Déménagements à vélo

demenagement-velo-meubles

On savait déjà que le vélo, ça déménage! En effet, en mai 2007, une douzaine d’amis de Lyon s’étaient retrouvés pour déménager à vélo tout un appartement à l’autre bout de la ville. Un cycliste québécois a eu l’idée d’aller plus loin encore et de fonder tout simplement à Montréal (Canada) une entreprise de déménagement à vélo!

Une entreprise de déménagement à vélo

Transport Myette a été fondée en 2008 par Julien Myette, un cycliste idéaliste rêvant d’un monde où les vélos surpasseraient en nombre les automobiles sur les routes. Après avoir gagné sa vie comme ingénieur informaticien, puis comme routier et comme déménageur, il a voulu mettre son expérience au service de ses convictions écologiques. Constatant l’absence de solutions abordables pour déplacer des objets trop volumineux pour une voiture mais en quantité insuffisante pour justifier l’utilisation coûteuse et polluante d’un camion, le vélo lui est apparu comme la solution toute naturelle, aussi inusitée soit-elle.

« On peut transporter près de 300 kg sur une plate-forme tirée par un cycliste », assure Julien Myette, fier de ses « convictions écologistes », sur le site du Monde. Le lit, la machine à laver, le buffet ou les cartons remplis de livres, tout, « sauf le piano », se transporte à vélo, « à condition d’éviter les rues trop pentues et de faire plusieurs voyages », assure l’entrepreneur, qui a déjà embauché deux salariés, quelques mois après le lancement de sa société.

Dans un rayon de 5 km, le vélo se révèle plus rapide et moins cher que le camion. Pour déménager un deux-pièces, M. Myette préconise deux voyages qui coûteront au client 200 dollars canadiens, soit 125 euros, pour un service garanti sans pollution et sans émissions de Gaz à Effet de Serre!

Le déplacement se fait avec aisance. Contrairement aux déménageurs souvent pris dans la circulation dense, M. Myette peut parcourir les rues de Montréal sans problème. Le service est aussi très sécuritaire.

L’entreprise de déménagement peut même aligner jusqu’à quatre remorques pour les gros déménagements.

En plus d’effectuer des déménagements conventionnels, Transport Myette offre aussi un service de collecte de déchets. De la récupération de débris de construction, de déchets de démolition, la cueillette de vieux meubles et électroménagers ou encore à la collecte de résidus domestiques dangereux, tout y passe! Les articles récupérés sont ensuite livrés à un écocentre du voisinage du client.

Espérons que cette initiative donne des idées à certains en France. Du point de vue fiscal, on pourrait même envisager des exonérations de taxes pour les entreprises de ce genre et des déductions fiscales pour les personnes réalisant leur déménagement à vélo… La voilà, la « croissance verte » chère à Jean-Louis Borloo, garantie Grenello-compatible!

Source: vélogistique

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

13 commentaires sur “Déménagements à vélo

  1. stoppeur

    Pour se lancer dans ce genre d’activité,il faut une santé à toute épreuve!J’i magine volontiers ce genre de jobs dans des secteurs plats,avec des cho ses assez légères,des meubles fragiles,même encombrants;mais pas en secteur pentu…L’idée est cependant amendable:si la remorque est relative ment lourde,la traction peut se faire en tandem,et le déménagement aussi! Pour les déménagements suite à expulsion ou en catimini,ça serait on-ne- plus-économe…Et comme les « cousins » québécois ont tenté ça avec suc cès,j’imagine,c’est que ça vaut le coup,en dehors de la période hivernale.A Lyon,il y a quelques tricycles de livraison de petite messagerie urgente,de plis ou documents urgents.On les voit surtout en Presqu’île ou secteur Par t-Dieu,Gerland,Perrache.Y’a un début à tout!Pourvu que ça dure!

  2. phi

    Sans assistance électrique, un tel service n’est concevable que sur terrain plat, car la moindre montée devient un calvaire, avec 100 kg à trimballer.

    Cela dit c’est une excellente initiative et ça pourrait très bien se mettre en place dans des villes plates comme Grenoble, Strasbourg ou Nantes.

    C’est idéal pour des déménagements modestes, mais inenvisageable pour déménager des gros meubles non démontables (pianos par exemple).

  3. Franck

    Ok mais quand on voit les appartements sur la photo on comprend que c’est un truc pour les gens riches et snobinard de l’écologie qui ont tout le temps de déménager.

  4. Alain

    Les appartements que l’on voit sur la photo ne sont pas des quartiers de riches ou de snobinards. Ce sont des quartiers populaires de Montréal.
    Ce que l’on voit, c’est l’arrière des condos (en d’autres termes d’appartement standard).

    Je précise que ma femme est de Montréal.

  5. leolienne

    au fou !
    pourquoi ne pas remplacer le fret camion par ce systeme .
    je pense que certains devraient arreter de delirer .

  6. Kapitch

    « Contrairement aux déménageurs souvent pris dans la circulation dense, M. Myette peut parcourir les rues de Montréal sans problème »

    C’est sur que, eux, avec leur vélos et leurs grosses remorques derrière c’est facile de se faufiller entre les voitures et rouler sur les trottoirs…

    « Pour déménager un deux-pièces, M. Myette préconise deux voyages qui coûteront au client 200 dollars canadiens, soit 125 euros »

    Il est bien connu que ce qui coute le plus cher quand on fait appel à une entreprise pour déménager c’est le cout du transport…

    En d’autres termes ce genre d’initiative est bien heureuse mais svp ne nous gavez pas de faux arguments, ca discrédite notre cause.

  7. LGV

    bravo pour cette initiative qui ne semble pas naturelle au premiers abords mais qui le devient complètement aujourd’hui ! Merci !!!

  8. leolienne

    cette idée est vraiment extrordinaire !
    on pourrait faire des corbillards- vélo aussi , des trains-vélo (genre tandem à 50 places ) .
    il y en a qui ont un petit vélo qui tourne à l’interieur du crane !

  9. wombie

    @LEOLIENNE : les corbillards-vélos existent déjà, cela s’appelle des automobiles : ça tue le cycliste et ça permet d’évacuer le corps directement dans le coffre… des fois que la famille puisse envisager uen seconde que cet e… de cycliste ait pu avoir raison en circulant tranquillement sans polluer et sans faire c… son monde alors qu’il aurait du comme tout le monde se comporter comme un e… à pétrole écrasant tout se qui vit et qui passe à moins de 2 m de son cercueil à roulettes de m…

    Désolé 🙁

    Sinon, l’idée est marrante mais peu réaliste

  10. stef

    Le lien vers les déménageurs lyonnais ne fonctionne pas dans l’article. Pour ceux que ça intéresse, je le rappelle ici : http://velorutionlyon.free.fr/article.php3?id_article=122

    Pour ceux qui feraient mine de ne pas comprendre, il ne s’agit pas de déménager un 200 mètres carrés avec piano et armoire normande, mais des petites surfaces, style studio d’étudiant. C’est l’occasion de passer un bon moment entre amis dont on se souvient longtemps.

    Je constate que dès que quelqu’un s’amuse, il y a toujours des grincheux pour venir critiquer. C’est fou quand même ! Souriez un peu et faites du vélo, ça vous détendra :o)

  11. leolienne

    pour repondre à WOMBIE , je crois que le mieux , c’est le camion-benne à ordure. on doit pouvoir rentrer 100 personnes et les velos avec !
    un peu de serieux s’il vous plait , le vélo ne resoudra pas tous les problemes de déplacement … et l’agressivitée de certain non plus !!!

  12. Wombie

    @LEOLIENNE : au temps pour moi pour l’agressivité.
    Cela m’arrive parfois quand je le fais érafler la main gauche par un rétroviseur d’enclume : je vous laisse imaginer la distance de sécurité qu’avait respecter ce $^^$$$(^'(çéà)ç=*/
    Après, il me faut qq minutes pour redevenir zen.

  13. Raphaël Flanagan

    Suis tombé sur ces jeunes gens lors d’un passage à Montréal. Leur entreprise connaît là-bas un succès fou qu’elle ne connaîtrait pas (pour le moment) en France pour des raisons culturelles. D’abord il règne à Montréal un climat de confiance. Confiance en les petits entrepreneurs, en les jeunes, en les idées innovantes. Ensuite, Montréal est une ville beaucoup plus bike-friendly que l’essentiel des villes françaises. Par exemple, presque toutes les épiceries pratiquent la livraison à vélo. Le réseau de pistes cyclables y est extrêmement dense (la plus grande piste cyclable d’Amérique du Nord passe par le centre ville de Montréal), et les rues sont globalement peu encombrée de voitures (jamais il est nécessaire de « monter sur les trottoir »). La notion ce civisme est à Montréal équivalente à celle que l’on connaît dans les pays scandinaves et beaucoup de Montréalais renoncent volontiers à un certain confort au profit de la communauté. Tout ceci est dit sans aigreur vis-à-vis de la France, qui n’est sans doute pas encore prête à accueillir cette excellente idée tant que ses « citoyens » n’auront pas soigné leur hostilité aux idées inoffensives bénéficiant plus aux bien commun qu’à l’individu. Par ailleurs, le déménagement est, contrairement à ce qu’insinue l’un des commentaires moins coûteux qu’en camion et, pour les avoir vu faire, s’accommode remarquablement du transport du buffet de grand-mère.

Les commentaires sont clos.