Et si j’allais au travail en bus ou en train?

Bizi! lance une grande campagne visant à informer les salariés de la disposition leur permettant de se faire rembourser par leur employeur 50% de leurs frais de déplacement domicile-travail s’ils choisissent les transports collectifs.

Cette possibilité demeure largement ignorée du grand public. Tous les détails sur ce dispositif –ainsi qu’un comparatif train-voiture en termes de coût et de temps de trajet pour un déplacement Bayonne-Hendaye– sont accessibles sur ce site (en haut à gauche) : http://www.bizimugi.eu/?page_id=6545

A voir au même endroit la vidéo sur le même sujet.

Bizi espère inciter des changements d’habitudes à partir de la rentrée prochaine en faveur des transports collectifs,  + économiques et + écologiques.

Bizi n’ignore pas que dans beaucoup de cas, l’offre de ces transports collectifs est inadaptée aux horaires et aux parcours des usagers, et continue en parallèle son combat pour le développement volontariste d’une offre alternative au tout voiture en Pays Basque nord.

Vous pouvez passer à partir du vendredi 6 juillet au local de Bizi, 20 rue des Cordeliers dans le Petit Bayonne prendre affiches et tracts de cette campagne pour en coller dans votre commune, entreprise ou les diffuser pendant les fêtes de votre village.

http://www.bizimugi.eu/

Bizi!

A propos de Bizi!

Mouvement basque luttant contre le changement climatique et pour la justice sociale

18 commentaires sur “Et si j’allais au travail en bus ou en train?

  1. Yefka

    Je persiste à penser que le meilleur moyen consiste à… ne pas s’y rendre ! Le télétravail est une vraie solution écologique, professionnellement, et personnellement efficace.

  2. Struddelpendule

    Un peu compliqué le télétravail pour un ouvrier ou pour un technicien matériel, non ?

  3. bruno le hérisson

    Je préfère encore une société où l’on supprime tous les emplois inutiles :
    – plus de pole emploi, c’est pas grave s’il y a des chomeurs, c’est le but recherché
    – suppression de tous les emplois liés à la publicité
    – la division par 10 du nombre de voitures en circulation diminue le nombre d’emplois dans le secteur automobile
    – suppression des magasins moches dans les ZAC à la périphérie des villes.

  4. Kapitch

    @ Yefka :
    De plus, à moins d’avoir chacun un robot télécommandé j’ai du mal à concevoir comment un artisan dans le bâtiment ou un paysagiste peut télétravailler…Et finalement, ca ne résout pas le problème du déplacement…

    La solution est d’habiter relativement proche de son lieu de travail. Et là, dans nos société moderne, il y a un problème: en général les gens vivent en couple. Et que chacun des 2 partenaires trouve (et conserve 🙂 ! )un travail qui correspond à leur qualification, qui permette un épanouissement et un niveau de vie correct ce n’est pas gagné…

  5. LEE

    Tout à fait d’accord avec toi KAPITCH.

    « Et là, dans nos société moderne, il y a un problème: en général les gens vivent en couple. »
    Pour certains c’est un « problème », mais bon il n’y en a qui n’ont pas/plus et n’ont jamais eu se « problème ».

    « Et que chacun des 2 partenaires trouve (et conserve 🙂 ! )un travail qui correspond à leur qualification, »
    C’est l’une des choses que beaucoup n’arrive pas à admettre dans la cause d’éloignement.

    Et encore tu n’as pas parlé d’un autre problème de taille : « avoir des enfants » qui pause le soucis de l’école et des activités extra-scolaire.
    à partir d’un certain age ce n’est plus trop un problème (vers le collège), mais avant, avec les temps qui court, tu ne peux pas trop laisser tes enfants se déplacer tout seul, donc quand tu travail et que tu dois te déplacer rapidement…

  6. Yefka

    @Tassin: merci pour ce lien. Cependant j’aurais quelques remarques à son sujet.

    « Paradoxalement, il y aurait aussi davantage de déplacements en voiture, et forcément un accroissement de la pollution automobile. »

    J’ai du mal à comprendre le raisonnement. Comment en supprimant 5 aller/retour quotidiens, on pourrait augmenter les déplacements ? Les déplacements ne concernant pas les trajets professionnels sont de toute façon effectués, télétravail ou non.

    « (…) les télétravailleurs doivent forcément équiper leurs bureaux personnels, dupliquant de fait les ordinateurs et imprimantes (…) »

    En fait non. Tout d’abord toutes les personnes que je connais qui font du télétravail utilisent un ordinateur portable, donc il n’y a pas duplication de matériel. Quand à l’imprimante, elle est de moins en moins utilisée, et lorsqu’elle l’est, c’est l’imprimante du bureau qui est utilisée (à distance). A quoi bon imprimer un document pour soit-même ?
    En revanche, les coûts non dupliqués qui sont économisés sont ceux de l’espace, de chauffage, de climatisation…

    « (…) la consommation électrique supplémentaire, due à l’éloignement, générée par l’usage d’un matériel de travail électronique (…) »

    En quoi utiliser un ordinateur de chez soit ou depuis un bureau augmenterait « la consommation électrique (…) due a l’éloignement » ?

    « S’ajoute à cela une consommation accrue de chauffage l’hiver et de climatisation l’été (…) »

    Cet argument ne peut pas tenir, que nous soyons ou pas chez nous la maison est de toute façon chauffée (il est plus coûteux de stopper le chauffage en cas d’absence et le faire redémarrer, que de le laisser). Par ailleurs, comment chauffer 2 endroits peut s’avérer plus économique qu’un seul ?
    Sans compter que dans bon nombre d’entreprises, le chauffage est généralement excessif en hiver, ce qui pousse à … allumer la climatisation !

    Personnellement, le télétravail m’a aussi permis de profiter des marchés et des produits locaux de meilleur qualité, alors que les trajets quotidiens me poussaient davantage à me contenter de grandes surfaces.
    Il ne faut pas oublier non plus le gain en terme de qualité de vie !

  7. Jean-Marc

    LEE : « avec les temps qui court, tu ne peux pas trop laisser tes enfants se déplacer tout seul »

    C est sûr qu’actuellement, on risque bcp plus de croiser des vikings avec des hâches qu’au moyen-âge…

    Ou d’être partiellement boulotté par les loups aux portes de la ville (c.f. https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_le_t%C3%A9m%C3%A9raire#.C3.89croulement_final en 1477)

    Ou de se faire roussir les pieds, à l’âtre, par des chauffeurs (c.f. http://www.languefrancaise.net/bob/detail.php?id=25651 ) voulant savoir où est notre réserve de grains (ou nos pièces de cuivre ou de bronze)

    Où est le pb, LEE ?
    arrête d’écouter JP pernaut, ou de lire Métro… et sort dans la vraie vie…
    (ou alors, lis des statistiques sur l’évolution des morts violentes, hors accident de la route…)

    C est ceux qui croient qu’il est dur de laisser ses enfants, à partir de 7 ans, aller à pieds à l ‘école, et, à partir de 9 ans, aller en bus à l’école puis au collège, qui créent un début de pb là où il n’y en avait pas :

    A force d’utiliser les voitures pour faire 500m avec leurs enfants, ils permettent la fermeture des écoles de proximité (vu que tout le monde à des voitures… les préfets n’ont plus aucune raison de laisser les établissements ouverts…) pour créer des regroupements d’établissements, et créent la dangerosité dans les déplacements des piétons.

    (p.s. pour ma part, c’était en bus 2 fois par semaine dès le CM1, mercredi et samedi; mais ma soeur, qui a fait une école spéciale, à horaires aménagés (xxx- études) prenait le bus 6 fois par semaine dès le CM1)

    c.f. http://carfree.fr/index.php/2010/09/14/densite-automobile-et-mortalite-pietonne/

    c est aux USA, où il y a le moins de piétons, et de déplacements à pieds, qu’il y a le plus de morts
    … par déplacements à pieds, celà est logique (même s’ils n’en parlent pas dans le lien donné)
    mais SURTOUT le plus de morts de piétons… par habitants !
    (pour 100 000 dans leurs chiffres)

    @ Yefka :
    Vu qu’on n’y va quasi plus, le télétravail permet de travailler encore plus loin de son lieu de résidence (ou de résider encore plus loin de son lieu de travail), donc favorise la suburbanisation… donc favorise l automobile
    (même si on s’en sert moins que son voisin suburbain qui ne télé-travaille pas; on s en sert bcp bcp plus que l habitant de centre-ville d’une ville dense, qui va au travail à pied)

    regarde mon lien au dessus :
    moins il y a de piétons et de cyclistes, plus il y a de morts !
    le télé-travail fait qu’il y aura encore moins de piétons et de cyclistes
    (ceux qui allaient au travail à pied-vélo qui n’y iront plus + ceux qui, n’ayant plus à venir tous les jours au travail, iront habiter plus loin, et donc ne pourront plus utiliser les pieds+vélos pour leurs courses, pour aller au théatre, au ciné, ou à l’assoc. de chorale ou de ping-pong dont ils sont membres).

    De plus, plus il y a de voitures, plus il y a de pollution, c est vrai;
    mais aussi, plus il y a de bouchons, et donc plus la vitesse des voitures baissent, entrainant une moindre mortalité PAR VOITURE (mais une mortalité restant cependant importante).

    Les 10 trajets hebdomadaires en moins des télétravailleurs, puisqu’ils ne sont pas sur les routes à vélos, à apaiser la circulation (à faire ralentir les voitures), vont faire que les voitures restantes pourront rouler plus vite… donc seront encore plus mortelles qu’avant.
    (et même, qu’importe si leur ancien mode de trajet était en vélo, en moto, ou en voiture : chacun, à sa façon, participe à l apaisement de la vitesse des autres conducteurs, en créant un obstacle mobile « encombrant » la chaussée)

    Ainsi, le télétravail n apporte pas une vraie réponse aux problèmes d étalement urbain ni de mortalité de la route, bien au contraire.

    Mais le télétravail à des avantages :
    il est très bien pour l entreprise :
    moins d espace, de chauffage, de clim, de place de parking, de mobilier de bureau, de…, aloués aux travailleurs à distance.

    il peut être bien pour certains employés.
    (en fait, celà favorise le travail sans horaires, à l objectifs, avec des employés qui peuvent consacrer -par leur « propre » choix- des temps de travail très supérieurs à ce qui pourrait leur être demandé sur le lieu de la boite)

    Mais il n’est, en rien, une solution aux problèmes d’étalement urbain ou de mortalité de la route.
    (oui, je me répète, mais c est volontaire :))

  8. LEE

    @JEAN-MARC le bien penseur

    Ha mais c’est vrai les cas de détraqués qui se baladent dans la nature et que l’on voit aux infos c’est purement inventé par JP Pernaut et ses potes. Que des légendes urbaines.
    Mais bon heureusement il n’y a pas partout.

    Ensuite lis ceci :
    http://www.assureurs-prevention.fr/sites/jcms/c_5631/securite-des-enfants-pietons-le-role-des-parents-est-capital?cc=c_5004

    C’est vrai que si ton gosse se fait écraser/renverser parce qu’il n’a pas bien apprécier la vitesse ou les distances avant de traverser, ce n’est pas grave, l’automobiliste à toujours tort.

    Mais bon est-ce que ça ramèneras l’enfant ?

    Tout le monde n’habite pas dans un village avec une rue à traverser.
    Rien que pour aller jusqu’aux écoles de mes enfants (maternelle et primaire) ont doit traverser minimum 2 grand rond-points plus 2 boulevard et il n’y a pas de feux à ces endroits et surtout à des heures ou la circulation est quand même dense.
    Mais c’est vrai que ce ne sont que des détails.

    A ton avis (avisé) ma fille de 6 ans et mon fils de 4 ans, je devrais les laisser aller seul à l’école ? J’attends encore un peu ou c’est bon ?
    Mais pas trop longtemps quand même, en 1 semaine ou 2 ça doit être bon hein ?

  9. Jean-Marc

    « A ton avis (avisé) ma fille de 6 ans et mon fils de 4 ans, je devrais les laisser aller seul à l’école ? J’attends encore un peu ou c’est bon ? »

    Je t ai deja répondu :
    pour prendre seul le bus, c est 9 ans,
    pour aller seul à l’école, à pied ou en vélo sur le trottoir, c est 7 ans

    tu me parles de 6 et 4ans…
    des âges où je conseille donc d accompagner les enfants à l’école, que ce soit à pied, en trottinettes, draisiennes ou en tricycles (en plus, celà leur apprend le parcours, et à savoir tenir compte des voitures*, et permet de les mettre en confiance, pour quand ils le feront seul).

    (tiens, j ai oublié de le préciser plus haut, dès la 6eme, je prenais 6 fois le bus par semaine, comme ma soeur, mais elle le faisait dejà depuis le CM1)

    * le lien que tu as donné est intéressant, car je suis 100% d accord.
    D ailleurs, il serait intéressant que tu le lises bien :

    « Face aux dangers de la route, la sécurité des enfants est une priorité, leur éducation routière doit commencer le plus tôt possible. Les parents ont un double rôle capital, irremplaçable, à jouer : celui de protecteurs et, plus encore, celui d’éducateurs.« .

    C est à toi, actuellement, d apprendre à tes enfants à savoir se comporter sur le chemin de l’école, pour qu’ils puissent être indépendants après.
    (et non… je ne suis pas pour qu’on jette une personne dans le vide sans aucune explication, lors du 1er saut en parachute : la formation, le parcours de reconnaissance comptent).

    En attendant, c est très bien qu’ils soient 2 :
    Toutes les maitres et maitresses d ecole de maternelle et de primaire en connaissent l intérêt :
    Tu leurs apprends à se tenir par la main, ce qui évite que le/la plus dissipé(e)/désobéissant(e) ne se retrouve à courir sur la chaussée; et en plus, dans quelques années, celà permettra de responsabiliser encore plus l ainée, qui devra s’occuper de son petit frère.

    p.s.
    un panneau, à afficher aux abords des écoles…. et partout ailleurs, près des routes :

    http://imgs.xkcd.com/comics/warning.png

  10. Jean-Marc

    Dans ton liens, ils considèrent que ce n est pas 7 ans, mais 8.

    « Vers 8 ans,
    l’enfant connaît et anticipe les dangers de la route. On considère donc qu’il peut commencer à circuler seul à cet âge, mais seulement à deux conditions :
    – le trajet doit être court et simple (avec un minimum de traversées, de sorties de garage, etc.) ;
    – l’enfant doit avoir appris à maîtriser le trajet qu’il va effectuer seul, c’est-à-dire avoir déjà repéré et parcouru
    (sous-entendu « à pied ») ce trajet de nombreuses fois avec un adulte qui lui aura fait découvrir les dangers de l’itinéraire.

    Pourtant, (quasi) tous les enfants de mon quartiers, nous allions à pied à l’école dès 7 ans, et aucun n’est mort de la circulation en cours de route.

    En fait, dès 7 ans, même selon les assureurs ils peuvent y aller sans parents, dans ton lien :
    un pedibus suffit…

  11. LEE

    Juste pour savoir, c’était il y a combien de temps ?
    2 ans, 10 ans, 20 ans ou plus ?

    Moi aussi quand j’étais en primaire ou au collège, j’y allais à pied, mais e n’était pas la même configuration routière.

    Parce que je ne sais pas si tu as remarqué mais les structures routières ont légèrement évolué (si, si) et ça ne se limite pas à traverser une route avec un feu tricolore, il y a une chose qui les a remplacé qui s’appelle des rond-point qui ont une fâcheuse tendance à les remplacer.
    Et ces fameux rond-point, quand il faut les traverser (avant ou après pas au milieu) ce n’est pas toujours évident, même si il y a un passage piéton.

    Mais bon d’un côté tu fais ce que tu veux et je fais ce que je veux dans la mesure de nos possibilités et nous ne sommes pas tous égaux là dessus (distance maison-école, maison-boulot, etc…)

    @+

  12. valentin

    Bonjour à tous

    Je fais faire un commentaire un peu hors-sujet mais je tiens à le faire.
    Je me présente, valentin, 26 ans, ma passion première est la compétition automobile sur circuit, où j’y vais régulièrement avec ma vieille bmw modifiée. Je retrouve dans cette passion des notions de sport, de vitesse, convivialité et de mécanique.

    Mais c’est uniquement avec ces dimensions là que j’aime l’automobile.

    Pour le reste, je vous rejoint totalement.
    le tout-voiture en centre-ville, l’image véhiculé par la publicité, la surconsommation, l’endettement, les accidents, le lobbying des pétroliers, la pollution, le bruit, le green washing, la dictature des parkings…
    Tout ces sujets me donnent envie de vomir.

    Bravo pour ce que vous faites, et bon courage pour accompagner le changement comme il le faut.
    a+.

  13. Jean-Marc

    @ Lee
    Te répondre va prendre du temps, comme tu soulèves plusieurs points.

    Tu parles de la dangerosité des routes pour les piétons,
    Des feux et des ronds points,

    et des actions de chacun, dans leurs limites.

    alors, je vais commencer à répondre à ce dernier point (je développerai quand j aurai le temps) :

    « Mais bon d’un côté tu fais ce que tu veux et je fais ce que je veux dans la mesure de nos possibilités et nous ne sommes pas tous égaux là dessus (distance maison-école, maison-boulot, etc…) »

    Je suis bien d accord :
    Je ne demanderai jamais à un tétraplégique de 99 ans, habitant sur une île de Norvège, d aller chercher son pain à vélo :
    en fonction des lieux, des circonstances, des personnes,…, les situations changent.
    Après, quand 80% des déplacements en voitures font moins de 5 km… on peut en déduire qu’une large majorité des déplacements en voiture pourraient être remplacés par un autre mode de transport.

    Dans ton cas, je ne connais pas le parcours maison-école,
    sa distance ni son dénivelé
    je ne sais pas si plusieurs chemins sont possibles, donc certains plus sûr que d autres, oupas.

    Par contre, je sais que tu as 2 enfants, de 6 et 4 ans.

    Alors, 2 possibilités :
    – soit tu viens de les avoir avant-hier
    (ce qui est possible : il suffit de se mettre en couple avant-hier avec une femme ayant 2 enfants, l’un de 5 ans et 364 jours, l autre de 3 ans et 364 jours (oui… je suppose que leur anniversaire a eu lieu hier)
    – soit tu as commencé à te douter de la venue de la première il y a plus de 6,5 ans.
    (- soit une situation intermédiaire entre les 2)

    Dans ce 2eme cas,
    SI JAMAIS les seuls chemins entre chez toi et leur école sont VRAIMENT impraticables à pied, malgré la difficulté de trouver un logement « parfait » à prix abordable dans une zone donnée, alors cette situation vient de ton choix (et celui de ta conjointe), de vos choix de priorité dans l’emplacement de votre logement actuel.

    Car en 6,5 ans, vous auriez eu le temps de trouver -si c est nécessaire et si vous l aviez cherché- un logement mieux adapté à la circulation d enfants en bas âge.
    Après, il ne faut pas se plaindre des conséquences de SES choix de priorité.

    [c’est un peu la situation des vieillards US, qui ont choisi de vivre dans des banlieues lointaines, uniquement desservies par la voitures, et qui découvrent qu’ils sont otages de la voiture… maintenant qu’ils n’ont plus les capacités physiques de la conduire.
    c.f. http://blogs.rue89.com/american-ecolo/2012/04/05/des-vieillards-americains-cloues-la-maison-bien-fait-pour-eux-227081

    Cela a été leur choix…
    après, ils peuvent déménager (avec une très grosse moins-values à la clé… car les nouvelles générations ne veulent plus faire comme eux, à s enterrer dans ces cités-dortoirs à perpette-les-oies, ville-dortoir dont le seul aménagement est le raccordement à l’autoroute, pour être dessus en moins de 1 minute]

  14. LEE

    Mais le soucis c’est qu’il y a aussi le problème de proximité du boulot, qui n’est pas forcément pour les deux personnes travaillant dans un couple.

    Ensuite il y a aussi le prix des logements, nous ne sommes pas tous logé à la même enseigne (tarif des logements) selon les régions/départements/villes. C’est surtout ce point de vue là qui motive le lieu de résidence dans mon cas n’ayant pas, ma femme est moi de gros salaire.
    Nous avons eu un appartement par le 1% patronal (je ne sais pas si tu connais) avec un loyer d’à peu près 70-80% du prix d’un loyer dans le privé, alors quand on a eu le choix entre un studio/2 pièces et un 3 pièces pour l’arriver de notre ainée, on n’a pas trop trop hésité et malheureusement on n’a pas pu choisir exactement le lieu qui convenait le plus entre boulot-maison-activités extra-scolaire etc…

    Ensuite malheureusement je suis à 500 mètres d’une école maternelle et primaire, mais de la commune d’en face, pas la mienne et vue qu’il n’y a pas assez de place et que les 2 mairie se font la gueule, ben pas de possibilités d’y aller.
    Notre école maternelle et primaire se trouve à 2km (certes ce n’est pas la mort non plus mais il faut passer par 2 gros boulevard et 3 rond-point. Pour le dénivelé des changement de 33m d’altitude, mais bon.

    Alors que faire ?
    1°) – Prendre un appartement beaucoup plus petit (une chambre pour les enfants et un salon pour nous avec de la chance) pour avoir une chance d’être proche d’une école (pas forcément de son boulot car il faut aussi qu’il y est du travail proche de l’école),
    2°) – Changer de Régions, changer de boulot, s’éloigner de la famille pour juste que les enfant aillent à l’école à pied pour 2-3 ans.
    3°) – Rester ou je suis.

    Perso je prends la 3ème. Mais ça n’engage que moi.

    Ha oui précision : le trajet maison-école fais moins de 5km, mais le trajet maison-école-boulot fait + de 5 km et les TEC sont pas assez important pour envisager Maison-école à pied (ou TEC ou Vélo) et école-boulot en TEC (ou vélo) et arriver à l’heure à mon boulot.

  15. Cinepete

    Je reviens sur le télé-travail.

    Le télétravail à domicile est une mauvaise solution pour plusieurs raisons dont certaines ont déjà été citées ici. En plus, cela coupe le lien social que représente le fait de se rendre sur son lieu de travail… Ce lien peut représenter une part plus ou moins importante dans la vie des gens et ne doit pas être négligé…

    La vraie et bonne solution est le télé-travail de proximité : plutôt que de me rendre dans mon entreprise à 10 km ou plus, je peux travailler dans un espace équipé (réception, bureau, salle de réunion avec visioconférence, téléphone, internet, etc) à proximité de chez moi (quelques km), accessibles en vélo, à pieds ou en TEC, quelques jours par semaine. Les 1 ou 2 jours restants, je peux me rendre dans mon entreprise « normalement » afin de garder une relation avec ma hiérarchie, mes collègues, etc.
    Ce genre de solution commence à se développer et possède un potentiel important. Différentes entreprises y envoient leurs salariés ce qui peut au passage créent de nouveaux contacts et être bon pour le business…

Les commentaires sont clos.