La guerre des modes

Si vous pensez tomber sur un article qui va vous expliquer que tous les modes de déplacement doivent gentiment cohabiter au sein d’une multimodalité harmonieuse, passez votre chemin. Pour cela, il existe une multitude de blogs sur internet spécialisés en « mobilité durable » ou autres fadaises grenello-compatibles. Lire la suite…

« L’Halliburton loophole » européen

Dans l’ancien calendrier Romain, l’année commence au mois de mars… avec la guerre. Il n’est pas certain que cette référence à l’antique Empire européen ait influencé l’actuelle élite dirigeante du même territoire dans sa décision lourde de conséquences, mais une nouvelle date importante pour l’histoire de l’Europe est désormais à retenir au mois de mars 2014. Dans les temps anciens, les romains même arrivés au sommet de leur gloire européenne étaient encore contraints à se plier à un impératif écologique indispensable à la pleine efficacité d’une de leurs machines de guerre : disposer d’un couvert végétal libre et abondant afin d’assurer le fourrage nécessaire au cheval… Les nouveaux maitres de l’Europe, ne sont plus astreints à ce type d’exigence écologique, mais, hasard du calendrier, au début du printemps, une ligne rouge était franchie. Lire la suite…

Les opposants à la gratuité

C’est une grande victoire pour la gratuité des transports en commun! En effet, deux associations majeures dans le domaine des transports en commun, à savoir la FNAUT « représentant les voyageurs » et l’UTP « représentant les entreprises de transport« , viennent de se réunir pour dénoncer dans un communiqué commun la gratuité. Si ces deux associations éprouvent le besoin de conjuguer leurs efforts pour attaquer la gratuité, c’est très probablement qu’il y a le feu au lac! Lire la suite…

Des chemins de fer d’Union soviétique aux chemins de fer de Russie

En 1991, lors de l’éclatement de l’Union Soviétique, une revue russe spécialisée titrait : « Les politiques se divisent, les cheminots s’unissent« . Ce titre exprime le fait que pendant que, du fait de l’évolution politique, de nouveaux états et de nouvelles frontières séparaient les peuples sur des bases ethniques et nationales, un esprit de coopération continuait d’unir les collaborateurs des services ferroviaires des différents états nouvellement formés (la Russie, le Belarus, l’Ukraine, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie, la Moldavie, les États d’Asie centrale, la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan). Lire la suite…

La gratuité émancipe du marché et du « chacun pour soi »

Le philosophe et écrivain Jean-Louis Sagot-Duvauroux, auteur du livre « Pour la gratuité » en 1995 et co-auteur de « Voyageurs sans ticket, liberté, égalité, gratuité » avec Magali Giovannangeli, présidente de la communauté d’agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Étoile, revient dans une interview réalisée récemment par Ixchel Delaporte sur la notion de gratuité des transports. Lire la suite…

Pierre Cunéo, dir’cab de Delphine Batho (et grand ami de l’oligarchie)

Le terrain est glissant, et je vais donc tenter de bien me tenir aux murs. Comme vous savez sans doute, Madame Nicole Bricq a été remplacée au ministère de l’Écologie par madame Delphine Batho, parachutée par Ségolène Royal dans sa propre circonscription législative des Deux-Sèvres, en 2007. Madame Royal avait en effet décidé de ne pas se représenter, et Delphine Batho devint alors députée. Avant d’être, ce printemps, sous-ministre de la Justice, puis ministre de l’Écologie, à la place donc de madame Bricq. Lire la suite…

Gratuité dans les transports en commun pour sortir de la crise climatique

L’Association Montreuilloise des Usagers des Transports en Commun (AMUTC) a eu la bonne idée d’organiser le 25 mai dernier un grand débat autour de la question des transports avec les candidats aux prochaines élections législatives dans la circonscription de Montreuil. Voici le texte de l’intervention de François Mailloux, pour le parti NPA – Les Alternatifs. Lire la suite…

Les « entre-deux »… mais surtout d’un côté

Lettre ouverte à ceux qui feignent le changement

Ils recherchent la convivialité que le système dans lequel ils vivent a détruite, tout en laissant intactes les causes de cette destruction. Ils ne combattent même pas les effets de cette société malade, non, ils se prémunissent de certains d’entre eux qui ont une incidence sur leur qualité de vie. Ils ne veulent pas des scories, ils les laissent pour les autres. Eux, ce sont les « entre-deux »: fruit d’un système qu’ils font durer tout en profitant des initiatives de ceux qui veulent le changer. Lire la suite…