Automobilisme passif

Les moyens mis à disposition par le “progrès” technique donnent aujourd’hui à chaque être humain le pouvoir potentiel de nuire à son frère humain et de lui disputer (parfois involontairement heureusement) une part de sa liberté et de son droit à la survie. La nouveauté aujourd’hui réside dans l’échelle planétaire des nuisances potentielles et dans les capacités de destruction massive de certains de ces moyens (sans qu’on s’en rende compte parfois). Lire la suite…

Des réserves de pétrole en baisse

« Toute personne croyant qu’une croissance exponentielle peut durer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste. »

Kenneth Boulding

Les tendances actuelles des découvertes de pétrole

Des estimations préliminaires, on peut conclure que les découvertes mondiales totales de pétrole en 2004 ont été d’environ 7 Gb, dont peut-être 2 Gb en eau profonde. Moins que la moitié a été trouvée dans des champs avec des réserves du 100 Mb ou plus. En outre, le coût d’exploration a dépassé la valeur nette des découvertes en termes absolus. Ceci est cependant trompeur parce que le régime d’impôts fournit une énorme subvention à l’industrie internationale en permettant de déduire les frais d’exploitation du revenu imposable, qui est élevé grâce au prix élevé du pétrole. Dans beaucoup de pays, les compagnies pétrolières dépensent effectivement les dollars. Si elles ne peuvent pas trouver plus à de telles conditions attrayantes, cela suggère plutôt qu’il n’y a rien à trouver.

La tendance décroissante des découvertes, en dépit des prix élevés et d’une demande croissante, remet en question l’évaluation actuelle de l’ASPO que 145 Gb attendent d’être découverts, ce qui pourrait s’avérer optimiste. Elle suppose 54 Gb à découvrir au Moyen-Orient et 33 Gb en Eurasie (principalement l’ancienne Union Soviétique), où se trouve le potentiel principal. Cela laissent environ 60 Gb à trouver ailleurs, à savoir une quantité équivalente à une autre Mer du Nord, la plus grande nouvelle région pétrolifère découverte depuis la deuxième guerre mondiale. Les estimations actuelles suggèrent qu’environ 20 Gb restent à découvrir en eau profonde, offrant une production maximale d’environ 7.5 Mb/j autour de 2015. (pour info, la comsommation mondiale de pétrole en 2003 est de 80 Mb/j).

Bien qu’il y ait abondance d’eaux profondes, seulement quelques secteurs, principalement dans les arrangements de plaques tectoniques divergentes, présentent la combinaison nécessaire de conditions géologiques.

ExxonMobil a confirmé de manière éloquente la gravité de la situation sur sa diapositive « Relever le Défi », prouvant que la production des champs existants diminue de 4-6% par année, ce qui donne un manque croissant à combler par de nouvelles découvertes si la demande prévue doit être satisfaite jusqu’en 2020. ExxonMobil titre correctement sa présentation « Relever les défis énergétiques mondiaux les plus difficiles », ce qui est peut-être une manière détournée de nous avertir que la demande croissante est peu susceptible d’être satisfaite même au cours des quinze années à venir, horizon de temps de la prévision. En l’absence d’un protocole international pour freiner la demande sur une base équitable et sensée, tel que devant être discuté lors de la réunion de l’ASPO à Lisbonne, le marché stoppera la demande par l’instrument brutal d’une récession mondiale si ce n’est d’une dépression. Les économistes de la terre plate seront les seuls à applaudir.

(Présentation Exxon fournie par Lou Powers)

Article extrait de la newsletter de février 2005 de l’ASPO (ASSOCIATION POUR L’ETUDE DU PIC DE PETROLE ET DE GAZ)
Traduit par www.oleocene.org

Pour en savoir plus sur le Peak Oil ou Pic de Hubbert:
http://www.oleocene.org/articles.php
http://wolf.readinglitho.co.uk/francais/

Le moteur à eau n’existe pas !

Le prix du pétrole s’envole de nouveau et, à part quelques baisses ponctuelles, la tendance générale est à la hausse. La demande augmente, l’offre n’arrive plus à suivre. Que ce soit demain selon les estimations les plus pessimistes ou dans vingt ans selon les plus optimistes, le consensus actuel prévoit une explosion du court du baril à une échéance extrêmement courte sur l’échelle de l’humanité. Lire la suite…

Contre la bagnole !

Peut-on parler de quelque chose de si évident, de si omniprésent sur les routes, certes, mais aussi dans les consciences des gens que l’automobile? Peut-on critiquer ce que tout le monde (ou presque) accepte (ou semble accepter)? Lire la suite…

Le Bruit et l’Odeur

Les propos de notre bien-aimé président, Jacques Chirac, altesse sérénissime de l’écologie et de l’environnement, détournés pour la bonne cause. Vous pouvez en user comme il vous plaira. A Paris à vélo, on dépasse les autos! Lire la suite…

Caca la bagnole !

Claque de la semaine par Frédéric DUBOIS

A l’heure où nos poumons fermentent et que nous subissons plus que jamais les sévices de la pollution automobile – immonde asphyxie urbaine, distillée quotidiennement pour le bien de nos mollets qui ne supportent plus la marche, et sous le honteux prétexte « qu’il faut bien aller au boulot » – on nous annonce avec des airs de victoire que la 82e édition du salon de l’automobile a été « un grand cru ». Lire la suite…

Contre les Hummers

Toujours plus gros, toujours plus laids, toujours plus polluants, les hummers débarquent!

Ces engins monstrueux, pour l’instant surtout présents en Amérique du Nord, sont déjà en vente en France. Dans la catégorie SUV (Sports Utility Vehicle), il s’agit à l’origine de véhicules militaires américains « adaptés » à la vie civile. On se demande de quelle adaptation il s’agit puisque ce sont en fait de véritables tanks, à côté desquels les 4×4 traditionnels passent pour de vulgaires clios! Lire la suite…

Vers des villes sans voitures


VERS DES VILLES SANS VOITURES n°5: 18-21 JUILLET 2005

La conférence « VERS DES VILLES SANS VOITURES » n°5 aura lieu du 18 au 21 juillet 2005 à Budapest (Hongrie) suivie de l’assemblée générale annuelle de World Carfree Network qui aura lieu le 22. Un aperçu de ce que sera le programme est disponible sur: www.worldcarfree.net/conference/.

Le formulaire d’inscription en ligne sera disponible courant mars, ainsi que des informations pratiques, etc.

Pour plus d’information, contacter madarassy@levego.hu.

Source: www.worldcarfree.net

Cliothérapie – Pierre Lazuly

Cet article est une chronique de Pierre Lazuly, publiée avec l’autorisation de l’auteur.

Cliothérapie – Pierre Lazuly
18 octobre 1999

Le slogan s’étale, en pleine page, dans tous les magazines. On l’aperçoit aussi, en 4 mètres sur 3, placardé dans les villes: « On devrait tous s’offrir une Clio thérapie ». Ils sont gentils chez Renault, mais avant de se payer une aussi coûteuse thérapie, il faudrait encore être certain d’avoir contracté la bonne maladie.

Et quels sont, docteur, les symptômes de cette Clio-maladie? C’est difficile à dire; la publicité Renault ne les décrit pas. Ce qui laisserait à penser que ladite maladie serait plutôt du genre honteuse. D’habitude, on trouve toujours quelques indications sur les symptômes dans les publicités pour les cures ou les médicaments. Chez Renault, c’est le mutisme complet: pas un mot sur les symptômes, ni sur son mode de propagation. Quel peut bien être le mal dont souffrent ces millions de personnes à qui (je cite) « Clio fait un bien fou »? L’insomnie, le mal de tête, ou bien la constipation?

Faute de données scientifiques, j’en suis réduit à émettre mes propres hypothèses, à formuler mes propres propositions. En l’occurrence, que l’achat d’une voiture neuve, Clio ou non, ne peut servir qu’à une chose: à tenter d’oublier que l’on a une vie de con. Et encore, même pour ça, l’efficacité du médicament reste toujours à prouver.

Ça n’est pas pour me vanter, mais pour vérifier les dires de la publicité, j’ai personnellement testé cette thérapie (enfin, pour l’oubli de la vie de con, pas pour la constipation). Un vendredi soir, comme ça, après une journée de travail particulièrement sordide, je me suis dit que j’allais m’offrir une bonne Clio thérapie, pour oublier. 200 bornes de quatre voies pour le plaisir, dans une Clio verdâtre à vous faire pâlir d’envie, avec direction assistée et vitres électriques (même si celle du conducteur n’est plus électrique que dans ses bons moments – c’est peut-être pour ça qu’il faut en changer tous les deux ans).

Au départ, je dois avouer, j’étais plutôt content; ça roulait à peu près bien, et la cassette de Keith Jarreth arrivait tant bien que mal à couvrir les ronflements du moteur. C’est vingt kilomètres plus tard que l’efficacité de la thérapie a commencé à décliner. Dans un bouchon, que j’étais. Et un bon. Dix kilomètres « en accordéon », comme ils disaient à la radio. J’avais beau avoir une Clio, coincé au milieu de la voie express, j’avais toujours ma vie de con.

Oh et puis pas la peine d’avoir un carrosse, hein! Le gros rougeaud avec la BM, il avait pas l’air plus malin que l’heureux possesseur de la 104 couleur crème. La même vie de con, je vous dis, les même kilomètres en accordéon. Et puis quelques Parisiens qui trouvaient spirituel de doubler tous ces ploucs en empruntant joyeusement la voie d’arrêt d’urgence.

Mais moi, tout de même, j’étais plus con que la moyenne. Je ne pouvais même pas téléphoner! Je lisais la semaine dernière que 50 à 70% des coups de fil passés depuis un portable l’étaient depuis un véhicule, mais ça ne m’étonne pas. Mes compagnons d’infortune pouvaient raconter en temps réel leur immobilité à leur mère, leur frère et leur belle-soeur. Moi, j’étais tout seul avec mon malheur. On aura beau dire, pour supporter une existence misérable, il vaut mieux avoir tous les accessoires. Un forfait téléphonique à consommer et une radio débile à écouter.

Et moi, dans mon bouchon, je songeais aux puissantes réflexions contenues dans le manifeste « Relevé provisoire de nos griefs contre le despotisme de la vitesse« :

« La fonction créant le besoin et non l’inverse, ce que les moyens de transport permettaient est devenu obligatoire; si nos ancêtres ne pouvaient, faute de moyens, parcourir de grandes distances, nous, nous devons les parcourir.

Les transports ont permis d’aller plus loin et plus vite, d’accéder à davantage de lieux, qui ont dû être aménagés, principalement à cause de leur fréquentation, et se sont ainsi banalisés. Il a résulté de cet aménagement une spécialisation de l’espace et une redistribution des activités concentrées en différents points du territoire (technopoles, parcs de loisirs, sites prestigieux, centres industriels, commerciaux et administratifs, supermarchés, cités-dortoirs, banlieues, etc.), ce qui nécessite évidemment des transports plus rapides encore pour supprimer les nouvelles distances ainsi créées.

Si nous parcourons en un an plus de distance que nos ancêtres pendant toute une vie, ce n’est pas pour aller ailleurs, mais pour nous rendre toujours aux mêmes endroits ».

Pierre Lazuly
www.menteur.com

Affichez-vous pour Kyoto!


Ci-dessus, un autocollant pour un Jeep Liberty 2005

Affichez-vous pour Kyoto!

« Affichez-vous pour Kyoto » est une campagne d’affichage d’autocollants mise en place par le site canadien transportdurable.qc.ca. Les autocollants indiquent la quantité de CO2 émise par les véhicules. Le nombre de kilogramme de CO2 affiché sur les autocollants est calculé selon les cotes de consommation des véhicules. Lire la suite…

Trottoir interdit aux piétons


Trottoir interdit aux piétons, à Paris dans le XVIIème, pas loin de la porte de Champeret…
La voiture est reine, partout.

Photo envoyée par David, piéton égaré à Paris

Citation:
Piéton. Mouvante (et audible) partie de la chaussée pour une automobile.
Ambrose Bierce
Extrait de Le dictionnaire du Diable