Merci à tous les cyclistes

J’ai l’impression de constater un frémissement. Depuis la rentrée, il y a beaucoup de cyclistes dans les rues et c’est tant mieux. Je n’ai aucune donnée objective sur le sujet, seulement une vague impression subjective. Mais cette seule impression fait toute la différence.

Avec la rentrée, c’est pour beaucoup le retour du boulot (ou de la recherche de boulot!), des études et des multiples activités urbaines. Cette année, j’ai repris mon parcours habituel en « vélo-train-vélo » et j’ai comme l’agréable impression qu’il y a beaucoup plus de vélos en circulation que les années précédentes.

Est-ce seulement un reste des vacances pour des personnes ayant pratiqué le vélo durant les congés? Vais-je me retrouver quasiment seul au cœur de l’hiver quand il pleuvra ou il neigera? L’avenir le dira, mais en attendant c’est une sensation bien agréable.

On le dit souvent sur ce site, mais un grand nombre de cyclistes en circulation change réellement les choses en matière de comportements. Les automobilistes me semblent plus prudents, plus attentifs, plus respectueux. Plusieurs fois, j’ai constaté que des automobilistes freinaient ostensiblement à mon approche dans l’incertitude quant à mes intentions. Comme traditionnellement j’ai tendance à anticiper de mon côté le manque d’attention des automobilistes, on s’est retrouvé plusieurs fois en situation de se « donner la politesse », voire même de se faire un signe amical de la main… et même pas un bras d’honneur en plus!

Incroyable, si on m’avait dit cela il y a quelques années, j’aurais eu du mal à le croire… Quand je compte le nombre de fois où, par le passé, j’ai eu l’impression de risquer ma vie sur la voie publique, mes parcours cyclables ces jours-ci me paraissent idylliques…

Dans le TER, il y a beaucoup de vélos aussi, et souvent pas assez de place. Pour ce qui me concerne, j’ai un vélo pliant donc je passe à peu près partout. Au passage, je constate une explosion du nombre de vélos pliants. On parle beaucoup du vélo électrique, mais dans les faits, ce sont surtout des vélos pliants que je vois. A vrai dire, le vélo pliant en ville, c’est que du bonheur: maniable, rapide, léger, peu encombrant.

A l’école, les années précédentes, il y avait souvent uniquement le vélo de mon fils sous le garage à vélos. Depuis la rentrée, je vois 6 ou 7 vélos d’enfants dans ce même abri!

Dans les rues, en plus des vélos, j’ai l’impression aussi que les trottinettes sont de plus en plus nombreuses.

Bref, cette rentrée cyclable démarre plutôt bien. Je remercie donc tous les cyclistes, en particulier les nouveaux, et je souhaite que cela dure le plus longtemps possible. Vous allez voir, bientôt il va commencer à faire froid, humide et venteux. Au début, c’est un peu dur, puis avec un bon équipement, l’hiver passera comme une lettre à la poste… jusqu’au printemps.

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

18 commentaires sur “Merci à tous les cyclistes

  1. Metalrod11

    J’ai eu la même impression cet été  à propos des vacanciers avec vélos dans les trains. Du coup, les conflits avec la SNCF sur le sujet sont de plus en plus nombreux (on voit d’ailleurs désormais de gros pictos montrant que l’accès est interdit aux tandems, remorques, etc.).

    Sinon, hier, à l’occasion de la Convergence (semaine de la mobilité) à Lyon, un des organisateurs m’a dit qu’il y avait beaucoup plus de monde que les fois précédentes. Il se passe quelque chose !

  2. Heuze

    Ce frémissement semble également avoir atteint Metz… Personnellement, j’ai eu l’occasion de suivre un autre vélo sur une rue « non aménagée ».

    Une première en 3 ans.

  3. vu de sirius

    en meme temps je n’ai jamais vu autant de Scénic, familiales géantes , gros 4X4, le tout de la taille d’un bus des années 50(!), il y a une catégorie de gens apparemment de plus en plus atteinte par la folie des grandeurs! la crise ? quelle crise ?

  4. Eunoia

    Les cyclistes est une espèce en voie d’expansion. A Bruxelles, on voit la même chose, année après année (j’analyse ça depuis 13 ans). On y voit de plus en plus de bouchons (files) de vélos sur la rue de la Loi presque chaque matin. Mais bon, c’est aussi la saison qui veut ça. Il ne pleut pas encore, il ne fait pas froid. Attendons pour se faire une raison. Winter is coming.

  5. Pédibuspedibus

    Bon mon vieux Sirius qui rétropédale plus c’est pour quand l’avatar Land Cruiser, plutôt que cette espèce de voiturette sans permis…?

    …allez smak quand même.

    Quant aux impressions de pullulement cycliste, après le dernier ensemencement idéologique, spermettait encore que je me retire de ce discours spore horrifique… heu soporifique voulais-je dire…

    Et, plus sérieusement, bon dieu, qu’il serait bon, jouissif même, d’avoir un législateur français sérieux, un exécutif réellement versé sur la chose verte, et non en vadrouille médiatique permanente. Qu’on songe à rendre obligatoire une enquête ménages déplacements tous les cinq ans dans les agglomérations éligibles aux dispositifs comme les plan de déplacement urbain.

    Et au vu des jérémiades actuelles sur la dotation revue à la baisse du côté de l’Etat qu’on songe à asseoir son phinancement (!) sur une micro taxe provenant du stationnement réglementé. Et pendant qu’on y est, qu’on songe aussi au financement  des enquêtes intermédiaires, annuelles, légères mais représentatives, pour correctement évaluer les politiques publiques locales,  qui pourraient bien n’avoir pas cessé d’être réchauffistes…

    Et je ne permettrai point de vous renvoyer le doigt mouillé là où vous croyez que je pense… ah ben foutre non alors…

  6. Vincent

    C’est aussi mon impression à Paris, au moins les jours où il fait beau. Quand il pleut, on est déjà beaucoup moins nombreux, et en banlieue, c’est toujours autant le désert.

    Cependant, quelques jours passés aux Pays-bas, à Copenhague ou en Flandres relativisent sérieusement le « Les automobilistes me semblent plus prudents, plus attentifs, plus respectueux. ».

    Déjà, interdire les deux-roues motorisés serait un gros progrès.

  7. Rémi

    Pour la première fois depuis 8 ans que je suis arrivé dans cette ville de quelques milliers d’habitants, j’ai été marqué par la vision d’un cycliste doubler un autre cycliste ! C’est pour dire.

  8. Georgia

    Chez moi (Nantes), je ressens la même chose chaque année : déjà, depuis 15 ans que j’y fais du vélo régulièrement, le nombre global de cyclistes a clairement augmenté. Je suis maintenant, sur mon trajet domicile-travail (avec, certes, certains des tronçons les mieux aménagés de la ville), presque toujours en compagnie d’autres cyclistes, a minima dans mon champ visuel, ce qui n’arrivait pas à la lointaine époque de mes trajets domicile-lycée / domicile-fac.

    Surtout, chaque année depuis 3 ans environ, je ressens le phénomène suivant : une augmentation du nombre de cyclistes lorsque les beaux jours reviennent, augmentation qui perdure pour partie tout au long de l’année. Il y a comme un « effet de cliquet » : certains cyclistes arrêtent lorsque la pluie et le froid arrivent, reprennent ensuite, mais d’autres persévèrent, et sont rejoints au printemps par les « reprenants » et par de nouvelles cohortes. Donc la population cycliste en hiver est systématiquement plus fournie que l’hiver précédent, ce qui fait bien plaisir 😀

  9. Jean-Marc

    de Heuze : « Personnellement, j’ai eu l’occasion de suivre un autre vélo sur une rue « non aménagée ».

    Une première en 3 ans. »

    de moi : t’inquiète, il y en aura de nombreuses autres 🙂

    Mais sinon, c est essentiel, de se suivre, quand on le peut :

    la principale cause d accident de cyclistes urbains (en ville), ce sont les motorisés qui « je ne vous ai pas vu« , en fait, vu qu’on est souvent plus haut qu’une voiture, et qu’on fait rarement moins de 50cm de large, « Je n avais pas penser à prêter attention à votre éventuelle présence » serait bien plus exact.

    Conséquence : comment faire pour se prémunir contre cette cécité sélective ?

    réponses :

     

    1- passer le veille, l avant-veille, l avant-avant-veille, la semaine d avant, et le mois d avant +/- à la même heure, sur +/- la même route => une majorité des motorisés sont aussi des pendulaires, et vous recroisiez tjrs les même personnes, jours après jours :

    s’ils vous ont deja vu, ils s attendront à la possibilité de vous revoir, et feront plus attention à vous

     

    (avec, si possible, une position (haute) + tenue (claire) + conduite visibles : pour la conduite : zigzags-danseuse si besoin, positionné loin du trottoir, du caniveau, de la zone portière; mais bien positionné à la place passager d’une voiture, pour être visible à travers les pare-brises non fumés)

    2- aider à ce qu’il y ait plus de cyclistes urbains : plus les motorisés verront de cyclistes, plus ils s’attendront à la possibilité d en croiser, et donc, moins chaque trajet en vélo sera dangereux (en sachant qu’ils y sont deja moins qu’un trajet en voiture…). Pour celà, participer à un atelier-vélo d auto-réparation, ou militer pour le vélo et/ou la piétonnisation, peut aider.

    3- rouler à plusieurs, même des inconnu(e)s : pour un motorisé, il est plus difficile d’ignorer, inconsciemment, 2 (ou 3, 4..) cycliste, qu’un cycliste isolé

    => si, sur votre route, vous croisez un autre cycliste, qui roule dans la même direction à +/- la même allure, ralentissez-accélérez pour vous adapter, et mettez-vous à 7-10m derrière, afin de faire une petite file de cyclistes : à vous 2, vous serez bien plus visibles que chacun tout seul, et donc, vous risquerez bien moins de croiser un motorisé aveugle.

    Quand cela arrive, comme je me mets derrière, en plus, je me place au milieu de ma voie, plus à gauche que quand je suis seul (au 1/3 si seul), afin de contraindre les voitures à nous doubler sur l’autre voie, et ainsi à ne pas froller le/les cycliste(s) qui me précédent.

     

    Un constat, de l évolution :

    Les gueulards, les « va dans la forêt, sur un parcours VTT« , sont bcp bcp bcp moins nombreux qu’il y a 5 ans.

    Et, en général, ce n est plus d’un urbain, un citadin, habitué à croiser quotidiennement des cyclistes en ville, mais d’un bouseux montant à la ville, un péquenaud péri-urbain qui découvre la ville et le centre-ville (il ne connait souvent que les autoroutes, les départementales qu’il prend pour des autoroutes, les stations-essences et les zones commerciales, la « france moche » des supermarchés avec parkings à perte de vue, donc, un cycliste, pour lui, les très rares fois où il monte à la ville, cela reste incongru..)

  10. Piéton énervé

    Mouais.

    De plus en plus sur les trottoirs aussi, pas gênés, ils roulent à toute vitesse sans faire attention.

    Tous les jours je manque de m’en prendre un.

  11. rémy

    @Vincent

     

    pourquoi interdire les deux roues motorisés ??

    je ne vois pas bien le rapport avec le message d’optimisme de ce post…

  12. abil59

    Je ne suis pas si optimiste. Dans le centre de mon agglomération d’1,2 millions d’habitants (Lille) oui ça a augmenté sur une période longue mais il suffit de s’écarter du noyau central (Roubaix/Tourcoing « le versant pauvre » ou Villeneuve d’Ascq « le versant riche ») pour voir qu’il est quand même rare de voir un cycliste doublé un autre cycliste… La très bonne association droit au vélo a encore du boulot.

  13. Vincent

    rémy > pourquoi interdire les deux roues motorisés ?
    Parce qu’ils sont 1) une plaie pour tout le monde, et en particulier les cyclistes et 2) quasi inconnus dans les pays leaders dans la part modale vélo.
    > je ne vois pas bien le rapport avec le message d’optimisme de ce post…
    Tu roules à Paris?

  14. rémy

    Bonjour.

    @Vincent

    Oui je suis de CLAMART, depuis 54 ans maintenant…, je connais la Région Parisienne !

    Ce post de Marcel est plutôt joyeux, n’allons pas le plomber avec des généralités qui ne sont jamais bonnes…

    Quant aux parts modales, voici le lien ci dessous, Parlement Européen, vote du 09/09/2015 . Vas directement au paragraphe 31 ( mais les autres sont interressants aussi pour la communauté Carfree )

    http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&language=FR&reference=P8-TA-2015-0310

     

    cordialement

  15. Pascal

    A Reims, il y a une augmentation régulière du nombre de cyclistes laquelle est temporisé par la saisonnalité. Elle est de l’ordre de 3 % ; ceci repose sur des comptages effectués depuis 2009 & en 5 points de la ville.

  16. Hdkw

    Moi qui suis passé en France après une absence de 3 ans j’ai vu une nette différence aussi. C’est clairement le travail de longue haleine de carfree.fr qui est derrière tout ça! Continuons le combat! 😉

  17. Le Vélo Petit Canard

    En arrivant à Toulouse en 2001, il n’était pas rare de voir un cycliste lambda me saluer tellement, dans cette ville à la plus forte concentration européenne d’automodébiles, les adeptes de la petite reine au quotidien se comptaient… Aujourd’hui on ne compte plus.

    Mais on voit bien également que les politiques d’avant et d’aujourd’hui ne sont toujours pas adaptées à la pratique et au développement de ce mode de transport :

    – le budget municipal du Vélib à 6.2 millions d’€ annuel, soit 3000 €/an/vélib ; ce montant est équivalent à ce qui est prétendument alloué à l’ensemble des autres projets vélos de la ville (bandes et pistes, maison du vélo, etc.) ;

    – surtout que les usagers de Vélib représentent moins de 10% des usagers, et 50% des accidents et incivilités !

    – des « aménagements » passés et présents qui restent toujours aussi dangereux et ne résolvent aucunement la problématique principale des transports : l’éradication de la pollution et des bouchons ;

    – l’accès des associations à la récupération des vélos avant les déchetteries n’est toujours pas d’actualité ;

    – la démocratie qui consisterait à consulter prélablement l’ensemble des associations d’usagers avant tout nouvel aménagement n’est toujours pas d’actualité ;

    – et l’association locale de la FUB, 2P2R, qui continue de promouvoir les VAE (Vélos Anti-Ecologiques, fonctionnant au coktail pétrole-lithium-uranium), après avoir promu pendant des décennies les ghettos « cyclables »…

    Mais il y a quand même de quoi se réjouir un peu, une mairie estampillée « de droite » légalise un atelier-vélo qui était en squat, chose que la « gauche » refusait… « Rome ne s’est pas faite en un jour », et il reste tant à faire…

Les commentaires sont clos.