Les carburants du futur

Vu qu’il n’y aura bientôt plus de pétrole ou alors au prix du Château Yquem 1976, vu que l’énergie nucléaire pour faire rouler les voitures nécessitera en moyenne un accident nucléaire majeur tous les 10 ans et vu qu’il est désormais communément admis qu’utiliser des biocarburants à base de blé, maïs ou autre aliment comestible est pour le moins scandaleux dans un monde où plus d’un milliard d’êtres humains ne mangent pas à leur faim, comment qu’on va les faire rouler nos bagnoles?

Heureusement, la presse automobile nous apprend jour après jour que des « solutions existent » et qu’on va bientôt le trouver le carburant du futur qui va nous sauver et qui va nous permettre de continuer en 2050 à aller acheter le pain en voiture à la boulangerie située à 500 mètres de chez nous!

Revue de détail des « carburants du futur » selon l’inénarrable « 1er site d’info automobile », à savoir caradisiac.com:

Le carburant à base de sciure de bois
Le carburant à base d’algues
Le carburant à base de microbes
Le carburant à base d’huile de vidange usagée
Le carburant à base d’huiles de friture
Le carburant à base de déchets ménagers
Le carburant à base de graisse de canard
Le carburant à base de graisse d’alligator
Le carburant à base d’excréments de panda
Le carburant à base de journaux recyclés
Le carburant à base de crottes d’éléphants
Le carburant à base d’eau et de soleil
Le carburant à base d’olives
Le carburant à base de pelures d’oranges
Le carburant à base de levure modifiée génétiquement
Le carburant à base de whisky
Le carburant à base de saké
Le carburant à base de baguettes
Le carburant à base de lisier de porc
Le carburant à base de chocolat
Le carburant à base de fructose ou de glucose
Le carburant à base de carcasses de bœuf
Le carburant à base de graisse humaine
– (…)

Quelle poésie! Quelle imagination!

Rappelons que le carburant humain existe vraiment, un chirurgien esthétique américain avait fait rouler sa voiture en 2009 avec le gras de ses patients…

Et l’avenir coco, c’est le réchauffement climatique! Avec les cadavres des millions de morts à venir liés au réchauffement climatique, voilà de quoi fabriquer une quantité illimitée de « biocarburant »… pour continuer à aller chercher son pain en voiture!

Vive l’avenir!

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

14 commentaires sur “Les carburants du futur

  1. Goodmusik

    Grande nouvelle aujourd’hui !

    Face aux prévisions de croissance du trafic aérien (vous avez dit absurde ?), la flotte mondiale d’avions va augmenter de 110 longs courriers ! Vive le progrès, vive l’avenir ! Ah, au fait, c’est des avions à pétrole. Y’a pas à dire, on s’adapte drôlement bien au peak oil quand même !

  2. MinouMinou

    « L’usure de toutes les matières, y compris la matière première « homme », au bénéfice de la production technique, de la possibilité absolue de tout fabriquer, est secrètement déterminée par le vide total où l’étant, où les étoffes du réel, sont suspendues. Ce vide doit être entièrement rempli. Mais comme le vide de l’être, surtout quand il ne peut être senti comme tel, ne peut jamais être comblé par la plénitude de l’étant, il ne reste, pour y échapper, qu’à organiser sans cesse l’étant pour rendre possible, d’une façon permanente, la mise en ordre entendue comme la forme sous laquelle l’action sans but est mise en sécurité. Vue sous cet angle, la technique, qui sans le savoir est en rapport avec le vide de l’être, est ainsi l’organisation de la pénurie. »

    Heidegger, « Dépassement de la métaphysique », dans les Essais et conférences.

    Tout doit devenir matière première. Tout doit devenir recyclable. Récemment, une discothèque a trouvé le moyen de produire de l’énergie avec les mouvements des danseurs : http://www.taptoula.com/dansez-ecolo-la-boite-de-nuit-auto-suffisante-en-energie/

    Encore un petit effort…

  3. LomoberetLomoberet

    La crotte d’éléphant, c’est vachement bien, mais il est préférable de la faire sécher au four avant de la mettre dans son gazogène

  4. stefanopoulos

    et sinon, ces nouveaux carburants, c’est pour aller où ?
    à la station service pour acheter du carburant ?
    ou éventuellement au travail pour gagner de l’argent et aller ensuite à la station service ?
    effectivement, c’est passionnant !

  5. Tommili

    Non, le Soleil Vert c’était un truc à bouffer, à base de soja soi-disant, mais à base de barbaque de bipède crevé en vrai, les seuls véhicules du film, c’étaient les camions anti-émeutes.
    Le génial générique de début montrait l’ère industrielle avec les débuts de l’industrie automobile, bien prophétique en vérité.
    Putain de bon film américain, ouais…Le bouquin est encore mieux.
    Nous les français on a « la septième compagnie au clair de lune » et le « gendarme de Saint Tropez », comme chef-d’oeuvres, pour nous faire réfléchir sur la condition de nos petits nous-mêmes.

  6. Jean-Marc

    C est plutôt fight club (même si la graisse hû. n est pas mangée), voire waterworld (utilisation de l engrais-cadavre) qui utilisent au mieux les ressources humaines ^^

    Tommili, il y a (eu) de très bons films français.
    Par ex, sur ce sujet, on trouve délicatessen.

    Ou, sur la société du spectacle (coucou Joshuadu34 :)), on a d’un coté « le prix du danger » (1983 piccoli / lanvin : annonce la télé-réalité, la pub omniprésente, la culture et la manipulation des foules), et, du coté US, « rollerball » (version de 1975, avec James Caan / JO-NA-THAN !) ou punishment park (1970 de l excellent Peter Watkins) et, plus récents, les moins politiques, et plus grand public-pop corn « En direct sur Ed TV » et « the truman show »

    Le prix du danger (et rollerball/punishment park) écrase(nt) les films plus récents E.D.surEdTV et truman show dans la dénonciation et la clairvoyance.
    A l’opposé, eux préfèrent dénoncer gentiment, sans trop choquer, mais remplir les salles de ciné par un spectacle bien léché.

    En fait, c est plus une question d époque : à par les documentaires (« nos enfants nous accuseront » et d autres films sur l alimentation/l agriculture/le réchauffement climatique sortis ces dernières années), il y a moins de films réellement polémiques/dénonçant en occident (ou alors des polémiques bidons, par ex, sur l acceptation du remariage de son père transexuel avec son ex-copain).
    Ainsi, on est passé de Peter Watkins à Mickaël Moore : c est bien aussi… mais pas aussi fort.
    Ou, pire, on a maintenant « avatar », qui dénonce si gentiment qu’il ne gène personne… même pas la va-t-en-guerre fox (qui le produit), c est dire…

  7. Tassin

    Très juste analyse Jean-Marc sur la « subversivité » de la culture actuelle.

    Sinon comme métaphore de notre époque il y a le fameux « La Grande Bouffe » avec Michel Piccoli sorti et censuré dans les années 70.

  8. Tommili

    Les films ? ah parce que la réalité c’est pas suffisant alors? La Somalie- l’Afghanistan-Fukushima et tout le reste c’est du show télévisé peut-être ?
    Ou encore un truc à la matrix, c’est çà, c’est pas pour de vrai…

    Bon tant que c’est pas en France, les catastrophes tout va pour le mieux.

    Allez rendors-toi.

  9. cycliste alcoolique

    Mais pourquoi parler de carburant du futur alors que le fossile serait, selon certains, pour un bon moment encore.

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/24/la-fin-du-petrole-oui-mais-apres-demain_1577240_3232.html

    De quoi rassurer la plupart de mes collègues de travail qui n’ont pas pu, à leur grand désespoir car ils aiment la nature, attendre que la voiture électrique sportive, 0 émission, clim, sièges chauffants, lecteur DVD soit accessible au Grand public. Il vont quand même, pouvoir se faire un dernier plaisir.

  10. MOA

    Et dans le même temps, le PDG de Shell fait la déclaration suivante dans le Financial times du 21 septembre 2011 :

    « La production des champs existants décline de 5 % par an à mesure que les réserves s’épuisent, si bien qu’il faudrait que le monde ajoute l’équivalent de quatre Arabies Saoudites (sic) ou de dix mers du Nord dans les dix prochaines années rien que pour maintenir l’offre à son niveau actuel, avant même un quelconque accroissement de la demande. »

    L’article : Shell : il faut 4 Arabies Saoudites en plus d’ici dix ans !

  11. CarFree

    Juste une précision, la tribune intitulée « la fin du pétrole oui, mais après-demain » est signée par Daniel Yergin, vice-président d’IHS, puissante agence d’intelligence économique considérée comme très proche des majors américaines du pétrole. Cette vision ultra-optimiste est donc très orientée, elle a été par la suite dézinguée par Jean Laherrère, co-fondateur de l’Association pour l’étude du pic pétrolier et ancien expert de Total, sur le très bon blog « Oil man »:
    http://petrole.blog.lemonde.fr/2011/09/22/pic-petrolier-laherrere-repond-a-yergin-tribune/

  12. CJ

    Dans deux siècles, il n’y aura (enfin) plus de pétrole. Mais le groupe Total sera toujours là. Il aura même fusionné avec l’américain Monsanto pour former un des conglomérats pétrophytochimiques les plus puissants de l’histoire humaine. La pollution et la contamination de l’air et des sols prendront alors une échelle logarithmapocalyptique. C’est dévoilé dans un premier roman « Ruptures Conventionnelles » qui sort ces jours-ci aux éditions de la Bartavelle.

Les commentaires sont clos.