La dictature cycliste

Ce qu’il y a de bien avec les anti-vélo, c’est qu’ils sombrent assez facilement dans la caricature. En général, quand on leur parle de faits comme la mortalité liée à la pollution de l’air où à l’insécurité routière, leur leitmotiv tourne autour du mantra: « Oui, mais les cyclistes brûlent les feux rouges« …

Selon Franck Margain, Conseiller régional Les Républicains d’Ile-de-France, cela va même plus loin encore. A le lire, les cyclistes sont des dictateurs qui dévorent quasiment les enfants. Vous pensez peut-être que j’exagère?

Il suffit pourtant de consulter la tribune de l’opposition dans le journal de la mairie du 12ème arrondissement de Paris (édition octobre-décembre 2017) pour s’apercevoir que M. Franck Margain, par ailleurs vice-président du micro Parti Chrétien-Démocrate (PCD), considère réellement que « les cyclistes ont pris le pouvoir et agissent en dictateur. »

C’est bien simple, sa tribune est tellement énorme qu’on va en citer ici même de larges extraits:

« La discipline des cyclistes est une plaisanterie : assurés d’une forte probabilité de ne pas en réchapper, ils brulent les feux rouges, grimpent sur les trottoirs, renversent les enfants et insultent allègrement toute forme de contestation. Pendant ce temps la mairie verbalise les quelques automobilistes survivants de la politique d’exclusion menée tambours battants qui ; s’ils roulent a 32km/h se voient condamnés lourdement. La ville est une gigantesque pagaille, les embouteillages monstrueux, la pollution dévastatrice. Plus personne ne respecte plus personne, les automobilistes sont montrés du doigt, les cyclistes ont pris le pouvoir et agissent en dictateur, les personnes âgées tremblent de peur et les familles luttent pour survivre au quotidien. »

Bref, c’est du lourd…

Comme je vous le disais, cela commence toujours par l’énonciation d’une vérité universelle: « les cyclistes brûlent les feux rouges. » Mais cela ne s’arrête pas là… Nous renversons aussi les enfants (à défaut de les manger?) et nous insultons allègrement… Le cycliste est sans doute, pour la droite, la nouvelle figure urbaine du bolchévique avec un couteau entre les dents.

Le reste de la tribune vire ensuite carrément au surréalisme limite incompréhensible (il faut dire que les fautes d’orthographe n’améliorent pas la compréhension). Si on suit le raisonnement, face aux cyclistes tueurs d’enfants, les quelques automobilistes qui ont survécu à cette tyrannie se voient condamnés lourdement s’ils dépassent le 32 km/h. Pourquoi 32 km/h? On ne le saura pas. Quant aux « lourdes condamnations », on ne sait pas si c’est 10 ans ou 20 ans de prison, mais en tout cas ça a l’air terrible.

Peu après, le conseiller régional semble avoir malgré tout un éclair de lucidité quand il reconnait que « les embouteillages sont monstrueux et la pollution dévastatrice. » La faute sans doute aux cyclistes qui brûlent les feux rouges?

Enfin, cela se termine en apothéose avec la révélation suprême qui ressemble quasiment au dévoilement d’un gigantesque complot international: « les cyclistes ont pris le pouvoir ». Vous ne le saviez sans doute pas, mais la 5ème internationale cycliste gouverne le monde en cachette (bien cachée quand même!) pour asservir la population des automobilistes.

C’est même tellement horrible que « les personnes âgées en tremblent de peur et les familles luttent pour survivre au quotidien. »

Honte à nous, infâmes cyclistes! Non seulement nous avons pris le pouvoir de manière dictatoriale, mais nous renversons les enfants et faisons trembler de peur les personnes âgées. Les familles (d’automobilistes) doivent donc « lutter pour survivre au quotidien. »

Heureusement, un véritable révolutionnaire est là, prêt à défendre la veuve et l’orphelin (de l’automobiliste). Le Che Franck Margain va nous délivrer de la dictature cycliste pour instaurer une véritable démocratie automobile.

Hasta la victoria siempre!

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

11 commentaires sur “La dictature cycliste

  1. Raph

    Un cycliste, c’est comme un Arabe : c’est pas parce qu’il y en a quelques uns qui foutent le bazar qu’il faut généraliser. Mais c’est mécaniquement inévitable, dans un milieu dense, que des frictions aient lieu. Aussi, le papi qui se fait insulter par un cycliste qui roule à fond sur le trottoir pensera que tous les cyclistes sont des connards.

    Que penser des piétons qui empruntent la piste cyclable le nez dans le smartphone ? Tous les piétons sont-ils de dangereux terroristes ?

    Ce dont je suis sûr, c’est que les connards à vélo sont moins dangereux et moins nuisibles que les connards en bagnole.

  2. Vincent

    > Ce dont je suis sûr, c’est que les connards à vélo sont moins dangereux et moins nuisibles que les connards en bagnole.
     

    Simple question d’énergie cinétique.

  3. Vince

    Ce discours inquiétant est révélateur de l’état de stress induit par la voiture.

    En s’imposant un mode de transport qui joue sur les nerfs, au volant d’un bolide mais bloqué dans les embouteillages l’automobiliste vit comme une dictature tout ce qui entrave sa liberté.

    Surtout si la minuscule contrainte est imposée par autrui.

    On compatit.

     

     

     

  4. Pédibuspedibus

    Ce dont je suis sûr, c’est que les connards à vélo sont moins dangereux et moins nuisibles que les connards en bagnole.

    C’est ben vréééé ça :

    question de cylindrée :

    quand je pète sur ma selle , en termes de GES yapafoto :

    c’est encore moaaaaaaa qui suis le + vertueux…

  5. Gfff

    De cet homme on attend avec impatience ses laïus sur ces enfants délinquants qui jouent au ballon dehors au mépris de la bienséance, ou encore sur ces terroristes de piétons à poussette osant insulter les honnêtes automobilistes garés sur les trottoirs

  6. Zfred

    Lol ou encore « les monoroues électriques, ces engins du DIABLE qui menacent la souveraineté de la FRANCE »

  7. alfred

    « Oui, mais les cyclistes brûlent les feux rouges« …

     

    OUI. dans certains cas je passe au rouge mais je m’arrête au vert.

    ( dépend du nombre dee bagnoles qui vont me doubler)

  8. The Flying Dutchman

    Et si on le faisait monter sur un vélo? Pour qu’il ait enfin la révélation…

  9. Seb.

    Petite digression : on reproche également aux affreux cyclistes tueurs d’enfants, outre le fait de terroriser les familles et l’honorable troisième âge, les dépassements par la droite, notamment à l’approche des feux rouges.

    Effectivement, en l’absence d’une piste ou d’une bande cyclable, le code de la route interdit aux cyclistes de dépasser par la droite. Toutefois, tous les automobilistes ne savent pas nécessairement que la présence d’une piste ou d’une bande cyclable autorise le dépassement par la droite, mais l’ignorance par un grand nombre automobilistes des règles qui concernent les cyclistes est encore un autre sujet.

    La présence des sas cycliste est de plus en plus fréquente aux feux rouges. Ces sas assurent aux cyclistes davantage de sécurité, en leur évitant d’être coincés entre deux voitures, et accessoirement d’être serrés sur la droite, au moment du passage du feu du rouge au vert.

    La présence d’un sas cycliste à un feu rouge n’est pas nécessairement associée à une piste ou à une bande cyclable. Le code de la route impose donc aux cyclistes en l’absence d’une bande ou piste cyclable, pour rejoindre lesdits sas, un dépassement par la gauche.

    Seulement, pour l’avoir expérimenter à plusieurs reprises, ce dépassement par la gauche est particulièrement dangereux si le feu repasse au vert avant que le cycliste n’ai pu rejoindre le sas qui lui est destiné. En effet, ces automobilistes si sensibles au respect du code de la route par les cyclistes sont brusquement beaucoup plus tolérants face à la prohibition des dépassements par la droite. Il devient alors, compte tenu des automobilistes pressés qui circulent à vive allure sur la droite, dangereux pour le cycliste de reprendre sa place sur la voie.

    Pour votre part, de quelle manière procédez vous, en l’absence d’une bande ou d’une piste cyclable, pour rejoindre les sas vélo ?

  10. Vince

    @ Seb

    En général en vélo tu as le temps d’anticiper le feu : il a souvent changé de couleur avant que t’arrive.

    Si le feu vient de passer au rouge, tu as le temps de gagner le sas. Si cela fait longtemps qu’il est au rouge, tu attends au milieu de la voie entre deux voitures.

    Pour ma part quand la place est suffisante je passe à droite en faisant attention aux portières.

  11. anne-lise

    En accord avec les panneaux : vehicules lents serrez à droite, en ville, je roule le plus souvent à gauche de la file de voiturrs qui roulent moins vite que moi. Et je me sens confortée dans ce choix parce que c’est la recommandation de leurs employeurs aux coursiers parisiens. Doubler par la droite, y compris sur une piste cyclable, j’estime que c’est beaucoup plus risqué, étant donné que les qutomobilistes oublient la plupart du temps.qu’ils ont un rétroviseur à droite…

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.