Ne laissez pas le Parlement européen ignorer 100 millions de cyclistes!

Ce lundi, le Parlement européen décidera si les infrastructures cyclables et EuroVelo pourront ou non bénéficier de milliards d’euros d’investissement. L’ECF (Fédération européenne des cyclistes) et ses membres appellent à la mobilisation de tous les cyclistes et défenseurs du vélo pour faire entendre leur voix influant sur les membres de la Commission Transport du Parlement européen.

Le vélo, dépassé par l’influence de puissants groupes d’intérêt, n’est toujours pas présent dans les documents stratégiques de l’Union européenne sur le transport. Il est temps que cela cesse alors que d’importants budgets vont être déterminés d’aujourd’hui à 2014.

Le lundi 17 décembre, la Commission Transport du Parlement européen votera un texte aux fortes conséquences pour le vélo. Il s’agit des orientations financières de projets d’infrastructure appartenant au réseau stratégique européen de transports (appelé le RTE-T). Bien que ce réseau soit constitué de routes, réseaux ferrés et axes structurants prioritaires, l’exclusion du vélo de ces orientations signifierait que la prise en compte du vélo dans le cas d’intersections de réseaux cyclables avec d’autres axes de transport, de liaisons stratégiques ou encore que le réseau EuroVelo en serait exclue.

Il est temps pour nous de rappeler au Parlement européen, institution élue au suffrage universelle et représentante des citoyens européens, que les cyclistes doivent avoir leur place dans les politiques européennes de transport.

L’année dernière, le Parlement s’est officiellement exprimé en faveur de l’inclusion d’EuroVelo dans ce réseau transeuropéen de transport. Cela aurait pour conséquence d’ouvrir de nombreux financements pour la réalisation d’infrastructures cyclables dans toute l’Europe.

Depuis, la Commission européenne et la Commission Transport du Parlement européen ont préparé ces textes, mais en ont exclu et le vélo et le réseau EuroVelo, en dépit de leurs recommandations passées. Une fois de plus, ils ont exclu le vélo de la politique de transport de l’Union et les milliards de financement qui vont avec.

Nous avons besoin de vous pour solliciter vos eurodéputés. Pour cela, une lettre a été préparée ainsi qu’une liste des personnes à solliciter. Il n’est pas trop tard pour faire en sorte que le vélo puisse bénéficier des investissements qu’il mérite, alors mobilisons-nous.

Envoyez un e-mail aux eurodéputés suivant :

En français : utilisez le courrier type traduit du projet de l’ECF en l’adaptant autant que possible ou écrivez votre propre courrier aux membres de la Commission Transport du Parlement français :

•    Christine de Veyrac (permanente), christine.deveyrac@europarl.europa.eu
•    Bruno Gollnisch (permanent), bruno.gollnisch@europarl.europa.eu
•    Dominique Vlasto (permanente), dominique.vlasto@europarl.europa.eu
•    Jean-Jacob Bicep (suppléant et déjà convaincu)
•    Michel Dantin (suppléant), michel.dantin@europarl.europa.eu
•    Nathalie Griesbeck (suppléante), nathalie.griesbeck@europarl.europa.eu
•    Gilles Pargneaux (suppléant), gilles.pargneaux@europarl.europa.eu
•    Dominique Riquet (suppléant), dominique.riquet@europarl.europa.eu
•    Bernadette Vergnaud (suppléante), bernadette.vergnaud@europarl.europa.eu
•    Karim Zéribi (suppléant), karim.zeribi@europarl.europa.eu

En anglais : utilisez le courrier type de l’ECF en l’adaptant autant que possible ou écrivez votre propre courrier en anglais aux membres de la Commission Transport du Parlement les plus influents, identifiés par l’ECF :

•    Georgios Koumoutsakos (Grèce) georgios.koumoutsakos@europarl.europa.eu
•    Ismail Ertug (Allemagne) ismail.ertug@europarl.europa.eu
•    Gesine Meissner (Allemagne) gesine.meissner@europarl.europa.eu
•    Michael Kramer (Allemagne) (déjà convaincu)
•    Mathieu Grosch (Belgique) mathieu.grosch@europarl.europa.eu
•    Saïd El Khadraoui (Belgique) said.elkhadraoui@europarl.europa.eu
•    Roberts Zīle (Lettonie) roberts.zile@europarl.europa.eu
•    Jaromír Kohlíček (République Tchèque) jaromir.kohlicek@europarl.europa.eu
•    Magdi Cristiano Allam (Italie) magdicristiano.allam@europarl.europa.eu
•    Brian Simpson (Royaume-Uni) brian.simpson@europarl.europa.eu

Plus nous tentons d’influer sur la décision des membres de la Commission Transport du Parlement, plus ces derniers seront susceptibles d’inclure le vélo dans ces textes cruciaux.

Le vote se déroulera le 17 décembre, il est donc urgent d’agir maintenant.

Article d’origine de la Fédération des Cyclistes Européens.

Source: http://www.departements-regions-cyclables.org/

Crédit Photo : ECF

Départements & Régions Cyclables

A propos de Départements & Régions Cyclables

Le réseau des Départements & Régions cyclables rassemble 72 collectivités (65 départements, 5 régions et 2 EPCI) représentant 51 millions de français, mobilisées pour le développement du vélo en France

12 commentaires sur “Ne laissez pas le Parlement européen ignorer 100 millions de cyclistes!

  1. Justine

    Il est vrai qu’il est dommage de « pénaliser » une partie des usagers des voies de transport ! Je m’en vais de ce pas réfléchir aux emails que je vais envoyer à quelques eurodéputés…

  2. LomoberetLomoberet

    # JUSTINE #

    N’étant pas un littéraire, et guère plus imaginatif, je serais preneur d’une lettre bien écrite que je pourrais modifier légèrement pour contribuer à l’action commune.

    Merci, bisous

  3. Guillaume

    Par contre cette lettre n’est pas du tout tournée comme je le ferais. Même pour lécher le – enfin, les bottes de parlementaires, je ne prendrai pas des arguments comme :
    <>

    Mais c’est chacun qui voit 🙂

  4. Guillaume

    Hum, ma citation a été mangée, une prévisualisation serait agréable pour ne pas se planter ! C’était ceci :

    Si vous ne le faites pas, vous faites défaut aux besoins de 100 millions de citoyens européens et à l’énorme potentiel à la fois en termes de croissance économique […]

    (et j’arrête le spam)

  5. mass

    Réponse de M.SIMPSON Brian, MEP britannique (Labour party)

    Many thanks for contacting me and for taking an interest in European Transport policy.

    I agree with you that cycling has to be part of any future transport solution that is serious about tackling congestion and pollution. This is particularly the case for urban areas where because of the relatively short commuter distances there is clear potential to promote cycling and get people out of their cars.

    However I do not agree that the right place to promote cycling, or more specifically the Eurovelo routes, is via the TEN-T network, which is a transport network dedicated to creating major passenger and freight transport links between and within EU countries. This is for two main reasons:

    To fund European Transport policy we need money from the national Governments and as you may be aware, in light of the current economic climate and the state of play on the EU budget negotiations, it is very unlikely that the Transport budget will get the funds needed to invest in the crucial missing links and bottlenecks that leave massive gaps in our current transport infrastructure (and that would serve completely different objectives from the ones associated with the Eurovelo network).

    That is why the European Parliament wants to target the available money on major transport infrastructure that will really contribute to UK as well as EU growth and jobs while meeting environmental and climate change objectives. At this moment in time massive gaps in rail and water-borne transport links across Europe hold back our sustainable transport agenda. I would argue that it is the development of rail and water-borne transport which really has the potential to reduce pollution and congestion on the scale needed, providing viable alternatives to road or air transport. This has to be a priority.

    The second reason is because I see the Eurovelo network as being mainly of value for tourism purposes and I think it is important to distinguish here between where cycling can help meet EU transport objectives and where it better falls under tourism policy. There have already been several initiatives, under the EU’s new tourism competence, to support and fund cycling projects, such as the Iron Curtain Trail. I fully support these initiatives and believe these are the correct place to carry on funding cycling associated with tourism. I also fully support the proposal to include bicycle infrastructure for long distance cycling paths such as the Eurovelo routes, where for instance bridges or tunnels are built/adapted with TEN-T money.

    Where cycling can be part of the sustainable transport solution is for the type of cycling that I have mentioned at the beginning of my email, where cycling can be used as an option to replace car use or even public transport use in mainly urban areas. The EU only has a limited role when it comes to policy-making at local level and while I fully believe that cycling should be an integral part of national urban mobility policies, it is the responsibility of the UK Government and UK local authorities to create better bike infrastructure as part of better urban infrastructure planning. We in the European Parliament have always pushed for national Governments to do more to promote cycling within urban mobility plans, but obviously many Governments see this as unwanted interference from Brussels. We will have another stab at this mid 2013 when the European Commission comes forward with new policy proposals on urban mobility.

    To reiterate, I fully agree that cycling can bring benefits in terms of reducing pollution and congestion, while at the same time proactively address health concerns. We need to ensure that EU policies are geared towards measures that promote cycling, particularly in urban areas, where cycling can really be part of the sustainable transport solution. This is something I will be committed to doing during the revision of the EU urban mobility legislation.

    Regards,

    Brian

  6. Martin

    Ah bin je voulais poster sa réponse aussi mais je vois que qqn a été plus rapide 🙂
    Merci Mass!

  7. JiBOM

    En gros, le cycliste reste un citoyen de seconde zone, et le vélo un outil idéal pour profiter des belles balades ensoleillées du dimanche.

    A la limite, est-il considéré comme un mode de transport dont la pertinence se limite aux déplacements urbano-urbains et de préférence dans les grosses villes où la congestion et la pollution automobiles sont fréquentes et importantes. Ailleurs, pourquoi s’embêter à prendre un vélo quand il est possible de faire 2 km en voiture sans problème d’embouteillage ni de stationnement ? Bah oui, mon bon monsieur, soyons sérieux !

  8. MOA

    Il est bon de noter que parfois, la petite vision moisie (et purement économique et probablement technique) de personnes telles que Brian Simpson (cf. commentaire de mass, ci-dessus) est minoritaire :

    Pour la première fois, les eurodéputés ont décidé d’inclure le vélo au sein des recommandations relatives au réseau Transeuropéen de Transports (RTE-T),

    Et ceci grâce notamment à :
    Cette décision intervient après une année de campagne intense de l’ECF, ses relais et membres, et des dizaines de milliers de soutiens citoyens adressés aux eurodéputés en amont du vote.

    Bon… en même temps… rien n’est fait encore…

Les commentaires sont clos.