Hyperloopé

Sans surprise, le fumeux projet Hyperloop du pseudo-gourou Elon Musk s’enfonce chaque jour un peu plus dans les limbes. Lancé en fanfare en 2012, les premiers projets opérationnels devaient être lancés début 2020. On est aujourd’hui loin du compte.

Hyperloop, c’est le nouveau mirage technologique dont nous avions déjà parlé ici même. Selon son concepteur initial, il ne s’agit rien de moins que d’un « cinquième mode de transport, après les avions, les trains, les voitures et les bateaux. » (le vélo, c’est pour les clodos…).

Très rapidement, Elon Musk avait déclaré qu’il ne se chargerait pas du projet, sans doute pour cause de défaut de rentabilité intrinsèque du projet. Plusieurs entreprises se sont alors lancées dans l’histoire avec pour objectif de mettre en place une ligne Hyperloop opérationnelle le plus rapidement possible.

Parmi les différents projets encore en lice, certains ayant déjà mis la clé sous la porte, la société canadienne Transpod devait construire un centre d’essai en France dans le Limousin… Le permis de construire a été délivré en novembre 2018 et la construction d’une piste d’essai devait débuter à l’été 2019. Or, France TV nous apprend qu’il n’y a toujours rien de commencé en novembre 2019… Le PDG de Transpod, Sébastien Gendron parle maintenant d’un début de travaux en mars 2020.

Et on ne parle pas ici de construire une véritable ligne Hyperloop opérationnelle de plusieurs centaines de kilomètres… seulement d’une piste d’essai de quelques centaines de mètres.

« Si on est en retard, c’est que le budget n’est pas clos » explique Sébastien Gendron. Sur 20 millions d’euros nécessaires au projet en Limousin, il en manque 2 millions. Des investisseurs privés, canadiens notamment, s’engagent déjà dans l’hyperloop, mais c’est l’engagement financier public qu’attend l’entreprise. Bizarre pour un projet qui devait, en août 2018, être entièrement financé par des partenaires privés…

Sébastien Gendron attend donc des nouvelles de la région Nouvelle-Aquitaine à partir du 19 novembre 2019…

Tadam! Toute cette débauche de technologie, de high-tech californienne, de projet futuriste à la Elon Musk… pour en arriver à dépendre de 2 millions d’euros d’argent public de la part de la région Nouvelle-Aquitaine pour construire une piste d’essai dans le Limousin… Quelle misère!

En être encore à mendier 2 millions d’argent public à la région Nouvelle-Aquitaine, cela fait quand même un peu Vieux Monde pour un projet de science-fiction censé révolutionner la mobilité de demain à base de champs magnétiques créés par des moteurs à induction.

Réveillez-vous les assistés du capitalisme! Il serait grand temps que vous trouviez vous-mêmes les moyens de financer vos projets délirants. Voyez-vous, nous, on a des trains à faire rouler et des TER à financer avec le peu d’argent public que vous nous avez pas encore piqué… Et ces projets-là servent vraiment à transporter des gens tous les jours.

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

2 commentaires sur “Hyperloopé

  1. zaph

    Projet dément d’un  temps ou la croyance en la technique n’avait pas  de limites.

    20 millions d’euros pour quelques centaine de mètres !!!

    Dans notre région , on se bat pour que la ligne de chemin de fer Grenoble- Gap ne ferme pas en 2020 faute de travaux sur cette ligne de la fin du 19 ème.

    50 millions d’euros suffiraient pour la renouveler entièrement et « seulement  » 20 millions pour permettre de faire circuler des trains à vitesse normale.

    Et si on arrêtait de déconner ?

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.