Charte Air-Energie-Santé

Chaque jour environ 15 000 litres d’air transitent par nos voies respiratoires. Contrairement à l’eau potable que nous buvons, nous ne pouvons malheureusement pas choisir l’air que nous respirons. Lire la suite…

Le code de la route prévoit l’immobilisation des véhicules polluants

La solution est trouvée pour retirer de la circulation en ville les véhicules polluants, en particulier ceux à moteur diesel, motorisation particulièrement délétère qui équipe encore plus des deux tiers des véhicules particuliers ainsi que la quasi-totalité des véhicules utilitaires et poids lourds en circulation en France: il suffit de se référer à l’article R318-1 du code de la route qui prévoit l’immobilisation des véhicules émettant des « fumées, de gaz toxiques, corrosifs ou odorants, dans des conditions susceptibles d’incommoder la population ou de compromettre la santé et la sécurité publiques ». Lire la suite…

Pour la fin de l’avantage fiscal sur le gazole

La pollution de l’air est la deuxième cause de mortalité évitable en France avec une surmortalité évaluée à 67.000 décès par an. En cette période de pandémie de COVID-19, une mauvaise qualité de l’air peut favoriser la mortalité en affectant les systèmes respiratoire, cardiovasculaire et métabolique. Le coût de la pollution de l’air en France a été estimé à 101,3 milliards d’euros par an dans le rapport du Sénat du 8 juillet 2015 intitulé « Pollution de l’air : le coût de l’inaction. » Les coûts sanitaires associés aux principales maladies attribuables à la pollution atmosphérique sont estimés à 2 milliards d’euros, équivalents à 30% du déficit de la sécurité sociale. Lire la suite…

L’industrie du vélo: innovez et exprimez-vous!

En matière de mobilité et de santé publique, les produits proposés par l’industrie automobile sont, il faut en convenir, inadaptés et obsolètes en ville: trop polluants (pour ceux à énergie fossile), trop puissants, trop lourds, trop volumineux, trop lents (en comptant les bouchons et le temps pour stationner), trop inactifs (aucun exercice physique) et trop coûteux pour effectuer seul un petit trajet. Lire la suite…

Pollution automobile: prévenir plutôt que guérir…

Nous avons une fois de plus traversé en mars 2015 une semaine de pic de pollution atmosphérique (à l’instar de celle de mars 2014) condamnant les habitants des grandes villes à respirer un air dangereux pour leur santé, chargé de particules fines, de dioxyde d’azote, d’ozone et de dioxyde de souffre. En dehors de ces épisodes médiatisés, nous sommes pour la plupart quotidiennement exposés à des seuils supérieurs à ceux préconisés par les organisations internationales sans que des mesures de protection sanitaire ne soient prises. 
 Lire la suite…