Naissance du Parti Du Vélo !

Ce n’est pas tous les jours qu’un nouveau parti politique voit le jour, qui plus est en portant la bannière du vélo! Bien sûr, tout reste à faire et il est maintenant l’heure de donner un grand coup de pédale pour faire vivre le Parti Du Vélo.

Qu’on se le dise, le Parti Du Vélo est né! Et il a même une adresse internet:

https://fr-fr.facebook.com/PartiDuVelo

Après avoir lancé l’idée d’un Parti Du Vélo, à la suite de Vélomaxou, il faudrait maintenant développer un peu plus le propos si on veut espérer devenir un jour un parti de masse destiné à changer la face du monde (bon, je m’emballe un peu là…).

Voici déjà un projet d’argumentaire et un projet de programme. Attention, cela reste pour l’instant succinct et c’est destiné bien entendu à être amendé, modifié, transformé, amélioré, etc.

Argumentaire

Le vélo constitue un véritable projet de société alternatif nous permettant de surmonter les crises économiques, sociales, énergétiques et environnementales qui caractérisent la période actuelle et qui risquent de s’accentuer encore plus dans l’avenir.

Le vélo et la crise économique.

Le vélo répond aux crises économiques structurelles du capitalisme, en particulier la crise de la dette, en proposant une économie relocalisée, à échelle humaine, une « économie économe » qui privilégie le « mieux vivre » plutôt que le « consommer plus », le Bonheur National Brut plutôt que le Produit Intérieur Brut. Selon l’OMS, l’impact annuel du vélo sur la santé en France fait économiser 5,6 milliards d’euros de dépenses de santé avec la pratique actuelle (moins de 3% des déplacements!). Dans le cadre d’une société entièrement cyclable, ce sont plusieurs dizaines de milliards d’euros économisés tous les ans!

Le vélo et la crise sociale.

Le vélo répond également aux enjeux sociaux, en tant qu’outil convivial, il permet à chacun de se déplacer librement dans la mesure où la société met en place les conditions de mobilité et d’urbanisme adaptées à sa pratique optimale. Le vélo peut libérer les gens de leurs crédits et de leur dépendance au pétrole, les rendre à la fois plus autonomes et plus solidaires, plus riches et plus économes. La mise en place d’une société cyclable permettra d’apaiser les relations humaines et sociales, en refusant le dogme de la vitesse et la fatalité de l’insécurité routière.

Le vélo et la crise énergétique.

Le vélo répond aux crises énergétiques actuelles et futures car la mise en place d’une société vélocipédique, autant en termes d’aménagements cyclables que d’aménagements du territoire, nous libère à la fois de notre dépendance pétrolière et nucléaire. Sans avoir besoin de développer massivement la voiture électrique qui n’est rien d’autre qu’une voiture nucléaire ou les agrocarburants qui viennent accaparer des sols toujours plus pollués, le vélo représente l’outil convivial absolu de la nécessaire transition énergétique qui nous attend. Le vélo nous rend à la fois indépendant de sources d’énergie en voie de raréfaction et qui sont en outre dangereuses pour l’environnement.

Le vélo et la crise environnementale.

Le vélo répond bien entendu aux nombreuses crises environnementales actuelles et futures. Qui en doute encore? Le développement massif du vélo permettrait de limiter drastiquement les émissions de CO2 et la pollution, favoriserait la biodiversité, la diminution du bruit, la qualité des paysages, la qualité de vie, etc.

Vélo-Programme du Parti Du Vélo

Société vélocipédique.

L’objectif est d’arriver, au bout de 20 ans, à une société vélocipédique, c’est-à-dire à une société où le vélo représente 90% des déplacements. Pour ce faire, une transition cyclopédique sera mise en place avec un programme massif d’investissements en matière de transports, d’urbanisme et d’aménagement du territoire.

Réforme cyclable.

Création d’un super-ministère de la cyclabilité chargé d’évaluer l’ensemble des politiques publiques à l’aune de leur cyclabilité. Création d’un ministère de la relocalisation, chargé de réaménager le territoire et d’un ministère de la transition énergétique, chargé de mettre en oeuvre la suppression du nucléaire et des énergies fossiles. Transformation du ministère de l’économie en ministère du bonheur, du ministère du développement durable en ministère de la décroissance, du ministère de l’agriculture en ministère de l’agriculture biologique et du secrétariat des transports en secrétariat des liaisons douces.

Candidat-vélo.

Pour lutter contre la personnalisation de la vie politique et la personnification des élections, notre candidat est un vélo. C’est le vélo qui se présente aux élections et qui sollicite les suffrages des citoyens. L’équipe de campagne du candidat-vélo est chargée de mettre en oeuvre la politique vélo, de manière démocratique, à la majorité simple.

Vélorution permanente.

La mise en place d’une société cyclable se fera de manière démocratique par et pour les citoyens. C’est pourquoi, des comités locaux vélo seront mis en place chargés de favoriser la transition cyclopédique quelle que soit l’échelle du territoire. L’autogestion sera privilégiée. Des vélorutions seront organisées partout une fois par mois en souvenir de la période pré-vélo et pour maintenir la cohésion pro-vélo nécessaire à la mise en place de nos objectifs.

Re-cyclage

Face à l’épuisement des matières premières et devant le gaspillage généralisé de nos sociétés de surconsommation, un vaste programme de recyclage des objets de consommation sera mis en place afin d’utiliser au mieux des matériaux toujours plus rares et chers. Pour commencer, le retrait progressif de la circulation d’une trentaine de millions de voitures particulières permettra de dégager plusieurs centaines de milliards de tonnes de matériaux permettant d’envisager la reconstruction de notre économie dans une perspective cyclopédique.

Cyclo-tourisme

La mise en place d’une société cyclable à l’échelle de la France permettra de développer une économie touristique importante, des visiteurs du monde entier voudront venir en France à la fois pour visiter cette spécificité mondiale et pour profiter des bienfaits liés à cette cyclabilité généralisée (pas d’accidents, de pollution, de bruit, etc.). Ce vélo-tourisme sera encouragé afin de montrer l’exemple, mais strictement contrôlé: seuls les vélo-touristes à pied, à vélo ou en train seront autorisés. Il sera interdit de pénétrer sur le territoire en voiture ou en avion.

Economie du vélo

L’ensemble des subventions actuelles aux entreprises sera progressivement retiré pour être ré-affecté au développement d’une économie du vélo: production et recyclage locaux des vélos, subventions à l’usage du vélo, développement d’entreprises de livraison à vélo, aménagements cyclables, etc.

Vélotoroutes et vélotrains

Afin de mettre en place rapidement un changement radical de la politique de transport, l’ensemble des aéroports français sera supprimé et les surfaces ainsi dégagées permettront de stocker provisoirement, avant recyclage, les millions de voitures particulières retirées de la circulation. Les autoroutes seront quant à elles reconverties en vélotoroutes interdites aux voitures. Également, on mettra en place sur les axes lourds de transport en interurbain et en périurbain des vélotrains chargés d’assurer un transport massif des personnes dans une perspective de transition vers une relocalisation de l’habitat et des activités.

Les moyens de l’organisation permanente

Maintenant, il faut trouver des volontaires pour rédiger un projet de charte qui résume les valeurs du Parti Du Vélo. Éventuellement, on pourrait créer un forum de discussion pour faire vivre le parti. Ce qui serait bien aussi, c’est de créer une page Facebook et un compte Twitter de campagne.

Si des graphistes ou dessinateurs sont motivés, on pourrait envisager également la création d’affiches, de logos, de tracts et même d’une carte d’adhérent au Parti Du Vélo…

Si vous avez d’autres idées, elles sont les bienvenues.

We Want You To Pedal Power!

https://fr-fr.facebook.com/PartiDuVelo

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

21 commentaires sur “Naissance du Parti Du Vélo !

  1. georges

    belle initiative, j’adhère. Tout l’enjeu sera maintenant de crédibiliser cette campagne afin qu’elle ne paraisse bouffonne ou campagne d’allumés

  2. LomoberetLomoberet

    « des visiteurs du monde entier voudront venir en France »
    à vélo ou en avion ?
    Si c’est à vélo, disons des voyageurs des proches pays européens
    Si c’est en avion, disons-leur de rester chez eux afin d’économiser les dernières gouttes de pétrole de notre malheureuse planète

  3. LomoberetLomoberet

    Hé, faut pas écrire mon commentaire !
    J’ai oublié de dire que 2 et 10, ça fait 12 !

  4. LEGEOGRAPHE

    Pas mal !

    Puis-je soumettre mon avis sur les mots employés pour les noms de ministères (noms très importants et pour lesquels il ne faut pas non plus tomber dans le langage subjectif comme) ; en quelque sorte, il faut garder une certaine sorte de noms objectifs et techniques.

    Ainsi, un ministère du « bonheur », c’est un peu orwellien et présomptueux du coup. Mais on peut très bien dire que l’on veut amender le ministère de l’économie pour le renommer « ministère de la gestion bienveillante et économe ».

    De même, le ministère de la décroissance (le mot « décroissance » peut dire plein de choses) peut avoir un nom plus explicite : « ministère de la décroissance, de la diminution des biens et de l’augmentation des liens ».

    Je pense qu’on peut aussi parler de cohésion sociale dans la droite ligne de la santé. Santé mais aussi *santé sociale* (apaisement des relations suite à la suppression de « l’auto-destruction »).

  5. Yôm

    Les goûts et les couleurs… je n’adhère pas à une chose: le mauve incrusté de rose. La façade du site me rebute, j’ai la nausée. Je sais bien qu’il ne reste plus beaucoup de couleurs, le rouge et le vert sont pris, le noir plombe et le bleu n’évoque pas que le ciel. Et pourquoi pas le jaune rappelant la teinte des premiers vélos en libre-service lancés sur les rues d’Amsterdam par les Provo dans les années 70?
    Avec une tache de noir là où l’on devrait apercevoir la face de l’icône présidentiable, on devine la pensée profonde que partagent les réformateurs.
    Un pissenlit sur fond noir?
    Ou noir et vert?
    Bref, autre chose à moins que je ne sois le seul à qui l’illustration de l’article rappelle le film de boules du dimanche soir d’il y a 20 ans en arrière.

    Hormis ce point (de détail?), mon cortex a hérissé ses neurones à l’idée qu’un objet puisse même symboliser un désir de société.
    Je partage quasiment tout l’argumentaire en faveur du parti mais quitte à imaginer et à revendiquer une société nouvelle, comment un homme réifié, un objet nous délivrerait-il de ce monde consumériste?
    S’agit-il d’évoquer en termes positifs ce que serait une société sans voiture?

    Si pour nous, en finir avec l’automobile est le projet d’une société capable d’un retour sur son histoire afin d’enrayer le processus mortifère qui l’aurait conduite à la décadence, le parti du vélo définit un changement de direction hors des autoroutes capitalistes.

    Nos idéaux sont à la marge car nous désirons.
    Nous ne fabriquons pas de la pensée consommable .
    Leur avenir est dans une boîte fermée qui délivre les humeurs dont ils s’imprègnent chaque matin, jours après jours.
    Le nôtre est dans l’air, il efface les trottoirs, il est le silence dans la rue où l’on entend des voix et les feuilles des arbres remuer, il est des pays où l’on trouve à manger à côté de chez soi si bien que personne n’a faim, il est ce paysage que l’on caresse à vélo.

    Alors oui, pourquoi ne pas si simplement inviter à la promenade?

  6. legeographe

    La deuxième partie du commentaire de Yôm est on ne peut plus pertinente (l’objet candidat : aveu ou pas d’un consumérisme ?).

    Il faut donc creuser la question.

  7. Marcel RobertMarcel Robert

    Pour les couleurs, effectivement, c’est pas évident. Moi non plus je n’aime pas trop le fushia, mais c’était apparemment la seule couleur pas encore utilisée par un parti politique! C’est le problème des partis politiques qui arrivent en dernier, dernier servi!
    Anartoka avait donné les principaux codes couleurs des partis sur le forum: http://parti-du-velo.bbfr.net/

    * Blanc = Royaliste
    * Rouge = Communiste
    * Bleu = Bourgeoisie
    * Rose = Socialiste
    * Noir = Anarchisme
    * Jaune = Fascisme (celui à droite du FN)
    * Vert = Écologie
    * Orange = « Le centre » (modem)

    C’est pourquoi, j’ai tout changé et j’ai opté pour une charte graphique à base de vert-jaune-orange… Ce n’est pas parce que les autres ont déjà tout pris qu’on doit se contenter du fushia ou du mauve-rose etc.
    après, la nouvelle charte graphique fera aussi sans doute des mécontents…

    A voir (et à critiquer): http://www.parti-du-velo.fr/

    Sur le second point, la mise en valeur de l’objet-vélo comme « désir de société », je me suis posé la même question. Mais j’ai décidé d’aller jusqu’au bout quand même de la logique en proposant non seulement le vélo-objet comme « désir de société » mais aussi le vélo-candidat afin d’en finir avec la personnification de la vie politique.

    Car je pense qu’il ne faut pas confondre « objet » et société de consommation, « outil » et « asservissement technique ». Au sens illichien du terme, le vélo est d’abord un « outil convivial », adapté à l’échelle humaine, un mode de déplacement « autogène ».

    En outre, de manière très démagogique, je me suis dit: tous les hommes politiques sont des humains (sauf un ou deux extra-terrestres…) qui défendent peu ou prou la société de consommation et la nécessité « croissantiste » de produire des objets. Le parti du Vélo peut lui à l’inverse présenter un vélo-candidat (« objet ») pour défendre les humains.

    Alors oui, un « objet » peut nous délivrer de la société de consommation: Le parti du vélo est un « parti-objet » au service des gens et non pas un « parti de gens » au service des objets…

  8. Yôm

    Beau boulot!
    « Ce n’est pas parce que les autres ont déjà tout pris qu’on doit se contenter du fushia ou du mauve-rose etc. » et toc!
    Là, j’adore. Sans équivoque ce coup-ci!
    Je trouve que le vélo sur la photo « incarne » parfaitement le désir de société.
    Il est plus encore qu’un usage, un mode de vie dont la viabilité repose sur une volonté individuelle et collective Il n’est pas une fin en soi mais visiblement le moyen de parvenir à l’orée de la foret.
    Prendre son vélo, c’est conduire son désir.

  9. LEGEOGRAPHE

    Bon, je veux pas faire trop tourner en rond la discussion, mais le violet est quand même une couleur secondaire pas encore trop utilisée par les mouvements politiques… Même si… (voir au lien ci-dessous)
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Violet#Usages

    Bon, en gros, le violet est une couleur secondaire (secondaire ne veut pas dire négligeable, au contraire), mais certains l’utilisent comme « étant au centre » (mélange de rouge et de bleu, en effet).

  10. Tassin

    Le violet c’est la couleur des Libéraux si je ne m’abuse… On a vu meilleur clin d’œil!
    @ Marcel Robert : Le rouge n’est pas l’apanage des communistes! C’est celui de la gauche en général. Comme le bleu l’est à la droite.
    Notons qu’aux États-Unis c’est exactement l’inverse!

  11. Anartoka

    @1 – Pour répondre à Minou : Tu parle à notre place pour mieux défendre ton point de vue. Personne ici n’a jamais dit « tous pourris ». Nous faire tenir ces propos servait ton argumentaire. Aujourd’hui, tu te retrouve face à tes contradictions.

    @2 – En réclamant un changement (radical?) de société, le parti du vélo se place au dessus des partis. De faite, le parti du vélo n’est ni de droite, ni de gauche. C’est valeur n’ont d’ailleurs plus de sens dans une société du vélo.

    @3- Ce serait bien d’avoir ces discussions sur le forum pour plus de lisibilité 😉

    @4- J’aime bien le nouveau thème vert et jaune même si l’identification avec EELV est très forte.

  12. MOA

    J’étais en train de réfléchir ce matin (véridique) à ce que j’allais mettre dans l’enveloppe au second tour dans l’éventualité où…..et là :

    http://www.parti-du-velo.fr/2011/12/bulletin-de-vote-a-telecharger/

    EXCELLENT !
    Bon, je griffonerai peut être un message en plus dessus, histoire de bien appuyer le message au moins pour les personnes présentes lors du dépouillement… et ainsi qu’ils ne le considèrent pas juste comme une lubie d’un illuminé (en ce sens, je rejoins le commentaire de Georges… -décidemment!-).
    Si la personalisation peut devenir générale je vous en ferai part.

    Vous allez me dire « oui mais tu peux aussi le mettre au premier tour »…

    oui mais non…

    pas encore

    bientôt (?)

  13. Legeographe

    En fait, j’avais oublié de dire mon avis sur ta dialectique de l’objet et de la politique, Marcel Robert, mais c’est bien argumenté, ça se tient !

Les commentaires sont clos.