c’est sa machine outil). Si l’état manque de rentrées d’argent pour financer les « externalités négatives » (vivent les langages hermétiques), pourquoi avoir revendu les autoroutes alors que leurs péages étaient sensés trouver leur but dans ce rôle? Retournez à vos grandes paroles, monsieur l’écolo vous n’êtes qu’une éolienne: vous brassez du vent en restant sur place.

Les commentaires sont clos.