Ecoblanchiment, quand les 4×4 sauvent la planète

livre-ecoblanchiment

Le Roundup de Monsanto est biodégradable, respecte l’environnement, ne présente aucun danger pour la santé. Les grandes surfaces veulent changer le monde en vendant des produits bio et « commerce équitable ». Carrefour est un repère de la décroissance. La dauphine de Wal-Mart exhorte : « Arrêtons de consommer plus pour consommer mieux. » EDF installe des réacteurs nucléaires dans le monde entier et entasse les déchets radioactifs, mais c’est éthique ma bonne dame, responsable, vert. Le circuit de Formule Un prévu dans les Yvelines aurait été labellisé « Haute qualité environnementale ». Selon quelques intégristes de l’écologie, le tapis de béton aurait surtout détruit quelques hectares de terres agricoles et menacer une nappe phréatique. Finalement, les fils à papa ne vroum-vroumeront pas ici. Alors que rouler en voiture, à tombeau ouvert, c’est bon pour l’environnement, surtout si elles rejettent moins de 130 grammes de CO2 par kilomètre.

Tout est propre. Tout est bio. Les multinationales les plus crades deviennent des modèles de probité en quelques coups de photoshop. Le mensonge sur papier glacé, gentiment appelé « communication », ne connaît aucune limite. Ne pouvant plus cacher les multiples périls engendrés par des décennies de « progrès » sans merci, les responsables du pillage de la planète deviennent ses plus grands protecteurs. « Il ne s’agit plus de se désintéresser du discours écologiste, mais de l’intégrer, de le digérer, pour continuer à faire le même business, la bonne conscience en plus. »

Ca s’appelle de l’ « écoblanchiment », ou greenwashing en anglais. On prend un pinceau, de la peinture verte, et on met une couche sur la façade. Comme si le capitalisme pouvait être moralisé… Résultat : « Pour savoir quelles sont les multinationales les plus prédatrices à l’égard de notre planète, il suffirait presque de relever le nom de celles qui investissent le plus dans la communication verte ! » Les constructeurs automobiles figurent évidemment dans le haut du classement. A nous de les dénoncer, de les boycotter… Pour, un jour, les démanteler ?

Jean-François Notebaert et Wilfrid Séjeau, Ecoblanchiment, quand les 4×4 sauvent la planète, éditions Les petits matins, 2010.

Source: http://pedaleurop.over-blog.com/

Pierre Thiesset

A propos de Pierre Thiesset

Journaliste et écrivain français, auteur du blog "L'Europe du Nord à vélo"

17 commentaires sur “Ecoblanchiment, quand les 4×4 sauvent la planète

  1. JCB

    Rapport au titre :C’est « marrant » cette haine des 4×4 qui ne sont que des vehicules commes les autres, le miens fait 3500 km/an. Mon ex collègue qui vends des produits aux grandes surfaces fait une moyenne de 600 Km / Jour ! mais lui est un mec bien dans son Audi A4…. (Mutitipliez par le nombre de references d’une grance surface et calculez ce que ces commerciaux font pout nou vendre leur s produits bio 😉
    Sinon que pensez vous des deplacament qu’engendrent chaque match de foot ? Si on mutiplie le nombre de match par semaine par le nombre de supporters on est loin de ce que peut polluer le tout peti nombre de pratiquand de ballades 4×4. Ah oui ! Le foot c’est divin ! Intouchable ! Et pui on ne peut pas le monter du doigt, tout le monde adore !

    Demagogie quand tu nous tient :

  2. cycliste alcoolique

    JCB:

    On se demande meme pourquoi tu l’as achete alors?

    Pour te sentir plus puissant?
    Pour detruire les chemins de campagne?
    Pour de pas voir les cyclistes?
    Pour avoir plus d’espace lorsqu’on est coince dans une file d’enclume?
    le cout ecologique de fabrication de ton 4×4 equivaut a 15000-20000 km roule (extraction des minerais, fabrication des pieces etc..).

    Le foot..mouai!
    Mais quand tu parles du petit nombre de pratiquant sde ballade 4×4. Le nombre de proprietaires de 4×4 detruisant nos campagnes est certainement bein faible par rapport aux proprietaires de 4×4 preferant polluer nos ville pour des parcours de moins de 10 km.

    Conduire une Audi A4 n’est pas mieux que de conduire un 4×4.
    Bon au moins ton ex-collegue fait ses 600 km dans le cadre de son travail. Je ne cautionne pas ca non plus, mais c’est une raison.

  3. Raghnarok

    En plus, sans vouloir enfoncer le clou des 4×4, une personne qui a besoin d’un 4×4 pour travailler ne s’achètera jamais un Cayenne ou un X5, il préfèrera un vrai 4×4 utile et salissable…

  4. JCB

    Tient c’est tout comme reponse sur le foot ? C’est bien ce que je disais : on y touche pas ! Par contre le fait que je roule en 4×4 « pneux crampons et tout et tout » ça choque 🙂 comique 🙂 Certain se sentent fiers avec leur Iphone, d’autres n’en peuvent plus avec leur Toyota Prius et leur maison en bois (ils sauvent la planête :-))), d’autres se pensent ecolo parcequ’ils achetent un café « équitable » mais à bien y regarder tous partent au ski tous les WE en hivers, dans le sud l’été, au maroc, en egypte, aux USA mais critiquent ceux dont le plaisir est de se promener dans les petits chemins autour de chez eux. C’est une technique de manipulation des masses décrite dans les manuels militaires : Accuser une minotité pour souder une majoritée trop contente de faire partie du « bon groupe ». Bref, mon 4×4 fera 400 000 km, pendant ce temps la les autres auront fait fabriquer 3 voitures fiers de leur status de bobo non polluant 🙂 Oui j’ai un 4×4, oui j’aime bien ma voiture, oui elles est fiable, oui elle est solide AUSSI en ville ou personne ne fait attention aux autres (j’y ai laissé 2 fois la calandre et le radiateur de mon ancienne 205 sur des parkings avant de me decider de passer à plus solide, l’envie de se promener est venue après), oui j’aime me promener dans la nature, oui je vais juste un peut plus loin que les bobo ecolos qui restent sur le parking et font les chemins en baskets (en campagne on ne trouve du monde dans les chemins que 300 metres autour des parkings) et non je ne me sent absolument pas coupable de quoi que ce soit, au contraire quand je regarde les moutons actuels j’ai pitié d’eux. Ce cera quoi ta prochaine grande peur ? Celle qui te permets de te trouver une utilité supposée ? La religion des autres ? Tu n’aurrais pas quelques complexes au passage à penser que tous les autres veulentt t’ecraser ?

  5. Christophe N

    @JCB : Moi aussi je fais 3500 km par an… en vélo pour aller au boulot, et je double a peu près 20% de cette distance en longueur de voitures arrêtées. Je suis encore minoritaire, mais c’est une passion, je ne peux pas lutter contre…

    Et je fais du VTT aussi 😉

    Le foot : je pense qu’on en a rien à talquer de ton argument parce qu’ici, on s’en fout du foot, c’est de la voiture qu’on débat, et que ce soit un supporter de foot ou de 4×4 qui la vante, on va la décrier.

    Minorité : en consommant le double de la masse, elle est d’autant plus critiquable que la masse, c’est tout. La minorité stigmatisée ici, c’est la tienne et celle encensée, c’est celle des cyclistes du quotidien, c’est comme ça.

    Mais un bon point pour toi, tu viens lire les messages de Carfree. Il y a du bon en toi Anakin !

  6. Pim

    @JCB : juste pour répondre sur le foot. Je crois qu’ici, on est nombreux à s’en moquer royalement. Perso, je vomis le foot autant que le 4×4, mais je ne vois pas le rapport direct avec le sujet. D’ailleurs le site ne s’appelle pas footfree.

  7. cycliste alcolique

    @JCB:
    Comme dit Christophe N, il y a du bon en toi 😉

    Quelques précisions:
    Je n’ai pas de voiture hybrides/électriques/a eau/herbes. Je n’en ai pas du tout! Donc pas la peine de me ranger dans la catégories des écolos bobos. Je déteste tout simplement la voiture, que ce soit un gros 4×4, une vieille 205 ou une prius. Je déteste l’objet en tant que tel, mais aussi l’importance qu’il a pris dans notre société, le fait que les villes soient dessinées pour la voiture … ca peut continuer.
    C’est donc avant tout par goût que je pédale que par soucis écologique (même si je me sens concerné). et je pédale environ 9000 km par an (Boulot, vacances, WE, soirée).
    Je déteste aussi le pétrole, surtout ce qu’on a tendance a se cacher: Les centaines de milliers de personnes assassinées sous nos bombes occidentales, les personnes empoisonnées par la pollution générée par l’exploitation des sables bitumeux….
    As-tu une pensée pour eux lorsque tu remplis ton gros réservoir?

    Pour le reste, je te rejoins, je suis contre la consommation débile de petits objets inutiles, contre les vols a bas prix en Europe qui te permet d’aller passer un WE de l’autre coté de la méditerranée pour pas un sous.

  8. JCB

    @cycliste alcolique

    Parisien ? La seule ville ou j’ai passé un an sans voiture c’était Paris. Ailleur, si on travail, c’est pratiquement impossible.

  9. Tassin

    Je préfère un conducteur de 4×4 qui fait 3500km/an et qui passe ses vacances plutôt qu’un couillon de jeune cadre dynamique et responsable au volant de son Audi A3 TDIeco à 119g de CO2/km qui en fait 25 000 par an et projette un weekend au Maroc.

  10. Tassin

    Erratum : « Je préfère un conducteur de 4×4 qui fait 3500km/an et qui passe ses vacances en rando 4×4 près de chez lui ».

  11. Robin

    J »habite à Arras. Je travaille, ma femme travaille, et nous n’avons pas de voiture (mais deux enfants en bas âge). Mon frère habite à Marseille, il travaille et il n’a pas de voiture. Mon autre frère habite Toulouse, il travaille et il n’a pas de voiture…

    Il n’y aurait qu’à Paris où le metro, le tram, le bus, les pieds et le vélo existent ? Il faut arreter de dire que seuls les chômeurs et les parisiens peuvent ne pas avoir des voitures…

  12. Christophe N

    Héhé JCB, on sent que tu aimes le débat 😉
    Lancer un troll pareil ici, c’est joueur !

    Allez, je commence… moi, j’ai vécu et travaillé sans voiture à Paris aussi (5 ans), Toulouse (6 mois), Toulon (1 an mais j’imagine que sur une frégate au gazoil je suis hors jeu) et Lyon (3 ans). Comme quoi c’est possible et même tellement agréable !

    J’ai une activité tertiaire dans une world compagny très représentative en bon mouton de notre société.

    J’ai aussi vécu avec voiture…
    Je loue aussi parfois des voitures… ça suffit bien.

  13. cycliste alcoolique

    Non.
    J’ai habite un peu pres partout en France mais jamais a Paris.
    La dernier endroit que j’ai habite c’est dans la region Lyonnaise;
    J’habitais a 35 km de mon travail, et ca se fait tres bien a velo, ou bien velo + TER + velo.
    TOut depend de ce qu’on entend par impossible. Si j’avais attendu qu’il y ait une piste cyclable allant de ma porte jusqu’a mon bureau, je n’en aurait jamais fait. Apres, pour repondre en avance a tes futures questions, j’ai des enfants et je les deposais a l’ecole a velo avec une charette qui restait sur place. Cette cariole me servait aussi pour aller faire mon epicerie. 35 km, oui tu transpires, et je prenais ma douche une fois arrive au travail.

    Maintenant j’ai ete expatrie a Montreal.
    J’ai trouve un logement assez loin de mon travail pour continuer a avoir du plasir a velo.
    Allez, j’avoue! et si je dois aller a l’exterieur tres loin avec des grosses valises chargees, des enfants, des rondins de bois et qu’il pleut a torrent avec un vent de face de 50 km/h et qu’il n’y a aucun train s’y rendant (les reseau n’est pas aussi developpe qu’en France) et bien je me permets (Ouvre tes oreilles) de louer une voiture en autopartage. A Montreal tu es a moins de 10 minutes de marche d’une station. Je le fais une fois maximum par mois, si si! Je retourne ma veste une fois de temps en temps, et je retrouve tout le plaisir de rester coince dans les bouchons pour sortir de la ville, tout les plaisirs de voir les gens s’enerver au bout de leur volant, regards noirs, doigt tendu, ce qui permet de realiser o combien ne pas avoit de voiture c’est la liberte.

  14. JCB

    @tassin

    Non ce n’étais pas un troll mais à la base une reaction épidermique sur le non sens de l’anti 4×4 primaire. J’ai affaire ici à des gens ouverts à la discussion et qui comprennent très bien que le « probleme » ne se limite pas au 4×4 en tant que tel mais à l’utilisation de vehicules surdimensionnés (dont les vrais 4×4 de franchissement sont ahma une infime minorité mais les plus touchés par les interdictions diverses) et j’en suis heureux. Les choses semblent aller progressivement dans le bon sens pour le respect des choix d’autrui. D’autant plus que la mode change et que ceux qui ont les moyens de s’acheter des gros SUV penchent de plus en plus pour des breaks plus discrets (qu’on appellera cross-over pour faire bien). Bon weekend à vous.

Les commentaires sont clos.